Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Lord of war (exposé CPES)

Publié le 5 Décembre 2011, 10:33am

Catégories : #Philo & Cinéma

                                               Exposé de mr Léonard Ayahce : LORD OF WAR

 

Lord of war (seigneur de guerre ) est un film dramatique réalisé par  Andrew Nicol sur le trafic d'armes international  avec Nicolas Cage et Ethan Hawke en acteurs principaux et sortit en 2005.

 

Synopsis et introduction

Yuri Orlov incarné par  Nicolas Cage et son frère Vitaly par Jared Leto sont nés dans l'Ukraine soviétique durant la Guerre froide ;émigrés à cette époque aux États-Unis en se faisant passer pour des juifs. Après avoir assité a une fusillade de mafia, Yuri se lance dans le trafic d'armes Rapidement, il se fait une place dedans en commençant à vendre à des petits acheteurs dans son quartier natal, Little Odessa à Brooklyn. Et ne préoccupe en aucun cas de l'idéologie de ses client contrairement à beaucoup de ses concurrent, ce n'est pas son affaire («Ce n'est pas notre guerre»). Tant que des personnes veulent et peuvent acheter des armes.                                                                                            

Vitaly hésite avant de suivre Yuri dans ses affaires, voulant devenir cuisinier («Il vaut mieux ne rien faire plutôt que faire ça» dit-il à propos du trafic d'armes). Mais l'appel des «Frères d'Armes» est le plus fort. Lors d'une transaction, Yuri et Vitaly se retrouvent contraints à accepter de la drogue à la place de l'argent convenu. Vitaly deviendra vite accro, jusqu'à s'enfuir avec un sachet entier de cocaïne, vite rattrapé par son frère. Il passera plusieurs mois en centre dedésintoxication.                                                                                                                  

 Yuri mène sa vie de trafiquant d'armes d'un côté, et celle de père de famille de l'autre, marié au mannequin Ava Fountain. Doté d'un cynisme à toute épreuve, qui lui permet de brider sa conscience, Yuri traverse le monde pour vendre ses armes. Son frère lui demande un jour comment il fait pour supporter son métier et celui-ci lui répondra: «  Combien de vendeurs d'autos parlent de leur travail ? Combien de vendeurs de tabac ? Pourtant leurs deux produits tuent plus de monde chaque année que les miens. Et sur les miens, il y a un cran de sûreté. Si ces gens peuvent oublier leur travail quand ils rentrent chez eux, je le peux aussi. »                                                                                             

Par amour pour sa femme, qui, guidée par l'agent Jack Valentine, a découvert son vrai métier, il décide de quitter le domaine de la vente d'armes. Mais André Baptiste, le président du Liberia, qui est son principal client, le force à y revenir. Mais, de plus en plus pessimiste, Yuri commence à nourrir des scrupules, et va jusqu'à avoir cette pensée, reprenant une phrase que l'on attribue à Edmund Burk,:«On dit: le mal triomphe partout là où les hommes de bonnes volontés ont échoué. Il suffirait de dire: le mal triomphe partout.»

Entre ses cas de conscience qui surgissent par moment et Interpol, représenté par l'agent Jack Valentine, Yuri a la vie dure et cela nous amène à nous poser la question de savoir pourquoi cet homme qui avait fini par tout avoir va reprendre son travail qu'il sait détruire tout ce qu'il à mit autant de temps et d’effort à construire au lieu de le quitter et de vivre sa vie sans problèmes. En somme Yuri va prendre le risque de tout perdre (et cela ne ratera pas) pour continuer à son travail qui le comble.

En somme cela peut nous amener la question de savoir si le travail est oui ou non compatible avec le bonheur et de voir si celui-là peut rendre un Homme heureux ?

Dans une première partie nous allons voir et définir ce qu'est le bonheur en l'exposant sous différents angles et points de vues philosophiques et différentes définitions de philosophes.

Suite à cela dans une deuxième partie nous aborderont le thème du travail en suivant le même procéder  

Et enfin dans une troisième et dernière partie nous associerons les deux pour voir si ils sont compatibles et répondre à notre problématique . Tout cela en étudiant ces thèmes en accord avec le film et en accord avec des extraits précis qui nous servirons de base à expliquer.

