Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Le frontispice du "Léviathan" de Thomas Hobbes (1651)

Publié le 8 Octobre 2019, 17:12pm

Catégories : #Philo (Notions)

Le frontispice du "Léviathan" de Thomas Hobbes (1651)

 

382px-Ttitelblatt 1750 Leviathan Thomas Hobbs

 

 Thomas Hobbes (5 avril 1588 à Westport, Angleterre – 4 décembre 1679 à Hardwick Hall, dans le Derbyshire, en Angleterre) est un philosophe anglais. Son œuvre majeure, le Léviathan, eut une influence considérable sur la philosophie politique moderne, par sa conceptualisation de l'état de nature et du contrat social, conceptualisation qui fonde les bases de la souveraineté. Quoique souvent accusé de conservatisme excessif (par Arendt et Foucault notamment), ayant inspiré des auteurs comme Maistre et Schmitt, le Léviathan eut aussi une influence considérable sur l'émergence du libéralisme et de la pensée économique libérale du XXème siècle, et sur l'étude des relations internationales et de son courant rationaliste dominant : le réalisme. 

Se demander si nous serions plus libres sans l'Etat suppose que la liberté existait avant l'instauration de l'Etat. C'est précisément ce que conteste Thomas Hobbes, l'un des premiers penseurs de l'Etat moderne. Hobbes part d'abord d'un constat: sans un pouvoir fort qui commande leur obéissance, les hommes s'entre-déchirent. Dans Le Léviathan, son oeuvre majeure, Hobbes pose d'abord la fiction théorique d'un "état de nature", état dans lequel se trouvent les hommes, abstraction faite de tout pouvoir et de toute loi. Dans cet état, les hommes sont gouvernés par le seul état de conservation (le "conatus" ou désir de persévérer dans son être) ; étant égaux, les hommes ont les mêmes désirs, les mêmes droits et les mêmes moyens de parvenir à leurs fins.

 

C'est pourquoi l'égalité naturelle entre les hommes se transforme naturellement en rivalité. L'état de nature, c'est l'état de la "guerre de tous contre tous". "L'Homme est un loup pour l'Homme" : doué de raison, c'est-à-dire de la capacité de calculer et d'anticiper, il prévoit le danger et attaque avant d'être attaqué. L'angoisse de la mort fait peser sur la vie de tous une menace permanente. Les mêmes raisons qui ont conduit les hommes à l'état de guerre, le calcul et la peur de la mort, vont donc conduire les hommes à en sortir, c'est-à-dire à quitter l'état de nature.

 

Sortir de l'état de nature, c'est pour chacun renoncer à son droit naturel au profit de l'ordre et de la sécurité dont le souverain - homme ou assemblée - qui exercera le pouvoir, sera le garant. C'est donc d'un contrat, c'est-à-dire d'un acte volontaire et juridique, que naît le pouvoir, l'Etat. Pour autant, le pouvoir n'est pas arbitraire, ni despotique, bien qu'il doive être, selon Hobbes, absolu.

 

Le frontispice du Leviathan de Thomas Hobbes :

 

L'image du roi est composée d'une multitude d'individus ; elle tient les attributs des pouvoirs temporels (glaive) et spirituels (crosse). Elle figure aussi bien la théorie du contrat social (et de l'état de nature) que l'absolutisme intégral de Hobbes. L'état de nature de Hobbes est une fiction méthodologique qui correspond à l'état brut des individus, une fois démontée la mécanique de la machine de l'Etat. Comme Hobbes identifie les droits naturels des individus avec leurs passions, l'état de nature s'identifie avec un état de guerre universelle.

 

Mais la crainte de la mort (une des passions les plus fortes) et la raison (faculté de calculer) fait voir aux hommes les avantages comparatifs de l'état civil. Par une seule et même convention (le Contrat social), les hommes se constituent en société civile et politique (le contrat d'association) et au même moment ils instituent un type de gouvernement auquel ils s'en remettent totalement (par le contrat de sujétion qui résorbe le contrat d'association). 

 

Tous ces individus qui constituent le corps du monarque sont les associés et les sujets qui sont passés de l'état de nature à l'état politique en se soumettant au pouvoir absolu du gouvernement  : c'est la théorie de l'absolutisme intégral. Cet absolutisme est radical parce qu'il est fondé sur le principe même de l'Etat, le Contrat social : les individus dispersés de l'état de nature deviennent un corps unique, un nouvel être et leur vie est personnifiée par le Prince auquel ils sont tous également assujettis de leur propre gré.

 

Cet absolutisme est intégral parce que le Gouvernement (prince ou assemblée) qui personnifie l'Etat détient un pouvoir qui s'étend à tous les aspects de la vie humaine : biens, individus, idées et même la vie religieuse de ses sujets. On remarque à ce propos que le roi (le souverain du contrat social) tient aussi l'attribut du pouvoir spirituel : la crosse, l'épée et la crosse sont les symboles du pouvoir absolu et intégral détenu par le roi. Cet absolutisme est polymorphe, parce que selon Hobbes les trois formes de gouvernement (démocratie à base populaire, aristocratie et monarchie) sont également absolues. Pour Hobbes, "tout régime politique est par définition absolutiste". Le verset en haut de la page illustre cet absolutisme: "Il n'y a pas de puissance sur terre à laquelle il (le Léviathan, le souverain, l'Etat)  puisse être comparé."

 

Le Léviathan est un monstre marin de la Bible : ici, il est composé de nombreux individus (et non d'écailles) afin d'illustrer la théorie hobbésienne du contrat social.

 

Ce frontispice exprime aussi la nouvelle théorie dite "des deux glaives' : le "césaropapisme" : le monarque détient le pouvoir temporel et spirituel. Le frontispîce est donc également la représentation symbolique de la monarchie anglaise à partir du roi Henri VIII qui en 1534 se déclare chef spirituel de l'Angleterre par l'Act of Supremacy.

 

Les images sous le glaive et sous la crosse représentent les attributs du pouvoir temporel et spirituel : le château symbolise le contrôle du territoire, l'Eglise, le contrôle du diocèse, la couronne symbolise le pouvoir temporel, la mitre le pouvoir spirituel, les canons, les fourches, les fusils  le maintien de l'ordre, la foudre divine, le pouvoir de juger et de retrancher les hérétiques. Le souverain a le monopole de la violence et son pouvoir s'exerce aussi bien sur les corps que sur les consciences.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source :  http://lechatsurmonepaule.over-blog.fr/article-le-frontispice-du-leviathan-de-thomas-hobbes-116206187.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article