Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Le portait de Dorian Gray (exposé CPES)

Publié le 28 Décembre 2011, 12:01pm

Catégories : #Philo & Cinéma

 

Exposé de Mlle Ravélie Roch :

 

 

LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY

De Oliver Parker

 

 

 

Le portrait de Dorian Gray est un film britannique réaliser par Oliver Parker, sortie en 2009 en Grande-Bretagne. Adaptation très libre du roman d’Oscar Wilde.

 

Synopsis :

Dorian Gray, petit-fils de Lord Kelso et fils de Margaret Devereux, est un bourgeois londonien à l'époque victorienne. Élégant et d'une grande beauté, il décide de faire peindre son portrait par son ami Basil Hallward. L'ami de ce dernier, Lord Henry Wotton, surnommé Harry, rencontre par hasard Dorian un jour en venant chez Basil. Il deviendra vite l'ami du jeune Dorian.

L'œuvre de Basil est terminée, et il s'avère qu'elle est le plus beau tableau jamais peint. Dorian affirme qu'il donnerait tout, y compris son âme, pour que le portrait vieillisse à sa place, et que lui-même garde à jamais sa jeunesse et sa beauté. Ce qu'il regrettera amèrement...

 

Problématique :

« La beauté est la promesse du bonheur. » est une célèbre citation de Stendhal, elle évoque en premier lieu dans la plupart des esprits la beauté féminine ou masculine dans les rapports amoureux, une belle personne ne peut qu’offrir des jours heureux en sa compagnie, une personne laide ne peut que donner promettre l’inverse. Il s’agit surtout de voir la raison profonde de ce rapprochement du bonheur et de la beauté, la beauté serait capable d’intensifier les forces vitales, d’accroître notre potentiel de vie, de vivre dans la joie et non dans la mélancolie et la tristesse liée à la laideur. Ainsi c’est la question de son pouvoir sur la vie qui peut nous interpeller de ce fait.

 

La beauté n’est-elle que la promesse du bonheur ?

 

 

Définitions :

BEAU: Notion abstraite liée à de nombreux aspects de l'existence humaine. Ce concept est étudié principalement par la discipline philosophique de l'esthétique, mais il est également abordé en partie par d'autres domaines (histoire, sociologie, psychologie).

Le beau est communément défini comme la caractéristique d'une chose qui au travers d'une expérience sensorielle (perception) procure une sensation de plaisir ou un sentiment de satisfaction ; en ce sens, la beauté provient par exemple de manifestations telles que la forme, l'aspect visuel, le mouvement, le son.

 

BONHEUR: Etat de satisfaction parfaite, de contentement du corps, du cœur et de l'esprit

 

PROMESSE: Engagement. Espérance qui annonce une suite heureuse

 

Scènes significatives de la beauté chez Dorian

1ère scène significative sa rencontre avec l’artiste Basile Hallward qui se définit comme un « humble étudiant de la beauté ». Pour Basil la beauté est une source d’inspiration. Dans la première scène ou il peint Dorian il s’efforce de « cerner » la beauté de son sujet par de multiples croquis de recherches. On le voit concentrer sur une partie essentielle du tableau et du film : le visage de Dorian. C’est ce même visage qui provoquera sa rencontre avec notre héros.

Son atelier est un des indices du film sur la personnalité de basile, on y trouve des canons de beauté grecque, signe d’un intérêt pour la beauté dite «académique ».

La deuxième scène significative ce fait avec son hôte et futur ami Lord Henry lors d’une réception. Leur rencontre s’opère par une sorte d’attirance physique « d’alchimie » tant leur entente semble naturelle.

Dans ces deux scènes, l’apparence de Dorian est un facteur décisif à leur rencontre.

La seconde scène où Dorian est peint est une scène où les trois principaux protagonistes sont en relation : Henry déconcentre Basil et Dorian, Basile peint Dorian, henry et basile admire Dorian. En conclusion Dorian est le personnage central.