 

I) Le bonheur

Tout d'abord pour parler de bonheur et avant même  de prendre des appuis sur le film il faut pouvoir le définir généralement. Le bonheur est donc défini par un état de satisfaction complète caractérisé par sa plénitude et sa stabilité. On le distingue de plus de certaine notion ce qui est relativement important. Il est donc distinct du plaisir qui lui est très éphémère, de même que de la joie qui est par définition beaucoup plus dynamique que le bonheur. Le bonheur est donc caractérisé par un état constant de contentement plus ou moins accentué.

Nous allons donc passer à plusieurs définitions de différents auteurs philosophiques qui couplées avec notre film et des citations de celui-ci nous permettrons de les mettre en rapport et de les expliquer.

Tout a long du film on voit que Youri cherche à accéder au bonheur par diverse expériences comme la cocaïne,le sexe avec d'autre femmes que Ava son épouse pour réussir faire évoluer ses plaisir ,par exemple quand André Baptiste président du Libéria lui laisse deux superbe femmes dans sa chambre pour qu'il soit « heureux » ,ou même sa différenciation dans ses trafics dans le même but. On peut montrer cela par un texte de LEIBNIZ qui dit en ces termes <<notre bonheur ne consistera jamais dans une pleine jouissance ou il n’y aurait plus rien à désirer et qui rendrait notre esprit stupide ; mais dans un progrès perpétuel à de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfection>>.Qui veut dire que, comme dit précédemment, le bonheur pourrait être caractérisé par l'évolution des plaisirs et non pas sur le fait de tout avoir à un moment donné. Ainsi Youri qui est partit du plus bas pour arriver au plus haut serait donc plus heureux que celui qui, comme le fils d'un personnage X très riche et très connu aurais tout eu sans aucunes progressions depuis sa naissance.

Dans ce film nous pouvons trouver plusieurs définitions du bonheur et les interpréter comme nous l'avons dit au début de cet exposé. Dans la philosophie KANTIENNE du bonheur une citation dit que le bonheur est qualifié par le fait d’être bien, et d'avoir conscience, de « savoir » que nous allons le rester. Cette citation ci dessus <<le bonheur,c'est a dire le contentement de l'état ou l'on se trouve accompagné de la certitude qu'il est durable.>> peut être rapporté pour montrer que Yuri est heureux dans son travail au moment ou dans un avion en Afrique et juste avant d’être intercepté par l'agent Valentine il dit (1heure 8minutes et 32 secondes) « J’étais devenu le meilleur marchand de mort en opération. » . Il est donc, à ce moment là, bien car il est fier d’être le meilleur et sait intimement qu'il va le rester.

HEGEL ensuite va définir le bonheur a sa manière. Lui dit <<le bonheur n'est  pas seulement plaisir singulier mais un état durable d'une part du plaisir affectif d'autre part aussi des circonstances et des moyens qui permettent a la volonté de provoquer du plaisir.>> Cela se rapporte donc plus a la définition générale que nous avons donné du bonheur et se comprend  et s'explique par le fait que le bonheur est présent dans les autres et dans les sphères des sentiments en plus de la réalisation du plaisir concret et palpable au premier abord. Cela est bien beau et très philosophiques mais pour plus se rapporter au film cela montre que d'une certaine façon il est aussi heureux en plus de son travail avec Eva car c'est elle qui représente cela ,son « plaisir affectif ». Cela ce voit car par exemple, après l'assassina de son oncle militaire en Ukraine et dirigent une base russe , il va l'appeler pour lui parler et essayé de retrouver un certains bonheur. C'est d'ailleurs aussi pour cette raison philosophique que Yuri va tenté d’arrêter son trafic pour rendre sa femme heureuse et la garder avant de s’apercevoir après la visite du président du Libéria André Baptiste que son travail était pour lui, indispensable. Même son frère et ses parents représentent ces sphères là,même si c'est dans une moindre mesure. Car quand son frère est vivant,même dans sa période de toxicomanie cela le rend heureux en plus de son travail et cela l'aide à s 'encrer dans la « réalité » que l'on pourrais dire « sociale » de son existence. Mais ,a contrario, la mort de son frère,le fait que sa femme et son fils vont le quitter et le reniement de ses parents après la mort de celui la vont le détacher de cette « réalité » qui est devenue presque parallèle et cela va l'amener à se concentrer sur le bonheur qu'il éprouve dans son travail jusqu'à faire complètement abstraction de tout le reste. Tout cela monte que la définition du bonheur par HEGEL est très probante et prend vraiment une grande place dans les interprétation que l'on peut en faire dans ce film.

