Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Pink Floyd, "Wish You Were Here" (1975) - 5mn35

Publié le 9 Janvier 2020, 12:37pm

Catégories : #Philo & musique

Pink Floyd, "Wish You Were Here" (1975) - 5mn35



Wish You Were Here (Je souhaiterais que tu sois ici)

So, so you think you can tell
Alors, alors tu penses que tu peux distinguer
Heaven from Hell
Le paradis de l'enfer
Blue skies from pain
Le ciel bleu de la douleur
Can you tell a green field
Peux-tu distinguer un champ tout vert
From a cold steel rail ?
D'un rail d'acier froid ?
A smile from a veil ?
Un sourire d'un voile ?
Do you think you can tell ?
Penses-tu que tu le peux ?

And did they get you to trade
Et ont-ils réussi à te faire échanger
Your hero's for ghosts ?
Tes héros contre des fantômes ?
Hot ashes for trees ?
Des cendres chaudes contre des arbres ?
Hot air for a cool breeze ?
De l'air chaud contre une fraîche brise ?
Cold comfort for change ?
Un confort froid pour quelques pièces ?
And did you exchange
Et as-tu échangé
A walk on part in the war
Un rôle de figurant dans la guerre
For a lead role in a cage ?
Contre un premier rôle dans une cage ?

How I wish, how I wish you were here
Comme je souhaiterais, comme je souhaiterais que tu sois ici
We're just two lost souls
Nous ne sommes que deux âmes perdues
Swimming in a fish bowl
Nageant dans un aquarium
Year after year
Année après année
Running over the same old ground
Courant sur la même terre usée
What have we found ?
Qu'avons-nous trouvé ?
The same old fears
Les mêmes vieilles peurs
Wish you were here
Je souhaiterais que tu sois ici

-----

 

Entre génie et folie
Issu de la scène underground londonienne, le groupe de rock Pink Floyd est mené de main de maître par un guitariste et parolier de génie : Syd Barrett. Il est accompagné de trois amis : Nick Mason, Richard Wright et Roger Waters. Le groupe commence à connaître un certain succès commercial au milieu des années 60. Mais malheureusement, Syd Barrett tombe dans la drogue et sa consommation massive de LSD l'exclut du groupe en 1968. Le groupe continue sans son leader. En 1975, le groupe britannique sort un opus remarquable : "Wish You Were Here". Un album qui contient quelques-uns des plus grands succès des Pink Floyd. Comme le titre du même nom.

Album hommage
"Wish You Were Here", c'est une intro de guitare reconnaissable parmi mille. Un morceau emblématique du groupe de rock anglais. Cette chanson raconte le manque et l'absence. Pour la première fois, le groupe parle du départ du créateur du groupe. Syd Barrett n'y sera resté que 3 ans (de 1965 à 1968), mais il marquera à jamais l'histoire d'un des meilleurs groupes de rock de tous les temps. En 2006, l'ancien leader meurt. Et la chanson et l'album de 1975 deviennent un hommage à celui qui restera à jamais lié à Pink Floyd.

---

A partir de janvier 1975, Pink Floyd Wish You Were Here a trouvé son rythme de croisière et avance sur le nouvel album qui tournera autour d’un long titre découpé en neuf parties, variation autour du morceau composé un an plus tôt. Shine On, rebaptisé Shine On You Crazy Diamond et dont le texte est explicitement adressé à Syd Barrett.

pink floyd wish you were here
pink floyd wish you were here
La légende raconte que le groupe était en train de travailler sur ce morceau de bravoure lorsqu’il reçut au mois de juin la visite de son ancien leader, rendu méconnaissable par l’obésité et la calvitie. Sur les photos qui témoignent de cet hallucinant épisode, seul le regard charbonneux et perçant de Barrett rappelle celui qu’il était à 20 ans.

Nick Mason mettra d’ailleurs plusieurs secondes avant de reconnaître ce passager clandestin qui trimballe un sac en plastique et une apparente lassitude de chien errant. Les quelques mots échangés, aux dires des témoins, planent à la même altitude que la musique qui défile sur la bande, tandis qu’une gêne pesante et partagée plombe ces retrouvailles incongrues – Barrett savait que « son” groupe était là, alors il a poussé la porte.

Bouleversés, Gilmour et Waters fondent en larmes, submergés par la tristesse. Syd, lui, est sur une autre planète, s’adressant à eux comme à des étrangers et leur demandant pourquoi ils réécoutent sans cesse leur mix alors qu’ils l’ont déjà écouté une fois.

