Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


A. Jodorowski & F. Beltran, Megalex

Publié le 17 Juillet 2012, 10:31am

Catégories : #BD

6 ans d’attente pour clôturer ce premier cycle. Retour sur la série.

 

 

Mégalex sed lex

 

 

Cela fait bientôt six ans que les aficionados attendaient la suite de Megalex, voici donc un tome 3 qui permet de clôturer le premier cycle de la série.
Retour sur la série...

Planète grise et infiniment uniforme, Mégalex est régie par un pouvoir totalitaire qui émane du roi Yod, momie reliée au grand ordinateur central, de la reine-mère Maréa et de la princesse Kavatah. Dans les immeubles-bunkers qui recouvrent l’astéroïde, des citoyens, résultats de manipulations génétiques, portent au creux de leur nuque, une bombe électronique qui les décapite lorsqu’ils ont atteint l’âge limite qui leur est imparti. Cet implant détermine le maigre espace de liberté laissé à chacun dans un monde aussi glauque qu’aseptisé et qui privilégie le factice sur le naturel, le virtuel sur le réel, l’absorption de drogues sur l’éveil à la vie, la standardisation sur le droit à la différence, et la répétition sur l’instinct.

Monde déshumanisé où les policiers fabriqués par une matrice à clonage vivent tout au plus quatre cents jours quand des dirigeants sont à la tête de la cité depuis plus de quatre mille ans. La Forêt de Chem et l’Océan Mort résistent encore sur cette planète à l’annexion mortifère, ce que symbolise l’irruption dans la ville de racines rebelles désignant la résistance de la vie au métal et aux machines préprogrammées. Vient perturber surtout cet ordonnancement qui n’est jamais qu’une mort lente une série de perturbations, l’irruption d’un malàks, méduse-ange exterminateur, qui menace Megalex, et dont la destruction provoque la naissance dans les tuyaux du système d’une anomalie (insulte suprême au sens de l’organisation et du calibrage qui qualifient l’Ordre établi) : un policier géant de 3 mètres de haut, qui parvient à échapper aux robots éradicateurs (des militaires, mi-androïdes mi-crabes à la surprenante carapace qui ne sont pas sans évoquer quelque chose de Robocop) de même qu’à l’hystérie destructrice de Choulis, la navette-instructrice où toutes les recrues se sont embarquées.

 

 

Sur le point d’être éliminé dans le tome 1 - "L’anomalie" (1999) - par les soldats de la Cité, l’anomalie est sauvée in extremis par une superbe jeune femme, sorte de Sinnead O’ Connor dotée d’une poitrine à la Pamela Amderson et qui lui apparaît sortant d’un des tentacules végétaux d’une racine rebelle, en plein coeur de la ville, où ils s’évanouissent tous deux...
Le tome 2 - "L’ange bossu", (2002) - présente plus en détail les rebelles qui vivent dans le Grand Océan et dans la Grande Forêt. Et prêtent main forte à l’Anomalie génétique. La sauveuse de celle-ci, la plantureuse (c’est le cas de le dire) Adamâ, l’entraîne dans un réseau souterrain où vivent les "Objecteurs" clandestins. L’anomalie découvre alors un immense monde secret jadis fondé par l’architecte mythique Cabot-Chadday, dont l’ombre - ainsi que celle de son double - plane dans ce labyrinthe où évoluent encore des monstre préhistoriques. Sous la houlette du bossu Zeraïn, les raids éclairs et sacrifices des résistants se multiplient contre le gouvernement de Mégalex tandis que les chefs des rebelles se réunissent pour un terrible combat cérémonial qui doit décider de l’élection de leur meneur avant l’affront final...

