Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Alfred Hitchcock moriva quarant’anni fa: tre capolavori e due cult che magari non ricordate (Alfred Hitchcock mourait il y a quarante ans : trois chefs-d’œuvre et deux films cultes dont vous ne vous souvenez peut-être pas)

Publié le 29 Avril 2020, 10:01am

Catégories : #Echos d'Italie

Alfred Hitchcock moriva quarant’anni fa: tre capolavori e due cult che magari non ricordate (Alfred Hitchcock mourait il y a quarante ans : trois chefs-d’œuvre et deux films cultes dont vous ne vous souvenez peut-être pas)

Corriere della Sera

LA RICORRENZA
Alfred Hit­ch­cock moriva quarant’anni fa: tre capo­la­vori e due cult che magari non ricordate

Il grande regista lon­di­nese se ne andava il 29 aprile 1980: a lungo sot­to­va­lu­tato, oggi è consi­de­rato un maes­tro. Dalla sua fil­mo­gra­fia, abbiamo scelto 5 titoli, notis­simi e no

di Mau­ri­zio Porro
29 aprile 2020

40 anni fa
Mer­co­ledì 29 aprile saranno 40 anni che siamo orfani incon­so­la­bili di un grande del cinema che fu a lungo sot­to­va­lu­tato ma oggi è final­mente un maes­tro: Alfred Hit­ch­cock, lon­di­nese emi­grato a Hol­ly­wood nel 1940  per il secondo tri­on­fale tempo della sua car­riera iniziata di nuovo con “Rebecca”.  Hitch per gli ame­ri­cani, mon­sieur Hit­ch­cock per i fran­cesi (alla cui gio­vane gene­ra­zione di cri­tici della nou­velle vague deve il suo pie­dis­tallo nella sto­ria del cinema), è stato autore di capo­la­vori quasi a sua insa­puta,  per­ché era solito essere consi­de­rato un “abile mes­tie­rante”, clas­si­fi­cato il mago del bri­vido e basta così,  mentre Fran­cois Truf­faut, col suo mera­vi­glioso libro inter­vista (“Il cinema secondo Hit­ch­cock”) ne ha indi­vi­duato la sta­tura per­so­na­lis­sima di autore, rive­lando che l’uomo che meglio di tutti ha rap­pre­sen­tato la paura era anch’egli un pau­roso (una tre­menda puni­zione infan­tile ha fatto la sua parte).

Di sicuro Hit­ch­cock visse un’infanzia abbas­tanza disas­trata e con padre seve­ris­simo, alla Berg­man, in cui col­tivò alcune nevrosi che ci hanno poi rega­lato opere immor­tali e con cui abbiamo condi­viso il suo amore per le bionde  da Kim Novak a Grace Kelly a Tippi Hedren. Truf­faut, a ragione, lo para­gona a Kafka, Dos­toevskji, Poe e quando rac­conta i suoi fune­rali in chiesa, fra pochi fedeli, sele­zio­nati dalla Uni­ver­sal, fa notare che non c’era la bara che  aveva già preso una des­ti­na­zione ignota e non c’è dub­bio che sia stato un gran colpo di scena pos­tumo. Il 7 marzo del 1979 — meglio tardi che mai se si pensa che non ebbe mai un Oscar, uno scan­dalo — il maes­tro aveva avuto una grande  serata d’onore dell’American Film Ins­ti­tute, ma lui e la moglie, fedele col­la­bo­ra­trice, erano già “altrove”: il maes­tro era malato e di lì a poco, sapendo che “Frenzy” (di nuovo un film inglese dopo tanti anni…) sarebbe stato il suo  ultimo film, fece licen­ziare tutti i suoi col­la­bo­ra­tori e si chiuse nel suo uffi­cio in attesa, aiu­tan­dosi con un poco di vodka, sempre negata.

Il primo coman­da­mento di Hit­ch­cock era far par­te­ci­pare la pla­tea al corso degli eventi, met­ten­dola al cor­rente dei per­icoli che cor­re­vano Cary Grant e James Ste­wart, i suoi pre­di­letti, in modo che ci fosse un pro­cesso di iden­ti­fi­ca­zione  e che il pub­blico pro­vasse gli stessi sen­ti­menti e gli stessi incubi, cer­cando invano di avver­tire il pro­ta­go­nista, sempre un uomo ordi­na­rio che si tro­vava in cir­cos­tanze straor­di­na­rie.
Al netto di 65 film, com­preso un unico remake, “L’uomo che sapeva troppo” girato nel ’34 prima della famosa edi­zione del ’56 con Doris Day e la sua famosa “Que sera sera”.
I suoi sono film immor­tali ed eterni: come disse Coc­teau a pro­po­sito di Proust, “la sua opera conti­nua a vivere come gli oro­logi al polso dei sol­dati morti”.

