Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Bigflo & Oli, "Sur la lune" / Kant, l'arène terrestre

Publié le 10 Janvier 2020, 22:55pm

Catégories : #Philo & musique

 Bigflo & Oli, "Sur la lune" / Kant, l'arène terrestre

Procédez à une lecture kantienne du titre rap de Bigflo & Oli (in La vie de rêve, 2019) en vous appuyant sur l' "esthétique transcendantale" ci-dessous :

Sur la lune

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j’irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j’te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi

Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

[Bigflo]
Un jour, je serai vieux
J'aurai, enfin trouvé ma place
Parce que j'ai beau courir
Je ne rattrape pas le temps qui passe
Un jour, je serai père
J'aurai un fils à élever
Et je lui apprendrai que chaque erreur est un essai
Un jour je serai fort
J'aurai plus de fourmis dans les jambes
Quand le monde est immobile
Pourquoi c'est moi qui tremble ?
Un jour, je serai mieux
Je sais, je le serai un jour

Tu peux pas quitter la Terre
Tu peux juste en faire le tour

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j’irai
Et si j’disais que j'en étais sûr, j’te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

[Oli]
Un jour, je serai fou
J'aurai fait le tour de la Terre
J'aurai rayé chaque ligne de la grande liste de mes rêves
Un jour, je serai moi
J’aurai assumé toutes mes fautes

Je sais j'suis différent
Donc au final j'suis comme les autres
Un jour, je serai sage
J'aurai fini de faire le con
J'irai voir mes ennemis
Pour tous leur demander pardon
Un jour, je serai mort
J'aurai fait le tour de mon âge
Une plaque avec mon nom
Une place dans les nuages

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

Un jour, je serai moi-même
J'aurai trouvé le sourire
J'aurai réglé mes problèmes
J'en ai marre de courir, marre de courir
Un jour, je serai moi-même
J'aurai trouvé le sourire
J'aurai réglé mes problèmes
J'en ai marre de courir, marre de courir

Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai
Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible
Un jour, j'irai sur la lune, un jour, j'irai


Et si j'disais que j'en étais sûr, j'te mentirais
Et je sais qu'elle me voit
Parce que je la vois aussi
Alors je la montre du doigt
Et ça devient possible

 

Le titre commence directement avec le refrain, qui est chanté par le duo. Il explique son souhait d’aller sur la lune, même s’il ne sait pas quand exactement. Avec une incertitude quant à accomplir cela, les deux rappeurs sont convaincus qu’ils peuvent le faire un jour, rien qu’au fait qu’elle peut être montrée du doigt.

Lors du premier couplet, qui est chanté par Bigflo, le rappeur aborde plusieurs sujets, qui concernent les diverses périodes d’une vie. Entre vieillesse, paternité et état d’esprit, il n’oublie aucun détail. Le rappeur, sait, à un moment où un autre, qu’il atteindra un âge avancé un jour et qu’il sera amené à être père. Ce dernier veut, par ailleurs, donner les bons conseils à son fils, afin qu’il réussisse sa vie. Enfin, il pense qu’on ne peut aller ailleurs que sur Terre, qu’il voit comme le seul et unique lieu pour l’homme.

Le deuxième couplet, lui, est chanté par Oli. Il parle d’une aventure assez folle, qui est de faire le tour du monde. L’artiste indique qu’il aimerait un jour assumer ses responsabilités, ainsi que ses erreurs. Enfin, il espère acquérir une certaine sagesse, qui lui permettra de se faire pardonner auprès de ceux qu’il appelle ses « ennemis ». Oli, conscient que rien n’est éternel dans cette vie, veut quitter ce monde l’esprit tranquille.

Enfin, les deux frères unissent leur voix une dernière fois, montrant une grande envie d’en finir avec leurs problèmes, et de retrouver le sourire, visiblement perdu depuis un bon moment.

Le clip, lui, montre les deux frères faisant leur possible afin d’accomplir leur but, qui est de marcher sur la lune. Etudes, épreuves extrêmes et observations, le duo est concentré à fond sur cette idée ! Vers la fin, on voit finalement les deux artistes, pleinement satisfaits d’avoir réalisé leur rêve, regarder la terre depuis la lune.
 

----

C’est dans la partie nommée " esthétique transcendantale " que Kant nous explique ce qui se passe au plus bas niveau de notre expérience. Ce niveau, c’est le niveau sensible, immédiat, premier, de l’expérience. Esthétique transcendantale signifie science de la sensation, et plus précisément, science des conditions de toute expérience sensible (science des principes a priori de la sensibilité). Il se pose la question de savoir comment elle est possible, et quels éléments sont requis.

Au point de départ de toute expérience, qu’avons-nous ? Un ensemble de données sensibles non ordonnées (un " fouillis sensible ", que Kant nomme le divers de la sensation, ou encore, la matière de toute représentation/ intuition sensible). Ce chaos n’a rien en lui qui lui permette d’être ordonné. Il s’agit de tout ce que le sujet reçoit de l’extérieur. C’est donc la matière de l’expérience.

C’est l’esprit qui va lui donner une première mise en forme, une première unité, grâce à ses cadres que sont l’espace et le temps. L’espace et le temps sont des structures de notre esprit, que Kant nomme à ce stade notre " sensibilité " (= côté sensible de l’esprit). Ils ne sont donc pas dans les choses elles-mêmes. Ces cadres sont appelés des " intuitions pures " ou encore " formes de l’intuition ". Ceci, parce que, nous l’avons déjà vu, ils ne viennent pas de l’expérience. Mais ils sont antérieurs à elle, et en sont la condition même de possibilité. On ne peut rien imaginer sans se représenter ce quelque chose dans un espace ou dans un temps.

Exemple de l’espace : afin que nous puissions nous rapporter à des objets comme étant hors de nous et comme placés tous ensemble dans l’espace, il faut déjà que j’ai la représentation d’espace. Cf. Esthétique Transcendantale, in Critique de la raison pure, I, § 2, 1) : " l’expérience extérieure n’est elle-même possible avant tout qu’au moyen de cette représentation ". D’où :

Kant, CRPure, Esthétique Transcendantale, I, § 2, 1)

L’espace est une représentation nécessaire a priori qui sert de fondement à toutes les intuitions extérieures. On ne peut jamais se représenter qu’il n’y ait pas d’espace, quoique l’on puisse bien penser qu’il n’y ait pas d’objets dans l’espace. Il est considéré comme la condition de possibilité des phénomènes, et non pas comme une détermination qui en dépende, et il est une représentation a priori qui sert de fondement, d’une manière nécessaire, aux phénomènes extérieurs.

source : 

http://www.philocours.com/new/cours/pages/cours-veritekant.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article