 

 

On reconnaît sans peine dans cette fresque mystico-techno SF décapante la patte d’Alexandre Jodorowsky (géniteur d’univers variés tels que L’Incal, La caste des Méta-Barons ou Les Technopères) que seconde avec brio le dessinateur Fred Beltran. Objets et décors façonnés entièrement à l’ordinateur en image 3D, Mégalex est un merveille de réalisme où les couleurs sont appliquées à la palette graphique. Les angles de vue, les mouvements des personnages et les lieux sont transcendés littéralement par la fusion de l’informatique et du dessin, en particulier dans le tome 2, qui a l’avantage d’offrir un scénario beaucoup plus abouti que le premier volet de la série, ce dont témoignent ici la taille plus réduite des cases et l’importance constante des dialogues.
Les deux auteurs qui semblent avoir en commun le goût des jeunes femmes aux poitrines rebondies ne manquent pas non plus d’humour, ce qui ne gâte en rien l’affaire (voir les pulsions sexuelles récurrentes de l’anomalie envers Adamâ ou la tête de Keroub, la créature dinosaurienne servant de moyen de locomotion lorsque sa maîtresse la menace page 10 de la priver de son dessert de champignons doux préféré !). Avec l’univers virtuel de Mégalex, on assiste en live à l’heureux mélange du texte et du jeu vidéo (habile superposition des personnages en 2D et des décors en 3D), filon exploité par Les Humanoïdes Associés qui délivrent un aperçu sur CD-rom de la furieuse saga, à l’occasion de la sortie de "L’ange bossu" avec force musique métallique et images choc. Une BD furieusement tendance, et qui arrache. Le croirez-vous ? Ce n’est pas nous qui nous en plaindrons.

 

Avec le tome 3 ("Le cœur de Kavatah"), Le temps est en effet venu de la grande Fête de la Rénovation, qui requiert que les habitants-clones de la cité programmés pour vivre quarante ans soient dissous dans le canal central de Mégalex, alias Giradieu, pour alimenter... la piscine d’hémoglobine royale (ça ne s’invente pas !) tandis qu’une nouvelle génération, sortie des éprouvettes, va les remplacer.
Mais les rebelles, avec l’ailé Zéraïn à leur tête, refusent cette règle inique et décident d’envoyer via le canal sanglant un commando pour exterminer les monarques immortels au moment où ils rechargeront leurs batteries, si l’on peut dire. Cruel paradoxe alors, Zéraïn, pourtant porté par une haine viscérale à l’encontre de la Princesse Kavatah, découvre qu’un lien puissant les unit tous les deux (la malédiction de la princesse qui brûle à mort quiconque l’approche n’a pas d’effet sur lui et il peut la prendre dans ses bras... un contact qu’elle n’a jamais connu, personne n’ayant osé lui délcarer sa flamme jusqu’ici) : le mystères du Système Mégalex se trouve bien enfoui dans le "cœur" même de la belle !

 

 

Jodorowski et Beltran - lequel abandonne ici, d’où un rendu graphique magnifié, la 3D pour revenir au dessin "classique" à l’encre de chine - exposent ainsi par ce retournement savamment orchestré la genèse de Mégalex, mais il faut admettre que la seconde moitité de l’album va très vite, l’appel à un "Géomessie" étant assez facile. Les rapports entre Zeraïn et la princesse ne sont guère développés et l’on reste un peu sur sa faim. D’autant que le message des deux premiers tomes (rappelons que Megalex est une planète recouverte d’une seule immense ville, avec deux petits espaces d’océan et de forêt ayant résisté à l’uniformisation) quant à la défense de la nature et de la biodiversité paraît fort occulté céans.

 

 

NB - À l’occasion de la sortie du troisième et dernier tome de Mégalex, Les Humanoïdes Associés, inventifs en diable, sortent les premières BD pour I-phone et mobiles Windows. Intégralement sonorisées (ambiance et dialogue) et converties en format vidéo, les BD ont été rebaptisées "VideoBD".
Consulter la
videoBD sur le site de l’éditeur.

   
 

frederic grolleau

 

 A. Jodorowski & F. Beltran, Megalex
-  Tome 1 : "L’anomalie", Les Humanoïdes Associés, juin 1999, 45 p. - 12,90 €.
-  Tome. 2 : "L’ange bossu", Les Humanoïdes Associés, avril 2002, 56 p. - 12,90 €.
-  Tome 3 : "Le coeur de Kavatah", Les Humanoïdes Associés, 2008, 60 p. - 12,90 €.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article