Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Le Vagabond des Limbes, Intégrale tome 4 : "Comme une lueur égarée", 2003, 152 p. - 15,00 €

Publié le 16 Juillet 2012, 15:15pm

Catégories : #BD

Une relecture des grandes questions existentielles, campant toujours aux limites d’un romantisme kitch et d’une malveillance high tech

 

 

C’est le tome décisif de l’Intégrale tant convoitée du Vagabond des Limbes. Non pas tant parce que, à partir de maintenant, les tomes à venir donnent tous des informations supplémentaires sur l’univers de la série, justifiant ainsi la réédition chez Dargaud de l’ensemble de la saga sous cette forme, ici " le monde de la Guilde racontée par Godard ", assez rudimentaire au demeurant, mais parce que les trois volumes réunis dans ces pages (" Le dernier prédateur ", " Le masque de Khom " et Les loups de Khom ", écrits à l’origine dans les années 80) illustrent de la manière la plus explicite la métamorphose de Musky, prince des Eternautes en une jeune femme frémissant de désir pour le ténébreux Axle Munshine. Ce qui signifie que celle qui pourrait ne jamais vieillir va accepter, par amour (par folie ?), la corruption du temps et les modification de sa chair.

 

 

Si l’on retrouve donc dans ces pages au dessin sobre (sinon archaïque au vu des potentialités informatiques de nos jours) ce qui fait le succès incontestable de cette mythique série : exploration intergalactique, satire de la société de consommation et humour, il semble que la palette de Ribera se "rosifie" un peu sous la vague de tendresse dont Godard entoure ses deux protagonistes, emmenés peu à peu vers des relations d’un autre ordre. Le lecteur commence d’intuitionner désormais que la quête du Grand Conciliateur Munshine est surtout tournée vers sa propre intériorité davantage que vers les innombrables univers qu’il explore grâce à son vaisseau Le dauphin d’argent légué par son père Korian (personnage qui restait dans l’ombre - à l’image de la grotte ou son esprit erre encore et où son fils le retrouve parfois pour un conseil vital - mais dont on devine qu’il va refaire surface d’ici peu et raviver les tensions entre la Guilde et Axle).

 

 

Tout porte à croire en effet, et pour cause, que Chimeer, la jeune femme aperçue un jour dans l’un de ses rêves par Munshine, n’est autre que Musky. Un onirique jeu de miroir et de séduction qui fait un pied de nez au time-travel et invite tout lecteur à rependre, inlassablement, les albums de la saga en se demandant où culmine le point de bascule... Il est vrai que, d’un point de vue érotique, l’extase et le débordement charnels demeurent plutôt réservés (bref, on n’est pas dans un Manara) : c’est que les auteurs savent comme personne jouer d’une déco très seventies pour proposer, ce qu’ils préfèrent à de pâles orgies sans lendemains, une relecture des grandes questions existentielles, campant toujours aux limites d’un romantisme kitch et d’une malveillance high tech qui forment au fil de cette Intégrale un merveilleux creuset afin d’interroger ce qui sépare l’homme des ses représentations, contrôlées ou non, conscientes ou pas, réalistes ou fantasmatiques.

 

 

 

 

Un jeu sur le masque de tout sujet et la " persona " qu’il désigne qui se trouve porté à son acmé avec les deux épisodes dédiés à la planète Khom et au despote qui la dirige, et qui dessinent en creux un microcosme au sein de la saga elle-même. Ces deux titres proposent une vision stimulante des enfers " futuristes " et des créatures qui les peuplent. Ils sont de fait le prodrome inattendu qui ouvre à la translation de Musky et à la perdition, anticipée par lui-même (et donc d’autant plus redoutée et redoutable), dans un cercle aussi vertueux que vicieux, de Munshine.

 

 

On n’en " sort " pas, somme toute, raison de plus pour y entrer. Et merci à Dargaud de rendre ainsi accessibles aux jeunes générations ces histoires qui consacrent ce que la bande dessinée peut offrir de plus réjouissant... et éternel.

   
 

frederic grolleau

 

Christian Godard (scénario) et Julio Ribera (Dessin), Le Vagabond des Limbes, Intégrale tome 4 : "Comme une lueur égarée", 2003, 152 p. - 15,00 €

 
     
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article