Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Alice, quell’umorismo che nasce dalla logica e imbarazza i robot (“Alice”, cet humour qui naît de la logique et embarrasse les robots)

Publié le 22 Janvier 2022, 10:10am

Catégories : #Echos d'Italie

Alice, quell’umorismo che nasce dalla logica e imbarazza i robot (“Alice”, cet humour qui naît de la logique et embarrasse les robots)

La Stampa / Argomenti

Alice, quell’umorismo che nasce dalla logica e imba­razza i robot


Lewis Car­roll scrisse trat­tati di logica, ele­mento indis­pen­sa­bile a cogliere il contrasto tra il mondo reale e il Paese delle Mera­vi­glie. Ma con gli extra­ter­res­tri l’approccio potrebbe non bastare

LUIGI GRASSIA

19 Gen­naio 2022

Ma gli androidi sognano pecore elet­triche ?»: è il titolo di un romanzo di fan­tas­cienza di Phi­lip K. Dick che sol­leva in modo iro­nico la ques­tione delle ana­lo­gie e delle dif­fe­renze fra l’intelligenza umana e quella arti­fi­ciale (il libro ha ispi­rato il film «Blade run­ner»).
Capire e inter­pre­tare quelle ana­lo­gie e quelle dif­fe­renze può aiu­tarci ad affi­nare l’intelligenza arti­fi­ciale e le pres­ta­zioni dei robot, ma anche a guar­dare con occhio nuovo noi stessi e a com­pren­dere meglio la natura della nos­tra intel­li­genza umana.

Qual­cosa del genere, ma anche molto di più, si è pro­posto la scorsa set­ti­mana il webi­nar «Sog­ghi­gni e robot. La logica die­tro a una risata», che ha trat­tato in modo acces­si­bile una quan­tità di temi legati alla scienza e alla filo­so­fia. Par­lan­done con «La Stampa», l’organizzatrice Sil­via Pit­ta­rello, docente di Comu­ni­ca­zione a Padova, intro­duce così uno dei focus del webi­nar: «La logica può farci ridere? La ris­posta è sì e ce lo inse­gna Lewis Car­roll, che ha fatto diver­tire gene­ra­zioni di bam­bini mes­co­lando logica e non­senso, e addi­rit­tura sug­ge­ren­doci che il non­senso ha a che fare con la logica.
Ho sen­tito un pro­fes­sore dire che “la sto­ria di Alice nel paese delle mera­vi­glie incanta per­ché è illo­gica”, ma questo non è vero. Per poter ridere di qual­cosa, la logica è uno degli ele­menti indis­pen­sa­bili. In par­tenza biso­gna sapere deter­mi­nate cose e conos­cere il contesto in cui sono inse­rite. Poi è indis­pen­sa­bile avere consa­pe­vo­lezza di se stessi e fin­ché i com­pu­ter non ne avranno non capi­ranno le bat­tute: è l’auto-consapevolezza che ci fa capire dove siamo, dove ci col­lo­chiamo. Infine biso­gna per­ce­pire la dis­tanza logica che c’è fra le cose come ven­gono pros­pet­tate e come dovreb­bero essere (fra il mondo reale e il paese delle mera­vi­glie). E biso­gna arri­varci da soli, per­ché se una bat­tuta ha biso­gno di essere spie­gata non fa ridere. Se a un com­pu­ter devo spie­gare, con appo­site istru­zioni, per­ché a una certa bat­tura deve ridere, è impos­si­bile che colga l’umorismo». Pit­ta­rello conclude citando un fatto poco noto: «Nel libro di Lewis Car­rol c’è tan­tis­sima logica per­ché Car­rol se ne inten­deva, visto che (a parte “Alice nel paese delle mera­vi­glie”) ha pub­bli­cato anche diversi trat­tati di logica».

A uno dei rela­tori del webi­nar, Gio­vanni Sam­bin, pro­fes­sore di Logica mate­ma­tica all’Università di Padova, chie­diamo di approc­ciare la ques­tione, par­tendo da un fatto della vita quo­ti­diana che ci mette a contatto con l’Intelligenza Arti­fi­ciale e con le sue dif­fe­renze dalla nos­tra: ogni volta che com­pi­liamo un modulo online, alla fine ci viene chiesto di spun­tare la casella «Non sono un robot». Pos­si­bile che i robot siano così «scemi» da non super­are uno sbar­ra­mento così modesto? Basta così poco a fare da fil­tro?
E la suc­ces­siva prova, cioè il rico­nos­ci­mento di alcune let­tere dell’alfabeto da parte del com­pi­la­tore umano, come può essere un com­pito impos­si­bile per i robot, che invece sono capa­cis­simi di dis­tin­guere le firme elet­tro­niche? Dopo­tutto, quando un essere umano firma, non firma mai per due volte alla stessa maniera, eppure la mac­china ha abbas­tanza plas­ti­cità da capire che le firme di una certa per­sona, pur se tutte leg­ger­mene diverse, rien­trano in una tipo­lo­gia ; e invece quando è messa di fronte alle sin­gole let­tere, la stessa mac­china perde all’improvviso tutta la sua plas­ti­cità men­tale? Com’è possibile?

