Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


exercice inférence induction / Freud ("Métapsychologie")

Publié le 27 Novembre 2020, 09:15am

Catégories : #Exercices philo

exercice inférence induction / Freud ("Métapsychologie")

 

Inférence

Inférence (nom commun)
Opération par laquelle on passe d'un ensemble de prémisses à une conclusion justifiée, rendue légitime par ces prémisses.
Terme(s) associé(s)

Qu’est ce qu’une inférence ?

L’inférence est l’opération intellectuelle de base de tout raisonnement. Elle consiste à passer d’une ou plusieurs prémisse(s) à une conclusion. Tout le monde fait des inférences, presque tout le temps. Une inférence n’est pas forcément valide logiquement. Et elle n’assure pas que la conclusion soit fondée. Une inférence est simplement un passage prémisse / conclusion.

Voici 2 exemples d’inférences. Le premier à l’air sensé, mais n’est pas logiquement valide. Le second est volontairement absurde. Dans les 2 cas, il y a pourtant bien une inférence. On part d’une la prémisse, on arrive à une conclusion. Peu importe la vérité de la conclusion : l’inférence ne garantit pas en elle-même le résultat.

[Prémisse] Jean mange des chips
[Conclusion] Donc Jean aime les chips

[Prémisse] Jean mange des chips
[Conclusion] Donc Jean est nazi

Il ne faut pas confondre l’inférence avec la preuve, l’argument ou le raisonnement. Une preuve est le résultat d’une inférence. Un argument est un ensemble linguistique, formé par des prémisses, des règles d’inférences et des conclusions. Enfin le raisonnement est une construction plus complexe qui se compose d’inférences.

Inférence immédiate / médiate

Une inférence immédiate n’a que 2 termes. Une prémisse (P) et une conclusion (C). Les exemples plus haut sont des inférences immédiates. À l’inverse, une inférence médiate est une inférence qui possède plus de 2 termes. Elle se compose au minimum de 2 prémisses (P1, P2) et d’une conclusion (C).

P1: Socrate est un homme
P2: Tous les hommes sont mortels
C: donc Socrate est mortel

Ce syllogisme classique est un exemple d’inférence médiate. De façon générale, un grand nombre de nos inférences sont médiates. Nos raisonnements courants reposent souvent sur plusieurs étapes.

Inférence déductive / inductive

Une inférence déductive respecte certaines règles qui assurent de la vérité de sa conclusion. Dans une inférence déductive (ou déduction), si les prémisses sont vraies alors la conclusion l’est aussi. On dit une telle inférence « valide ». Le syllogisme est une inférence déductive :

P1: Socrate est un homme (vrai)
P2: Tous les hommes sont mortels (vrai)
C: Donc Socrate est mortel (vrai)

Si l’une des prémisses était fausse, la conclusion serait fausse. La structure de cette inférence permet de « passer » la vérité des prémisses à la conclusion. Ici, c’est la structure qui compte, pas le sens des mots.

À l’inverse, une inférence inductive (ou induction) ne garantit pas le transfert de vérité entre les prémisses et la conclusion. Les prémisses peuvent être vraies et la conclusion fausse. Une induction rend la conclusion probable au mieux. Elle ne permet jamais d’assurer sa vérité.

P1: Il a toujours plu en septembre dans cette région
C: Donc il pleuvra en septembre dans cette région cette année

Le fait qu’il ait plu en septembre tous les ans ne garantit pas qu’il pleuvra cette année. Il peut très bien faire extrêmement beau et sec. L’inférence inductive ne peut pas garantir la vérité de sa conclusion. Elle peut rendre sa conclusion plausible ou probable, mais pas « vraie ».

Bibliographie

  • Inférence, Dictionnaire de philosophie, Noëlla Baraquin (dir.), Paris, Armand-Colin, 2007
  • Inférence, Dictionnaire de philosophie, Christian Godin, Paris, Fayard, 2004
  • Inférence, Nouveau vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Louis-Marie Morfaux (dir.), Jean Lefranc (dir.), Paris, Armand-Colin, 2005
  • Inférence, Vocabulaire technique et analytique de l'épistémologie, Robert Nadeau, Paris, PUF, 1999

source : https://dicophilo.fr/definition/inference/

application 

Corréler ces 2  textes à c que dit Freud de l'inférence dans sa Métapsychologie :

 

« Le contraire d’un fait quelconque est toujours possible, car il n’implique pas contradiction et l’esprit le conçoit aussi facilement et aussi distinctement que s’il concordait pleinement avec la réalité. Le soleil ne se lèvera pas demain, cette proposition n’est pas moins intelligible et elle n’implique pas plus contradiction que l’affirmation: il se lèvera. Nous tenterions donc en vain d’en démontrer la fausseté. »

David Hume, Enquête sur l’entendement humain, section IV, 1748.

L’induction ne peut être justifiée purement sur des bases logiques. Illustration intéressante, bien que cruelle, brodée à partir de la dinde inductiviste de Bertrand Russell : dès le matin de son arrivée dans la ferme pour dindes, une dinde s’aperçut qu’on la nourrissait à 9 heures du matin. Toutefois, en bonne inductiviste, elle ne s’empressa pas d’en conclure quoi que ce soit. Elle attendit d’avoir observé de nombreuses fois qu’elle était nourrie à 9 heures du matin, et elle recueillit ces observations dans des circonstances fort différentes, les mercredis et jeudis, les jours chauds et les jours froids, les jours de pluie et les jours sans pluie. Chaque jour, elle ajoutait un autre énoncé d’observation à sa liste. Sa conscience inductiviste fut enfin satisfaite et elle recourut à une inférence inductive pour conclure : “Je suis toujours nourrie à 9 heures du matin.” Hélas, cette conclusion se révéla fausse d’une manière indubitable quand, une veille de Noël, au lieu de la nourrir, on lui trancha le cou. Une inférence inductive avec des prémisses vraies peut conduire à une conclusion fausse.

Chalmers, Qu’est-ce que la science ?, 1976

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article