Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


explication de texte détaillée de Rousseau, 2d discours, incipit

Publié le 4 Mars 2019, 10:31am

Catégories : #philo (méthodologie)

explication de texte détaillée de Rousseau, 2d discours, incipit

Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables: Gardez-vous d'écouter cet imposteur; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne. Mais il y a grande apparence, qu'alors les choses en étaient déjà venues au point de ne pouvoir plus durer comme elles étaient; car cette idée de propriété, dépendant de beaucoup d'idées antérieures qui n'ont pu naître que successivement, ne se forma pas tout d'un coup dans l'esprit humain. Il fallut faire bien des progrès, acquérir bien de l'industrie et des lumières, les transmettre et les augmenter d'âge en âge, avant que d'arriver à ce dernier terme de l'état de nature.

Rousseau, L'origine de l'inégalité parmi les hommes (2ème Discours seconde partie) 

 

Thèmes concernés: la société civile, la propriété, caractères de l'invention, différences naturelles et inégalités sociales, la nature et l'histoire.

Racines . Apports: Affirmer que Rousseau a été un fabuleux lecteur de Platon, Aristote, Épictète, Sénèque, Plutarque, Machiavel, et j'en passe, n'enlève rien à l'originalité de sa pensée qui a inspiré de nombreux auteurs jusqu'à Bergson. Son apport est immense.
Si Rousseau affirme avoir fermé tous les livres, il les a bien en mémoire, lorsqu'il écrit son oeuvre.
Le texte que nous allons étudier est extrait du Discours (une sorte de dissertation) dans lequel Rousseau répond à une question: quelle est l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes? Nous découvrirons que sa question implique une autre question: l'inégalité sociale, parmi les hommes est-elle autorisée par la loi naturelle?

Préparation à la lecture du texte: L'enjeu de la question posée par l'Académie de Dijon est énorme: l'inégalité sociale est-elle ou n'est-elle pas le reflet de l'inégalité naturelle? Répondre oui serait, en effet, non seulement justifier les plus criantes inégalités sociales mais encore fermer la poste de l'espérance à une possible amélioration dans l'histoire, le devenir par lequel les hommes deviennent ce qu'ils sont et ce qu'ils vivent.
Les inégalités sociales relèvent-elles de la nature ou de l'histoire, d'une invention préparée par une suite d'inventions antécédentes?

L'intérêt du début de la seconde partie du discours c'est de nous permettre de comprendre, de saisir quelle réponse il est possible de donner à la double question posée.
Que la propriété soit la conséquence d'une invention, de ce que l'homme a ajouté à la nature pour satisfaire un besoin, une difficulté naissante dans la société, cela reviendrait à inscrire l'inégalité sociale dans une histoire par laquelle la propriété, par ses conséquence, se révèle constitutive d'une forme d'inégalité sociale mais aussi d'une pluie de malheurs sur l'humanité.

  Nous serons donc amenés par Rousseau à bien distinguer les différences naturelles qui s'annulent, si l'un est plus fort, l'autre plus rusé, un autre plus courageux, et ne sont donc pas des inégalités sociales. Seule l'inégalité sociale s'oppose à l'égalité. Les différences naturelles ne s'opposent pas à l'égalité puisque les plus et les moins dans chaque individu finissent par s'annuler. Sur une île déserte, trouver un coffre rempli d'or et le garder pour soi, ne signifie plus rien. Trouver un outil serait plus utile. La richesse de l'or ne génère l'inégalité que dans un contexte social qui garantit la propriété. L'héritage ne peut se penser dans un tel contexte.
Avoir des cheveux blonds et des yeux bleus ne donne au naufragé aucune supériorité, c'est une différence naturelle, mais cette différence peut devenir une supériorité source d'inégalité dans le champ théorique d'une société qui proclamerait que les blonds aux yeux bleus sont d'une race supérieure: c'est le pouvoir politique et singulièrement le despotisme nazi qui magnifiait une race aryenne

 

Le mouvement: ce texte comprend deux parties. Une première partie où Rousseau intervient pour le bien de l'humanité en dénonçant l'imposture d'un inventeur. Une deuxième partie dans laquelle Rousseau utilise sa raison et change de ton.
1- une scène 
et une contre scène
2- Rousseau revient en amont de l'invention sur ce qui l'a, pour ainsi dire, préparée. Des idéessuccessives marquant la maturation progressive des esprits.

