Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Ranieri e Grace, quel sì del secolo che fece sognare il mondo 64 anni fa (Rainier et Grace, ce oui du siècle qui fit rêver le monde il y a 64 ans)

Publié le 20 Avril 2020, 09:39am

Catégories : #Echos d'Italie

Ranieri e Grace, quel sì del secolo che fece sognare il mondo 64 anni fa (Rainier et Grace, ce oui du siècle qui fit rêver le monde il y a 64 ans)

CCorriere della Sera / Chro­nache

Ranieri e Grace, quel sì del secolo che fece sognare il mondo 64 anni fa
Il 18 e 19 aprile 1956 il sì del prin­cipe Ranieri con Grace Kelly. Oggi Monaco, come il resto del mondo è attra­ver­sato da paure, e cresce il desi­de­rio di tor­nare a sperare

di Enrica Rod­dolo
18 aprile 2020

«Di quell’incontro? In fami­glia non se ne par­lava molto in realtà …come tutte le cose del vis­suto per­so­nale», ha detto il prin­cipe Alberto al Cor­riere un anno fa pre­sen­tando in ante­prima oggetti e foto­gra­fie dell’incontro galeotto negli anni ‘50 che fece scoc­care la scin­tilla dell’amore del secolo, quello di Ranieri e Grace. Un prin­cipe e una diva di Hol­ly­wood, la fiaba che diventa realtà. E un matri­mo­nio cele­brato pro­prio il 18 aprile (civil­mente) e il giorno suc­ces­sivo, il 19, nella cat­te­drale di St Nicho­las a Monaco. Esat­ta­mente 64 anni fa. Era il 1956.

L’Europa e la crisi
E mai come oggi, forse, in un mondo attra­ver­sato dalle paure per l’emergenza Covid19, è forte il desi­de­rio di tor­nare a sognare. Almeno per qualche istante.Prima di tor­nare alla realtà e al «dis­tan­zia­mento sociale» d’obbligo per uscire dalla più dolo­rosa crisi glo­bale del ‘900, dopo la guerra mon­diale. Una crisi che è arri­vata anche a Monaco, con il virus entrato nelle stanze del Palais, su per la sca­li­nata d’onore che porta alla Gal­le­ria d’Ercole del Rocher, e poi nei cor­ri­doi e nell’armeria del palazzo, fin nella biblio­teca dei prin­cipi e alla lumi­nosa Gale­rie des Glaces, e poi al Salone Pom­peiano per conclu­dersi nella sala del trono.
Anche il prin­cipe Alberto II, figlio della cop­pia Ranieri e Grace, ha com­bat­tuto in queste set­ti­mane la sua per­so­nale bat­ta­glia con il virus sco­nos­ciuto, uscen­done vin­ci­tore. «Sì, ho avuto paura, come tutti, quando mi hanno comu­ni­cato il test posi­tivo al Covid-19, ero anch’io spa­ven­tato, e mi sono doman­dato come potevo averlo preso, il virus», ha rac­con­tato, inter­vi­stato in esclu­siva dal Cor­riere, il prin­cipe. Ris­pon­dendo al tele­fono da quelle stesse stanze abi­tate da lei, Grace. E dal «prince char­mant» di una sta­gione, Ranieri.

La sto­ria del matri­mo­nio
Quando l’attrice ame­ri­cana Grace Patri­cia Kelly pro­nun­ciò il pro­prio «Sì», il 19 aprile 1956, nella cat­te­drale di St Nicho­las a Monaco, per diven­tare la prin­ci­pessa di Monaco, al fianco di Ranieri, dimen­ticò infatti il fran­cese del pro­to­collo per la madre­lin­gua inglese. Tra­dita dall’emozione. Sul capo quel «Cap and cir­cu­lar veil», cuf­fia e velo cir­co­lare, come aveva anti­ci­pato, qualche set­ti­mana prima delle nozze la bib­bia dell’eleganza made in Usa, «Women’s Wear Daily». Dunque, la diva pronta a diven­tare prin­ci­pessa indossò un velo cir­co­lare con una cuf­fia. Con un abito fir­mato non da un cou­tu­rier pari­gino ma da una cos­tu­mista della Metro, Helen Rose. La stessa Rose spiegò che per lei il velo era impor­tan­tis­simo: «Forse, è per via della mia for­ma­zione cine­ma­to­gra­fica», spiegò la cos­tu­mista. «È per­ché dob­biamo sempre dise­gnare i nos­tri abiti in modo che siano per­fetti per i primi piani e che ren­dano il mas­simo dalla vita in su».