A coté de ces définitions qui, somme toute, prennent en compte que le bonheur existe, se pose l’interprétation du bonheur par SCHOPENHAUER  qui propose une complète négation du bonheur. La citation choisi le montre assez bien. <<tout bonheur est négatif, sans rien de positif, nulle autre satisfaction, nul contentement, par suite, ne peut être de durée ,  au fond, ils ne sont que la cessation d'une douleur ou d'une privation,et, pour remplacer ces dernières, ce qui deviendra infailliblement ou une peine nouvelle, ou  bien quelque langueur, une attente sans objet, l'ennui>>. Cela est véritablement une négation du bonheur sous sa définition et sa conception habituelle car d'après les dires de ce philosophe tout bonheur résout une peine et en apportera toujours finalement une autre. Une peine en remplace donc une autre et ainsi de suite tout au long de la vie. Cela est peut être relativement pessimiste comme vision des choses mais complètement applicable dans la vie. Prenons un exemple concret sans même aucun rapport avec le film pour pouvoir mieux comprendre cela. Les chagrins d'amour, une fois les relations sentimentales commencées après une rupture le seul moyen de vraiment se remettre de celle-ci est d'en recommencer une autre qui finira toujours par finir et amener la peine même si elle se termine non pas par une rupture au sens commun du terme mais par la mort de celui-ci après plusieurs années de bonheur. Cela montre bien que la conception de SCHOPENHAUER du bonheur n'est pas dans la théorie caduque. Maintenant la question posée serait plutôt : est il possible de l'appliquer au film que nous étudions ? Cela est bien entendu une question rhétorique car si la réponse était non toute cette partie sue ce philosophe et sa définition du bonheur dans cette présentation ne serait pas justifié. Nous pourrions donc associer cette théorie avec la toxicomanie de Vitaly,le frère de Yuri, car il s'enferme en quelque sorte inconsciemment dans un cercle vicieux qui résout ses peines momentanément pendant le temps qu'il est drogué pour en ramener d'autres après, même si dans ce cas ci ce sont les même qui reviennent. Ou encore pour prendre un autre exemple cette théorie peut justifier l'alcoolisme de l'oncle de Yuri, le major général  Dimitri Volcov qui mourra assassiné.

Nous finirons l'étude du bonheur par deux études de NIETZSCHE,une citation et un texte complet que nous retrouverons a la fin de cette présentation dans l'annexe (texte 1). Dans cette citation NIETZSCHE dit << Quesque le bonheur? Le sentiment que la puissance croit , qu'une résistance est en voie d’être surmontée.>> qui dit en terme simple et expliqué que le bonheur serait défini par le fait d’être conscient de sa propre puissance et de sa réussite. Nous n'allons pas expliquer par rapport au film cette citation tout de suite mais plus en la mettant en relation avec le texte(1) complet.

Dans le texte(1) de NIETZSCHE, il explique que le bonheur a une condition. L'oubli. Il faut cela pour pouvoir vivre heureux car autrement tout serait un devenir et non pas une action. L'on se représenterait tout le temps les conséquences et ne ferait et ne ferait donc rien pour ne pas avoir à les déclencher. Prenons pour exemple fictif l'homme qui ayant développé l'IA (intelligence artificielle) a un degré très élever et sachant que cela pourrait améliorer le quotidien de l'humanité ne le transmettrait et ne propagerait pas car ayant vu Matrix il aurait peur de ce que les machines pourraient faire. Cela montre bien que pour ne pas devenir comme un « vrai disciple d'Héraclite » il faut que l'oubli soit présent. D'après NIETZSCHE il serait donc possible de vivre heureux sans aucun souvenir ou presque. Yuri lui oubli volontairement ses transactions dans le film ou tout du moins leurs conséquences. Il le fait car cela lui permet de brider sa conscience et de continuer son travail.

