Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Roberta Flack, "The first time ever I saw your face" - 1969

Publié le 2 Novembre 2019, 15:32pm

Catégories : #Philo & musique

Roberta Flack, "The first time ever I saw your face" - 1969

The First Time Ever I Saw Your Face est une chanson folk américaine de Peggy Seeger composée et écrite par Ewan MacColl en 1957. En 1969, Roberta Flack enregistre une version qui est incluse dans le film Un frisson dans la nuit de 1971. Dès lors, The First Time Ever I Saw Your Face, diffusée à la radio dans une version plus courte, se classe no 1 à la fois au Billboard Hot 100 et dans le Hot Adult Contemporary Tracks du Billboard ainsi que no 14 au UK Singles Chart. Devenue un standard de Flack, elle reçoit le Grammy Award de la chanson de l'année en 1973.


The First Time Ever I Saw Your Face (La Première Fois Que J'ai Vu Ton Visage)

The first time ever I saw your face
La première fois que j'ai vu ton visage
I thought the sun rose in your eyes
J'ai pensé que le soleil se levait dans tes yeux
And the moon and the stars were the gifts you gave
Et la lune et les étoiles étaient les cadeaux que tu avais donnés
To the dark and the empty skies my love
A l'obscurité et aux cieux vides mon amour
To the dark and the empty skies
A l'obscurité et aux cieux vides


The first time ever I kissed your mouth
La première fois que j'ai embrassé tes lèvres
I felt the earth turn in my hand
J'ai senti la terre tourner dans ma main
Like the trembling heart of a captive bird
Comme le tremblement de coeur d'un oiseau captif
That was there at my command my love
C'était là à ma commande mon amour
That was there at my command
C'était là à ma commande

The first time ever I lay with you
La première fois que je me suis étendu avec toi
And felt your heart beat close to mine
Et senti ton battement de coeur près du mien
I thought our joy would fill the earth
J'ai pensé que notre joie remplirait la terre
And would last 'till the end of time my love
Et durerait jusqu'à la fin des temps mon amour
And would last 'till the end of time
Et durerait jusqu'à la fin des temps

The first time ever I saw your face
La première fois que j'ai vu ton visage
Your face (x3)
Ton visage (x3)


 Killing me softly with this song » est le grand succès qui a fait mondialement connaître Roberta Flack. Chanteuse originaire des Etats-Unis, cette nati ve de Asheville a eu pourtant du mal à percer dans le milieu professionnel malgré une enfance brillante dans le domaine.

Surdouée et passionnée dans l'âme, Roberta Flack arrivera toutefois à s'imposer grâce notamment au succès fulgurant de son single « The first time ever I saw your face » de l'année 1972.

Depuis, les succès se succèdent pour la diva.

Enfant précoce

Roberta Flack voit le jour un 10 février 1937 dans l'Etat de la Caroline du Nord. Baignant dans la musique des églises très présente dans Asheville, elle ne rate pas une occasion d'aller écouter les chants entonnés à l'église AME Zion.

Déjà elle se sentait attirée par la musique soul incarnée par les artistes tels que Sam Cooke ou encore la chanteuse Mahalia Jackson.

Alors qu'elle était encore une enfant, elle joue ses premières notes sur le vieux piano que son père avait restauré. Se révélant douée et très précoce, elle entame ses premiers cours de piano à l'adolescence et apprend également le chant.

Enfant surdouée, Roberta Flack évolue rapidement non seulement dans l'univers de la musique mais également au niveau scolaire. Elle ne fera pas ainsi certaines classes et sera pourtant contrainte de refaire une année dans la même classe pour ne pas perturber son développement normal.

Quoiqu'il en soit, Roberta Flack entrera dans le monde universitaire à l'âge de 15 ans. Intégrant l'Université de Howard à cet âge pour y étudier la musique, elle sera alors la plus jeune étudiante de son année et de tout le campus.

Par la suite, elle sera à la tête d'un groupe qu'elle a fondé. Après l'université, elle approfondit ses connaissances en musique dans une grande école du Maryland en étant la première étudiante d'origine noire-américaine. Elle en sortira diplômée à l'âge de 19 ans.

Comptant étudier encore, la mort de son père l'oblige à abandonner les études pour gagner sa vie.


La découverte au 1520 Club

C'est ainsi qu'elle embrasse le métier d'enseignant en musique et en grammaire anglaise à Farmville. Cet emploi sera quelque peu frustrant pour la future chanteuse à cause du ségrégationnisme qui sévissait dans la Caroline du Nord.

Elle enseignera ensuite dans la vil le de Washington et donne des leçons à des enfants défavorisés durant quatre ans. Période charnière de sa vie, c'est au cours de cette période que sa carrière musicale commence à se dessiner.

Accompagnant des chanteurs d'opéra, Roberta Flack se produit effectivement au cours des entractes au Trivoli Club Washington. Elle chantait alors dans un registre de blues et se fait bien vite repérer par le dirigeant d'un club.

Engagée au 1520 Club, son timbre vocal inhabituel ainsi que son interprétation moderne des grands classiques lui amènent des célèbres artistes de l'époque dans son public.

Burt Bacharach et Bill Crosby ont fait partie de son auditoire et Roberta Flack ne manque pas de les convier à monter sur scène à ses côtés.

Jouissant déjà d'un certain succès, c'est tout naturellement qu'elle se voit ouvrir les portes de Atlantic Records, en 1968, pour une audience.


« The first time ever I saw your face »

Surdouée à la base et passionnée dans l'âme, Roberta Flack a acquit du professionnalisme bien avant son audition chez le label. Elle arrive ainsi avec six cent titres et en chante quarante-deux durant trois heures.