Un peu plus tard, à la cantine, lorsque ses anciens collègues lui demandent où il en est et comment il vit, Barrett répond : “J’ai une télé couleur et un frigo. J’ai des côtelettes de porc dans le frigo mais elles n ’arrêtent pas de moisir, alors je suis obligé d’en racheter” un ange passe.

pink floyd wish you were here
pink floyd wish you were here
Wish You Were Here, le titre choisi pour l’album dont l’enregistrement touche alors à sa fin, revêt en raison de ce deux ex machina une signification encore plus forte. Et qui sait si l’espèce de sac en plastique dans lequel sera emballé le disque à sa sortie ne fut pas imaginé par Hipgnosis (les graphistes de la pochette – ndlr) en hommage à l’accessoire dont était affublé le revenant.

Wish You Were Here, qui atterrit dans les bacs le 15 septembre 1975, est de loin l’album le plus lyrique et mélancolique de Pink Floyd. De l’extérieur, il est également le plus ésotérique, avec donc ce sac en plastique orné d’un dessin montrant une poignée de mains de robots.

A l’intérieur, ce sont deux hommes, visiblement des businessmen, qui reproduisent le geste, sauf que l’un des deux est en flamme. Bonjour la symbolique ! D’autres images chocs montrent un plongeon sur une étendue d’eau dont ne surgit aucune éclaboussure ou un nageur ensablé.

Au dos du disque, on trouve enfin une espèce de personnage à la Magritte qui ressemble à un représentant de commerce de l’industrie du disque perdu dans le désert, et qui tend un exemplaire platine de l’album.

pink floyd wish you were here
pink floyd wish you were here
En dehors des deux pièces centrales qui constituent l’épine dorsale du disque Shine On You Crazy Diamond et Wish You Were Here, ce sont les deux autres titres plus secondaires qui fourniront les explications aux images de la pochette.

Welcome to the Machine, charge lourde contre la déshumanisation du monde moderne livré au capitalisme, est incarné par les deux hommes d’affaires et leurs avatars robotisés.

Have a Cigar, qui traite lui des rapports du groupe avec l’industrie musicale, renvoie à l’image du camelot sans visage. Pour la pochette de Have a Cigar qui sortira en single, on verra les deux idées se croiser avec les mains du robot tenant un cigare.

Ce morceau bluesy et ombrageux, loin de l’efficacité tubesque de Money, est l’un des plus insolites de toute la discographie du groupe puisqu’il n’est pas chanté par un membre de Pink Floyd mais par le folk singer Roy Harper, vieil ami de Syd Barrett qui enregistrait à Abbey Road à ce moment-là. Venu juste pour faire un essai, Waters ayant les plus grandes difficultés à effectuer sa prise de voix, sa prestation – non rémunérée, à son grand dam – fut finalement conservée car jugée supérieure à toutes les autres.

pink floyd wish you were here
pink floyd wish you were here
Réputé être une cellule hermétique préservant jalousement son travail des regards extérieurs. Pink Floyd s’est un peu dégelé l’esprit sur ce disque puisque, outre Harper, le violoniste français Stéphane Grappelli fut invité à venir faire tournoyer son instrument sur un long passage de la chanson Wish You Were Here – pour une version que l’on découvre seulement aujourd’hui à l’occasion de la réédition de l’album.

Moins spectaculaire que The Dark Side of the Moon, Wish You Here Here ressemble à une longue descente en planeur, effet renforcé par la guitare de Gilmour et surtout par les claviers de Richard Wright qui prennent les commandes de la dernière partie de Shine On You Crazy Diamond, avec en toute fin une citation de la mélodie de See Emily Play, l’un des premiers singles composés par Syd Barrett, comme pour surligner une dernière fois le propos mélancolique de la chanson.

D’après les témoins présents lors de la visite de Barrett à Abbey Road, celui-ci ne se rendit pas compte que le morceau parlait de lui. Le thème de l’absence, cher à Waters, qui n’en aura jamais fini avec le traumatisme de la mort de son père, donne à l’album son aspect semi-comateux qui sera aussi celui des tournées à venir, durant lesquelles le groupe se mettra – à grand renfort d’artifices gonflables – à vouloir défier en permanence la pesanteur.

Aucun d’entre eux ne gardera toutefois un bon souvenir de l’enregistrement, émaillé par trop d’imprévus et traversé par un paquet d’ondes négatives. Sans battre les records de son prédécesseur, Wish You Were Here s’installera solidement aux premières places des charts des deux côtés de l’Atlantique et trouvera au fil du temps sa place dans plus de quinze millions de foyers à travers le monde.

source :  http://www.musiqxxl.fr/pink-floyd-wish-you-were-here/

 

 

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article