Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Alfred Hitchcock, les années Selznick" (coffret ultra collector)

Publié le 10 Décembre 2017, 09:41am

Catégories : #DVD

Du grand art

La pré­sen­ta­tion
L’année 1939 cor­res­pond à un tour­nant dans la car­rière d’Alfred Hit­ch­cock. Année de son départ aux États-Unis, c’est aussi celle qui marque le début d’une col­la­bo­ra­tion de près de dix ans avec le célèbre pro­duc­teur amé­ri­cain David O. Selz­nick (Autant en emporte le vent, Duel au soleil). Cette asso­cia­tion entre le maître du sus­pense et l’un des plus impor­tants repré­sen­tants du sys­tème hol­ly­woo­dien don­nera nais­sance à quatre chefs-d’œuvre : la romance gothique Rebecca (1940), le thril­ler psy­cha­na­ly­tique La Mai­son du doc­teur Edwardes (1945), le film d’espionnage Les Enchaî­nés (1946) et le thril­ler judi­ciaire Le Pro­cès Para­dine (1947).
Réunis pour la pre­mière fois dans un Cof­fret Ultra Col­lec­tor 5 Blu-ray et un Cof­fret Ultra Col­lec­tor 5 DVD, ces quatre longs-métrages figurent parmi les tré­sors du cinéma hol­ly­woo­dien des années 1940, à admi­rer dans leur sublime ver­sion restaurée.

La Conquête de l’indépendance

Indé­nia­ble­ment, les édi­tions Car­lotta frappent fort avec ce cof­fret ultra col­lec­tor — limité à 3000 exem­plaires — mis au point en col­la­bo­ra­tion avec les Cahiers du cinéma et dont on doit le visuel léché au gra­phiste bri­tan­nique Matt Needle. Ces quatre films des années 40, pro­duits par l’inspiré Selz­nick et tous res­tau­rés à l’occasion en HD (sauf le mythique Reb­beca jouis­sant d’un un mas­ter 4K qui lui va comme un gant et lui confère toute la pro­fon­deur visuelle atten­due), contient trois pépites répu­tées du maître du sus­pense, à peine éta­bli Outre-Manche: Rebecca (Lau­rence Oli­vier, Joan Fon­taine), Les Enchaî­nés (Cary Grant, Ingrid Berg­man) et La Mai­son du Dr Edwardes (Berg­man, Gre­gory Peck). Plus anec­do­tique, Le pro­cès Para­dine (Gre­gory Peck, Alida Valli) qui sou­ligne le der­nier contrat de Hit­ch­cock envers le pro­duc­teur Selz­nick n’a jamais déplacé les foules et n’a ici qu’une valeur contex­tuelle et his­to­rique.
Outre de sti­mu­lants bonus qui pro­longent – pen­dant plus de 5 heures tout de même ! — le plai­sir du vision­nage (on songe notam­ment aux entre­tiens entre Truf­faut et le maître du polar, et à la pré­sen­ta­tion de Daphné du Mau­rierqu’Hitchcock apap­tera avec La Taverne de la Jamaïque, Rebecca et l’inquiétant Les Oiseaux), le livret qui accom­pagne l’ensemble, enca­dré de nom­breuses pho­to­gra­phies en noir et blanc old school, et qui le par­achève clai­re­ment, a attiré toute notre atten­tion. Les plumes des Cahiers du cinéma s’en donnent à coeur joie, dans cette bien nom­mée “(La) Conquête de l’indépendance” pour éclai­rer les rela­tions ten­dues entre le génie anglais cour­tisé par toutes les majors du temps (Para­mount, RKO, Uni­ver­sal…) et l’autoritaire comme intru­sif Selz­nick enten­dant bien contrô­ler les moindres séquences et rushes de son pou­lain frais émoulu dans le sérail hollywoodien.

Si chaque film a droit à son content d’analyses, cer­taines plus pous­sées que d’autres (Les Enchaî­nés étant bien servi en par­ti­cu­lier) et si par exemple d’intéressants  détails sont mis en avant quant au rôle joué par Sal­va­dor Dali dans les décors de La Mai­son du Dr Edwardes, c’est sur­tout la recherche d’indépendance de Hit­ch­cock qui est expli­ci­tée à grand ren­forts de pré­ci­sions et d’explications : les­quelles ne sont pas adja­centes ou acces­soires au cor­pus mais l’influencent à chaque fois de manière consi­dé­rable, comme l’attestent les com­men­taires sur les nom­breuses scènes cou­pées ou les modi­fi­ca­tions appor­tées in fine aux sce­na­rii.
Cette lecture-exégèse sti­mu­lante donne tout sim­ple­ment envie, encore et encore, de regar­der à nou­veaux frais ces chefs-d’œuvre de Sir Alfred afin de se péné­trer, si besoin était, de son génie vision­naire et de son sens de l’exigence ciné­ma­to­gra­phique. Autant dire que l’on est là face du grand art pour tous les com­po­sants de ce coffret !

fre­de­ric grolleau

Alfred Hit­ch­cock, les années Selz­nick  (cof­fret ultra col­lec­tor)
Réa­li­sa­teur : Alfred Hit­ch­cock
Edi­teur vidéo : Car­lotta Films
En Cof­fret Ultra Col­lec­tor Blu-ray et DVD le 29 novembre 2017

