Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas ; Robinson Crusoé de Daniel Defoe

Publié le 17 Juillet 2012, 09:54am

Catégories : #BD

L’adaptation en BD des grands textes littéraires : stimulant !

 

Assurément, le projet est louable et mérite d’être loué. Il rejoint le vieux rêve mythique des fondateurs de la bande dessinée, parvenir à mettre en images et en bulles, comme le cinéma s’y est essayé à sa façon, quelques-uns des grands titres de la litterature. Faire se rejondre, enfin, cet art populaire de la BD et celui des romans les plus célèbres dans le monde entier. Faire en sorte qu’un album de BD devienne livre à part entière... et soit étudié dans les écoles !

 

Ainsi est née en mars 2007 chez Delcourt la collection "Ex-Libris", avec Jean-David Morvan aux commandes, et le résultat s’affiche d’emblée assez convaincant, sur la foi du premier opus des deux titres reçus en service de presse, Les trois mousquetaires et Robinson Crusoé (chaque série comportera trois tomes au total).
Cette libre adaptation de grandes œuvres littéraires (le texte n’est pas toujours suivi à la lettre puisque c’est l’esprit en 48 planches qui compte) qui multiplie les genres et les styles surprend justement par le contraste qui relie en les séparant ces deux titres. Pas facile en effet de mettre en images Alexandre Dumas et Daniel Defoe, mais ce qui attire l’attention c’est la diversité du trait graphique mis en jeu ici : des pérégrinations archiconnues du fidèle Gascon D’Artagnan, traitées par Morvan, Dufranne et Rubén, tout en lignes claires genre BD franco-belge humoristiques (ce qui n’empêche en rien le grain réaliste) au ton noirâtre hachuré, qui sent sa sinistrose entretenue, d’un Robinson en mal-être admirablement campé par Christophe Gaultier (seul à bord !), il y a un sacré fossé. Que dis-je, un gouffre !

 

 

Or le lecteur qui passe de l’un à l’autre ne peut que se réjouir de cette richesse de la bande dessinée quand il s’agit d’honorer un grand texte de la littérature : autant Les trois mousquetaires avec sa verve, ses rondeurs consenties et ses mouvements virevoltants séduira sans peine les plus jeunes et les adolescents, autant le ténébreux Robinson Crusoé frappera les lecteurs avertis par le parti pris d’une présentation aussi exhaustive que sombre du personnage, cet anti-héros anglais apeuré qui rêve par bravade, en 1651, de faire le tour du monde pour surmonter son complexe d’Oedipe - mais qui ne supporte pas la mer - et qu’on réduit trop souvent à un naufragé renommé pour la gloire de la littérature... oubliant de mettre en avant ce qu’il a accompli au préalable dans sa vie. Bref, un Crusoé riche, guère aimable, négrier à ses heures - et paumé.
De ce point de vue, Gaultier fait plus que mettre en images le texte de Defoe, il nous restitue, comme l’ont fait avant lui Michel Tournier dans Les limbes du Pacifique et Gilles Deleuze dans La logique du sens, la vérité de Crusoë. Ce n’est pas rien !

 

Avec un beau travail sur les pages de garde qui ne gâche point l’affaire, voilà donc une série ambitieuse qui promet beaucoup, ce qui fait qu’on attend avec hâte les prochains titres à paraître : Oliver Twist, de Dickens, Frankenstein, de Shelley et Le Dernier Jour d’un condamné, de Hugo.

   
 

frederic grolleau
 
-  Jean David Morvan et Michel Dufranne, dessins de Rubén, Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, Delcourt coll. "Ex-Libris", 2007, 48 p. - 9,80 €.
-  Christophe Gaultier, Robinson Crusoé de Daniel Defoe, Delcourt collection "Ex-Libris", 2007, 48 p. - 9,80 €.

 
     

Commenter cet article