Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Banksy, la mostra a Ferrara racconta l’artista senza volto (Banksy, l’exposition à Ferrare raconte l’artiste sans visage)

Publié le 3 Juin 2020, 13:35pm

Catégories : #Echos d'Italie

Banksy, la mostra a Ferrara racconta l’artista senza volto (Banksy, l’exposition à Ferrare raconte l’artiste sans visage)

Corriere della Sera / CULTURA

FINO AL 27 SETTEMBRE
Banksy, la mos­tra a Fer­rara rac­conta l’artista senza volto
A Palazzo dei Dia­manti l’esposizione dedi­cata al mis­te­rioso street artist inglese. Cen­to­trenta opere

di STEFANO BUCCI
30 mag­gio 2020
Banksy, «Love Is In The Air / Flo­wer Thro­wer» (2003, seri­gra­fia su carta)

Impers­cru­ta­bile e irrag­giun­gi­bile come Greta Garbo: di lui si sa solo che potrebbe essere nato a Bris­tol, nel Sudo­vest dell’Inghilterra, forse nel 1974.  Un maes­tro senza volto: anche se qual­cuno lo iden­ti­fica di volta in volta con Robert Cun­nin­gham, già stu­dente della Bris­tol Cathe­dral Choir School, o con Robert Del Naja, musi­cista e per­for­mer dei Mas­sive Attack.
Una griffe dell’arte contem­po­ra­nea capace di rag­giun­gere quo­ta­zioni iper­bo­liche: 11,1 milioni di euro era stato pagato nel 2019 da Sotheby’s a Lon­dra il suo grande dipinto a olio Devol­ved Par­lia­ment  (un Par­la­mento con gli scim­panzé al posto dei depu­tati del Regno Unito); 1,25 milioni di euro aveva invece incas­sato lo scorso 27 marzo l’asta (sempre da Sotheby’s) delle sue stampe.

Tra gesti estremi (la dis­tru­zione in diretta dopo l’ennesima quo­ta­zione record della sua Girl with Bal­loon, secondo un son­dag­gio «l’opera d’arte contem­po­ra­nea più amata in Gran Bre­ta­gna») e tracce dis­se­mi­nate con per­izia  (lo sten­cil creato alla vigi­lia dell’apertura della Bien­nale di Vene­zia nel 2019), il mito di Banksy non sem­bra conos­cere crisi.  Così, mentre si è appena chiusa al Palazzo Ducale di Genova la mos­tra Il secondo prin­ci­pio di un artista chia­mato Banksy (con una pro­roga andata esau­rita in pochi minuti), il Palazzo dei Dia­manti di Fer­rara ospita ora Un artista  chia­mato Banksy.

L’esposizione, da tempo in pro­gramma ma slit­tata a causa dell’emergenza Covid, aperta al pub­blico fino al 27 set­tembre («for­te­mente consi­gliata» la pre­no­ta­zione sul sito), è curata da Ste­fano Anto­nelli, Gian­luca Mar­ziani e  Aco­ris Andipa, ideata e pro­dotta da Meta­Mor­fosi Asso­cia­zione Cultu­rale, in col­la­bo­ra­zione con la Fer­rara Arte del pre­si­dente Vit­to­rio Sgarbi, che assi­cura: «Sarà la più bella mos­tra della ria­per­tura».  Quella che (tra l’altro) sigla il ritorno alla «nor­ma­lità» del Palazzo dei Dia­manti (in attesa dei pre­visti inter­venti di res­tauro) e del sis­tema museale di Fer­rara.
Un ritorno che, oltre­tutto, segna anche un cam­bio di passo nel pro­getto cultu­rale: dalle mostre evento dedi­cate a Char­din (2010–2011), a Zur­barán (2013–2014), a Bol­dini (2015–2016), all’Orlando Furioso e all’Ariosto (2016–2017),  a Cour­bet e la natura (2018–2019) a De Nit­tis (2019–2020) fino (appunto) alla contem­po­ra­neità secondo Banksy (con tanto di cita­zione nel mani­festo del fan­tas­tico bugnato della fac­ciata rinas­ci­men­tale di Bia­gio Rossetti).

