Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Nel nuovo libro di Matteo Strukul, le signore del fuoco: Pandora, Didone, Medea (Dans le nouveau livre de Matteo Strukul, les dames du feu : Pandore, Didon, Médée)

Publié le 8 Septembre 2021, 21:22pm

Catégories : #Echos d'Italie

Nel nuovo libro di Matteo Strukul, le signore del fuoco: Pandora, Didone, Medea (Dans le nouveau livre de Matteo Strukul, les dames du feu : Pandore, Didon, Médée)

Corriere della Sera / Cultura

« Medea » (1868) di Anthony Fre­de­rick Augus­tus Sandys

Nel nuovo libro di Mat­teo Stru­kul, le signore del fuoco: Pan­dora, Didone, Medea

di MARIA GRAZIA CIANI
7 set­tembre 2021

Le donne del mito e le fiamme: esce gio­vedì 9 set­tembre da Sol­fe­rino il libro che l’autore dedica a un tema «magico e inef­fa­bile», come spiega la gre­cista Ciani

« Magico e inef­fa­bile » è il tema del fuoco. Ma, come il fuoco, inaf­fer­ra­bile e dif­fi­cile da cir­cos­cri­vere. La scelta dell’autore cade sull’antica Gre­cia, sul mondo vario­pinto, com­plesso e contro­verso del mito. Dovrebbe essere un sag­gio divul­ga­tivo, ma ne nasce una serie di mono­lo­ghi tea­trali, e la pros­pet­tiva nar­ra­to­lo­gica è frutto di un’altra scelta – per­so­nale questa volta – e di una sfida : il cam­bia­mento di pros­pet­tiva, il rac­conto dal punto di vista femminile.

Sfi­lano così sulla scena Pan­dora, la prima donna, Pen­te­si­lea, l’Amazzone, Didone, l’amante tra­dita da Enea, Medea, la sposa abban­do­nata da Gia­sone. Nella strut­tura, ori­gi­nale e com­plessa soprat­tutto nella parte rela­tiva a Pan­dora, si inse­ris­cono altri miti, tutti legati al fuoco, leg­gende tratte da quella infi­nita riserva che i Greci ci hanno las­ciato in eredità.

Pan­dora rac­co­glie il tes­ti­mone di Pro­me­teo per ven­di­care il titano cru­del­mente punito da Zeus e per espiare la pro­pria colpa : quella di aver aperto il vaso famoso dona­tole dal padre degli dèi e aver così river­sato i mali sull’umanità. L’autore l’accompagna in un lungo e tra­va­gliato cam­mino di reden­zione : è un’epica al fem­mi­nile, in cui colei che fu la prima donna, l’Eva dei Greci, creata dal dio Efesto con acqua, terra e fuoco, per­corre la terra degli uomini inse­gnando a usare il fuoco in tutti i modi pos­si­bili, ad amarlo e pro­teg­gerlo, a temerlo e combatterlo.

E poi­ché nelle sto­rie «si cela il potere della rinas­cita», a for­nirlo di un « cor­redo di leg­gende »: per prima la sto­ria di Fenice, il mis­te­rioso uccello che rinasce dalle sue ceneri; poi Fetonte e il fiam­meg­giante carro conces­so­gli dal padre, il dio Sole, con cui il gio­vi­netto ines­perto incen­dia la terra fin­ché viene abbat­tuto dal ful­mine di Zeus ; è la volta di Ecate, signora dell’oscurità, e delle due torce con cui fio­ca­mente illu­mina il regno dei morti. Pan­dora com­pie così il cam­mino iniziato da Pro­me­teo e la sua vicenda rac­co­glie insieme una sto­ria del fuoco nelle sue appli­ca­zioni concrete, mista alle antiche leg­gende di morte, di rinas­cita, di distruzione.

