Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Van Gogh, i suoi disturbi psichici potrebbero essere stati causati dall’astinenza dall’alcol (Van Gogh, ses troubles psychiques pourraient avoir été causés par le manque d’alcool)

Publié le 7 Novembre 2020, 10:57am

Catégories : #Echos d'Italie

Van Gogh, i suoi disturbi psichici potrebbero essere stati causati dall’astinenza dall’alcol (Van Gogh, ses troubles psychiques pourraient avoir été causés par le manque d’alcool)

Corriere della Sera

Van Gogh, i suoi dis­turbi psi­chici potreb­bero essere stati cau­sati dall’astinenza dall’alcol
Secondo uno stu­dio pub­bli­cato sull’International Jour­nal of Bipo­lar Disor­ders, l’artista avrebbe sof­ferto di due epi­sodi psi­co­tici suc­ces­sivi al rico­vero in ospe­dale dopo essersi tagliato l’orecchio nel 1888.
Smen­tita invece la schizofrenia

di Simona Mar­chetti
5 novembre 2020

L’astinenza dall’alcol potrebbe essere all’origine delle psi­cosi di Vincent Van Gogh, morto sui­cida nel 1890, all’età di 37 anni.
A sos­te­nerlo è un recente stu­dio dell’UMCG di Gro­nin­gen, pub­bli­cato sull’International Jour­nal of Bipo­lar Disor­ders, che ha inda­gato tutti i pos­si­bili dis­turbi psi­chia­trici di cui sof­friva l’artista, basan­dosi sull’analisi  delle sue 902 let­tere (820 delle quali scritte a suo fra­tello Theo) e sulle car­telle cli­niche dei medici che lo hanno curato.

La convin­zione dei ricer­ca­tori olan­desi è che Van Gogh — che si pensa sof­frisse di una com­bi­na­zione di dis­turbo bipo­lare e per­so­na­lità bor­der­line, seb­bene nes­suna di queste pato­lo­gie psi­chia­triche sia mai stata diag­nos­ti­cata — abbia  vis­suto due brevi epi­sodi psi­co­tici, pre­su­mi­bil­mente cau­sati dall’astinenza for­zata dall’alcol, a seguito del rico­vero in ospe­dale dopo essersi tagliato l’orecchio con un rasoio nel 1888.

La salute fisica e men­tale del pit­tore
Nella loro ricerca gli stu­diosi hanno anche affron­tato alcune teo­rie riguar­danti la salute fisica e men­tale di Van Gogh, esclu­dendo che sof­frisse di schi­zo­fre­nia, di por­fi­ria (una rara malat­tia meta­bo­lica)  e di un avve­le­na­mento da mono­ssido di car­bo­nio e las­ciando invece aperta l’ipotesi dell’epilessia, diag­nos­ti­cata all’artista dai suoi stessi medici e rife­rita molto pro­ba­bil­mente «all’epilessia masche­rata»,
altri­menti nota come «epi­les­sia focale».
Nel caso di Van Gogh questa pato­lo­gia — carat­te­riz­zata da convul­sioni che por­tano a mani­fes­ta­zioni varia­bili di ansia, deliri e allu­ci­na­zioni — potrebbe essere stata cau­sata dai danni cere­brali  pro­vo­cati dall’abuso di alcol, dalla mal­nu­tri­zione, dalla carenza di sonno e dalla stan­chezza men­tale, ma come hanno sot­to­li­neato gli esperti, non essen­doci all’epoca esami ade­guati per accer­tarla,
non si può sta­bi­lire con asso­luta cer­tezza che il geniale artista sof­frisse real­mente di epi­les­sia.
[…]

—-
tra­duc­tion :

Van Gogh, ses troubles psy­chiques pour­raient avoir été cau­sés par le manque d’alcool
Selon une étude publiée dans l’International Jour­nal of Bipo­lar Disor­ders, l’artiste aurait souf­fert de deux épi­sodes psy­cho­tiques après son hos­pi­ta­li­sa­tion après s’être coupé l’oreille en 1888.
La schi­zo­phré­nie serait en revanche démentie.

par Simona Mar­chetti
5 novembre 2020

L’abstinence alcoo­lique pour­rait être à l’origine des psy­choses de Vincent Van Gogh, mort par sui­cide en 1890, à l’âge de 37 ans. Ce que sou­tient une étude récente de l’UMCG de Gro­nin­gen, publiée dans l’International Jour­nal of Bipo­lar Disor­ders, qui a enquêté sur tous les troubles psy­chia­triques pos­sibles dont souf­frait l’artiste, en se fon­dant sur l’analyse de ses 902 lettres (dont 820 écrites à son frère Théo) et sur les dos­siers médi­caux des méde­cins qui l’ont soigné.

La convic­tion des cher­cheurs néer­lan­dais est que Van Gogh — dont on pense qu’il souf­frait d’une com­bi­nai­son de trouble bipo­laire et de per­son­na­lité bor­der­line, bien qu’aucune de ces patho­lo­gies psy­chia­triques n’ait jamais été  diag­nos­ti­quée — avait vécu deux épi­sodes psy­cho­tiques brefs, pro­ba­ble­ment cau­sés par l’abstinence for­cée à l’alcool, suite à son admis­sion à l’hôpital après s’être coupé l’oreille avec un rasoir en 1888.

La santé phy­sique et men­tale du peintre

Dans leur recherche, les cher­cheurs ont éga­le­ment abordé cer­taines théo­ries concer­nant la santé phy­sique et men­tale de Van Gogh, en excluant qu’il souf­frait de schi­zo­phré­nie, de por­phy­rie (une rare mala­die du méta­bo­lisme) et d’un empoi­son­ne­ment au monoxyde de car­bone, lais­sant ouverte l’hypothèse de l’épilepsie, diag­nos­ti­quée à l’artiste par ses propres méde­cins et se réfé­rant très pro­ba­ble­ment à «l’épilepsie dégui­sée»,  autre­ment appelé «épi­lep­sie focale».

Dans le cas de Van Gogh, cette patho­lo­gie — carac­té­ri­sée par des convul­sions condui­sant à des mani­fes­ta­tions variables d’anxiété, de délires et d’hallucinations — pour­rait avoir été cau­sée par des lésions céré­brales pro­vo­qués par l’abus d’alcool, la mal­nu­tri­tion, le manque de som­meil et la fatigue men­tale, mais comme l’ont sou­li­gné les experts, il n’y a pas à l’époque d’examens adé­quats pour la véri­fier. On ne peut donc pas affir­mer avec une cer­ti­tude abso­lue que le brillant artiste souf­frait réel­le­ment d’épilepsie.

[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article