Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


L’Arancia è ancora meccanica. Sul nuovo Robinson (L’Orange est encore mécanique. Dans le nouveau Robinson)

Publié le 12 Février 2022, 22:38pm

L’Arancia è ancora meccanica. Sul nuovo Robinson (L’Orange est encore mécanique. Dans le nouveau Robinson)

 La Repub­blica

L’Arancia è ancora mec­ca­nica. Sul nuovo Robinson

Da sessant’anni ci inter­ro­ghiamo sul capo­la­voro di Burgess-Kubrick. Per­ché la domanda sulle ori­gini del male riguarda noi stessi.
Ne scri­vono, sulla coper­tina di Robin­son in edi­cola con Repub­blica da sabato 12 feb­braio, Mar­tin Amis e Nicola Lagioia

11 FEBBRAIO 2022

A sessant’anni dalla prima pub­bli­ca­zione, torna in libre­ria Aran­cia mec­ca­nica di Anthony Bur­gess: un libro che, tras­for­mato in film culto da Stan­ley Kubrick nel 1971, divenne il rac­conto per anto­no­ma­sia della vio­lenza insen­sata. Quanto sia attuale quest’opera ce lo rac­con­tano sulla coper­tina di Robin­son, in edi­cola da sabato 12 feb­braio con Repub­blica, due scrit­tori.
Il roman­ziere bri­tan­nico Mar­tin Amis, che firma la pre­fa­zione alla nuova edi­zione del libro (in Ita­lia per Einaudi), ana­lizza la por­tata rivo­lu­zio­na­ria della lin­gua inven­tata da Bur­gess per la sua com­me­dia nera, il gergo che il pro­ta­go­nista Alex uti­lizza per rac­con­tare le macabre imprese che com­pie con i suoi “dru­ghi” e ci invita a consi­de­rarlo in tutta la sua por­tata innovativa.

Nicola Lagioia, invece, riflette sulla sua attua­lità. La “cura Ludo­vico” gra­zie alla quale, per­dendo il libero arbi­trio, Alex può rein­se­rirsi nella società, è un lavag­gio del cer­vello otte­nuto gra­zie all’uso delle imma­gini. Una sorta di impre­vista pro­fe­zia per il mondo di oggi, dove “gli algo­ritmi sem­brano conos­cerci più dei nos­tri part­ner” e sono capaci di condi­zio­narci nella for­ma­zione delle nostre cre­denze e delle nostre rea­zioni emo­tive. Per i nos­tri let­tori, infine, anche un inedito fir­mato dallo stesso Anthony Bur­gess in cui lo scrit­tore chia­risce come sia pro­prio il rifiuto della vio­lenza l’unica spe­ranza rimasta della società attuale. […]


tra­duc­tion:

L’Orange est encore méca­nique. Dans le nou­veau Robin­son

Depuis 60 ans, nous nous inter­ro­geons sur le chef-d’œuvre de Burgess-Kubrick. Parce que la ques­tion sur les ori­gines du mal nous concerne nous-mêmes.
Mar­tin Amis et Nicola Lagioia se pro­noncent sur ce sujet, en cou­ver­ture de Robin­son et en kiosque avec La Repub­blica depuis le samedi 12 février.

11 février 2022

Soixante ans après sa pre­mière publi­ca­tion, l’Orange méca­nique d’Anthony Bur­gess revient en librai­ries : un livre qui, trans­formé en film culte par Stan­ley Kubrick en 1971, devient le récit par excel­lence de la vio­lence arbi­traire. Deux écri­vains nous raconte l’actualité de cet ouvrage en cou­ver­ture de Robin­son, dans tous les kiosques à jour­naux depuis le samedi 12 février avec La Repub­blica.
Le roman­cier bri­tan­nique Mar­tin Amis, qui signe la pré­face à la nou­velle édi­tion du livre (en Ita­lie pour Einaudi), ana­lyse la por­tée révo­lu­tion­naire de la langue inven­tée par Bur­gess pour sa comé­die noire, ce jar­gon que le pro­ta­go­niste Alex uti­lise pour racon­ter les entre­prises macabres qu’il accom­plit avec ses “droogies”, et nous invite à le consi­dé­rer dans toute sa por­tée novatrice.

Nicola Lagioia, par contre, réflé­chit sur son actua­lité. La “cure Ludo­vico” grâce à laquelle, en per­dant le libre arbitre, Alex peut se réin­sé­rer dans la société, est un lavage de cer­veau obtenu grâce à l’utilisation des images. Une sorte de pro­phé­tie impré­vue pour le monde d’aujourd’hui, où “les algo­rithmes semblent nous connaître plus que nos par­te­naires” et sont capables de nous condi­tion­ner dans la for­ma­tion de nos croyances et de nos réac­tions émo­tion­nelles.
Pour nos lec­teurs, enfin, un inédit signé par Anthony Bur­gess lui-même, dans lequel l’écrivain explique que le rejet de la vio­lence est le seul espoir res­tant de la société actuelle. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article