Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Podium

Publié le 16 Juillet 2012, 14:53pm

Catégories : #DVD

Mieux qu’un film sur les sosies de Cloclo, un sans-fautes.

 

L’histoire
Chargé de clientèle dans une banque et surendetté, Bernard Frédéric, qui exerçait la profession de Claude François il y a cinq ans, décide de reprendre du service, secoué par son ami " Couscous " - double paumé de Polnareff qui n’a jamais décroché de la sosi
fication - et motivé par le prochain concours de la "Nuit des sosies" diffusé sur une chaîne nationale. C’est sans compter sur les résistances de sa femme, Véronique, peu encline à supporter ces fadaises minant leur couple et sur le poids du temps qui passe et pèse désormais sur le sosie de Cloco...

L’idée d’origine est géniale : rendre compte de ce monde de l’envers, de la doublure qu’est le sosisme, sans pour autant verser dans une dénonciation en règle de ceux qui ne vivent que par procuration et font de l’existence d’autrui leur métier. Cet écueil que n’avait pas vraiment évité le roman est dépassé par le film, lequel privilégie l’humour sur le scabreux, et c’est tant mieux. Avec Polevoorde et Rouve aux manettes, Moix tient deux acteurs géniaux qui font de chaque moment de ce film un pur régal de justesse et de drôlerie. L’on sent par ailleurs constamment à quel point la masse de documentation dans laquelle il s’est plongé à amener Moix à aimer l’univers de Cloclo. 

Parvenir à rende compte de cette nova du show-biz dans une comédie populaire n’est pas le moindre des mérites du romancier-réalisateur, qui en rajoute une couche au montage en multipliant les effets de focales splitées très années 70, façon blacksploitation Shaft ou Mannix. Ajoutés à des emprunts d’archives judicieusement essaimés, ces éléments permettent à Moix de réaliser, mieux qu’un film, un sans-fautes.

 

 

On pourrait certes dire que Yann Moix a pris beaucoup de risque en se lançant à corps perdu dans un premier long métrage qui n’est autre que l’adaptation de son propre roman éponyme. Mais on ne le dira pas car ce serait oublier, justement, que Moix n’a écrit Podium-le-roman (par ailleurs devenu succès public) que parce qu’il avait déjà en tête le scénario de Podium-le-film et cherchait à convaincre Poelvoorde d’incarner le sosie de Claude François qui tient tout le film sur ses épaules. Ayant constaté l’impact du livre sur les foules, l’acteur accepta ensuite de se prêter au jeu moixien...

 

 

Ceci est une manière de dire que, lorsqu’il a une idée en tête, Yann Moix ne l’a pas autre part, et c’est tant mieux pour nous tant ce Podium a été également un franc succès cinématographique. Contre toute attente, le romancier Moix (qu’on savait déjà talentueux) devient donc un réalisateur de premier plan. Podium est en effet absolument maîtrisé d’un bout à l’autre, et le film gagne en dynamique et en percussions ce qu’on avait estimé trop de l’ordre de la dilution dans le roman. Point de temps mort ici et il suffit, pour s’en rendre compte, d’écouter le commentaire audio de Moix dédié aux scènes coupées sur le DVD 2 (uniquement disponible dans l’édition collector), qui ne se montre avare ni d’explications ni d’éclaircissements en tout genre. Ces vingt-six minutes de film en moins soulignent, si besoin était, l’énorme travail fourni par le réalisateur pour renforcer la fluidité de son scénario et faire primer avant tout le sens de la comédie et du rire.

 

 

Il a eu raison, Yann Moix, de supprimer la scatologique scène des toilettes ou Bernard Frédéric retapisse de merde les parois des chiottes de la pizzeria Renato ; en revanche on regrette encore qu’il ait estimé opportun de supprimer l’une des premières séquences du film, soit le combat mythique entre sosies de Cloclo et de Sardou : il s’agit là d’un des leitmotives du roman et n’y retrouver aucun renvoi dans le film est fort dommage. Idem pour la scène des graviers du moulin de Dannemeois où Poelvoorde nous gratifie d’un extraordinaire numéro d’acteur ! Reste que dans l’ensemble les coupes sont plutôt bienvenues et qu’il est agréable de disposer des 2 versions du film sur 2 DVD distincts.

 

 

Tout comme l’on apprécie, par le biais de ces confidences, d’entrer dans l’univers cinématographique référentiel de Moix et d’avoir ainsi accès à ses propres doutes sur la qualité de son premier long métrage (des incertitudes qu’atténuent toutefois la maestria de l’équipe technique dont le romancier a su s’entourer, preuve en est le travail accompli par la spécialiste des effets spéciaux sur le duo original entre Pétula Clark et Claude François afin de remplacer, pour une séquence de trois minutes la chanteuse par Benoît Poelvoorde. Le rendu est époustouflant ! (voir sur ce point sur le DVD 3, uniquement disponible dans l’édition collector, la présentation de 11 mn consacrée à ce labeur minutieux).

 

 

Il faut saluer d’ailleurs au sujet de ce collector le remarquable travail de Pathé, en ce qui concerne à la fois l’image et le son. Si les menus des trois disques s’avèrent en effet peu inventifs sinon décevants du point de vue de l’interactivité, le 16/9 dispose d’un degré de finition impeccable pour toutes les couleurs, souvent saturées parce que très seventies-paillettes, qui sont légion dans le film. Le piqué de l’image est aussi soyeux qu’une perruque de bernadette et la compression, malgré les dénivelés de rudes contrastes parfois, ne souffre d’aucune faille. Une exigence qu’on retrouve sur la bande son puisque, en sus des classiques pistes Dolby Digital 5.1 et Surround 2.0, le spectateur dvdvore peut s’abandonner aux toniques mélodies claudiennes grâce à une piste DTS 5.1 des plus pêchues. C’est bien le diable si vous n’en fredonnerez pas une, et d’ailleurs ce collector vous invite à vous lancer à votre tour dans une imitation de "l’idole des jeunes" via un spécial Karaoké Alexandrie Alexandra (04 min 20) composé of course à partir d’images de Bernard Frédéric...

 

 

Si l’on passe sur le parisien défilé people des amis de Moix, Rouve et Poelvoorde dans l’ " Avant-première " (06 min 57) clôturant le très long making-of mais pas vraiment concluant, on ne peut que constater la qualité du tournage et, surtout du montage de Podium par Y.Moix. Nul doute que dans les années à venir ce collector, reflet tout en strass d’une génération révolue à défaut d’être perdue, s’impose, partant, comme un indispensable.

   
 

frederic grolleau

Podium Avec : Benoît Poelvoorde, Jean-Paul Rouve, Julie Depardieu, Dominique Besnehard, Marie Guillard, Odile Vuillemin Réalisateur : Yann Moix

o Date de parution : 25 août 2004 o Éditeur : Fox Pathé Europa Présentation : Snap Case/Keep Case Prix : 27, 99 €

Zone et formats son : Zone : Zone 2 Langues et formats sonores : Français (Dolby Digital 5.1)

Bonus : o Une Edition 3 DVD :

DVD 1 : o Le film en version cinéma o Le commentaire audio de Yann Moix et Benoit Poelvoorde o Le Teaser du DVD collector

DVD 2 : o La version longue du film montée par Yann Moix

DVD 3 : o Les Marches du Podium (26 min) o Le Making of : l’histoire de Podium (60 min) o Le bêtisier o Le Karaoké o Le clip de Bernard Frédéric o Featurette : L’avant-Première parisienne et people à l’Olympia

 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article