Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


La rivincita di papà Proust (La revanche de papa Proust)

Publié le 16 Mai 2020, 09:54am

Catégories : #Echos d'Italie

La rivincita di papà Proust (La revanche de papa Proust)

La Stampa / Cultura

La rivin­cita di papà Proust

Adrien, padre dell’autore di Alla ricerca del tempo per­duto, con cui aveva un pes­simo rap­porto, era un famoso epi­de­mio­logo e igie­nista. Oggi la Fran­cia lo riscopre


LEONARDO MARTINELLI
15 Mag­gio 2020

Chi si ricorda di Adrien Proust? Forse qualche esti­ma­tore del figlio, Mar­cel, il mitico scrit­tore: Adrien fu il padre dell’autore di «Alla ricerca del tempo per­duto», con il quale ebbe un pes­simo rap­porto.  In realtà Adrien (1834–1903) fu anche un famoso epi­de­mio­logo e igie­nista, fau­tore del «confi­na­mento sis­te­ma­tico» nel caso di un’epidemia. I suoi consi­gli, forse, sareb­bero stati utili anche oggi, in questi tempi di coronavirus.

Adrien Proust teo­riz­zava nell’Ottocento la dis­tanza sociale, la qua­ran­tena, il cor­done sani­ta­rio inteso in senso moderno e il confi­na­mento (che in fran­cese lui chia­mava «séques­tra­tion»), in un per­iodo in cui imper­ver­sa­vano il colera (in  arrivo dall’Asia), la peste e la febbre gialla. Il medico scrisse una ven­tina di volumi, tra cui diversi trat­tati sui cir­cuiti delle epi­de­mie e uno sull’igiene inter­na­zio­nale (del 1873), rimasto a lungo un riferimento.

In un’intervista all’Agence France Presse, Jean-Yves Tadié, bio­grafo e spe­cia­lista di Mar­cel Proust, ne ha defi­nito il padre «un geo­grafo delle epi­de­mie», di cui trac­ciò i per­corsi di pro­pa­ga­zione, viag­giando dalla Per­sia all’Egitto e  inter­es­san­dosi in par­ti­co­lare al pel­le­gri­nag­gio alla Mecca, come vet­tore di ampli­fi­ca­zione di quelle malat­tie.
Stu­diò a fondo anche l’igiene dei tra­sporti, soprat­tutto quelli marit­timi. Nel 1884 divenne l’ispettore nazio­nale dei ser­vizi sani­tari. «Un confi­na­mento rigo­roso e l’interruzione delle comu­ni­ca­zioni via mare e via terra – scrisse in  uno dei suoi trat­tati – sono rius­citi a pre­ser­vare certi luo­ghi o paesi dalle epidemie».

Tra l’altro Adrien Proust, nonos­tante venisse in contatto con nume­rosi pazienti infet­tati, durante i suoi mol­te­plici viaggi non si ammalò mai di una di quelle ter­ri­bili malat­tie al cen­tro dei pro­pri studi.  Se ne van­tava e consi­gliava di lavarsi ripe­tu­ta­mente mani e viso. Non solo: secondo Tadié, l’uomo «aveva una visione euro­pea delle cose», tanto più che «anche allora la difesa dell’Europa contro il colera si faceva come oggi per il coro­na­vi­rus in maniera fram­men­ta­ria, ges­tita sepa­ra­ta­mente da ogni Paese». Adrien Proust si ritrovò a bat­ta­gliare contro gli inglesi e gli otto­mani che non vole­vano imporre un vero controllo sani­ta­rio, per non impe­dire il flusso del com­mer­cio. E fino alla fine pro­pu­gnò un Uffi­cio inter­na­zio­nale di igiene pub­blica, creato solo nel 1907, quat­tro anni dopo la sua morte.[…]

tra­duc­tion :

La revanche de papa Proust

Adrien, père de l’auteur de À la recherche du temps perdu, avec qui il avait un mau­vais rap­port, était un célèbre épi­dé­mio­lo­giste et hygié­niste. Aujourd’hui la France le redécouvre

LEONARDO MARTINELLI
15 Magi 2020

Qui se sou­vient d’Adrien Proust ? Peut-être quelques admi­ra­teurs de son fils, Mar­cel, le mythique écri­vain : Adrien fut le père de l’auteur de À la recherche du temps perdu, avec lequel il eut un très mau­vais rap­port.
En réa­lité, Adrien (1834–1903) fut aussi un célèbre épi­dé­mio­lo­giste et hygié­niste, par­ti­san du « confi­ne­ment sys­té­ma­tique » en cas d’épidémie. Ses conseils auraient peut-être été utiles encore aujourd’hui en ces temps de coronavirus.

Adrien Proust théo­ri­sait au XIXe siècle la dis­tance sociale, la qua­ran­taine, le cor­don sani­taire au sens moderne et le confi­ne­ment (qu’il appe­lait en fran­çais « séques­tra­tion »), à une époque où sévis­saient le cho­léra  (en pro­ve­nance d’Asie), la peste et la fièvre jaune.
Le méde­cin a écrit une ving­taine de volumes, dont plu­sieurs trai­tés sur les cir­cuits des épi­dé­mies et un sur l’hygiène inter­na­tio­nale (1873), resté long­temps une référence.

Dans une inter­view à l’Agence France Presse, Jean-Yves Tadié, bio­graphe et spé­cia­liste de Mar­cel Proust, a qua­li­fié son père de « géo­graphe des épi­dé­mies », dont il traça les par­cours de pro­pa­ga­tion, en voya­geant de la Perse à  l’Égypte et en s’intéressant en par­ti­cu­lier au pèle­ri­nage à la Mecque, comme vec­teur d’amplification de ces mala­dies. Il étu­dia aussi en pro­fon­deur l’hygiène des trans­ports, sur­tout mari­times. En 1884, il devint l’inspecteur natio­nal  des ser­vices de santé. « Un confi­ne­ment rigou­reux et l’interruption des com­mu­ni­ca­tions par mer et par terre — écrit-il dans un de ses trai­tés — ont réussi à pré­ser­ver cer­tains lieux ou pays des épidémies ».

Par ailleurs, Adrien Proust, bien qu’il ait été en contact avec de nom­breux patients infec­tés, n’est jamais tombé malade d’une de ces ter­ribles mala­dies au cours de ses mul­tiples voyages.  Il s’en van­tait et conseillait de se laver les mains et le visage. Non seule­ment cela : selon Tadié, l’homme « avait une vision euro­péenne des choses », d’autant plus que « même alors, la défense de l’Europe contre le cho­léra se fai­sait comme aujourd’hui pour le coro­na­vi­rus, de manière frag­men­taire, gérée sépa­ré­ment dans chaque pays ».
Adrien Proust se retrouva à se battre contre les Anglais et les Otto­mans qui ne vou­laient pas impo­ser un véri­table contrôle sani­taire, pour ne pas empê­cher le mou­ve­ment du com­merce. Et jusqu’à la fin, il défen­dit un Bureau inter­na­tio­nal d’hygiène, créé seule­ment en 1907, quatre ans après sa mort. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article