Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Ian Rankin, Une dernière chance pour Rebus

Publié le 16 Juillet 2012, 20:00pm

Catégories : #ROMANS

Le n° 1 du polar britannique enferme la mélancolie dans une bouteille

 

Rebus CCC
On s’était un peu emporté la dernière fois à l’évocation du mystère du loup-garou londonien qui nous avait laissés sur notre faim. L’offense est réparée tant cette treizième aventure traduite en français des pérégrinations de l’inspecteur John Rebus témoigne de la maestria de Ian Rankin.
Notre enquêteur préféré fume toujours de manière inconsidérée, s’enfile ses rasades de whisky qu’il tempère de-ci de-là par quelques Irn-Bru locales et fait parfois le coup de poing quand une grosse colère l’emporte. Bref, on retrouve notre attachant Rebus, bouru et macho, à cette exception près qu’il est ici moins passionné que d’habitude par la musique rock.

 

Si ce récit captive, c’est parce que Rankin joue à fond la carte de l’insurrection anti-hierarchique et de l’asocialité qui colle au policier comme une seconde peau. Jugez un peu : après avoir lancé un mug de thé au visage de la superintendante Gil Templer, notre lascar est envoyé d’entrée de jeu à l’Académie de police écossaise de Tullalian, une école pour flics aussi blasés que borderline qui ruent un peu trop dans les brancards. Et le voici incorporé à « la Horde sauvage » de cinq autres officiers et collègues estimés par leurs supérieurs « dangereusement » rebelles au sens du travail en équipe et à la légalité... Dans un tel contexte,les idées noires du dépressif et alcoolique Rebus ne peuvent que faire mouche, surtout quand la Horde sauvage est affectée à la reprise d’une vieille enquête inaboutie de Glasgow ...où il s’avère que Rebus lui-même pourrait ne pas avoir été franc du collier, avec mort d’homme à la clef !

 

Mêlées à une autre enquête, en cours celle-là, portant sur l’assassinat d’Edward Marber, marchand d’art galeriste en vue d’Edimbourg, les pistes se fondent et se confondent, matinées qui plus est d’un troisième noeud gordien de l’intrigue : l’enquête interne que mène en fait et sans fanfare le sous-marin Rebus à Tullalian afin de démasquer une bande de policiers véreux. La présence dans ce panier de crabes de Big Ger Cafferty, le caïd de la côte est avec lequel Rebus entretient une complicité douteuse, rajoute un élément de suspense supplémentaire et le lecteur - qui lit moins trois livres en un qu’un livre en trois dimensions - se régale d’un bout à l’autre de ce Rebus Grand Cru Classé (CCC).
Seules quelques coquilles sont à déplorer, qui n’entachent en rien les soliloques existentiels du flic écossais chez qui casuistique et efficacité ne font jamais bon ménage. N° 1 du polar britannique, Rankin peut se féliciter : il est bel et bien parvenu à enfermer la mélancolie dans une bouteille.

   
 

frederic grolleau

 

Ian Rankin, Une dernière chance pour Rebus (trad. Freddy Michalski), Le Masque/Librairie des Champs Elysées, 2006, 524 p. - 21,50 euros.

 
     

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article