Nelle stanze entrate nella leg­genda
Il resto è sto­ria. La sto­ria di un matri­mo­nio che ha aiu­tato anche a guar­dare al futuro dopo la guerra. Le cro­nache del sì di Mon­te­carlo — con una sposa bella e deli­cata come una dea — rim­bal­zate ai quat­tro angoli del pia­neta gra­zie alla tele­vi­sione nuovo mezzo di comu­ni­ca­zione di quei tempi, e il rice­vi­mento di nozze nei giar­dini del Palais di Monaco. Una sto­ria rac­con­tata un anno fa den­tro le stesse stanze dove si svolse, con la mos­tra «Monaco, his­toire d’une ren­contre» voluta dai Gri­maldi e affi­data a Tho­mas Fouille­ron, diret­tore degli Archives et Biblio­thèque du Palais de Monaco.

Dopo la guerra
Un sì, un matri­mo­nio che oggi fa sognare, nato un po’ per caso. Fu infatti un ser­vi­zio foto­gra­fico della diva pre­mio Oscar Grace Kelly orga­niz­zato nei giar­dini del palazzo di Monaco a far incon­trare i due cuori. In effetti tutto fu orga­niz­zato molto velo­ce­mente e Grace Kelly che era l’attrice rive­la­zione dell’anno a quell’edizione del Fes­ti­val di Cannes 1955, non aveva molto tempo a dis­po­si­zione per asse­con­dare il pro­getto di Pierre Galante, brillante firma di Paris Match e marito di un’altra attrice di Hol­ly­wood, Oli­via de Havilland, che aveva son­dato la dis­po­ni­bi­lità del prin­cipe di Monaco, Ranieri, ad aprire ecce­zio­nal­mente le porte del suo palazzo alla diva per un ser­vi­zio fotografico.

Incon­tro galeotto
Risul­tato: Grace arrivò all’appuntamento al palazzo con un abito di for­tuna e un’acconciatura rime­diata velo­ce­mente, il prin­cipe Ranieri si fece atten­dere a lungo.
E chissà se il colpo di ful­mine scoccò mentre Ranieri mos­trò a Grace la sua col­le­zione di ani­mali eso­tici nel giar­dino che anche oggi veglia dall’alto Monaco?


tra­duc­tion :

Rai­nier et Grace, ce oui du siècle qui fit rêver le monde il y a 64 ans.
Les 18 et 19 avril 1956 eut lieu le oui Grace Kelly au prince Rai­nier. Aujourd’hui Monaco, comme le reste du monde est tra­versé par les peurs [liées au corona virus, ndt], et le désir de reve­nir à l’espoir grandit.

par Enrica Rod­dolo
18 avril 2020

« De cette ren­contre? On n’en par­lait pas beau­coup en famille en réa­lité …comme toutes les choses du vécu per­son­nel », a dit le prince Albert au Cor­riere il y a un an en pré­sen­tant en avant-première des objets et des pho­to­gra­phies de la ren­contre engluée dans les années 50 qui fit écla­ter l’étincelle de l’amour du siècle, celui de Rai­nier et Grace. Un prince et une star hol­ly­woo­dienne, le conte de fées devenu réa­lité. C’est un mariage célé­bré pré­ci­sé­ment le 18 avril (civi­le­ment) et le len­de­main, le 19, dans la cathé­drale St Nicho­las à Monaco. Il y a exac­te­ment 64 ans. C’était en 1956.

