Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Black Mirror" épisode 1, "L’Hymne National" (2011) ou "l'allégorie de la caverne" de Platon

Publié le 10 Octobre 2021, 15:53pm

Catégories : #Philo & Cinéma

 "Black Mirror" épisode 1, "L’Hymne National" (2011) ou "l'allégorie de la caverne" de Platon


En décembre 2011, Charlie Brooker a offert au monde le premier épisode choquant, impitoyable et incroyable de sa série Black Mirror. Le principe de l’émission est simple: les récits sont centrés « sur des thèmes obscurs et satiriques qui examinent la société moderne, en particulier en ce qui concerne les conséquences imprévues des nouvelles technologies » 

Le premier chapitre, intitulé "L’Hymne National", nous présente l’histoire d’un artiste qui kidnappe la princesse Susannah, membre de la famille royale britannique. En guise de prix pour sa liberté, le ravisseur demande au Premier ministre du pays d’avoir des relations sexuelles avec un cochon, en direct à la télévision. Sinon il la tuera. Ce n’est qu’une question d’heures que les nouvelles font déjà le tour du monde; et tout le monde, aux quatre coins du globe, se sent en droit de donner son avis et de juger de ce que le Premier Ministre devrait faire (via les réseaux sociaux, les journaux télévisés, aux bistrots…).

Cependant, avant le début de l’acte, exactement 30 minutes avant, et avec la diffusion déjà en cours sur les télévisions et les écrans du monde entier – et avec tous les spectateurs retenant collectivement leur souffle dans l’attente angoissante de ce qui se passerait sous leurs yeux – l’artiste / kidnapper libère la princesse dans un Londres complètement vide. Précisément parce que « il savait que tout le monde serait ailleurs, en train de regarder les écrans ».

Brutalement, Brooker frotte au visage du spectateur le pouvoir absurde de la technologie d’influencer les décisions quotidiennes et politiques, quelles que soient les frontières et les mers – dans l’épisode décrit, la principale technologie est la télévision et son pouvoir sur les autres médias et sur la population. Aujourd’hui, dans une époque où tout le monde vit enterré sur ses écrans individuels, "L’Hymne National" est incorrectement considéré comme obsolète et agressif… Les gens ne voient toujours pas la princesse être libérée.


En 385-380 av. J.C., Platon, dans sa République, a doté l’humanité du Mythe de la Caverne – où il nous montre la nécessité de quitter la grotte et de se libérer pour ne plus voir que des ombres. Et apprendre à connaître et voir la réalité. Les similitudes entre les discours de Platon et de Brooker sont indéniables. Il est encore plus indéniable à quel point les deux discours décrivent parfaitement notre réalité contemporaine : nous sommes le fruit de générations d’avancées technologiques absurdes. En 50 ans, l’attirail et les gadgets qui semblaient n’exister que dans les films de science-fiction ont gagné en forme et en popularité (tout le monde veut le téléphone de la marque jugée la plus avancée).
Retour vers le futur n’a peut-être pas choisi la bonne année, mais nous avons déjà des modèles de voitures volantes et Tony Hawk a déjà testé le premier prototype de l’Hoverboard, le skateboard flottant de Marty McFly. Et pourtant, Brooker pense que ses histoires ne sont pas des avertissements. “Le progrès technologique est complètement inévitable. Nous pensons davantage aux personnages humains. Ce ne sont pas des avertissements sociétaux. Et je pense que nous sommes assez optimistes”.

En fait, au fur et à mesure que les saisons de la série continuaient, les épisodes devenaient de plus en plus optimistes dans les récits et dans leurs conclusions (à l’exception du brillant épisode interactif "Bandersnatch"). Cependant, cet effet est aussi quelque chose que le programme TV lui-même avait prédit et démontré, dans les épisodes précédant son acquisition par le multimilliardaire Netflix : que le public, qui ne voit que les ombres, ne peut pas bien le prendre quand la réalité s’impose inévitablement. Et le frappe comme un coup dans l’estomac. Et c’est justement dans cette dualité que nous nous trouvons aujourd’hui.

La société contemporaine, même si elle est la plus avancée sur le plan technologique (du moins, dont nous sommes conscients jusqu’à présent), comme dans la "Caverne" de Platon ou dans "l’Hymne" National de Brooker (et malgré les innombrables avertissements que nous avons eu à travers les films, les livres, les mythes et les séries), garde toujours les yeux éloignés de la libération de la princesse et de plus en plus figés dans l’ombre de la réalité. Une réalité transmise par les différents écrans (Twitter, Facebook, Instagram, iPhone, tablettes, écrans d’ordinateurs, télévisions, home cinéma, les exemples sont infinis).

Un projet étonnant, qui dépeint délicatement et de manière particulière les sentiments de la société contemporaine qui insiste pour ne voir que les ombres, est "Upload", du géant Amazon Prime. Avec un ton plus léger, un humour acide et sans le coup de poing que les œuvres artistiques provoquent à l’approche de cet univers thématique, "Upload" remet entre les mains des spectateurs l’importance de sortir de la caverne et de voir ce qui produit réellement toutes les ombres.
Mais, pendant que nous ne quittons pas la caverne, nous continuons à donner la préférence aux relations virtuelles, aux influenceurs digitales avec leurs personnalités et leurs caractéristiques physiques et leurs récits créés et photoshopés. Nous continuons à créer, de plus en plus, de gadgets pour rendre l’expérience virtuelle plus personnelle et plus intime (des lunettes de réalité virtuelle, des sites Web comme OnlyFans.com et des applications comme Tinder peuvent être des exemples). Mais sans réel contact entre les parties impliquées. Et où est le plaisir là-dedans ? Nous préférons passer des heures à discuter par WhatsApp, plutôt que par appel vocal, par téléphone ou en direct, face à face.  (...)

Il est évident que nous ne pouvons pas déprécier toutes les choses infinies, prodigieuses, immenses et merveilleuses que la technologie porte et apporte en elle-même… Mais nous devons réaliser et comprendre que les grandes choses forment aussi d’immenses ombres. Et si, au milieu de cette mer agitée, en fait, l’homo sapiens crée un super homo sapiens, comme le prédit Yuval Harari, nous savons déjà par les mêmes livres, mythes, films et émissions, que nous ne cesserons jamais d’être homo sapiens dans notre quintessence – avec tous nos sentiments, pensées et sensations. Donc, la question qui se pose devant ce scénario, est exactement celle-ci : lorsque la princesse sera libérée enfin de la caverne, que se passera-t-il si tout le monde est encore ailleurs, à regarder les écrans ?


source : https://www.theusualnext.com/fr/limportance-de-vivre-dans-le-monde-reel-quitter-la-caverne/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article