La scène la plus significative sera celle du pacte de Dorian où sa propre beauté le poussera à un acte de vanité symbolisé par son pacte avec le diable.

 

Introduction :

La beauté ici est ce qui provoque en nous un sentiment de plaisir intense que l’on appelle émotion esthétique, et qui est liée à la perception d’une forme sensible, la beauté a sa vie dans l’apparence, elle correspond à une réalité déterminée et a des critères précis, la beauté est ce qui est unique, distinguée, remarquable et fait rêver, elle est naturellement appréciée, et soumise aux critères du goût. Or le bonheur est un état de pleine satisfaction et d’épanouissement dans lequel l’homme réalise ses désirs et ses aspirations, il est un état d’esprit qui n’a pas de réalité propre ni de contenu réel.

Stendhal lie la beauté avec le bonheur par la promesse, la promesse est une parole donnée à quelqu’un, un serment transmis à l’autre avant que l’acte soit fait. Dans la promesse, il n’y a pas de garantie ni certitude, comme le dit Paul-Jean Toulet : ‘’On a dit que la beauté que c’était une promesse de bonheur. On n’a pas dit qu’elle fut tenue’’. Le problème de la promesse, c’est qu’elle peut ne pas être tenue. Ce qui introduit une nuance dans cette phrase. Certes, la quête de la beauté permet la naissance du bonheur, mais elle ne suffit pas pour que le bonheur dure, il faut d’autres choses que la beauté pour faire durer le bonheur dans la mesure du possible.

 

 

 

1.La beauté permet la naissance du bonheur

Le beau est indépendant de tout intérêt

Critique de la faculté de juger, trad. J.-R. Ladmiral, M. B. de Launay et J.-M. Vaysse, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, t. 2, pp. 959-967.


Textes de Kant

 

Quand la question est de savoir si une chose est belle, ce que l'on veut savoir, ce n'est pas si l'existence de cette chose a ou pourrait avoir quelque importance pour nous-même ou pour quiconque, mais comment nous en jugeons quand nous nous contentons de la considérer (dans l'intuition ou dans la réflexion). Si quelqu'un me demande si je trouve beau le palais que j'ai devant les yeux, je peux toujours répondre que je n'aime pas ce genre de choses qui ne sont faites que pour les badauds ; ou bien comme ce sachem iroquois, qui n'appréciait rien à Paris autant que les rôtisseries ; je peux aussi, dans le plus pur style de Rousseau, récriminer contre la vanité des Grands, qui font servir la sueur du peuple à des choses si superflues ; je puis enfin me persuader bien aisément que si je me trouvais dans une île déserte, sans espoir de revenir jamais parmi les hommes, et si j'avais le pouvoir de faire apparaître par magie, par le simple fait de ma volonté, un édifice si somptueux, je ne prendrais même pas cette peine dès lors que je disposerais déjà d'une cabane qui serait assez confortable pour moi. On peut m'accorder tout cela et y souscrire, mais là n'est pas le problème. En posant la dite question, on veut simplement savoir si cette pure et simple représentation de l'objet s'accompagne en moi de satisfaction, quelle que puisse être mon indifférence concernant l'existence de l'objet de cette représentation. On voit aisément que c'est ce que je fais de cette représentation en moi-même, et non pas ce en quoi je dépends de l'existence de l'objet, qui importe pour que je puisse dire qu'un tel objet est beau et pour faire la preuve que j'ai du goût. Chacun devra admettre que le jugement sur la beauté au sein duquel il se mêle le moindre intérêt est tout à fait de parti pris et ne constitue nullement un jugement de goût qui soit pur. Il ne faut pas se soucier le moins du monde de l'existence de la chose mais y être totalement indifférent, pour jouer le rôle de juge en matière de goût. (...)

