Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Chi ha incastrato Roger Rabbit »: Jessica su Playboy e Bill Murray perse la parte, (“Qui veut la peau de Roger Rabbit” : Jessica sur Playboy et Bill Murray a perdu le rôle)

Publié le 26 Juin 2019, 09:14am

Catégories : #Echos d'Italie

"Chi ha incastrato Roger Rabbit »: Jessica su Playboy e Bill Murray perse la parte, (“Qui veut la peau de Roger Rabbit” : Jessica sur Playboy et Bill Murray a perdu le rôle)

Corriere della Sera / Spettacoli

« Chi ha incas­trato Roger Rab­bit»: Jes­sica su Play­boy e Bill Mur­ray perse la parte, 
i cinque segreti del film

A fine giu­gno 1988 usciva il capo­la­voro d’animazione fir­mato Spielberg-Zemeckis ovvero la cele­bra­zione dei car­toon Dis­ney– War­ner Bros, con oltre 140 pro­ta­go­nisti a «fumetti»

di Ales­san­dro Beretta
25 giu­gno 2019

Dal 1988, Roger e Jes­sica sono gli eroi di Car­too­nia.
Una cucina va a pezzi mentre un neo­nato cerca di pren­dere un bis­cotto e un coni­glio è tra­volto da un ciclone di gag cau­sate dagli elet­tro­do­mes­tici. Il pub­blico ame­ri­cano il 22 giu­gno 1988, 31 anni fa, si ritrovò in mezzo a un cor­to­me­trag­gio ani­mato inti­to­lato “Somethin’s Cookin” che era la ver­sione acce­le­rata di quelli di una volta, da Bugs Bunny in poi. Fino a che uno “Stooop!” ferma la scena e ci si trova su un set reale, dove umani e per­so­naggi ani­mati vivono insieme e il coni­glio Roger è in crisi: l’inizio di “Chi ha incas­trato Roger Rab­bit” svela un mondo fan­tas­tico diven­tato imme­dia­ta­mente cult.
Essere le star dei dise­gni ani­mati per Hol­ly­wood, nel 1947, dovrebbe essere uno spasso, ma non è così se a Car­too­nia, la città in cui vivono, arriva a gover­nare un cat­tivo che li vuole can­cel­lare con la temi­bile “sala­moia”. È il giu­dice Mor­ton (Chris­to­pher Lloyd) e contro di lui ci vorrà la bra­vura del detec­tive Eddie Valiant (Bob Hos­kins) pronto a met­tersi in gioco per quei matti e splen­didi eroi colo­rati, come Roger Rab­bit — in Ita­lia con la voce inimi­ta­bile di Marco Mele — e la sua splen­dida consorte Jes­sica, dop­piata da Paila Pavese.

Del romanzo ori­gi­nale, si salvò una sola bat­tuta: la migliore.
Costato 70 milioni di dol­lari, “Chi ha incas­trato Roger Rab­bit” ne incassò nel mondo quasi 330. Un’altra hit al box office nata dalla cop­pia che stava domi­nando l’immaginario: Ste­ven Spiel­berg come pro­dut­tore ese­cu­tivo, Robert Zeme­ckis alla regia, già insieme per “Ritorno al futuro” (1985). Il film nacque dall’adattamento del romanzo del 1981 dello scrit­tore Gary K. Wolf “Who Cen­so­red Roger Rab­bit?” (Chi ha cen­su­rato Roger Rab­bit?): una detec­tive story in cui l’autore imma­gina un mondo in cui uomini e dise­gni ani­mati convi­vono nella realtà.
Curio­sa­mente, nel libro tanti per­so­naggi arri­vano dal mondo dei fumetti e non dall’animazione, come Snoopy e Dick Tracy. Di tutto il romanzo, inoltre, solo un paio di frasi sono rimaste nel film, tra queste la più celebre è quella pro­nun­ciata da Jes­sica Rab­bit: «Io non sono cat­tiva, è che mi dise­gnano così»..

Roger e Jes­sica: due “figli” di Tex Avery e una mamma sexy.
A coor­di­nare il team che diede un’immagine ai per­so­naggi ori­gi­nali del film vi era Richard Williams che cercò di fon­dere nei tratti di Roger Rab­bit l’estetica della Dis­ney — come nel corpo e nei guanti alla Topo­lino — e quella della rivale War­ner Bros — come nel viso e nel papillon da Porky Pig. L’umorismo e le gag del coni­glio, per Williams, sono un omag­gio al geniale ani­ma­tore Tex Avery.
Per il fisico pro­vo­cante di Jes­sica Rab­bit, dopo l’uscita del film un son­dag­gio tra il pub­blico decretò che il modello era Vero­nica Lake, mentre in realtà è stata la meno nota modella degli anni Cin­quanta Vikki Dou­gan, sopran­no­mi­nata “The Back” (La schiena) per i ves­titi che la las­cia­vano sco­perta. Il modello ani­mato della signora Rab­bit, invece, la sen­suale pro­ta­go­nista del cor­to­me­trag­gio ani­mato “Red Hot Riding Hood” (1943)di Tex Avery, avvolta in un altret­tanto ade­rente abito da sera rosso scol­lato. Jes­sica Rab­bit diventò un’icona sexy, tanto da arri­vare nel novembre 1988 — inter­pre­tata dalla modella Laura-Richmond — sulla coper­tina di “Playboy”. [..]