Dunque, un omag­gio appas­sio­nato non tanto a un gene­rico street artist ma al più grande artista glo­bale del nuovo mil­len­nio.  E al geniale modello di tutta una nuova gene­ra­zione (ispi­rata ma anche consa­pe­vol­mente impe­gnata nel sociale) di gio­vani urban artist.  Pro­prio a Banksy fa, ad esem­pio, espli­cito rife­ri­mento Lock­down / Social, il nuovo inter­vento appena inau­gu­rato a Forio d’Ischia da Mimmo Di Caterino.

Sol­tanto il ben più media­tico e gla­mo­rous Damien Hirst può oggi reg­gere il confronto con Banksy, mentre la popo­la­rità e le quo­ta­zioni di Banksy sem­brano piut­tosto ispi­rarsi al «maes­tro» Andy Warhol:  anche lui ful­mi­nante esem­pio di cele­brità di un autore vivente sia pure, per quello che riguarda Andy, molto più pre­sente e visi­bile tra ver­nis­sage, cock­tail, mon­da­nità.  Per Pie­tro Folena, pre­si­dente di Meta­Mor­fosi, la mos­tra di Palazzo dei Dia­manti è comunque molto di più: «Pro­durre, aprire e visi­tare questa espo­si­zione dedi­cata all’approfondimento e alla conos­cenza dell’artista più contro­cor­rente su scala glo­bale, pro­prio nei primi giorni della fase 2, rap­pre­senta un atto di amore,  di corag­gio e di spe­ranza nei confronti del valore dell’arte e della cultura, dopo mesi di dolore e di difficoltà».

Ancora una volta a par­lare, al posto dell’artista inglese (che nes­suno ha mai visto e di cui nes­suno conosce il viso), saranno le sue opere. Anche se, spie­gano i cura­tori, «Banksy non è in alcun modo coin­volto in questa mos­tra e il mate­riale per questa espo­si­zione pro­viene inter­amente da col­le­zioni pri­vate». Pre­ci­sa­zione ulte­riore: «Il suo uffi­cio è stato comunque infor­mato».
Il motivo di questo gran rifiuto dell’art sys­tem da parte di Banksy, che al momento non risulta rap­pre­sen­tato da nes­suna gal­le­ria? «Infran­gere le regole, sma­sche­rando i mec­ca­nismi del mer­cato». Con le sue opere «di inau­dita potenza etica, evo­ca­tiva», Banksy rap­pre­senta la miglior evo­lu­zione della Pop Art ori­gi­na­ria (e Warhol com­pare ancora una volta tra i suoi pos­si­bili modelli). […]

-------

tra­duc­tion :

JUSQUAU 27 SEPTEMBRE 2020

Banksy, l’exposition à Fer­rare raconte l’artiste sans visage
Au Palazzo dei Dia­manti, l’exposition dédiée au mys­té­rieux street artist anglais. Cent trente œuvres

par STEFANO BUCCI
30 mai 2020

Banksy, «Love Is In The Air/Flower Thro­wer» (2003, séri­gra­phie sur papier)

Impé­né­trable et inac­ces­sible comme Greta Garbo : on sait seule­ment de lui qu’il pour­rait être né à Bris­tol, dans le sud-ouest de l’Angleterre, peut-être en 1974. Un maître sans visage : même si quelqu’un l’identifie de temps en temps comme Robert Cun­nin­gham, ancien étu­diant de la Bris­tol Cathe­dral Choir School, ou comme Robert Del Naja, musi­cien et inter­prète des Mas­sive Attack.
Une griffe de l’art contem­po­rain capable d’atteindre des cotes hyper­bo­liques : 11,1 mil­lions d’euros ont été ver­sés en 2019 chez Sotheby’s à Londres pour son grand tableau à l’huile Devol­ved Par­lia­ment (Par­le­ment avec les chim­pan­zés à la place des dépu­tés bri­tan­niques) ; 1,25 mil­lion d’euros ont par ailleurs été encais­sés le 27 mars der­nier lors de la vente aux enchères (tou­jours chez Sotheby’s) de ses gravures.

Entre des gestes extrêmes (la des­truc­tion en direct après l’énième cota­tion record de sa Girl with Bal­loon, selon un son­dage « l’œuvre d’art contem­po­rain la plus aimée en Grande-Bretagne ») et des traces dis­sé­mi­nées avec habi­leté (le pochoir créé à la veille de l’ouverture de la Bien­nale de Venise en 2019) le mythe de Banksy ne semble pas connaître de crise.
Ainsi, alors qu’il vient de se fer­mer au Palais des Doges de Gênes l’exposition Le deuxième prin­cipe d’un artiste appelé Banksy (avec une pro­lon­ga­tion ter­mi­née en très peu de temps), le Palais des Dia­mants de Fer­rare accueille main­te­nant Un artiste  appelé Banksy.

