Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Brocéliande

Publié le 15 Juillet 2012, 16:39pm

Catégories : #DVD

L’histoire s’embourbe dans un mixte d’improbable boueux et de fantastique celto-insipide

 

 

L’histoire
Etudiante en archéologie spécialisée dans l’histoire celte, Chloé s’inscrit à l’université de Rennes. Elle y rencontre un étrange jeune homme, qui participe à ses côtés aux fouilles d’un important site funéraire celte découvert en forêt de Brocéliande et qui tente de l’introduire autant que faire se peut dans une communauté où elle se sent étrangère. Dans le même temps une série de meurtres frappe le campus. Principal témoin, Chloé mène l’enquête dont tous les indices la conduisent à ce creuset des légendes celtes qu’est la forêt de Brocéliande...

 

 

En dépit d’une bande-annonce jugée par certains alléchante, Brocéliande ne tient pas le pari de réaliser un film d’horreur à l’américaine... mais « made in France ». Rocambolesque au possible et assez tirée par les cheveux, l’histoire hésite trop entre de multiples références appuyées et s’embourbe dans un mixte d’improbable boueux et de fantastique celto-insipide. On s’attendait, comme de juste, à une revisitation de La Légende des Chevaliers de la Table Ronde ou de la Quête du Graal - voire des deux - et à l’arrivée, rien de tout ça ! Pourtant l’infernal couplet genre : « ne prend-on pas des risques à vouloir exhumer ce qui est destiné à demeurer enfoui ? », promettait de beaux moments d’angoisse. Malgré toute notre bonne volonté, nous n’avons pas réussi à trembler devant les forces censément sauvages en présence.

 

 

 

 

Brocéliande, où es-tu ?
Les effets spéciaux qui lorgnent sur Le Pacte des loups, avec ralentis wooïstes et focales larges, affichent beaucoup de prétention et trop peu de réelle efficacité. Comme ce ne sont pas les répliques des acteurs visiblement peu inspirés - sinon pas du tout - qui peuvent racheter l’ensemble, on se demande quel diable est tombé sur la tête du jeune réalisateur Doug Headline (par ailleurs fils de l’auteur français de romans policiers, Jean-Patrick Manchette, et directeur de collection chez Payot) pour concocter un aussi rébarbatif brouet sous-screamien. Tout cela sent l’application, studieuse à mille lieues, de l’élève soucieux de bien mettre ses pieds dans les pas de ses maîtres cinéastes et qui, du coup, oublie de tracer son propre chemin pour patauger dans les ornières qui le bordent...

 

 

 

 

Reste la première bande originale d’un jeune compositeur, Sarry Long, qui n’est pas intéressante et une navigation dvd à l’ambiance « dark spirit » très réussie. Certaines images, certes, sont léchées, mais jamais elles n’utilisent la dimension féérique et mythique de Brocéliande - la forêt est d’ailleurs la grande absente du film quand on y regarde bien, ce qui est peut-être normal vu que Brocéliande et Rennes n’ont a priori rien de commun - pour en faire autre chose qu’un décor de carton pâte servant de fond à des manipulations trop alambiquées pour être vraiment malhonnêtes. On nourrit vaguement l’impression d’avoir affaire à une parodie des « slasher movies » style Promenons-nous dans les bois (Lionel Delplanque) mais notre réalisateur affiche trop de sérieux jusqu’au bout pour que l’on parvienne à percevoir de la distanciation dans sa manière de filmer. Ni celtisme, ni magie, ni second degré : s’il a du savoir-faire, Doug Headline n’affiche ici aucun talent. Même pas peur !

 

   
 

frederic grolleau

Brocéliande
Réalisateur : Doug Headline Avec : Elsa Kikoïne, Cylia Malki, Mathieu Simonet, Alice Taglioni, Cédric Chevalme, André Wilms

Date de parution : 23 juillet 2003 Éditeur : Fox Pathé Europa Présentation : Snap Case

Format image : Cinémascope - 2.35:1

Zone : zone 2 Langues et formats sonores : Français (DTS), Français (Dolby Digital 5).

Bonus : o 1 scène inédite o 2 Making Of o Le Storyboard o La bande-annonce o Le Teaser cinéma o Les filmographies

 

 
     

Commenter cet article