Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Michel Arcens, John Coltrane, La musique sans raison

Publié le 11 Novembre 2012, 23:21pm

Catégories : #ESSAIS

La raison sans raisons

Une première mise au point s'impose pour le lecteur qui ici se méprendrait : certes intitulé John Coltrane dans son titre principal, cet essai ne constitue pas un énième opus sur la vie de Coltrane mais une sorte de portrait biaisé (via les propos du célèbre saxophoniste (1926 – 1967) mais aussi les nombreuses citations d'autres musiciens) de cet art mutant qu'est le jazz. Mâtiné de pléthore de zests de phénoménologie (pour l'essentiel empruntée à Michel Henry), l'ensemble par ailleurs assez littéraire forme un coktail aussi baroque qu'explosif. Il n'est pas exclu que ce curieux ouvrage, bardé de sous-titres qui pourraient se révéler inquiétants ("Esquisses d’une philosophie imaginaire". "Essai pour une phénoménologie du jazz") n'atteigne pas pleinement son objet du coup, et l'auteur s'en amuse (?) lui-même dans le conte final valant comme epilogue où c'est surtout l'incandescence musicale qui se touve célébrée...

Pas sûr donc que l'amateur éclairé ou le néophyte en apprenne plus sur Coltrane, « musicien philosophe » en ces pages (quoique les premières mentions de l'intérêt de Coltrane – il lisait notamment l'ouvrage de Ayer : Language, Thruth, Logic - pour la finalité qu'incarnerait la philosophie soient assez stimulantes) ; il s'agit bien plutôt pour Michel Arcens de se laiser aller – c'est le mot – à une méditation "imaginaire" quant aux points d'imbrication entre jazz, littérature, vie (sous le soleil de l'improvisation renouvelée) et philosophie. Cette approche éclatée confère d'emblée sa limite au propos, dont la scansion, à la différence par exemple de la première version lancinante d'Africa en 1979 par Coltrane, paraît assez vite plus répétitive qu'évolutive, l'auteur s'échinant à commenter des commentaires pour en produire un palimpseste idéal qui confine vite à la gratuité pure et simple.  

Voir et entendre Coltrane jouer "Naima"

Les références proposées et auteurs mis en avant sont toujours intéressants pourtant, et l'écriture de M. Arcens, fort plaisante, génère ce doux flottement de ce qui s'énonce sans souci dialectique de l'objection : on observera ainsi la curieuse insistance de l'auteur à séparer le sulfureux jazz, sans frontières, de la conceptualisation théorétique, à prétention absolue, tout en ne cessant de vouloir réfléchir (à) cet art de "l'engagement" et du feeling tout du long de cet essai. L'opposition aux « intellectuels du jazz », toute recevable qu'elle soit, semble alors faire écran à l'intention même de celui qui la produit céans. C'est que l'auteur ne cesse d'affirmer, criant à l'évidence la plus haute, quand il s'agirait surtout de (se) justifier davantage. Que faire, il est vrai, face à une affirmation du type : « En jouant ce que l'on sent et ce que l'on « entend », on est soi-même, et par conséquent, il ne peut y avoir là le moindre malentendu. On ne peut se tromper en étant soi. »(p. 58). Euh, si vous le dites, mais encore ?
Coltrane – qui n'apparaît pas explicitement ici en couverture, laquelle repose sur un flouté évanescent des plus révélateurs  joue peut-être une musique sans raison, mais l'ouvrage d'Arcens campe assurément dans la position d'une raison sans raisons.

 

Que l'auteur, louable en cela, veuille assigner au jazz – en manquerait-il donc à ce point ? – un indéniable accent de sincérité, on ne le contestera point ; mais à marteler qu'elle échappe par principe «  à tout procès de conceptualisation et de rationalisation », l'essaysiste brouille les pistes et retire le peu de semblance philsophique qu'il semblait vouloir instiller à cette « musique de derrière les étoiles » (dixit Archie Sheep) que joue Coltrane. Ce dernier reste bien, comme en témoigne Téniot dans son Dictionnaire du jazz cité en exergue, un créateur capable de concilier « l'insurrection sonore et la perfection technique », mais de là à en faire un épigone du Parménide heideggerien, il y a un pas (nous songeons au mythique coltranien Giant Steps, en particulier à "Naima", de 1960) que nous préférerons ne pas franchir.
Ces réserves se dissolvent en revanche, insistons-y, si l'on soutient que la philosophie « imaginaire », qui a droit de cité, n'est pas la philosophie rationaliste "classique" – auquel cas, outre la documentation impeccable sur l'univers du jazz que fournit ce John Coltrane, il faut lire l'essai de M. Arcens pour les sentiers perdus qu'il sait emprunter et le mélange des genres qu'il garantit. L'éditeur Joel Mettay fait paraître d'ailleurs chez Alter Ego, dans le sens de cette richesse protéiforme du jazz, deux autres essais appétissants ces jours-ci : Les Blessures du désir de Jean-Pierre Moussaron et un Petit Dictionnaire Incomplet des Incompris d'Alain Gerber, que l'on recommandera, sans modération aucune, à nos lecteurs.

frederic grolleau

Michel Arcens, John Coltrane, La musique sans raison - Esquisses d’une philosophie imaginaire. Essai pour une phénoménologie du jazz, Alter Ego Editions, octobre 2012, 220 p. - 17, 00 €

Commenter cet article

Pass4sure SY0-401 18/02/2015 13:15

You can find here preparatory material on all certifications

Pass4sure 70-410 18/02/2015 13:15

Our guides are patterned into Questions and Answers format and it will sharpen your skills and expand your knowledge to obtain a definite success.

replica watches uk 22/01/2015 06:54

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this article.

hublot replica 22/01/2015 06:54

Very good stuff with good ideas and concepts, lots of great information and inspiration, both of which we all need.

gucci replica 22/01/2015 06:54

Pretty good post. I just stumbled upon your blog and wanted to say that I have really enjoyed reading your blog posts.