Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Per i 100 anni di Fellini e Sordi, i festeggiamenti partono con ‘Lo sceicco bianco’ (Pour les 100 ans de Fellini et Sordi, les festivités démarrent avec ‘Le Cheikh blanc’)

Publié le 5 Janvier 2020, 12:15pm

Catégories : #Echos d'Italie

Per i 100 anni di Fellini e Sordi, i festeggiamenti partono con ‘Lo sceicco bianco’ (Pour les 100 ans de Fellini et Sordi, les festivités démarrent avec ‘Le Cheikh blanc’)

La Repub­blica / Cinema

Per i 100 anni di Fel­lini e Sordi, i fes­teg­gia­menti par­tono con ‘Lo sceicco bianco’

Il film, il primo della cop­pia di artisti, torna in sala il 13 gen­naio res­tau­rato. È solo il primo passo di una lunga mar­cia di appun­ta­menti con questi due straor­di­nari cineasti

di CHIARA UGOLINI

03 gen­naio 2020

Così come lo sceicco bianco appare a Wanda, o meglio a Bam­bola appas­sio­nata, leg­gia­dro e svo­laz­zante sulla sua alta­lena cos­truita tra due palme di Fre­gene, così al mondo del cinema apparve Alberto Sordi nel film di Fede­rico Fel­lini  del 1952. Di titoli cine­ma­to­gra­fici alle spalle ne aveva già una ven­tina, ma in ruoli minori, la popo­la­rità gli veniva dalla radio e dalla rivista eppure Fel­lini lottò coi pro­dut­tori per avere lui nel ruolo di Fer­nando Rivoli,  una bat­ta­glia infi­nita per­ché Sordi era reduce da “Mamma mia che impres­sione”, che non era andato bene. Torna in sala il 13 gen­naio, in ver­sione res­tau­rata dalla Cine­teca di Bolo­gna, il film che segna l’inizio del soda­li­zio  tra Fede­rico Fel­lini e Alberto Sordi, un ottimo modo per iniziare questo 2020 che sarà un anno di grandi fes­teg­gia­menti per i due cen­te­nari, Fel­lini era nato infatti il 20 gen­naio a Rimini, Sordi il 15 giu­gno a Roma.

Lo sceicco bianco è il primo di una lista di capo­la­vori fel­li­niani che tor­ne­ranno in sala per il cen­te­na­rio gra­zie all’impegno di Cine­teca di Bolo­gna, Cine­teca Nazio­nale e Isti­tuto Luce.  “Alberto aveva un talento nuovo ed era giusto che tro­vasse un amico regista che gli desse confi­denza e fidu­cia e gli per­met­tesse di uscire allo sco­perto e farsi conos­cere”  rac­con­tava Fel­lini di quel loro primo incon­tro sul grande schermo. La sto­ria di due spo­sini di pro­vin­cia (inter­pre­tati da Bru­nella Bovo e Leo­poldo Trieste) che arri­vano a Roma nell’anno santo per il viag­gio di nozze e si per­dono  in un dedalo di equi­voci, bugie, frain­ten­di­menti era un sog­getto che Fel­lini aveva por­tato con sé per lungo tempo, era pas­sato di mano in mano (Anto­nioni, Lat­tuada avreb­bero dovuto rea­liz­zarlo) ma poi era tor­nato nelle sue,  quelle mani che il mondo dei fumetti le conos­ceva bene per aver iniziato lui stesso la sua car­riera di nar­ra­tore sulle pagine della rivista sati­rica Marc’Aurelio.
Così il viag­gio inizia­tico della gio­vane e inge­nua Wanda nel mondo dei foto­ro­manzi, alla ricerca di quello sceicco di cui si è pla­to­ni­ca­mente inna­mo­rata è un viag­gio nella disillu­sione del mondo dello spet­ta­colo.  D’altronde cosa c’è di più giusto del foto­ro­manzo per creare il col­le­ga­mento tra le riviste e il cinema?