Conquis, le producteur Joel Dorn l'engage et l'album « First take » paraît en 1969 et occupe la première place des charts américains. L'année 1970 verra la parution du second album de la chanteuse intitulé « Chapter Two » qui deviendra disque d'or.

Deux ans plus tard, débutant dans le métier de réalisateur, l'acteur Clint Eastwood utilise un titre tiré de l'album « First take » pour la bande origina le de son film « Un frisson dans la nuit ». Le titre en question étant « The first time ever I saw your face », ce dernier se retrouve enveloppé de succès du jour au lendemain.

La réussite entourant la nouvelle édition du single propulsera d'ailleurs le titre au sommet des charts américains. Roberta Flack met ensuite dans les bacs son album suivant « Roberta Flack and Donny Hathaway  ».

A partir de là, les succès et les reconnaissances vont se succéder pour la chanteuse. En 1974, elle reçoit ainsi un Grammy Award dans la catégorie du Meilleur album pour son opus « Killing me softly ». Ce dernier la consacrera également meilleure chanteuse de l'année 1974 et « The first time ever I saw your face figurant dans l'album, lui vaut le prix de la meilleure chanson.

Dans les années 1980 et 1990, la chanteuse poursuit sa carrière en produisant des albums à succès.

Son approche de la soul, qu'elle combine avec le classique ainsi que le folk plaît particulièrement aux amateurs de la bonne musique d'origine noire-américaine et a ainsi influencé bien des chanteurs et musiciens.

Toujours active à l'heure actuelle, Roberta Flack continue son chemin dans l'univers de la musique en enregistrant et produisant de nouveaux opus dont le de rnier « At her best – live » date de 2008.


source : https://www.nostalgie.fr/artistes/roberta-flack

---
Roberta FLACK - First Take (1969)    
Par MANIAC BLUES le 3 Octobre 2012          Consultée 1497 fois
Roberta Flack fait partie d’une génération d’artistes noirs qui par leur éducation bousculent les codes de la musique soul à la fin des années soixante. A l’instar de Donny Hathaway, Roberta Flack est une étudiante cultivée, qui a bénéficié d’une formation classique au piano. Enseignante en Caroline du Nord, puis à Washington, elle tente de vivre de sa passion en devenant chanteuse professionnelle. Les débuts sont difficiles, mais son talent finit par attirer l’attention d’une élite. Maîtrisant un vaste répertoire, elle passe une audience mémorable dans les studios d’Atlantic, et impressionne le producteur Joel Dorn qui lui fait signer immédiatement un contrat. Pourtant, malgré toute sa grâce, Roberta Flack tarde à obtenir le succès qu’elle mérite. Heureusement pour elle, un certain Clint Eastwood, fin connaisseur de black music, a eu vent de ce premier coup d’essai, et utilise une des chansons dans son premier film Play Misty For Me, ce qui a pour effet de propulser Roberta Flack sous les feux des projecteurs.

Roberta Flack est une chanteuse à la voix sublime. Et l’adjectif sublime n’est pas à prendre à la légère. Dotée d’une grandeur d’âme remarquable, celle-ci décolle de terre pour atteindre des hauteurs que l’on croyait interdites pour une chanteuse de R’n’B. Roberta donne en quelque sorte à la soul, genre populaire par excellence, ses lettres de noblesse en y insufflant la sophistication du jazz. Par le lyrisme de son interprétation, Roberta Flack a également été influencée par la musique classique : son style a en effet ce je-ne-sais-quoi de sacré qui l’éloigne de la production soul conventionnelle.

First Take est constitué d’une sélection de huit morceaux d’horizons divers. Roberta Flack brasse toutes ses influences-jazz-classique, soul, folk, musique hispanique-pour se forger un style d’une profondeur étonnante. Une contrebasse énergique introduit le jazzy « Compared To What » qui monte crescendo au fur et à mesure que les cuivres et la batterie se manifestent et que la voix de Roberta s’échauffe. Accompagnée par un groupe d’une souplesse admirable, elle dévoile un timbre éclatant, aussi nuancé que puissant. Dans un registre similaire, la composition de Donny Hathaway, « Tryin’ Times » baigne également dans une atmosphère fiévreuse.

Son chant aérien prend toute son ampleur sur le sublime « Angelitos Negros », chanté en espagnol, preuve de la culture de Roberta dont l’univers musical se révèle très vaste. L’influence hispanique transparaît également à travers les guitares de « Ballad Of the Sad You Men », morceau mélancolique à la très forte charge émotionnelle. Roberta Flack est particulièrement à l’aise dans les tempi lents : sa voix donne une pénétration particulière à l’interprétation, où tout n’est plus qu’émotion et grâce. Les cordes et le piano forment un écrin dans lequel le chant de Roberta Flack peut se reposer en toute délicatesse, à l’image de « Our Ages Or Our Hearts », autre composition de Donny Hathaway. La douce solennité des cuivres ajoute également une coloration particulière au fabuleux « I Told Jesus ». Plus sensuelles, les mélodies de « Hey, That’s No Way To Say Goodbye », composé par Leonard Cohen et de « The First Time Ever I Saw Your Face » flottent dans un univers musical épuré.

D’une beauté fascinante, First Take fait partie de ces chefs-d’œuvre trop méconnus de la soul. Atypique, le style de Roberta Flack est d’une richesse inépuisable et réserve encore de belles surprises au début des années soixante-dix.

source : http://fp.nightfall.fr/index_4724_roberta-flack-first-take.html
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article