 

1.1 La beauté est ce qui plait universellement

 

La beauté est utile puisqu’elle est toujours appréciée, distinguée et remarquée, elle est la valeur à laquelle se réfère tout jugement. Kant montre dans « La Critique De La Faculté De Juger » que lorsque quelqu’un ‘dit qu’une chose est belle, il attribue aux autres la même satisfaction ; il ne juge pas seulement pour lui, mais pour autrui’’. Par conséquent, le beau est universel et, comme il repose sur un plaisir esthétique et non sur un concept logique, Kant le définit ainsi : ‘’Est beau ce qui plaît universellement sans concept’’.

La beauté ici est caractérisée par Dorian, l’innocence, l’intelligence et la sagesse. Voilà ce qu’il ce dégage de ce jeune anglais lorsque l’on croise son regard. Comme quoi l’apparence physique ou vestimentaire est ce qui permet à quelconque individu de juger ou définir un genre de personne aussi bien dans sa personnalité que dans ses habitudes.

L’apparence permet donc de ce distingué autant dans la classe sociale, que dans ses centres d’intérêt et c’est ce que souligne Lord Henry lors de la réception lorsqu’il aborde Dorian pour la première fois.

Celui qui ne correspond pas à cet idéal fixé par la société ici victorienne ce fait tout de suite remarqué et critiqué.

 

1.2 La beauté une forme de pouvoir

Si la beauté humaine s'affiche sommairement comme une expression percutante du pouvoir, elle est en fait une force sociale établie par les grandes puissances (économiques, culturelles, idéologiques et politiques) qui a pour fonction de normaliser et de fasciner l'individu.

Dans ces optiques, nous pouvons considérer que l'humain se soumet aux notions de beauté pour valoriser et défendre sa position sociale puisqu'il se trouve continuellement confronté à l'autre et à lui-même. (Scène ou Dorian se fait critiquer par rapport à sa tenue vestimentaire)

Paradoxalement, l'individu adhérant aux définitions sociales de beauté pour démontrer son pouvoir, qu'il soit sexuel, technique, financier ou caractériel, se retrouve esclave du jugement d'autrui. Tournier remarquait avec tact dans ses Petites Proses: «C'est d'ailleurs l'un des pièges de la coquetterie: soigner ses cheveux, c'est se préoccuper de l'aspect que l'on a de dos.» 

Donc, même si la beauté déclame la puissance, elle n'est effective que dans la mesure où on accepte de s'abandonner aux perceptions des autres, de sacrifier son discernement personnel et le pluralisme pour embrasser le regard collectif et l'unicité.

Nous constatons donc que la beauté, en dépit des multiples standards et modes dont elle se farde, demeure une manifestation saisissante des divers visages du pouvoir.

Elle sert à la fois d'étendard et de glaive pour les personnes qui souhaitent inconsciemment afficher leur statut ou accéder au prestige et, par ce fait même, pousse l'individu à s'y soumettre catégoriquement. 

Ce que fait Dorian au cours de film. Un homme abordant une posture cigarette à la main est toujours plus imposant par sa prestance et sa sureté. D’où l’approche faite avec la cigarette.

 

 

2. La beauté permet la naissance du bonheur mais elle ne suffit pas à la faire durer.

 

2.1La difficulté définition de la beauté ne permet pas de procurer un bonheur qui est aussi naturellement incompletet imparfait

 

La notion de la beauté est très complexe. David Hume définit au XVIIIe siècle la beauté ainsi : ‘’la beauté n’est pas une qualité inhérente aux choses elles-mêmes, elle existe seulement dans l’esprit qui la contemple, et chaque esprit perçoit une beauté différente’’. Toutefois, cette approche ne conduit pas nécessairement à un relativisme absolu, Hume lui-même évoque l'éducation et l'unité de la nature humaine pour justifier un certain consensus qui semble régner sur les beaux objets. La beauté est subjective, varie selon les jugements et les goûts, elle est aussi diverse car on distingue la beauté physique, la beauté morale, la beauté artistique…. La beauté est incertaine car elle varie selon les individus, les époques et les tendances. Elle n’est pas ce sur quoi on peut se référer en toute occasion.