Vene­zia 76. Alla Mos­tra ‘Lo sceicco bianco’ di Fel­lini restaurato

Sordi era stato il primo sos­te­ni­tore di questo rac­conto e di questo per­so­nag­gio “che conos­cevo molto bene, uno che non sapeva nep­pure par­lare, pro­nun­ciare una parola ma ves­tito da Sceicco bianco faceva inna­mo­rare tutte le let­trici  dei gior­nali a fumetti” diceva l’attore. Il film venne pre­sen­tato alla Mos­tra del cinema di Vene­zia ma andò malis­simo, fu anche boi­cot­tato dagli edi­tori di fumetti, quando poi l’anno dopo per I vitel­loni Fel­lini riuscì di nuovo  a scrit­tu­rare Sordi, nonos­tante le resis­tenze dei pro­dut­tori il nome dell’attore romano non si tro­vava nè sulla locan­dina nè sui titoli di testa delle prime venti copie.
Quasi settant’anni dopo Lo sceicco bianco torna al cinema e l’occasione di vederlo su grande schermo è imper­di­bile, d’altronde c’è già tutto il mondo fel­li­niano in questo primo film (Luci del varietà è diretto a quat­tro mani con Lat­tuada).  “Per la sce­neg­gia­tura mi rifeci ai rac­conti che avevo scritto per il Marc’Aurelio in cui si riflet­te­vano i miei pen­sieri sulla natura spie­tata delle sto­rie d’amore, sull’amore gio­va­nile che si confronta con la realtà dol­cea­mara,  sulla luna di miele che si irran­ci­disce, sulle delu­sioni dei primi tempi del matri­mo­nio e sull’impossibilità di rius­cire a conser­vare i roman­tici sogni iniziali”.
Come detto c’era già tutto quello che avremmo poi ritro­vato nell’autore di La dolce vita e 8 e 1/2.


tra­duc­tion :

Pour les 100 ans de Fel­lini et Sordi, les fes­ti­vi­tés démarrent avec Le Cheikh blanc [Le Cheik blanc (Lo sceicco bianco), connu éga­le­ment sous le titre Cour­rier du cœur, est un film ita­lien en noir et blanc de Fede­rico Fel­lini sorti en 1952 — ndt]

Le film, le pre­mier du couple d’artistes, revient res­tauré en salles le 13 jan­vier. Ce n’est que la pre­mière étape d’une longue série de rendez-vous avec ces deux extra­or­di­naires cinéastes

par CHIARA UGOLINI

03 jan­vier 2020

Ainsi que le cheik blanc appa­raît à Wanda, ou mieux à la pas­sion­née Bam­bola, douillet et flot­tant sur sa balan­çoire construite entre deux pal­miers de Fre­gene, ainsi appa­rut Alberto Sordi au monde du cinéma dans le film de Fede­rico Fel­lini  en 1952. Il avait déjà une ving­taine de titres de cinéma der­rière lui, mais dans des rôles mineurs, la popu­la­rité lui venait de la radio et des maga­zines, et pour­tant Fel­lini lutta avec les pro­duc­teurs pour l’avoir dans le rôle de  Fer­nando Rivoli, Une bataille sans fin parce que Sordi sor­tait reve­nait de “Mamma mia che impres­sione !” [film ita­lien réa­lise par Roberto Sava­rese et sorti en 1951 — ndt], qui ne s’était pas bien passé.
Retour en salle le 13 jan­vier, en ver­sion res­tau­rée par la Ciné­ma­thèque de Bologne, le film qui marque le début de la col­la­bo­ra­tion entre Fede­rico Fel­lini et Alberto Sordi, une excel­lente façon de com­men­cer cette année 2020 qui sera une année de grandes célé­bra­tions pour les deux cen­te­naires, Fel­lini étant né en effet le 20 jan­vier à Rimini,  Sordi le 15 juin à Rome.