Reprenons la citation présente quelques lignes  au dessus de celles écrites en ce moment. Car le texte (1) a un rapport avec celle-ci sur le fait que le bonheur serait un sentiment de puissance et de dépassement des résistances. En effet Yuri associe les deux pour être heureux. Pour lui chaque trafic est une nouvelle et palpitante aventure grâce à la condition du bonheur:l'oubli. Il est donc heureux car grâce à cela il peut montrer sa puissance et la sentir en dépassant les difficultés dues à la loi et à ses représentants. Comme à chaque fois qu'il réussit à passer outre un embargo sur les armes ou à échapper à Interpol ou d'autres organisations policières. Tel Interpol représenté par l'agent Jack Valentine lors de sa fouille non probante sur le Kono (21 minutes 35 secondes).

 

Après avoir défini de plusieurs façons le bonheur et leurs applications dans notre film nous allons donc passer à l'étude du travail en suivant la même méthode que celle employée jusqu'à maintenant.

 

II)Le travail

III)Pour parler du travail nous allons comme avec le bonheur donner dans un premier temps une définition philosophique très générale. Travail vient du latin torturé avec un tripalium. Il présente plusieurs sens. Tout d'abord un sens ordinaire, qui désigne l'ensemble des activités humaines en vu de produire ce qui est utile. Ensuite un sens ordinaire avec une certaine nuance héritée des tradition biblique judéo-chrétienne,celle la caractérisant le travail comme une activité pénible et contraignante exigeant un effort douloureux. Enfin un troisième sens existe,celui qui nous intéresse et que nous retiendront donc en premier lieu. C'est le philosophique général donné au travail. Le travail est donc philosophiquement défini par une activité consciente et volontaire par laquelle l'homme extériorise dans le monde des fin destinées à le modifier, de manière à produire des valeurs ou des bien socialement ou individuellement utiles pour satisfaire ses besoins. Nous pourrons voir plus tard dans cet exposé que cela s'applique parfaitement à Yuri qui pour lui est destiné à « satisfaire un besoin essentiel de l'humanité » , soit le fait de se faire la guerre. On a en effet retrouvé comme il le dit dans le film des « pointes des flèches dans les premiers reste humains ».

IV)De la même façon que précédemment nous allons étudiez le film à travers le filtre de citations et de texte de philosophes célèbres et à travers leurs explications.

V)Pendant le film on voit que toute l'action se déroule autour du travail que pratique Yuri a savoir trafiquant d'armes. Tout d'abord, HEGEL défini le travail dans une citation par <<Le travail est désir refréné,disparition retardée : le travail forme. Le rapport négatif à l'objet devient forme de cet objet même, il devient quelque chose de permanent, puisque justement, à l’égard du travailleur,l'objet a une indépendance.>>. Le travail est donc d'après HEGEL une matière d'adapter et de former la matière,l'objet,ou même l'homme et la conscience. Tel l'étudiant qui par le travail forme son savoir et le fait croître ou le soldat qui par l'étude de situations et de l’éthique va former sa conscience avant d'aller au combat cela s'appliquant tout du moins dans les société et armées développée et en particulièrement dans l'armée française. Même si cette définition n'est pas très applicable pour notre film l'étude de celle-ci est intéressante et mérite que nous nous soyons arrêter dessus.

VI)Les définitions sur le travail du philosophe COMTE sont par contre beaucoup plus intéressantes. Celui-ci avec deux citations va exposer les opinions de Yuri et de Ava qui elle n'arrivera jamais à le comprendre. Nous allons étudier dans cette partie un extrait présent à 1 heure 28 minutes et 30 secondes. Nous étudierons donc l'une après l'autre ces deux citations. La première disant <<le travail positif c'est a dire notre action réelle et utile sur le monde extérieur constitue nécessairement la source initiale de toute richesse matérielle tant publique que privée.>>. Celle la montre strictement l'opinion d'Ava pour qui le travail ne se rapporte qu'au fait de gagner et de ramener de l'argent. Nous pouvons surtout voir cela quand elle dira durant ladite discutions « Nous avons assez d'argent ». C'est cela qu'elle n'a pas pu comprendre et qui est opposé a la vision que Yuri a du travail et qui s'inscrit plus dans la deuxième citation de COMTE qui dit << le travail est la mise en jeu de toutes les forces naturelles ou artificielles que possède l'humanité dans le but de satisfaire tout ses besoins.>>. C'est la l'idée que se fait Yuri sur le travail qu'il accompli. Pour preuve il dit en substance « ce sont des gens comme moi qui permettent aux petits états qui sinon n'auraient pas la possibilité de satisfaire ce besoin naturel qu'est de faire la guerre ». Il pense donc que son travail comme dans le texte de COMTE est bien destiné à « satisfaire » tous ou au moins un des besoins les plus important de l'humanité. C'est la la différence fondamentale qui pousse Yuri à continuer son travail malgré le risque de tout perdre et ce même fait que Ava ne va pas comprendre et elle va finir a cause de cette incompréhension par le quitter.