Quali film ora consi­gliare di vedere o rive­dere? Sce­glia­mone cinque – è dav­vero dif­fi­cile – tre molto noti e due da riscoprire. […]

———
tra­duc­tion :

L’anniversaire
Alfred Hit­ch­cock mou­rait il y a qua­rante ans : trois chefs-d’œuvre et deux fims cultes dont vous ne vous sou­ve­nez peut-être pas

Le grand réa­li­sa­teur lon­do­nien s’en est allé le 29 avril 1980 : long­temps sous-estimé, il est aujourd’hui consi­déré comme un maître. De sa fil­mo­gra­phie, nous avons choisi 5 titres, très connus et moins connus.

par Mau­ri­zio Porro
29 avril 2020

Il y a 40 ans
Mer­credi 29 avril, il y a 40 ans que nous sommes les orphe­lins incon­so­lables d’un grand du cinéma qui a été long­temps sous-estimé mais aujourd’hui est enfin un maître reconnu : Alfred Hit­ch­cock, Lon­do­nien émi­gré à Hol­ly­wood en 1940 pour le deuxième temps triom­phal de sa car­rière redé­mar­rée avec ” Rebecca”.

Hitch pour les Amé­ri­cains, mon­sieur Hit­ch­cock pour les Fran­çais (auquel la jeune géné­ra­tion de cri­tiques de la nou­velle vague doit son pié­des­tal dans l’histoire du cinéma), a été l’auteur de chefs-d’œuvre presque à son insu, parce qu’il avait l’habitude d’être consi­déré comme un “arti­san habile”, classé comme le magi­cien du fris­son, et c’est tout, tan­dis que Fran­çois Truf­faut, avec son mer­veilleux livre inter­view (“Le cinéma selon Hit­ch­cock”) en a iden­ti­fié la sta­ture très per­son­nelle d’auteur, révé­lant que l’homme qui a le mieux repré­senté la peur était lui aussi un peu­reux (à cause d’une ter­rible puni­tion infan­tile).
De fait, Hit­ch­cock a vécu une enfance assez désas­treuse et avec un père très sévère, à la Berg­man, où il a cultivé quelques névroses qui nous ont ensuite offert des œuvres immor­telles et grâce aux­quelles nous avons par­tagé son amour  pour les blondes, de Kim Novak à Grace Kelly à Tippi Hedren.

Truf­faut, à juste titre, le com­pare à Kafka, Dos­toievski, Poe et lorsqu’il raconte ses funé­railles à l’église, parmi quelques fidèles, sélec­tion­nés par Uni­ver­sal, il fait remar­quer qu’il n’y avait pas que le cer­cueil qui avait déjà pris une des­ti­na­tion incon­nue et il n’y avait aucun doute qu’une grande noto­riété post­hume allait sur­ve­nir.
Le 7 mars 1979 — mieux vaut tard que jamais si l’on pense qu’il n’eut jamais un Oscar, un scan­dale — le maître avait eu une grande soi­rée d’honneur à l’American Film Ins­ti­tute, mais lui et sa femme, fidèle col­la­bo­ra­trice, étaient déjà  “ailleurs” : le maître était malade et, d’ici peu, sachant que “Frenzy” (un film anglais après tant d’années…) serait son der­nier film, il fit licen­cier tous ses col­la­bo­ra­teurs et s’enferma dans son bureau en atten­dant, s’aidant  d’un peu de vodka, tou­jours niée.
Le pre­mier com­man­de­ment d’Hitchcock était de faire par­ti­ci­per le public au cours des évé­ne­ments, en l’informant des dan­gers que cou­raient Cary Grant et James Ste­wart, ses acteurs pré­fé­rés, afin qu’il y ait un pro­ces­sus d’identification et que le public res­sente les mêmes sen­ti­ments et les mêmes cau­che­mars, cher­chant en vain à aver­tir le pro­ta­go­niste, tou­jours un homme ordi­naire qui se trou­vait dans des cir­cons­tances extraordinaires.

Avec 65 films à son actif, y com­pris un seul remake, “L’homme qui en savait trop” tourné en ’34 avant la célèbre édi­tion de ’56 avec Doris Day et sa célèbre chan­son “Que sera sera”.
Ses films sont immor­tels et éter­nels : comme le disait Coc­teau à pro­pos de Proust, “son œuvre conti­nue à vivre comme les montres au poi­gnet des sol­dats morts”.

Quels films recom­man­der main­te­nant de voir ou de revoir ? Prenons-en cinq — ce qui est vrai­ment dif­fi­cile — dont trois très connus et deux à redécouvrir. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article