Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Hemingway e la felicità : il racconto inedito su "Robinson" (Hemingway et le bonheur : l’histoire inédite dans "Robinson")

Publié le 8 Mai 2021, 10:24am

Catégories : #Echos d'Italie

Hemingway e la felicità : il racconto inedito su "Robinson" (Hemingway et le bonheur : l’histoire inédite dans "Robinson")

La Repub­blica / Robinson

Ritro­vato dal nipote del grande scrit­tore, un lungo testo mai letto che ricorda un po’ “Il vec­chio e il mare” e immor­tala l’epica del quo­ti­diano.
Lo anti­ci­piamo in ver­sione inte­grale sul nos­tro sup­ple­mento in edi­cola da sabato 8 maggio

Ricorda un po’ Il vec­chio e il mare e nella des­cri­zione dei per­so­naggi offre pas­saggi degni del miglior Hemingway.Al rac­conto inedito, inti­to­lato La ricerca come feli­cità, tro­vato dal nipote dello scrit­tore, è dedi­cata la coper­tina di Robin­son in edi­cola da sabato 9 mag­gio con Repubblica.Un lungo rac­conto che anti­ci­piamo e pub­bli­chiamo in ver­sione inte­grale: il testo è inse­rito infatti, insieme a una nuova tra­du­zione de Il vec­chio e il mare e alcuni arti­coli sulla pesca, in un pre­zioso volume a cura di Sil­via Pares­chi­pub­bli­cato da Mon­da­dori negli Oscar che sarà in libre­ria dall’11 maggio.

Il testo inedito, di cui Seán Heming­way non è rius­cito a iden­ti­fi­care la data in cui è stato scritto dal nonno, riba­disce un’idea car­dine di tutta la poe­tica heming­wayana, come ci spiega nel suo inter­vento Anto­nio Monda:la ricerca, intesa in senso lato come cac­cia, pesca e anche sfida, diventa momento che defi­nisce l’intera esis­tenza. Il rac­conto ha molti punti in comune con Il vec­chio e il mare : anche qui si tratta di un’avventura di pesca durante la quale viene cat­tu­rato un gigan­tesco mar­lin, ma lo sfondo è diverso e il pro­ta­go­nista non è il vec­chio pes­ca­tore bensì lo stesso Ernest.
E anche il finale riserva qualche sor­presa. Lo stile invece è come sempre cris­tal­lino: una sem­pli­cità però solo appa­rente – rico­nosce Monda che prova per noi a inter­pre­tarlo – die­tro cui si nas­conde un estremo lavoro sulla lin­gua. E come sempre risalta la capa­cità unica di Heming­way di immor­ta­lare l’epica del quotidiano. […]


tra­duc­tion :

Heming­way et le bon­heur : l’histoire inédite dans Robin­son

Un long texte jamais lu qui rap­pelle un peu Le vieil homme et la mer et immor­ta­lise l’épopée du quo­ti­dien a été retrouvé par le petit-fils du grand écrivain.

Rappelez-vous Le vieil homme et la mer et la des­crip­tion des per­son­nages qui offre des pas­sages dignes du meilleur Heming­way. La cou­ver­ture de Robin­son, dans les kiosque à jour­naux le samedi 8 mai avec La Repub­blica, est dédiée au récit inédit, inti­tulé A la pour­suite du bon­heur, trouvé par le neveu de l’écrivain. Un long récit que nous anti­ci­pons et publions en ver­sion inté­grale : le texte est en effet inséré, avec une nou­velle tra­duc­tion de Le vieil homme et la mer et quelques articles sur la pêche, dans un pré­cieux volume dirigé par Sil­via Pares­chi et publié par Mon­da­dori (coll. Oscars) qui sera en librai­rie à par­tir du 11 mai.

Le texte inédit, dont Sean Heming­way n’a pas réussi à iden­ti­fier la date à laquelle il a été écrit par son grand-père, réaf­firme une idée char­nière de toute la poé­tique heming­wayenne, comme nous l’explique dans son inter­ven­tion Anto­nio Monda : la recherche, enten­due au sens large comme chasse, pêche et même défi, devient un moment qui défi­nit l’existence entière. Le récit a beau­coup de points com­muns avec Le vieil homme et la mer : Il s’agit éga­le­ment d’une aven­ture de pêche au cours de laquelle un mar­lin géant est cap­turé, mais l’arrière-plan est dif­fé­rent et le pro­ta­go­niste n’est pas le vieux pêcheur mais Ernest lui-même.
Et la fin réserve aussi quelques sur­prises. Par ailleurs, le style est comme tou­jours cris­tal­lin : une sim­pli­cité mais seule­ment appa­rente — recon­naît Monda qui essaye pour nous de l’interpréter — der­rière laquelle se cache un tra­vail extrême sur la langue. Et comme tou­jours, la capa­cité unique d’Hemingway à immor­ta­li­ser l’épopée du quo­ti­dien est remarquable. […]

lire la suite de l’article en italien

fre­de­ric grolleau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article