tra­duc­tion:

“Qui veut la peau de Roger Rab­bit” : Jes­sica sur Play­boy et Bill Mur­ray a perdu le rôle
les 5 secrets du film

par Ales­san­dro Beretta
25 juin 2019

Fin juin 1988 sor­tait le chef-d’œuvre d’animation signé Spielberg-Zemeckis ou la célé­bra­tion des car­toons Dis­ney– War­ner Bros, avec plus de 140 per­son­nages de  « bandes dessinées »

Depuis 1988, Roger et Jes­sica sont les héros de Toon­ville.
Une cui­sine s’écroule pen­dant qu’un nouveau-né essaie de prendre un bis­cuit, et qu’un lapin est sub­mergé par un cyclone de gags cau­sés par l’électroménager. Le public amé­ri­cain le 22 juin 1988, il y a 31 ans, se retrouva face à un court-métrage animé inti­tulé “Somethin’s Cookin’” [“Quelque chose se pré­pare”, ndt] qui était la ver­sion accé­lé­rée de ceux d’autrefois, à par­tir de Bugs Bunny. Jusqu’à ce qu’on arrête la scène et qu’on soit sur un vrai pla­teau, où humains et per­son­nages ani­més vivent ensemble et où le lapin Roger est en crise : le début de Qui veut la peau de Roger Rab­bit dévoile un monde fan­tas­tique devenu immé­dia­te­ment culte.
Être les stars des des­sins ani­més d’Hollywood en 1947 devrait être amu­sant, mais ce n’est pas le cas si à Toon­ville, la ville dans laquelle ils vivent, un méchant arrive à gou­ver­ner et veut les effa­cer avec la redou­table “sau­mure”. C’est le juge Mor­ton (Chris­to­pher Lloyd) et contre lui il fau­dra toute la bra­voure de l’inspecteur Eddie Valiant (Bob Hos­kins) prêt à se mettre péril pour ces fous et beaux héros colo­rés, comme Roger Rab­bit — en Ita­lie avec la voix inimi­table de Marco Mele — et sa magni­fique épouse Jes­sica, dou­blée par Paila Pavese.

Une seule réplique sauva le roman ori­gi­nal : la meilleure.
Ayant coûté 70 mil­lions de dol­lars, Qui veut la peau de Roger Rab­bit en a encaissé près de 330 dans le monde. Un autre suc­cès au box office né du couple qui domi­nait alors l’imaginaire : Ste­ven Spiel­berg en tant que pro­duc­teur exé­cu­tif, Robert Zeme­ckis à la mise en scène, déjà ensemble pour “Retour vers le futur” (1985).
Le film est né de l’adaptation du roman de 1981 de l’écrivain Gary K. Wolf “Who cen­so­red Roger Rab­bit ?”, une détec­tive story dans laquelle l’auteur ima­gine un monde où des hommes et des créa­tures de des­sins ani­més coha­bitent dans la réa­lité. Curieu­se­ment, dans le livre, beau­coup de per­son­nages viennent du monde des comics et non de l’animation, comme Snoopy et Dick Tracy. De tout le roman, en outre, seules quelques phrases sont res­tées dans le film, parmi lesquelles-ci, la plus célèbre, pro­non­cée par Jes­sica Rab­bit : « Je ne suis pas mau­vaise, je suis juste des­si­née comme ça ».

Roger et Jes­sica, deux enfants de Tex Avery et une maman sexy.
L’équipe qui a donné une image aux per­son­nages ori­gi­naux du film était coor­don­née par Richard Williams qui a essayé de fondre dans les traits de Roger Rab­bit l’esthétique de Dis­ney — comme dans le corps et les gants de Mickey Mouse -  et celle de la rivale War­ner Bros — comme dans le visage et le nœud papillon de Porky Pig. L’humour et les blagues du lapin, pour Williams, sont un hom­mage au brillant ani­ma­teur Tex Avery.
Pour le phy­sique pro­vo­cant de Jes­sica Rab­bit, après la sor­tie du film, une enquête publique a décrété que le modèle était Vero­nica Lake, alors qu’en réa­lité c’était un modèle moins connu des années cin­quante, Vikki Dou­gan, sur­nom­mée “The Back” (Le dos) pour les vête­ments qui la lais­saient nue. Le modèle animé de Mme Rab­bit, en revanche, la sen­suelle pro­ta­go­niste du court-métrage animé “Red Hot riding Hood” [“Le Petit Cha­pe­ron rouge, ndt] (1943) de Tex Avery, est enve­lop­pée dans une robe de soi­rée rouge décol­le­tée tout aussi ser­rée.
Jes­sica Rab­bit devint une icône sexy, au point d’arriver en novembre 1988 — inter­pré­tée par le man­ne­quin Laura Rich­mond — sur la cou­ver­ture de Playboy.[..]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article