Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Whisky, coca & illuminazioni la vita (breve) di John Belushi che dormiva solo sul set" (Whisky, coke & illuminations : la (courte) vie de John Belushi qui dormait uniquement sur le plateau)

Publié le 10 Mars 2022, 10:37am

Catégories : #Echos d'Italie

"Whisky, coca & illuminazioni la vita (breve) di John Belushi che dormiva solo sul set"  (Whisky, coke & illuminations : la (courte) vie de John Belushi qui dormait uniquement sur le plateau)

Cor­riere della sera

Whisky, coca & illu­mi­na­zioni la vita (breve) di John Belu­shi che dor­miva solo sul set

di Maria Luisa Agnese
8 marzo 2022

Keith Richards, prin­cipe della droga nei Rol­ling Stones, così diceva del solo che gli teneva testa: «Un uomo sopra le righe»

«Belu­shi era un uomo sopra le righe. John era esi­la­rante, fre­quen­tarlo era roba da matti. Ma Belu­shi era un’esperienza estrema per­fino per i miei canoni.
Una volta gli dissi che, come diceva mio padre, c’è una bella dif­fe­renza fra grat­tarti il sedere e far­telo a pezzi». Keith Richards, prin­cipe della droga dei Rol­ling Stones, (quasi) inegua­glia­bile nel consu­marla, si inchi­nava così nell’autobiografia all’unico che aveva saputo tener­gli testa.

E difatti John Belu­shi al culmine del suc­cesso spen­deva mille dol­lari a set­ti­mana in coca: dopo aver inven­tato una ses­san­tina di per­so­naggi demen­ziali e inno­va­tivi per Satur­day Night Live e dopo due film-culto come Ani­mal House e The Blues Bro­thers, gli unici della sua breve vita ( morirà a 33 anni, il 5 marzo 1982, per un mix di cocaina ed eroina, speed­ball ), Belu­shi, talento crea­tivo che aveva scon­volto i canoni dello show busi­ness Anni 80, non reg­geva il peso del suc­cesso e dis­si­pava in sos­tanze vola­tili ma letali il suo talento. Una vita dav­vero spe­ri­co­lata, per quanto le sue gesta fos­sero a volte in bilico fra leg­genda e realtà.

La bot­ti­glia e le auto sfas­ciate
La nar­ra­zione vuole che in Ani­mal House si sia bevuto un’intera bot­ti­glia di whisky in un sorso. Ma a smi­nuire la mito­lo­gia il regista John Lan­dis rive­lerà poi che la bevanda nella bot­ti­glia non era Jack Daniels ma solo the alla pesca. Poi sareb­bero venuti, in The Blues Bro­thers, una serie di scon­tri d’auto da Guin­ness dei pri­mati, per il film che conta il mag­gior numero di inci­denti su 4 ruote. Sol­tanto gra­zie alla sua velo­cità ele­vata e gui­dando un’unica vet­tura, riuscì a pro­durre 7650 dol­lari di danni.
I costi poi lie­vi­ta­vano anche per le incon­ti­nenze di John: il film fu por­tato a ter­mine con grandi ritardi per le sue bevute e gli eccessi not­turni. Arri­vava scon­volto sul set o addi­rit­tura res­tava addor­men­tato in stato di semin­cos­cienza nella rou­lotte, obbli­gando il regista a riman­dare i ciak. […]

——-
tra­duc­tion :

Whisky, coke & illu­mi­na­tions : la vie (courte) de John Belu­shi qui dor­mait uni­que­ment sur le plateau

par Maria Luisa Agnese
8 mars 2022

Keith Richards, l’empereur de la drogue des Rol­ling Stones, disait du seul homme qui lui tenait tête : « Un homme au-dessus des lois »

Belu­shi était un homme au-dessus des lois. John était hila­rant, le fré­quen­ter était de la folie. Mais Belu­shi était une expé­rience extrême même pour mes propres prin­cipes. Je lui ai dit un jour que, comme disait mon père, il y a une grande dif­fé­rence entre te grat­ter les fesses et les explo­ser». Keith Richards, empe­reur de la drogue des Rol­ling Stones, (presque) inéga­lable en la consom­mant, s’inclinait ainsi devant l’autobiographie du seul homme qui avait su lui tenir tête.

Et, de fait, John Belu­shi au som­met de sa gloire, dépen­sait mille dol­lars par semaine en coke : après avoir inventé une soixan­taine de per­son­nages déments et nova­teurs pour le Satur­day Night Live et après deux films-culte comme Ani­mal House et The Blues Bro­thers, les seuls de sa courte vie (il meurt à 33 ans, le 5 mars 1982, suite à un mélange de cocaïne et d’héroïne, le speed­ball), Belu­shi, talent créa­tif qui avait bou­le­versé les canons du show busi­ness des années 80, ne sup­por­tait pas le poids du suc­cès et dis­si­pait son talent en sub­stances vola­tiles mais mor­telles. Une vie vrai­ment dan­ge­reuse, même si ses exploits étaient par­fois en équi­libre entre légende et réalité.

La bou­teille et les voi­tures cas­sées
La légende raconte que dans Ani­mal House il a bu une bou­teille entière de whisky en une gor­gée. Mais, pour mini­mi­ser la mytho­lo­gie, le réa­li­sa­teur John Lan­dis révéla plus tard que la bois­son dans la bou­teille n’était pas Jack Daniels mais seule­ment le thé à la pêche. Puis, ce sera dans The Blues Bro­thers, une série de caram­bo­lages de voi­tures ins­crits au Guin­ness des records, le film comp­tant le plus grand nombre d’accidents sur 4 roues. Seule­ment grâce à sa vitesse éle­vée et à la conduite d’une seule voi­ture, il réus­sit à pro­duire 7650 dol­lars de dom­mages.

Les coûts aug­men­taient aussi pour les délires de John : le film fut achevé avec de grands retards pour sa consom­ma­tion de bois­son et ses excès de nuit. Il arri­vait hébété sur le pla­teau ou encore dor­mait à demi-conscient dans sa loge, obli­geant le réa­li­sa­teur à repor­ter les prises.  […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article