En même temps, nous pouvons nous demander si un bonheur parfait existe. Freud dans «Le Malaise dans la Culture » montre que, le bonheur ‘’n’est possible que comme phénomène épisodique’’, car ‘’la mort, la maladie, la perte de l’affection sont inséparables de la vie humaine et impliquent tous la perte des débouchés de la libido, de sorte que l’homme le plus sage et le plus modéré ne peut espérer garder son bonheur’’. La quête du bonheur est impossible puisque le bonheur est par définition, ce qui arrive au hasard, ce qui ne peut pas être rationnellement recherché.

Ces deux mots incertains sont liés par ‘’la promesse’’, cette promesse ne repose sur aucun référent objectif, elle n’est qu’un engagement de soi dans la confiance de l’autre.

2.2La tragédie de la beauté : impossible de durer et prisonnière d’elle-même

La tragédie de la beauté, c’est que la beauté est ce qui est la plus vénérable sur l’homme et ce qui est la plus éphémère et superflue. Car la beauté n’a pas besoin d’explication, elle règne de droit divin, l’essence de la beauté, c’est d’être à elle-même sa propre fin.

La beauté est par nature éphémère, mais elle est celle que l’homme veut garder le plus longtemps possible. Le désir de l’homme de garder cette beauté qui ne lui appartient plus est la source du malheur, car ce qui beau n’existe pas longtemps, ce qui existe longtemps devient soit banal soit spirituel.

 

 

 "À force de plaisirs notre bonheur s'abîme." Cocteau (Jean), Vocabulaire (La Sirène). Comme le dit lui-même Dorian dans la dernière partie du film, « le plaisir n’a absolument rien à voir avec le bonheur, bien des choses sont plus précieuse car elles ne durent pas longtemps ».

 

Conclusion

Le film détient un rapport évident au mythe de Narcisse, et de sa beauté extraordinaire, sa vanité , sa malédiction , amoureux de sa propre image, de son reflet . Les inspirations de Wilde, dépravation, corruption et la personnification de la jeunesse éternelle par Dorian ce qui lui permet d’expérimenter les limites d’un sujet encore tabous pour son époque : la séparation de l’esthétisme et de l’éthique.

 

La beauté est ici questionner à une époque où l’apparence est reine. Au début synonyme de bonheur, elle sera ensuite synonyme du malheur du personnage principal. Le film répond à une question universelle pour l’homme : le bonheur doit-il être éternel ?

 

 

Citations utilisées :

 

.« La beauté est la promesse du bonheur. » est une célèbre citation de Stendhal

 

. Kant montre dans « La Critique De La Faculté De Juger » que lorsque quelqu’un ‘’dit qu’une chose est belle, il attribue aux autres la même satisfaction ; il ne juge pas seulement pour lui, mais pour autrui’’. Par conséquent, le beau est universel et, comme il repose sur un plaisir esthétique et non sur un concept logique, Kant le définit ainsi : ’Est beau ce qui plaît universellement sans concept’’.

 

.Tournier remarquait avec tact dans ses Petites Proses: «C'est d'ailleurs l'un des pièges de la coquetterie: soigner ses cheveux, c'est se préoccuper de l'aspect que l'on a de dos.» 

.David Hume définit au XVIIIe siècle la beauté ainsi : ‘’la beauté n’est pas une qualité inhérente aux choses elles-mêmes, elle existe seulement dans l’esprit qui la contemple, et chaque esprit perçoit une beauté différente’’

 

.Freud dans «Le Malaise dans la Culture » montre que, le bonheur « n’est possible que comme phénomène épisodique », car « la mort, la maladie, la perte de l’affection sont inséparables de la vie humaine et impliquent tous la perte des débouchés de la libido, de sorte que l’homme le plus sage et le plus modéré ne peut espérer garder son bonheur ».

 

.  "À force de plaisirs notre bonheur s'abîme." Cocteau (Jean), Vocabulaire (La Sirène).

 

Commenter cet article