Ce que l'on voit: le résultat d'une action: un terrain sur lequel chacun pouvait venir se trouve enclos. C'est une manière d'en interdire l'accès.
Ce que l'on entend: une formule lapidaire dite comme si c'était naturel: ceci est à moi. L'inventeur rattache une existence matérielle à son moi. Il transpose à un objet ce qui n'est valable que pour son propre corps. Il affirme simplement comme si c'était aussi évident que de dire en montrant sa tête: ceci est à moi. Il n'y aurait pas besoin d'argumentation: la violence de l'action justifie le discours: il agit et puis il parle comme si le discours était magique, suffisait à transformer la simple possession en propriété que tous devrait reconnaître, comme si le fait pouvait donner le droit.

Trouva: signifie rencontrer, avoir la chance de tomber sur des gens qui sont au stade de l'opinion, qui croient ce qu'ils voient et ce qu'ils entendent: ils sont simples, ils ne réfléchissent pas, ont peu de finesse et se laissent facilement tromper.
Le vrai fondateur. La société civile est issue d'une invention et jaillit comme une invention (le premier). En effet, de la propriété va découler le travail, la production et les échanges. Comme une invention est par définition nouvelle, il est impossible de prévoir si elle aura des conséquences désastreuses et donc de s'opposer à elle. L'invention de la théorie atomique a été accueilli avec enthousiasme .. et on avait même produit une "eau radioactive" que l'on faisait boire.

Une contre scène va maintenant être opposée à la première scène. S'il y en a un qui sait, les conséquences de la propriété génératrice d'inégalités et de nombreux malheurs, c'est bien Rousseau: il n'a qu'à regarder autour de lui et voir de parfaits imbéciles faire bâtonner des gens intelligents.
Étant à l'autre bout de l'histoire, Rousseau prend la parole pour dénoncer l'imposture de l'inventeur (ceci n'est pas à lui) et il s'imagine en train de défaire ce que le premier avait fait: c'est d'autant plus facile à défaire que l'inventeur a mis des signes, le pieux et le fossé, qu'il est facile de faire disparaître. Rousseau, tel un bon orateur, accumule les conséquences de la propriété et de l'appropriation d'une propriété, ce qui est une manière de répondre à la violence et à l'imposture par la violence, le vol et le meurtre de celui que l'on vole, ce qui l'empêche définitivement de reprendre son bien.

Crimes, guerres, meurtres, misères, horreurs, vous n'aurez pas de peine à montrer que ce sont deseffets de l'appropriation.

Arrachant ou comblant. Appréciez la violence qui anime le philosophe mais qui ne porte que sur les signes et non sur la personne. C'est par la parole que le philosophe en appelle au peuple naissant qui l'entoure.

Eût crié: S'il crie c'est parce qu'il veut provoquer l'attention alors que l'inventeur se contentait de "dire" benoîtement, pour ne pas éveiller la méfiance. L'inventeur rattachait le champ à son moi, le philosophe pense aux autres et ce philosophe qui crie, c'est Rousseau dont chaque oeuvre est d'abord un cri pour avertir l'humanité.

Semblables. Les êtres libres, les personnes, qui jouissent encore de l'égalité dans laquelle la nature les a installés et qui vont être entravés par les inégalités et le travail aliéné.
C'est un discours, avec une théorie qui devrait sembler évidente à la raison, que le philosophe oppose à la formule lapidaire.

Gardez-vous: protégez-vous, préservez-vous du danger que vous allez courir si vous écoutez, si vous prêtez attention, si vous ne résistez pas au pouvoir des mots, si vous donnez votre accord à cette imposture: on cherche à abuser de votre crédulité pour en tirer profit: c'est un imposteur qui usurpe une qualité à laquelle il n'a pas droit.

Perdu: le terme est donc à prendre au sens fort: en perdant la liberté naturelle et en ne recevant rien en échange, vous perdrez l'égalité et sans liberté et égalité, on ne peut vivre une vie pleinement humaine.