VII)La dernière citation que nous allons étudier est une citation de MARX. Celle ci formule une opinion plus formelle que celle de COMTE mais aussi dans l'optique de Youri. Cette citation explique que le travail est l'imposition de son imagination à l'objet par l'action de sa volonté propre de sa volonté propre dans le but de parvenir a ses fins. C'est en quelque sorte comme cela que ce défini le travail de Yuri car il impose sa volonté à la loi et à la législation pour réussir à boucler ses contrat. Pour une plus grande compréhension voici la citation  <<le résultat auquel le travail aboutit préexiste idéalement dans l'imagination du travailleur. Ce n'est  pas qu'il opère seulement un changement de forme dans les matières naturelles;il réalise du même coup son propre but dont il a conscience, qui détermine comme loi son mode d'action, et auquel il doit subordonner sa volonté.>>

VIII)Enfin nous allons étudiez un texte de MARX en complément de ces quelques citations pour finir notre étude du travail. Dans ce texte (2) MARX montre que le travail est proprement humain. Que le travailleur met en jeux ses propres facultés pour produire et pour réaliser une volonté,parvenir à son but. Et que de ce fait il modifie l'objet du travail et lui même.

IX)Nous pouvons recouper cela dans le film avec le texte de COMTE . En effet Yuri Orlov met en jeu ses talents, propres à lui-même et très développés en matière de trafics illégal d'armes à feu,sa  volonté et toutes ses facultés de trafiquant pour parvenir à son but qui est de réussir à vendre et à amener ses armes jusqu'à ses acheteurs nombreux et surtout basés en Afrique. C'est a ce moment que la théorie de MARX rencontre celle de COMTE philosophe que nous avons évoqué plus haut. Car tout cela peut être assimilé au fait que Yuri est lui même une de ces « forces naturelles ou artificielles que possède l'humanité pour satisfaire un de ses besoins naturel » à savoir ici, faire la guerre. Outre son utilité dans notre sujet d 'étude cette confrontation est intéressante car elle montre qu'il est possible d'associer deux philosophes très différent pour aboutir à une conclusion intéressante.

X)Après avoir étudié séparément le bonheur et le travail nous allons dans une troisième partie les associer pour essayer vraiment de répondre à notre question  à savoir  de savoir si le travail est t-il oui ou non compatible avec le bonheur et de voir si celui-là peut rendre un Homme heureux.

XI)Bonheur et travail

XII)Dans cette partie nous allons donc tenter de concilier bonheur et travail et de voir si ces deux notions peuvent compatibles dans le cadre de notre étude du film Lord Of War. Nous allons faire cela grâce à l'étude du texte (3) d'ALAIN intitulé La valeur du travail et en le recoupant avec différents textes et citations évoqués tout au long de ce travail.

