Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Atelier Désir : "Les Dents de la mer" (ouverture 4mn50)

Publié le 20 Décembre 2019, 18:19pm

Catégories : #Ateliers audiovisuels

Atelier Désir : "Les Dents de la mer" (ouverture 4mn50)

Mettre en lien la séquence des Dents de la mer ci-dessous et la notion de désir vue en cours : 

Attaque par le requin de la jeune fille (4m53) :

https://www.youtube.com/watch?v=ohmGBocG9ok


Proposition de traitement par Mlle Claire SZYMCZYSZYN, élève de TES1, lycée Albert-Ier de Monaco, décembre 2019

La scène d’ouverture des Dents de la mer nous plonge directement dans une atmosphère marine. La musique dont les battements sont de plus en plus rapides provoque chez les spectateurs un sentiment d’inquiétude. Plusieurs jeunes gens se retrouvent autour d’un feu de camp. Les premiers gros plans montrent des couples s’embrasser. Dans un premier temps, la notion de désir se retrouve dans l’échange du baiser.
Platon exprime dans le Banquet que l’homme est à la recherche de sa moitié perdue, l’amour dans ce couple a pour objectif de retrouver la part manquante de soi-même pour retrouver l’état de complétude originel. De plus, le désir est également perçu comme un rapport entre le bonheur et le désir. Pour accéder au bonheur, il ne faut aucun obstacle qui nous en empêche. On définit le désir comme étant tout objet dont le sujet est en quête, qu’il recherche et dont il espère avoir satisfaction.

Ici, le personnage de Gracie est en quête de désir. Elle souhaite combler son désir d’aller nager, donc elle court en direction de la mer pour satisfaire son désir et donc mettre fin à son désir qui l’amène au bonheur. En voulant nager, elle ne se pose pas de questions. Elle se donne les moyens de se satisfaire en plongeant dans la mer. Elle a la volonté de se satisfaire car elle se déploie sans atteindre son objectif puisque les forces de la nature ont pris le dessus. Spinoza exprime le désir comme un moteur de vie et un créateur de valeurs. Dans l’Ethique, rédigée en 1670, il exprime le « conatus » : il s’agit d’une tendance à persévérer dans son être. En effet, Gracie arrive à atteindre la mer pour y nager et elle ne rencontre aucun obstacle comparé à son ami. Ce dernier n’arrive pas en effet à rejoindre la mer pour s’y baigner. La joie de plus en plus intense de Gracie s’explique par le fait que le conatus n’est jamais arrêté, ce qui la conduit à son bonheur.

Mais lorsqu’elle atteint son but, la nature - qui cherche à se reproduire - refait surface, la nature, ce qui explique pourquoi un requin attaque la jeune fille.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article