Una vivida fiamma per­corre tutto il libro: sia l’incendio di una foresta o l’incendio di Troia o il rogo degli eroi e delle stre­ghe, sia la ferita ardente e bru­ciante dell’amore o del rimorso o di ogni smi­su­rata pas­sione. E le mol­te­plici des­cri­zioni sono di volta in volta diverse e «nuove», sor­rette da un les­sico ricco di varianti e da una «fer­vida» imma­gi­na­zione («la corona di lingue rosse dal cuore d’oro» della fucina di Efesto, la «liquida fiamma» del fiume infer­nale Piri­fle­ge­tonte, la «belva liquida», «il pic­colo globo pul­sante e bol­lente» — sono solo alcuni esempi). Dopo la lunga intro­du­zione di Pan­dora — frutto di una fan­ta­sia sapien­te­mente orches­trata — Pen­te­si­lea, Didone e Medea si ricol­le­gano mag­gior­mente alle fonti (pun­tual­mente indi­cate nella Nota d’autore) — ma anche qui con inserti e scelte per­so­nali, tese a evi­den­ziare la pros­pet­tiva fem­mi­nile e insieme il tema cen­trale del fuoco.

Il fuoco è spesso l’elemento alla cui luce ardente le donne amano sos­tare per rie­vo­care la vita, il pas­sato : come Pan­dora e più tardi Medea. Pen­te­si­lea, già ombra nell’Ade, si spec­chia nel Piri­fle­ge­tonte, e nel «liquido fiume di fiamma» vede riflessa tutta la sua sto­ria: una sto­ria cruenta dove il fuoco mar­chia la per­sona (il seno des­tro delle Amaz­zoni muti­lato per ren­derle più adatte al com­bat­ti­mento), «divora le vis­cere» per il rimorso (l’uccisione, sia pur acci­den­tale della com­pa­gna Ippo­lita), bru­cia il cada­vere di Ettore, le navi degli Achei e infine Pen­te­si­lea stessa, uccisa da Achille e sepolta a Troia con gli stessi onori tri­bu­tati a Ettore. Da rile­vare il ridi­men­sio­na­mento della figura di Achille, l’eroe degli eroi, che qui, pur sedotto dalla bel­lezza e dal corag­gio della donna guer­riera, non riesce a difen­derne l’onore né a pro­teg­gere il suo corpo dagli insulti di Dio­mede
(il mito domi­nante è quello di un Achille vin­ci­tore e nello stesso tempo inna­mo­rato e ris­pet­toso della sua vit­tima illustre). Sono invece gli Atridi, entrambi, Aga­men­none e Mene­lao a com­piere ciò che Achille non era rius­cito a fare: recu­pe­rare il corpo di Pen­te­si­lea, ren­derlo a Priamo e al rito sacro e solenne della sepol­tura eroica. […]

—-
tra­duc­tion :

Dans le nou­veau livre de Mat­teo Stru­kul, les dames du feu : Pan­dore, Didon, Médée

par MARIA GRAZIA CIANI
7 sep­tembre 2021

Les femmes du mythe et les flammes : paraît le jeudi 9 sep­tembre chez Sol­fe­rino le livre que l’auteur consacre à un thème « magique et inef­fable », comme l’explique l’helléniste Ciani.

« Magique et inef­fable » est le thème du feu. Mais, comme le feu, insai­sis­sable et dif­fi­cile à cer­ner. Le choix de l’auteur tombe sur la Grèce antique, le monde mul­ti­co­lore, com­plexe et contro­versé du mythe. Cela devrait être un essai de vul­ga­ri­sa­tion, mais il en naît une série de mono­logues théâ­traux, et la pers­pec­tive nar­ra­tive est le fruit d’un autre choix — per­son­nel cette fois — et d’un défi : le chan­ge­ment de pers­pec­tive, le récit du point de vue fémi­nin.
Ainsi défilent sur scène Pan­dore, la pre­mière femme, Pen­te­si­lée, l’Amazone, Didon, l’amant trahi par Énée, Médée, l’épouse aban­don­née par Jason.

