Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


1920–2020. Fellini, è «La strada» giusta (1920–2020. Fellini, La Strada est juste)

Publié le 1 Mars 2020, 16:19pm

Catégories : #Echos d'Italie

1920–2020. Fellini, è «La strada» giusta (1920–2020. Fellini, La Strada est juste)

CCorriere della Sera / Cultura

1920–2020
Fel­lini, è «La strada» giusta

Il car­di­nale, pre­si­dente del Pon­ti­fi­cio consi­glio della cultura, ricorda l’artista a cent’anni dalla nas­cita. «Ecco come il regista ci ha las­ciato una gran­diosa ere­dità spirituale»

Giu­lietta Masina (1921–1994) in una scena del film «La strada» (1954)

 

di GIANFRANCO RAVASI
29 feb­braio 2020

Se si volesse libe­ra­mente ricor­rere alla fan­ta­sia crea­trice dello stesso Fel­lini, sarebbe sug­ges­tivo pen­sare a una sorta di fermo-immagine.  Al cen­tro — nell’orizzonte tras­cen­dente in cui ora è col­lo­cato, un oriz­zonte non assente nella fili­grana del suo mondo sim­bo­lico — il regista tiene tra le mani squa­der­nata davanti a sé la len­zuo­lata cen­trale che dome­nica 19 gen­naio l’«Osservatore Romano» gli ha dedi­cato, nel cen­te­na­rio della sua nas­cita.
Il diret­tore del quo­ti­diano della Santa Sede, Andrea Monda, inse­guiva «il filo che congiunge la Lau­dato si’ e La strada», mentre un altro gior­na­lista elen­cava l’alfabeto fel­li­niano sco­pren­dovi  «il calei­do­sco­pio di un mondo sos­peso tra realtà e sogno» e l’autore del sag­gio dal titolo emble­ma­tico, «Fel­lini o della vita eterna», Ales­san­dro Car­rera, pre­sen­tava il succo della sua tesi a prima vista sorprendente.

A Fede­rico ver­rebbe spon­ta­neo un sor­riso per­ché sarebbe ten­tato di rie­vo­care le sul­fu­ree condanne che sessant’anni prima si leg­ge­vano su quelle stesse pagine:  infatti, dopo l’uscita nelle sale della Dolce vita, a un arti­colo dell’«Osservatore Romano» era suf­fi­ciente imporre il titolo lapi­da­rio «Basta!»,  mentre un altro arti­colo faceva il verso al film con un altret­tanto lapi­da­rio «La scon­cia vita».
Molta acqua è pas­sata sotto i ponti non solo del Tevere e le voci, allora iso­late, di gesuiti pre­veg­genti come padre Arpa o padre Tad­dei ave­vano ela­bo­rato una più serena e cor­retta erme­neu­tica di quel film e dell’intera pro­du­zione felliniana.

E questo si deve fare ora, ma non arti­fi­cio­sa­mente e apo­lo­ge­ti­ca­mente ripor­tando il regista sotto l’ala di una reli­gio­sità espli­cita,  ma attra­verso un’analisi che per­corra gli iti­ne­rari sim­bo­lici esis­ten­ziali e spi­ri­tuali sot­tesi al flusso delle sue nar­ra­zioni o rifles­sioni per imma­gini.
[…]

——-
tra­duc­tion:

Fel­lini, La Strada  est juste

Le car­di­nal, pré­sident du Conseil pon­ti­fi­cal de la culture, célèbre l’artiste cent ans après sa nais­sance. « Voilà com­ment le réa­li­sa­teur nous a laissé un grand héri­tage spirituel »

Giu­lietta Masina (1921–1994) dans une scène du film La strada  (1954)

par GIANFRANCO RAVASI
29 février 2020

Si l’on vou­lait libre­ment recou­rir à l’imagination créa­trice de Fel­lini lui-même, il serait sug­ges­tif de pen­ser à une sorte de cap­ture d’écran. Au centre — dans l’horizon trans­cen­dant où il est main­te­nant placé, un hori­zon non absent dans le fili­grane de son monde sym­bo­lique — le met­teur en scène tient entre ses mains, devant lui, la cou­ver­ture car­rée  que l’« Osser­va­tore Romano » [un quo­ti­dien du soir en ita­lien, publié par le ser­vice offi­ciel d’information du Vati­can, ndt] lui a consa­cré, le dimanche 19 jan­vier, au cen­te­naire de sa nais­sance.
Le direc­teur du quo­ti­dien du Saint-Siège, Andrea Monda, y pour­sui­vait « le fil qui relie l’Encyclique Lau­dato Si et La strada”, tan­dis qu’un autre jour­na­liste énu­mé­rait l’alphabet fel­li­nien et y décou­vrait « le kaléi­do­scope d’un monde sus­pendu entre réa­lité et rêve» et que Ales­san­dro Car­rera, l’auteur de l’essai au titre emblé­ma­tique « Fel­lini ou de la vie éter­nelle », pré­sen­tait l’essentiel de sa thèse à pre­mière vue surprenante.

Fede­rico sou­ri­rait spon­ta­né­ment parce qu’il serait tenté de rap­pe­ler les condam­na­tions sul­fu­reuses qui, soixante ans plus tôt, se lisaient dans ces mêmes pages : en effet, après la sor­tie dans les salles de “La Belle vie” (La Dolce vita), il suf­fi­sait à un article de l’« Osser­va­tore Romano » d’imposer le titre lapi­daire de « Ca suf­fit ! », tan­dis qu’un autre article imi­tait le titre du film avec un tout aussi lapi­daire « La Sale vie ».

Beau­coup d’eau est pas­sée sous les ponts, et pas seule­ment ceux du Tibre et les voix, alors iso­lées, de sages jésuites comme Père Arpa ou Père Tad­dei ont éla­boré une her­mé­neu­tique plus sereine et cor­recte de ce film et de toute la pro­duc­tion fel­li­nienne. Et cela doit être fait main­te­nant, mais pas de manière arti­fi­cielle et apo­lo­gé­tique, en rame­nant le réa­li­sa­teur sous l’aile d’une reli­gio­sité expli­cite, mais par une ana­lyse par­cou­rant les iti­né­raires sym­bo­liques, exis­ten­tiels et spi­ri­tuels sous-tendus par le flux de ses récits ou de ses réflexions sur les images.
[…]
fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article