Le cheik blanc est le pre­mier d’une liste de chefs-d’œuvre fel­li­niens qui retour­ne­ront en salles pour le cen­te­naire grâce à l’engagement de la Ciné­thèque de Bologne, la Ciné­ma­thèque Natio­nale et l’Institut Lumière. “Alberto avait un nou­veau talent, et il était juste qu’il trouve un ami réa­li­sa­teur qui lui donne confiance et assu­rance et lui per­mette de se révé­ler et de se faire connaître.”, racon­tait Fel­lini au sujet de leur pre­mière ren­contre  à l’écran.  L’histoire de deux jeunes mariés de pro­vince (inter­pré­tés par Bru­nella Bovo et Leo­poldo Trieste) qui arrivent à Rome en l’année sainte pour leur voyage de noces et se perdent dans un dédale de mal­en­ten­dus, de men­songes, de mal­en­ten­dus, était un sujet que Fel­lini avait porté avec lui pen­dant long­temps, était passé de main en main (Anto­nioni, Lat­tuada auraient dû le réa­li­ser) mais était ensuite retourné dans les siennes, des mains que le monde des bandes des­si­nées connais­sait bien pour avoir com­mencé lui-même sa car­rière de conteur  dans les pages de la revue sati­rique Marc’Aurelio.[Marc’Aurelio est un jour­nal sati­rique ita­lien fondé à Rome le 14 mars 1931 par Ober­dan Cotone et Vito De Bel­lis, et arrêté en 1958, avec une brève réap­pa­ri­tion en 1973 — ndt].
Ainsi, le voyage ini­tia­tique de la jeune et naïve Wanda dans le monde des pho­to­ro­mans, à la recherche de ce cheikh dont elle s’est pla­to­ni­que­ment amou­reuse est un voyage dans la dés­illu­sion du monde du spec­tacle.
Par ailleurs, quoi de plus juste que le pho­to­ro­man pour créer le lien entre les maga­zines et le cinéma ?

Sordi avait été le pre­mier par­ti­san de ce récit et de ce per­son­nage “que je connais­sais très bien, un homme qui ne savait même pas par­ler, pro­non­cer un mot mais qui, vêtu tel le Cheikh blanc, se fai­sait aimer de toutes les lec­trices  des jour­naux à bandes des­si­nées”, disait l’acteur. Le film a été pré­senté à l’exposition de cinéma de Venise mais il n’a pas été appré­cié, il a éga­le­ment été boy­cotté par les édi­teurs de bandes des­si­nées, lorsque l’année sui­vante pour Les Vitel­loni Fel­lini a réussi de nou­veau à signer Sordi, mal­gré les résis­tances des pro­duc­teurs : le nom de l’acteur romain ne se trou­vait alors ni sur l’affiche ni sur les titres de tête des vingt pre­mières copies.

Près de soixante-dix ans après, Le cheik blanc revient au cinéma et l’occasion de le voir sur grand écran est incon­tour­nable, d’autant qu’il y a déjà tout le monde fel­li­nien dans ce pre­mier film (Les Feux du music-hall est dirigé à quatre mains avec Lat­tuada — “Les Feux du music-hall” (Luci del varietà) est un film ita­lien d’Alberto Lat­tuada et Fede­rico Fel­lini sorti en 1950 — ndt).
“Pour le scé­na­rio, je me réfère aux récits que j’avais écrits pour Marc’Aurèlio, dans les­quels se reflé­taient mes pen­sées sur la nature impi­toyable des his­toires d’amour, sur l’amour des jeunes gens face à la réa­lité aigre-douce,  sur la lune de miel qui s’enflamme, sur les décep­tions des pre­miers temps du mariage et sur l’impossibilité de conser­ver les rêves roman­tiques ini­tiaux”. Comme je l’ai dit, il y avait déjà tout ce que nous trou­ve­rions plus tard chez l’auteur de La dolce vita et de Huit et demi.

fre­de­ric grolleau

lire l’article en ligne en italien

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article