Sam­bin conferma che la spunta sulla casella «Non sono un robot» è dav­vero un osta­colo insu­per­a­bile per una mac­china: «I robot non hanno cos­cienza, sono solo il risul­tato di istru­zioni, non sanno che cosa sono, per­ciò non ci arri­vano: sce­gliere di met­tere un segno accanto a “Non sono un robot”, per di più men­tendo, richiede auto-coscienza». Quanto alla ques­tione delle firme elet­tro­niche, Sam­bin spiega che i pro­grammi infor­ma­tici non le scom­pon­gono nelle sin­gole let­tere: le rece­pis­cono come se fos­sero degli ideo­grammi. Comunque, «il fatto che non siano capaci di rico­nos­cere le let­tere defor­mate è del tutto contin­gente, fra poco sapranno super­are questa difficoltà».

Un dub­bio: per caso i robot sono autis­tici, come Alan Turing, il padre dei com­pu­ter? Nel film su di lui, si vedono alcuni col­le­ghi che gli dicono: Alan, noi andiamo a man­giare. Turing ris­ponde: sì. Loro insis­tono: guarda che noi andiamo a man­giare: Lui si limita a dire: sì, ho capito, ma essendo par­zial­mente autis­tico non coglie subito il sot­tin­teso, cioè che lo stanno invi­tando a seguirli. Quando poi, con grande ritardo, Turing se ne rende conto, quasi scop­pia a pian­gere: «Insomma, quando io dico una cosa intendo quella cosa, mentre quando par­late voi allu­dete sempre a qualche cos’altro. Ma quello sba­gliato sarei io?». «Io mi iden­ti­fico con Turing», com­menta il pro­fes­sor Sam­bin. Sen­tendo evo­care questa scena del film, «fac­cio spesso fatica a cogliere i sot­tin­tesi, e anche per questo ho scelto la logica, che dà certezze».


tra­duc­tion :

Alice, cet humour qui naît de la logique et embar­rasse les robots

Lewis Car­roll écri­vit des trai­tés de logique, élé­ment indis­pen­sable pour sai­sir le contraste entre le monde réel et le Pays des Mer­veilles. Mais avec les extra­ter­restres l’approche pour­rait ne pas suffire

LUIGI GRASSIA

19 jan­vier 2022

Les androïdes rêvent-ils de mou­tons élec­triques ? est le titre d’un roman de science-fiction de Phi­lip K. Dick qui sou­lève de façon iro­nique la ques­tion des ana­lo­gies et des dif­fé­rences entre l’intelligence humaine et l’intelligence arti­fi­cielle (je livre a ins­piré le film Blade run­ner).

Com­prendre et inter­pré­ter ces simi­li­tudes et ces dif­fé­rences peut nous aider à affi­ner l’intelligence arti­fi­cielle et les per­for­mances des robots, mais aussi à nous regar­der nous-mêmes avec un œil nou­veau et à mieux com­prendre la nature de notre intel­li­gence humaine.
Le webi­naire « Les sou­rires et les robots. La logique der­rière le rire» pro­posé la semaine der­nière une réflexion sur cette thé­ma­tique, mais aussi beau­coup pus. Il a traité de manière acces­sible une quan­tité de sujets liés à la science et à la phi­lo­so­phie. Echan­geant avec La Stampa, l’organisatrice Sil­via Pit­ta­rello, pro­fes­seur de Com­mu­ni­ca­tion à Padoue, intro­duit ainsi un des sujets du webi­naire : «La logique peut-elle nous faire rire? La réponse est oui et Lewis Car­roll nous l’enseigne,
qui a fait rire des géné­ra­tions d’enfants en mélan­geant logique et non-sens, et même en nous sug­gé­rant que le non-sens a à voir avec la logique.

