Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Guignol

Publié le 22 Février 2008, 16:35pm

Catégories : #ESSAIS

Non une apologie du consumérisme bourgeois mais une comédie fort révolutionnaire !

 

Réedité par le Cherche-Midi quasi pour la première fois depuis 1952 - exception faite d’une publication en 1992 dans le tome 1 des Œuvres Complètes de Jacques Prévert dans La Pléiade avec des annotations de Danièle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster - Guignol est le second des deux livres pour enfants que Jacques Prévert et Elsa Henriquez ont créés ensemble. Si le ton y est certes enfantin, Prévert dénonce, une fois n’est pas coutume, l’injustice et les méfaits des bien-pensants.

 

Il profite de cette période de consommation outrée que représente Noël pour fustiger, le temps d’une fable des plus actuelles mettant aux prises un "individu", un "Monsieur" et un "chien", ceux que l’indigence, la misère et l’abandon indiffèrent. Ceux-là mêmes qui prêtent volontiers attention aux canidés à ne pas mettre dehors tant le climat est froid et qui ne voient pas autour d’eux les dégâts causés par l’exclusion non plus que les difficultés des mal-logés et des sans-abris.
Réputé (à raison !) pour sa maîtrise de la langue française et de ses ambivalences, Prévert s’inspire donc dans ces vingt-huit pages fort poétiques de l’origine subversive, qu’on oublie souvent, de Guignol pour utiliser ce théâtre populaire (méprisé par conséquent par les élites) comme un paravent contre les nantis de toute sortes. Un Guignol lyonnais au départ porte-parole des ouvriers dont les revendications et l’exigence de bonheur social ont été réduites, las, au cours du temps à un amusement infantile...

 

Ainsi, paradoxalement, ce texte sur Noël en feuilleton aux couleurs toniques s’inscrit moins dans une apologie du consumérisme bourgeois que dans la veine des pièces révolutionnaires du Groupe Octobre. Jamais le petit monde irréel illustré par Elsa Henriquez n’a paru aussi conforme aux mœurs de notre temps, et il ne faut sans doute pas s’en louer. Qui a dit que la conscience politique ne pouvait pas commencer à l’âge des culottes courtes, lequel n’interdit en rien de nourrir des idées un peu plus longues ? 

frederic grolleau

Jacques Prévert, Guignol (illustrations de Elsa Henriquez), Le Cherche Midi, 2007, 32 p.- 9,00 €

Commenter cet article