Si vous oubliez: on ne peut oublier ce qu'on connaît bien. Rousseau s'adresse à des gens qui vivent la théorie sans l'avoir conscientisée. Comment pourraient-ils avoir oublié ce qu'ils ne connaissent pas? Ils ne le connaissent pas mais il le vivent en cueillant les fruits et en allant où ils veulent. Ils vont découvrir, les malheureux, que cueillir les fruits implique que les fruits soient à tous et que, aller où ils veulent implique que la terre ne soit à personne.

 

2ème partie, le discours de la raison: 

Mais. Le texte s'articule autour de ce "mais". C'est une manière de nuancer la première partie qui semblait faire de l'invention de la propriété, une rupture brutale, une nouveauté absolue, comme si l'esprit du mal avait inspiré l'inventeur. Mais le philosophe Rousseau sait bien que, si une invention ne peut être que par un individu, cela ne signifie pas qu'elle n'ait pas été préparée par la maturation progressive des esprits, celui de l'inventeur et de ceux qui vont accepter l'invention car elle est dans l'air du temps. Ainsi l'histoire des sciences nous parle d'une invention qui a été faite dans un pays et dans un autre pays, à la même époque. Cela laisse supposer que les choses en étaient arrivées à un point tel qu'une simple goutte d'eau aurait fait déborder le vase, ici, ailleurs, maintenant, ou demain matin.

Grande apparence: signifie que c'est très probable.

idée de propriété: ici l'idée n'est pas issue de la sensibilité, c'est une idée intellectuelle, conçue, élaborée.

Tout d'un coup. Par la rupture brutale et instantanée, le jaillissement d'une invention qu'aucune histoire antérieure n'aurait préparée.

Successivement. S'oppose à "tout d'un coup"

Progrès. Ce sont ceux de l'industrie et ceux de l'esprit. Parmi tous ces progrès antérieurs, il faut mettre le langage et le symbolisme qui l'autorise. Le "pieu" n'était qu'un signe que seuls des esprits préparés pouvaient comprendre. 

Leur langue fait se lever un monde de significations grâce auquel ils sont aptes à comprendre et surtout à imaginer. On peut parler d'un pouvoir des mots. De même pour comprendre le lien au terrain, le ceci est à moi, il faut accéder au symbolisme de la métaphore, et oublier que c'est une métaphore: confondre le signe et la réalité et puis ne plus voir que le signe. Le langage instaure une légitimité pour peu que l'accord se fasse sur une affirmation. Il permet un "établissement" et de cet établissement naît une légitimité aux yeux des simples. On dira, il parle bien et on pensera, c'est évident.

Ne pouvait plus durer. Cela signifie que certains moments de l'histoire où la nouveauté jaillit sont en réalité des explosions d'une accumulation, d'une succession d'idées qui insensiblement ont orienté vers cette rupture.

Dernier terme. C'en est fini de cette relation privilégiée au présent, de ce plaisir qui n'est que l'accomplissement d'un acte. A partir du moment où la propriété est acceptée, l'homme se tourne vers l'avenir, entre dans l'histoire et se souciera de la préservation de ses propriétés ou se préoccupera de stratagèmes pour partir à l'assaut des propriétés.

 

Bilan
Vous pouvez maintenant donner la réponse de Rousseau à la question sur l'origine de l'inégalité parmi les hommes.
Si les inégalités sociales relèvent d'une histoire, ne sont pas essentielles, l'histoire peut toujours les rectifier.

 

Élargissement

Marx: la richesse des uns a pour conséquence la pauvreté des autres. Celui qui ne possède pas doit vendre son corps, sa seule force de travail, ce qu'il possède, à celui qui possède et qui en tirera une plus value.
En échange de sa force de travail, le pauvre recevra, avec reconnaissance, 
de quoi refaire sa force de travail. Comment corriger cela?

L'habitude n'est-elle pas une seconde nature? Nous retrouvons le seul problème politique: comment étendre la générosité restreinte quand , pour le plus grand malheur de l'humanité, celui qui possède ou celui qui jouit de privilèges s'identifie à ce qu'il possède ou à ses privilèges au point de croire que s'il les perd, la vie ne vaut plus la peine d'être vécue!

source : http://www.philagora.net/etude-de-texte/rousseau.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article