XIII)Pour ALAIN donc le travail peu aussi bien être  aussi bien la meilleure et la pire des choses. La meilleure si il est libre et accompli de sa propre volonté, et la pire si il est forcé et fait de manière servile. Pour lui le bonheur est de travailler selon ses propres plans et ses propres idées. Tel l'architecte qui construit sa maison avec ses propres plans,ses propres matériaux et qui est donc ainsi avec sa construction en accord et en harmonie avec lui même. C'est ce que ressentira Yuri à partir de sa première vente et sur toute les suivantes et nous verrons que lorsque il va changer de profession pour sa femme il ne se sentira pas aussi bien que lors de ses trafics même si ceux la sont plus dangereux. Il va aussi montrer que chaque homme a un travail dans lequel il se sent bien et qu'il aime faire même si dans la réalité bien heureux sont ceux qui trouvent et arrivent à le faire. Un adage dit en substance « bien heureux que celui qui fait un travail dans lequel il se sent bien même si celui la ne le rend pas riche » .Nous pouvons voir cela quand ALAIN parle du fait que « la plus malheureuse des créatures est la bonne à tout faire quand on la détourne de ses couteaux pour la mettre au parquet ». Pour prendre appui sur le film nous voyons que Yuri se sent bien dans le trafic d'arme. En reprenant l'opposition que nous avions déjà prit dans les deux citations de COMTE ou nous avions vu la divergence d'opinion entre Ava et son mari nous pouvons prendre appui sur ALAIN lorsqu'il dit en parlant de la terre du paysan que même le gain n'est pas si important tant que la terre porte les marques de l'homme qui l'a cultivée. C'est encore une fois cela qu'Ava ne peut pas comprendre quand elle dit à Yuri qu'ils ont assez d'argent . Lui n'aime pas le fait de gagner de l'argent mais le fait de travailler. Idée qui est complètement inconnue pour elle qui « n'a rien fait dans sa vie à par naître ». ALAIN dit aussi que « l'on se passe encore des profits si l'on est assuré de travailler toujours le même coteau. ». L'image du coteau peut être assimilée pour Yuri dans le film a l'Afrique qui peut en quelque sorte être considéré comme sont « coteau » car c'est son terrain qu'il maîtrise et qu'il  continu à travailler.

XIV)Enfin pour ALAIN dans ce texte on voit qu'il faut travailler selon sa propre méthode,sa propre volonté et selon ses idées pour pouvoir être heureux. C'est en quelque sorte exactement ce qu'il fait en Afrique,son « domaine » et c'est pour cette raison qu'il est heureux dans son activité et qu'il ne regrettera jamais ses actions même si celle ci ont conduit a des massacres comme dans le passage qui aboutira à la mort de son frère qui lui ne pourra pas bridé son humanité. (1heure 40minutes). Et c'est cela qui le poussera à continuer, quitte à tout perdre.

XV)Conclusion

Pour conclure nous pouvons donc dire que le bonheur est bien compatible avec le travail si celui-ci remplit certaines conditions obligatoires. Il faut que le travail soit libre,fait de sa propre volonté,selon ses propres idées et fait de façon à savoir que ses actions soient durable, c'est à dire qu'elles soient inscrites dans le temps et la durée.

Pour être heureux dans son travail il faut donc faire un travail ou l'on se sent bien et que la notion d'oubli soit présente.

Dans l'exposé de Lord Of War nous pouvons donc voir que yuri est heureux dans son travail car c'est justement ce travail particulier qui le rend heureux et c'est donc pour cela qu'il ne peut et ne veut pas arrêter. Fait que sa femme Ava ne comprend pas et qui le poussera à accepter de tout perdre pour pouvoir continuer son ?uvre.

II) 

 

II)Annexes

III)Bonheur

IV)–  LEIBNIZ

V)<<notre bonheur ne consistera jamais dans une pleine jouissance ou il n'y aurait plus rien à désirer et qui rendrait notre esprit stupide ; mais dans un progrès perpétuel à de nouveaux plaisirs et de nouvelles perfection>> (principes de la nature et de la grâce fondés en raison §18 Épiméthée PUF)

VI)

VII)KANT

VIII)<<le bonheur,c'est a dire le contentement de l'état ou l'on se trouve accompagné de la certitude qu'il est durable>> (métaphysique des moeur, doctrine de la vertu,introduction V,p58 Vrin)

IX) 

X)HEGEL

XI)<<bonheur pas seulement plaisir singulier mais un état durable d'une part du plaisir affectif d'autre part aussi des circonstances et des moyens qui permettent a la volonté de provoquer du plaisir.>> (propédeutique que philosophique introduction §23 p39 édition de minuit)

XII) 

XIII)SCHOPENHAUER

XIV)<<tout bonheur est négatif, sans rien de positif, nulle autre satisfaction, nul contentement, par suite, ne peut être de durée ,  au fond, ils ne sont que la cessation d'une douleur ou d'une privation,et, pour remplacer ces dernières, ce qui deviendra infailliblement ou une peine nouvelle, ou  bien quelque langueur, une attente sans objet, l'ennui>> (Le monde comme volonté et comme représentation, liv4 §58 t1 p334 alcan)