Com­mu­ni­qué offi­ciel de l’éditeur :
BD  MASTERS HAUTE DÉFINITION • 1080/23.98p • ENCODAGE AVC
Ver­sion Ori­gi­nale / Ver­sion Fran­çaise DTS-HD Mas­ter Audio 1.0
Sous-Titres Fran­çais • For­mats 1.33 et 1.37 res­pec­tés • Noir & Blanc
Durée des Films : 130 mn / 111 mn / 102 mn / 114 mn
LES FILMS ET LES SUPPLÉMENTS
BLU-RAY 1 : REBECCA (NOUVELLE RESTAURATION 4K)
BLU-RAY 2 : LA MAISON DU DOCTEUR EDWARDES (NOUVELLE RESTAURATIONHD)
BLU-RAY 3 : LES ENCHAÎNÉS (NOUVELLE RESTAURATION HD)
BLU-RAY 4 : LE PROCÈS PARADINE (NOUVELLE RESTAURATION HD)
BLU-RAY 5 : LES SUPPLÉMENTS
DÉTAILS DES SUPPLÉMENTS (BLU-RAY 1 À 5)
 OBSÉDANTE ABSENCE  SUBLIMINAL  LA CLÉ DU SUSPENSE  RÉMINISCENCES (20 mn / 16 mn / 14 mn / 16 mn)
Quatre entre­tiens et ana­lyses de Laurent Bou­ze­reau, cinéaste et auteur de Hit­ch­cock : pièces à convic­tion.
 HITCHCOCK/TRUFFAUT (34 mn / 23 mn / 30 mn / 23 mn)
Les quatre films décryp­tés par Hit­ch­cock et Truf­faut au cours de leurs célèbres entre­tiens, aug­men­tés d’une post­face inédite du réa­li­sa­teur Nico­las Saada.
 SCREEN TESTS DE REBECCA” (9 mn)
Mar­ga­ret Sul­la­van, Vivien Leigh et Sir Lau­rence Oli­vier font des essais pour les pre­miers rôles du film.
 HITCHCOCK/SELZNICK (23 mn)
Réa­lisé par Ber­trand Tes­sier, un entre­tien exclu­sif avec Daniel Selz­nick, fils de David O. Selz­nick.
 MONSIEUR TRUFFAUT MEETS MR. HITCHCOCK (39 mn)
La genèse d’un livre de légende et d’une rela­tion sin­gu­lière, avec les témoi­gnages de Claude Cha­brol, Laura Truf­faut, Patri­cia Hit­ch­cock et bien d’autres… Réa­lisé par Robert Fischer.
 DAPHNE DU MAURIER SUR LES TRACES DE REBECCA (56 mn)
Nim­bée d’étrange et bous­cu­lant les conven­tions, l’œuvre de Daphne du Mau­rier (1907–1989) a séduit de nom­breux cinéastes, Alfred Hit­ch­cock en tête, qui por­tera à l’écran La Taverne de la Jamaïque, Les Oiseaux et Rebecca, l’un de ses plus célèbres romans. Por­trait sub­til d’une roman­cière à la per­son­na­lité com­plexe. Réa­lisé par Eli­sa­beth Aubert Schlum­ber­ger.
 HOME MOVIES (36 mn)
Alfred Hit­ch­cock comme vous ne l’aviez jamais vu. Ins­tants en famille ou sur les pla­teaux de tour­nage.
BANDES-ANNONCES
LE LIVRE DE 300 PAGES (INCLUS PLUS DE 120 PHOTOS)
LA CONQUÊTE DE L’INDÉPENDANCE
 RÉALISÉ EN ASSOCIATION AVEC LES CAHIERS DU CINÉMA
« Le cinéma repré­sente sim­ple­ment des bouts de films ras­sem­blés de manière à créer des idées et des émo­tions. » — Alfred Hit­ch­cock
La Conquête de l’indépendance décor­tique la rela­tion entre le pro­duc­teur David O. Selz­nick et le réa­li­sa­teur Alfred Hit­ch­cock : com­ment le savoir-faire du pre­mier va per­mettre au second de deve­nir un véri­table cinéaste hol­ly­woo­dien et de prendre son envol. Au gré de nom­breux articles d’époque, d’analyses et entre­tiens exclu­sifs, cet ouvrage revient sur les quatre films du duo et leur impor­tance dans la car­rière des deux hommes, mais aussi leur apport dans le domaine du cinéma et de l’art en géné­ral. Un ouvrage inédit agré­menté de plus de 120 pho­tos d’archives.
 UN VISUEL EXCLUSIF CRÉÉ PAR MATT NEEDLE
Matt Needle est un gra­phiste et illus­tra­teur basé à Car­diff au Royaume-Uni. Depuis huit ans, il a tra­vaillé pour des clients pres­ti­gieux comme Dis­ney, Mar­vel, Fox et Sony et s’est spé­cia­lisé dans la créa­tion à forte iden­tité gra­phique : affiches de film, illus­tra­tions, cou­ver­tures de livre, visuels de Blu-ray et albums de musique. Retrou­vez toutes les créa­tions de Matt Needle sur www.mattneedle.co.uk

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article