L’exposition, pré­vue depuis long­temps mais repor­tée en rai­son de l’urgence Covid, ouverte au public jusqu’au 27 sep­tembre (la réser­va­tion sur le site est « for­te­ment conseillée » ), est orga­ni­sée par Ste­fano Anto­nelli, Gian­luca Mar­tini et Aco­ris Andipa, conçue et pro­duite par Meta­mor­fosi Asso­cia­zione Cultu­rale, en col­la­bo­ra­tion avec la Fer­rara Arte du pré­sident Vit­to­rio Sgarbi, qui assure : « Ce sera la plus belle expo­si­tion de la réou­ver­ture ». Ce qui (entre autres) marque le retour à la « nor­ma­lité » du Palais des Dia­mants (en atten­dant les tra­vaux de res­tau­ra­tion pré­vus) et du sys­tème muséal de Ferrare.

Un retour qui, par ailleurs, marque aussi un chan­ge­ment de rythme dans le pro­jet cultu­rel : des expo­si­tions dédiées à Char­din (2010–2011), Zur­barán (2013–2014), Bol­dini (2015–2016), Orlando Furioso et Ariosto (2016–2017), à Cour­bet  et la nature (2018–2019), à De Nit­tis (2019–2020) jusqu’à (jus­te­ment) la contem­po­ra­néité selon Banksy (avec une cita­tion dans le mani­feste du fan­tas­tique remo­de­lage de la façade Renais­sance de Bia­gio Ros­setti).
Un hom­mage pas­sionné, donc, non pas à un artiste de rue géné­rique mais au plus grand artiste mon­dial du nou­veau mil­lé­naire. Et au modèle génial de toute une nou­velle géné­ra­tion (ins­pi­rée mais aussi consciem­ment enga­gée dans le social) de jeunes artistes urbains. “Lock­down / Social”, la nou­velle expo­si­tion de Mimmo Di Cate­rino qui vient d’ouvrir à Forio d’Ischia fait, par exemple, une réfé­rence expli­cite à Banksy.

Seul le bien plus média­tique et gla­mour Damien Hirst peut aujourd’hui riva­li­ser avec Banksy, alors que la popu­la­rité et les cours de Banksy semblent plu­tôt s’inspirer du « maître » Andy Warhol :  encore que cet exemple lui aussi ful­mi­nant de célé­brité d’un auteur vivant, en ce qui concerne Andy, ait été beau­coup plus pré­sent et visible dans les ver­nis­sage, cock­tails et autres mon­da­ni­tés.
Pour Pie­tro Folena, pré­sident de Meta­mor­fosi, l’exposition du Palais des Dia­mants repré­sente de toute façon beau­coup plus : « Pro­duire, ouvrir et visi­ter cette expo­si­tion consa­crée à l’approfondissement et à la connais­sance de l’artiste  le plus à contre-courant à l’échelle mon­diale, pré­ci­sé­ment dans les pre­miers jours de la phase 2 du décon­fi­ne­ment, repré­sente un acte d’amour, de cou­rage et d’espérance à l’égard de la valeur de l’art et de la culture, après des mois de dou­leur et de difficultés ».

Encore une fois les œuvres de l’artiste anglais (que per­sonne n’a jamais vu et dont per­sonne ne connaît le visage) seront là pour par­ler à sa place. Même si, expliquent les orga­ni­sa­teurs, « Banksy n’est en aucune façon impli­qué dans cette expo­si­tion et que le maté­riel pour cet évé­ne­ment pro­vient entiè­re­ment de col­lec­tions pri­vées ».
Pré­ci­sion sup­plé­men­taire : « Son bureau a néan­moins été informé ». La rai­son de ce grand rejet de l’art sys­tem par Banksy, qui n’est pour l’instant repré­senté par aucune gale­rie ? « Enfreindre les règles en démas­quant les méca­nismes du mar­ché ». Avec ses œuvres « d’une puis­sance éthique inouïe, évo­ca­trice », Banksy repré­sente la meilleure évo­lu­tion du Pop Art ori­gi­nel (et Warhol appa­raît encore une fois parmi ses pos­sibles modèles). […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article