XV) 

XVI)NIETZSCHE

XVII)    << Quesque le bonheur? Le sentiment que la puissance croit , qu'une résistance est en voie d’être surmontée>> (l'antéchrist §2p12 idées gallimard)

 

 

            texte (1)

II)Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a toujours quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d'oublier, ou pour dire en termes plus savants, la faculté de se sentir pour un temps en dehors de l'histoire. L'homme qui est incapable de s'asseoir au seuil de l'instant en oubliant tous les événements passés, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur se dresser un instant tout debout comme une victoire, ne saura jamais ce qu'est un bonheur et ce qui est pareil ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres. Imaginez l'exemple extrême: un homme qui serait incapable de rien oublier et qui serait condamné à ne voir partout qu'un devenir; celui la ne croirait plus en soi il verrait tout se dissoudre en une infinité de points mouvants et finirait par se perdre dans ce torrent du devenir. Finalement en vrai disciple d'Héraclite il n'oserait même plus bouger un doigt. Tout acte exige l'oubli comme la vie des êtres organiques exige non seulement la lumière mais aussi l'obscurité. Un homme qui ne voudrait rien voir qu'historiquement serait pareil à celui qu'on forcerait à s'abstenir de sommeil ou à l'animal qui ne devrait vivre que de ruminer et de ruminer sans fin. Donc, il est possible de vivre presque sans souvenir et de vivre heureux, comme le démontre l'animal mais il est impossible de vivre sans oublier. Ou plus simplement encore, il y a un degré d'insomnie, de rumination, de sens historique qui nuit au vivant et qui finit par le détruire, qu'il s'agisse d'un homme d'une nation ou d'une civilisation.

III)
Nietzsche, Secondes considérations intempestives

 

Travail

-HEGEL

<<Le travail est désir refréné,disparition retardée : le travail forme. Le rapport négatif à l'objet devient forme de cet objet même, il devient quelque chose de permanent, puisque justement, à l’égard du travailleur,l'objet a une indépendance.>> (Conscience de soi §3 t1 p165 Aubier)

 

-COMTE

<<le travail positif c'est a dire notre action réelle et utile sur le monde extérieur constitue nécessairement la source initiale de toute richesse matérielle tant publique que privée>> (système de politique positive in auguste comte texte p134 bordas)

<< le travail est la mise en jeu de toutes les forces naturelles ou artificielles que possède l'humanité dans le but de satisfaire tout ses besoins>> ( discourt sur l'ensemble du positivisme  A Comte;in A Kremer-Marietti, Auguste Comte et la théorie sociale du positivisme p172 Seghers)

 

-MARX

<<le résultat auquel le travail aboutit préexiste idéalement dans l'imagination du travailleur. Ce n'est  pas qu'il opère seulement un changement de forme dans les matières naturelles;il réalise du même coup son propre but dont il a conscience, qui détermine comme loi son mode d'action, et auquel il doit subordonner sa volonté>> (le capital liv1 t1 p181 éditions sociales )

 

            texte (2)

"Le travail est de prime abord un acte qui se passe entre l'homme et la nature. L'homme y joue lui-même vis-à-vis de la nature le rôle d'une puissance naturelle. Les forces dont son corps est doué, bras et jambes, tête et mains, il les met en mouvement, afin de s'assimiler des matières en leur donnant une forme utile à sa vie. En même temps qu'il agit par ce mouvement sur la nature extérieure et la modifie, il modifie sa propre nature, et développe les facultés qui y sommeillent. Nous ne nous arrêterons pas à cet état primordial du travail où il n'a pas encore dépouillé son mode purement instinctif. Notre point de départ c'est le travail sous une forme qui appartient exclusivement à l'homme. Une araignée fait des opérations qui ressemblent à celles du tisserand, et l'abeille confond par la structure de ses cellules de cire l'habileté de plus d'un architecte. Mais ce qui distingue dès l'abord le plus mauvais architecte de l'abeille la plus experte, c'est qu'il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. Le résultat auquel le travail aboutit, préexiste idéalement dans l'imagination du travailleur. Ce n'est pas qu'il opère seulement un changement de forme dans les matières naturelles; il y réalise du même coup son propre but dont il a conscience, qui détermine comme loi son mode d'action, et auquel il doit subordonner sa volonté."