J’ai entendu un pro­fes­seur dire que “l’histoire d’Alice au pays des mer­veilles enchante parce que c’est illo­gique”, mais ce n’est pas vrai. Pour pou­voir rire de quelque chose, la logique est un des élé­ments indis­pen­sables. Au départ, il faut savoir cer­taines choses et connaître le contexte dans lequel elles s’inscrivent. Ensuite, il est indis­pen­sable d’avoir conscience de soi-même et tant que les ordi­na­teurs n’en auront pas, ils ne com­pren­dront pas les plai­san­te­ries : c’est l’auto-conscience qui nous fait com­prendre où nous sommes, où nous nous trou­vons. Enfin, il faut per­ce­voir la dis­tance logique qu’il y a entre les choses telles qu’elles sont et telles qu’elles devraient être (entre le monde réel et le pays des mer­veilles). Et il faut y arri­ver seul, parce que si une blague a besoin d’être expli­quée, ce n’est pas drôle. Si je dois expli­quer à un ordi­na­teur, avec des ins­truc­tions spé­ciales, pour­quoi à une cer­taine bat­tue il doit rire, il est impos­sible qu’il sai­sisse l’humour». Pit­ta­rello conclut en citant un fait peu connu : « Dans le livre de Lewis Car­rol, il y a beau­coup de logique parce que Car­rol s’y enten­dait, vu que (à part Alice au pays des mer­veilles) il a publié aussi plu­sieurs trai­tés de logique».

À l’un des inter­ve­nants du webi­naire, Gio­vanni Sam­bin, pro­fes­seur de Logique mathé­ma­tique à l’Université de Padoue, nous deman­dons d’aborder la ques­tion, en par­tant d’un fait de la vie quo­ti­dienne qui nous mette en contact avec l’Intelligence Arti­fi­cielle et montre avec ses dif­fé­rences avec la nôtre : chaque fois que nous rem­plis­sons un for­mu­laire en ligne, il nous est fina­le­ment demandé de cocher la case « Je ne suis pas un robot ». Est-il pos­sible que les robots soient si « idiots » qu’ils ne fran­chissent pas un bar­rage aussi modeste ? Est-ce que si peu de choses suf­fisent à faire le fil­trage ?
Et la preuve sui­vante, c’est-à-dire la recon­nais­sance de cer­taines lettres de l’alphabet par le com­pi­la­teur humain, com­ment peut-elle être une tâche impos­sible pour les robots, qui sont en revanche très capables de dis­tin­guer les signa­tures élec­tro­niques ? Après tout, quand un être humain signe, il ne signe jamais deux fois de la même façon, et pour­tant la machine a assez de sou­plesse pour com­prendre que les signa­tures d’une cer­taine per­sonne, même si elles sont toutes dif­fé­rentes, rentrent dans une cer­taine typo­lo­gie. Et quand elle est pla­cée devant chaque lettre, la même machine perd sou­dai­ne­ment toute sa plas­ti­cité men­tale ? Com­ment est-ce possible ?

Sam­bin confirme que la coche sur la case « Je ne suis pas un robot » est vrai­ment un obs­tacle insur­mon­table pour une machine : «Les robots n’ont pas de conscience, ils ne sont que le résul­tat d’instructions, ils ne savent pas ce qu’ils sont, donc ils n’y arrivent pas : choi­sir de mettre un signe à côté de “Je ne suis pas un robot”, de plus, en men­tant, cela demande de l’auto-conscience». Quant à la ques­tion des signa­tures élec­tro­niques, Sam­bin explique que les pro­grammes infor­ma­tiques ne les décom­posent pas en lettres indi­vi­duelles : ils les trans­posent comme des idéo­grammes. De toute façon, « le fait qu’ils ne soient pas capables de recon­naître les lettres défor­mées est tout à fait contin­gent, ils sau­ront bien­tôt sur­mon­ter cette difficulté ».

Un doute tout de même : les robots sont-ils autistes, comme Alan Turing, le père des ordi­na­teurs ? Dans le film qui lui est dédié, on voit des col­lègues lui dire : “Alan, on va man­ger”. Turing répond : “oui”. Ils insistent : tu vois que nous allons man­ger ? Il se contente de dire : “oui, j’ai com­pris”, mais étant par­tiel­le­ment autiste il ne sai­sit pas immé­dia­te­ment le sous-entendu, à savoir qu’ils l’invitent à les suivre. Puis quand, avec un grand retard, Turing s’en rend compte, il se met presque à pleu­rer : « Bref, quand je dis une chose, je veux dire cette chose, alors que quand vous par­lez, vous
faites tou­jours allu­sion à quelque chose d’autre. Mais c’est moi qui me trompe ». « Je m’identifie à Turing», com­mente le pro­fes­seur Sam­bin. En enten­dant évo­quer cette scène du film, «j’ai sou­vent du mal à sai­sir les sous-entendus, et c’est aussi pour cela que j’ai choisi la logique, qui donne des certitudes ».

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article