L’Europe et la crise
Et jamais comme aujourd’hui, peut-être, dans un monde tra­versé par les peurs de l’urgence Covid 19, le désir de recom­men­cer à rêver n’est aussi fort. Au moins pour quelques ins­tants.
Avant de reve­nir à la réa­lité et à la « dis­tan­cia­tion sociale » de rigueur pour sor­tir de la plus dou­lou­reuse crise mon­diale du XXe siècle, après la guerre mon­diale. Une crise qui est éga­le­ment arri­vée à Monaco, avec le virus entré dans les salles du Palais, sur l’escalier d’honneur qui conduit à la Gale­rie de l’Hercule du rocher, puis dans les cou­loirs et l’armurerie du palais, jusqu’à la biblio­thèque des princes et à la lumi­neuse Gale­rie des glaces, puis au Salon pom­péien pour finir dans la salle du trône. Le prince Albert II, fils du couple Rai­nier et Grace, a lui aussi com­battu ces der­nières semaines avec le virus inconnu et en est sorti vain­queur.
« Oui, j’ai eu peur, comme tout le monde, quand on m’a com­mu­ni­qué le test posi­tif au Covid-19, j’avais peur moi aussi, et je me suis demandé com­ment j’avais pu l’attraper, le virus », a dit le Prince, inter­rogé en exclu­si­vité par le Cor­riere. Répon­dant au télé­phone depuis les mêmes pièces habi­tées par vous, Grace. Et par le « prince char­mant » d’une sai­son, Rainier.

L’histoire du mariage
Lorsque l’actrice amé­ri­caine Grace Patri­cia Kelly pro­nonça son « Oui », le 19 avril 1956, dans la cathé­drale St Nicho­las à Monaco, pour deve­nir la prin­cesse de Monaco, aux côtés de Rai­nier, elle oublia en effet le fran­çais du pro­to­cole pour la langue mater­nelle anglaise. Tra­hie par son émo­tion. Avec sur sa tête, ce « Cap and cir­cu­lar Veil », voile cir­cu­laire brodé, comme l’avait anti­cipé, quelques semaines avant le mariage, la bible de l’élégance made in USA, «Women’s Wear Daily». La diva prête à deve­nir prin­cesse por­tait un voile cir­cu­laire avec une coiffe. Avec une robe signée non pas par un cou­tu­rier pari­sien mais par une cos­tu­mière de la Metro-Goldwyn-Mayer, Helen Rose.
Rose elle-même expli­qua que pour elle le voile était très impor­tant : «Peut-être est-ce à cause de ma for­ma­tion ciné­ma­to­gra­phique», expli­qua la cos­tu­mière. « C’est parce que nous devons tou­jours des­si­ner nos vête­ments de façon qu’ils soient par­faits pour les gros plans et qu’ils rendent le maxi­mum de la vie vers le devant ».

Dans les pièces entrées dans la légende
Le reste est de l’histoire. L’histoire d’un mariage qui a aussi aidé à regar­der vers l’avenir après la guerre. Les chro­niques du oui de Monte-Carlo — avec une mariée belle et déli­cate comme une déesse — et la récep­tion de mariage dans les jar­dins du Palais de Monaco rebon­dissent aux quatre coins de la pla­nète grâce à la télé­vi­sion nou­veau moyen de com­mu­ni­ca­tion de l’époque. Une his­toire racon­tée il y a un an dans les mêmes pièces où elle se déroula, avec l’exposition « Monaco, his­toire d’une ren­contre » vou­lue par les Gri­maldi et confiée à Tho­mas Fouille­ron, Direc­teur des Archives et biblio­thèque du Palais de Monaco.

Après la guerre
Un oui, un mariage qui fait rêver aujourd’hui, nés un peu par hasard. Ce fut en effet une séance photo de la diva Grace Kelly ayant reçu le Prix de l’Oscar [en 1955 pour “Une fille de la pro­vince”, ndt] orga­ni­sée dans les jar­dins du palais de Monaco qui fit ren­con­trer les deux cœurs. En effet, tout fut orga­nisé très rapi­de­ment et Grace Kelly qui était l’actrice révé­la­tion de l’année lors de cette édi­tion du Fes­ti­val de Cannes 1955, n’avait pas beau­coup de temps pour satis­faire le pro­jet de Pierre Galante, brillante signa­ture de Paris Match et mari d’une autre actrice d’Hollywood, Oli­via de Havilland, qui avait sondé la dis­po­ni­bi­lité du prince de Monaco, Rai­nier à ouvrir excep­tion­nel­le­ment les portes de son palais à la diva pour une séance photo.

Une ren­contre figée dans le temps
Résul­tat : Grace arriva à son rendez-vous au palais avec une robe de for­tune et une coif­fure à la va-vite, le prince Rai­nier se fit attendre long­temps.
Et qui sait si le coup de foudre éclata pen­dant que Rai­nier mon­trait à Grace sa col­lec­tion d’animaux exo­tiques dans le jar­din qui, aujourd’hui encore, veille sur le haut Monaco ?

fre­de­ric grolleau

lire l’article en ligne en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article