Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Hitchcock (par Sacha Gervasi)

Publié le 27 Juin 2013, 20:24pm

Catégories : #DVD

 

 

Psycho ou le dernier grand film d'Hitchcock


A
uteur réputé de classiques à suspense tels que The 39 steps (Les 39 marches, 1935), The lady vanishes ("Une femme disparaît", 1938),  Strangers on a train ("L’inconnu du Nord-Express", 1951), The man who knew too much ("L’homme qui en savait trop", 1956), Vertigo ("Sueurs froides", 1958), North by Northwest ("La mort aux trousses", 1959) ou Psycho ("Psychose", 1960),  Alfred Hitchcock fascine depuis des lustres les commentateurs et spécialistes en tous genres. C'est notamment  Psycho qui a contribué à asseoir sa renommée au moment où Hitch, s'étant « vendu » à la télévision dès les années 50, est en disgrâce auprès des studios Paramount et cherche à rebondir auprès du grand public. Adapté du roman de Stephen Rebello, Alfred Hitchcock and the making of Psycho, le scénario de  Hitchcock suit un double pari : présenter le contexte houleux de la production de Psycho et le cadre, non moins houleux, des relations conjugales entre le maître du suspense sexagénère (Anthony Hopkins) et sa moitié,  Alma Reville (Helen Mirren), qui est aussi sa  principale collaboratrice.

Sacha Gervasi concentre ainsi une partie de son propos sur l'influence qu'exerce sur  Hitchcock l'assassin Ed Gein,  agriculteur fou du Wisconsin ayant tué plusieurs femmes et profané de nombreux cadavres dans les années 1950 et qui vient visiter le cinéaste dans son sommeil et joue le rôle de double pseudo-psychanalytique – c'est la partie la moins réussie et intéressante du film. En revanche, les séquences dédiées  aux monomanies d' Hitchcock (la palme  est décernée au moment où il mime un orchestre jouissif au moment de la mythique scène de la douche lors de projection de la première de Psycho) où aux incessantes querelles  avec sa femme sont beaucoup plus pertinentes.


H
itch n'hésite pas, il est vrai, à  financer le projet lui-même en hypothéquant sa magnifique demeure de Bel Air en Californie tandis que sa femme, lassée de jouer les seconds couteaux et de subir les fantasmes de son mari pour ses éternelles blondes actrices principales (obsession évoquée par Dufreigne dans Le style Hitchcok) prend ses distances... Gervasi illustre  en quoi le Psycho que nous connaissons et  qui a fait couler tant d'encre critique doit plus à Alma Reville, qu'à Hitch himself : c'est en acceptant de passer outre ses relations complexes avec la gente féminine (« Pourquoi elles me trahissent toujours? » demande-t-il, hargneux après le deuxième rôle de Psycho, Vera Miles parce qu’elle a quitté Vertigo puisque attendant un enfant) que le cinéaste renoue avec le succès et la gloire, révélant au passage un art consommé pour déjouer les censeurs du code Hayes.


Force est de reconnaître en même temps, dans la roue d'un Truffaut (cf. Hitchcock Truffaut, éd. définitive Gallimard 1993), que Pyscho paraît aussi le dernier grand film d'Hitchcock,  The Birds ("Les oiseaux", à propos duquel on conseillera la lecture du roman, Harold,  de L.-S. Ulysse qui lui est consacré) - d'où le clin d'oeil final de Gervasi  ici - et les suivants ayant peu satisfait le maître du suspense. Reste que ce  Hitchcock a le mérite de nous éclairer sur les conditions réalistes de production et de montage de Psycho en des temps où la liste noire anti-communiste hollywoodienne régnait en maître du conformisme et de l'hypocrisie (cette liste sera définitivement écartée quelques mois après la sortie du film en 1960). Le sujet majeur de  Psycho réside sans conteste dans « l'inquiétant étrangeté », pour parler comme Freud, que projette le cinéaste sur l’Amérique moyenne des années 1950, mais ce n'est pas ce thème sur lequel se focalise Gervasi,  qui préfère traiter – parfois en dessous de la ceinture (on peut lui en faire grief) – les relations de Hitch, pourtant l'un des artistes majeurs du cinéma, avec son entourage.

En ce sens, le DVD Hitchcock est agréable à découvrir pour sa dimension documentaire mais il ne peut tenir lieu de l'exégèse sublimée qui expliciterait le processus artistique de sir Alfred et sa volonté de passer à la loupe le comportement ordinaire des petites gens en temps de crise, aux marges de la « banalité du mal » qui retentira bientôt dans l'Histoire de sinistre façon.


frederic grolleau


Hitchcock
(DVD)

Réalisateur : Sacha Gervasi

Acteurs : Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Danny Huston, Toni Collette

Editeur : Pathé Fox Europa, juin 2013

Durée : 1h34


Bonus :
Un bel hommage à Hitchcock
Hitchcock et Alma

Prix public conseillé : 19.99 € TTC

 

Commenter cet article

18 inch human hair extensions 20/12/2014 04:30

Conception du livre est l'art d'intégrer le contenu, le style, le format, la conception, et la séquence des différents composants d'un livre en un tout cohérent.

How apple pay works with passbook? 16/10/2014 07:40

Really great post, Thank you for sharing This knowledge.Excellently written article, if only all bloggers offered the same level of content as you, the internet would be a much better place. Please keep it up!

custom essay writing 13/09/2014 17:21

Un merveilleux film sur un homme qui a mis l'industrie du film sur ses pieds! Juste un film merveilleux, je n'ai pas de mots!

online phd programs 12/08/2014 07:06

Hitchcock a fait plus que n'importe quel réalisateur pour façonner le cinéma moderne, ce qui serait tout à fait différent sans lui. Son flair était de récit, la retenue cruellement des informations cruciales et en engageant les émotions du public comme personne d'autre.