Dans la struc­ture, ori­gi­nale et com­plexe sur­tout dans la par­tie rela­tive à Pan­dora, s’insèrent d’autres mythes, tous liés au feu, légendes tirées de cette réserve infi­nie que les Grecs nous ont laissé en héri­tage. Pan­dora prend à témoin Pro­mé­thée pour ven­ger le titan cruel­le­ment puni par Zeus et pour expier sa faute : celle d’avoir ouvert le vase célèbre qui lui a été donné par le père des dieux et d’avoir ainsi déversé les maux sur l’humanité. L’auteur l’accompagne dans un long et tour­menté che­min de rédemp­tion : c’est une épo­pée au fémi­nin, dans laquelle celle qui fut la pre­mière femme, l’Ève des Grecs, créée par le dieu Héphaïs­tos avec eau, terre et feu, par­court la terre des hommes en appre­nant à uti­li­ser le feu de toutes les façons pos­sibles, à l’aimer et à le pro­té­ger, à le craindre et à le com­battre. Et parce que dans les his­toires « se cache le pou­voir de la renais­sance », pour l’alimenter d’un « ensemble de légendes » : la pre­mière est l’histoire du Phé­nix, l’oiseau mys­té­rieux qui renaît de ses cendres ; puis Phaé­ton et le char flam­boyant que lui a accordé son père, le dieu soleil, avec lequel le jeune homme inex­pé­ri­menté brûle la terre jusqu’à ce qu’il soit abattu par la foudre de Zeus ; puis c’est le tour d’Hécate, dame des ténèbres, et des deux torches avec les­quelles elle illu­mine fai­ble­ment le royaume des morts.

Pan­dora accom­plit ainsi le che­min com­mencé par Pro­mé­thée et son his­toire réunit ensemble une his­toire du feu dans ses appli­ca­tions concrètes, mêlée aux anciennes légendes de mort, de renais­sance, de des­truc­tion. Une flamme vive par­court tout le livre : soit l’incendie d’une forêt ou l’incendie de Troie ou le bûcher des héros et des sor­cières, soit la bles­sure ardente et brû­lante de l’amour ou du regret ou de toute pas­sion déme­su­rée. Et les mul­tiples des­crip­tions sont à chaque fois dif­fé­rentes et « nou­velles », sou­te­nues par un lexique riche en variantes et par une « fer­vente » ima­gi­na­tion (« la cou­ronne de langues rouges au cœur d’or » de la forge d’Héphaïstos, la « flamme liquide » du fleuve infer­nal Pyri­phlé­gé­thon, la « bête liquide », « le petit globe bat­tant et bouillant » — ne sont que quelques exemples).

Après la longue intro­duc­tion de Pan­dore — fruit d’une fan­tai­sie savam­ment orches­trée — Pen­te­si­lée, Didon et Médée se rat­tachent davan­tage aux sources (indi­quées avec pré­ci­sion dans les note de l’auteur) — mais aussi ici à des inserts et des choix per­son­nels, visant à mettre en évi­dence, dans l’ensemble, la pers­pec­tive fémi­nine et le thème cen­tral du feu.
Le feu est sou­vent l’élément à la lumière ardente duquel les femmes aiment s’arrêter pour évo­quer la vie, le passé : comme Pan­dore et plus tard Médée. Pen­te­si­lée, déjà ombre dans l’Hadès, se reflète dans le Pyri­phlé­gé­thon, et voit réflé­chie toute son his­toire dans le « fleuve liquide des flammes » : une his­toire san­glante où le feu marque la per­sonne (le sein droit des Ama­zones mutilé pour les rendre plus aptes au com­bat), « dévore les entrailles » pà cause du le remords (le meurtre, même acci­den­tel, de la com­pagne Hip­po­lyte),
Il brûle le corps d’Hector, les navires des Achéens et enfin Pen­te­si­lée elle-même, tuée par Achille et enter­rée à Troie avec les mêmes hon­neurs qu’Hector. À noter le redi­men­sion­ne­ment de la figure d’Achille, le héros des héros, qui ici, bien que séduit par la beauté et le cou­rage de la femme guer­rière, ne par­vient pas à défendre son hon­neur ni à pro­té­ger son corps des insultes de Dio­mède (le mythe domi­nant est celui d’un Achille vain­queur et en même temps amou­reux et res­pec­tueux de sa vic­time illustre).

Ce sont les Atrides, tous les deux, Aga­mem­non et Méné­las, qui accom­plissent ce qu’Achille n’avait pas réussi à faire : récu­pé­rer le corps de Pen­te­si­lée, le rendre à Priam et au rite sacré et solen­nel de la sépul­ture héroïque.[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article