Marx, Le Capital(1867), traduction de j. Roy, Éd. Sociales, 1950.

 

bonheur et travail

            texte (3)

« Le travail est la meilleur et la pire des choses ; la meilleure s'il est libre,la pire,s'il est serf. J'appelle libre au premier degré le travail réglé par le travailleur lui-même, d'après son savoir propre et selon l'expérience, comme d'un menuisier qui fait une porte. Mais il y a de la différence si la porte qu'il fait est pour son propre usage, car c'est alors une expérience qui a de l'avenir ; il pourra voir le bois à l'épreuve, et son ?il se réjouira d'une fente qu'il avait prévue. Il ne faut point oublier cette fonction d'intelligence qui fait des passions si elle ne fait des portes . Un homme est heureux dès qu'il reprend des yeux les traces de son travail et les continue, sans autre maître que la chose, dont les leçons sont aujourd'hui bien reçue. Encore mieux si l'on construit le bateau sur lequel on naviguera ; il  y a une reconnaissance à chaque coup de barre, et les moindres soins sont retrouvés. On voit quelquefois dans les banlieues des ouvriers qui se font une maison peu à peu, selon les matériaux qu'ils se procurent et selon le loisir ; un palais ne donne pas tant de bonheur ; encore le vrai bonheur du prince est il de bâtir selon ses plans ; mais heureux par-dessus tout celui qui se sent la trace de son coup de marteau sur le loquet de sa porte. La peine alors fait justement le plaisir ; et tout homme préfèrera un  travail difficile, ou il invente et se trompe à son gré, à un travail tout uni , mais selon les ordres. Le pire travail est celui que le chef vient troubler ou interrompre. La plus malheureuse des créatures est la bonne à tout faire, quand on la détourne de ses couteaux pour la mettre au parquet ; mais les plus énergiques d'entre elles conquièrent l'empire sur leurs travaux et se font ainsi un bonheur. L'agriculture est le don le plus agréable des travaux, dès que l'on cultive son propre champ. la rêverie va continuellement au travail, aux effets, du travail commencé au travail continué ; le gain même n'est pas si présent ni si continuellement perçu que la terre elles-même, ornée des marques de l'homme. C'est un plaisir démesuré que de charroyer, à l'aise sur des cailloux que l'on a mis. Et l'on se passe bien des profits si l'on est assuré de travailler toujours sur le même coteau. C'est pourquoi le serf est attaché à la terre était moins serf qu'un autre. Toute domesticité est supportée, dès qu'elle a pouvoir sur son propre travail et certitude de durée. En suivant ses règles,il est facile d’être bien servi, et même de vivre au travail des autres. Seulement le maître s’ennuiera, d’où le jeu et les filles d'opéra. C'est toujours par l'ennui et de ses folies que l'ordre social est rompu. Les hommes d'aujourd'hui ne diffèrent pas beaucoup des Goths, des Francs, et des autres pillards redoutables. Le tout est qu'ils ne s 'ennuieront point s'ils travaillent du matin au soir selon leur propre volonté. C'est ainsi qu'une agriculture massive réduit à des mouvement en quelque sorte ciliaire l'agitation des ennuyés. Mais il faut convenir que la fabrication en série n'offre point les mêmes ressources. Il faudrait marier l'industrie à l'agriculture comme on marie la vigne à l'ormeau. Toute usine serait  campagnarde ; tout ouvrier d'usine serait propriétaire d'un bien au soleil et cultiverait lui-même. Cette nouvelle salente compenserait l'esprit remuant par l'esprit rassis. Ne voit-on pas un essai de ce genre dans le maigre jardin de l'aiguilleur, qui fleurit sur les rives du trafic aussi obstinément que l'herbe pousse entre les pavés ? »

            Alain (La valeur du travail)

 

Bibliographie :  Nietzsche, Secondes considérations intempestives ;Marx, Le Capital(1867), traduction de j. Roy, Éd. Sociales, 1950. ; la valeur du travail, Alain ;

 

 

 

 

 

Commenter cet article