Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Dream a Little Dream of Me" (Louis Armstrong & Ella Fitzgerald) - 1955

Publié le 22 Octobre 2019, 08:22am

Catégories : #Philo & musique

"Dream a Little Dream of Me" (Louis Armstrong & Ella Fitzgerald) - 1955

Dream a Little Dream of Me, trois quarts de siècle en tête

LE 18 FÉVRIER 1931, l'orchestre de Wayne King, avec son chanteur Ernie Birchill, enregistre pour les disques Victor, en face B de la référence 22643, une nouvelle chanson de Fabian Andre et Wilbur Schwandt, avec des paroles de Gus Kahn (l'auteur de Makin'Whoopee, My Baby Just Cares for me ou Toot, Toot, Tootsie). Dream a Little Dream of Me va se classer n° 1 au classement des ventes du Billboard, battant à plates coutures la version enregistrée deux jours plus tôt par Ozzie Nelson et son orchestre sous la référence 6060 des disques Brunswick. Wayne King, « roi de la valse », compte parmi les inventeurs de ce que l'on appellera plus tard l'easy listening, et son enregistrement tout lisse domine commercialement le swing moelleux, presque mielleux, d'Ozzie Nelson. L'histoire d'un des plus increvables tubes du siècle vient de commencer : Dream a Little Dream of Me sera tour à tour chanson de variétés, standard de jazz ou hymne pop pendant au moins trois quarts de siècle.
 

« Stars shining bright above you/ Night breezes seem to whisper »I love you»/ Birds singing in the sycamore tree/ Dream a little dream of me » : le premier couplet pose bien l'ambiance de rêverie amoureuse d'une nuit d'été, romance intemporelle et sans pathos, à la fois inspirée et conformiste. La chanson a déjà pas mal vécu et rapporté beaucoup à ses signataires en droits d'exécution quand, presque vingt ans après sa création, elle est reprise par Frankie Laine - beau garçon à belle voix qui joue en 2e division de la chanson de séducteur. Ce séducteur un peu scolaire de Perry Como n'atteindra jamais le sommet des charts mais, avec lui, Dream a Little Dream of Me revient dans le Billboard, cette fois-ci à la 20e place. Au-delà de ce séjour dans les variétés, Dream a Little Dream of Me est maintenant devenu aussi, comme beaucoup de chansons d'avant-guerre, un standard de jazz. Doris Day l'enregistre en 1957, la même année que Bing Crosby et peu après Nat King Cole. Mais les versions jazz les plus célèbres sont celles de Louis Armstrong et Ella Fitzgerald pour un de leurs fameux albums en duo, ainsi que sur leurs propres disques en solo.
Au coeur des années hippies, Dream a Little Dream of Me va connaître une résurrection inattendue. The Mamas & The Papas, à qui l'on doit de gros tubes avec California Dreamin' ou Monday Monday, enregistrent la chanson sur l'émotion de l'annonce de la mort de son compositeur Fabian Andre, ce qui explique peut-être le tempo plutôt lent de l'interprétation, alors que la majorité des interprétations jusqu'alors sont plutôt enlevées. Parue d'abord sur l'album The Papas & the Mamas Presented By The Mamas and the Papas, la chanson donne aussi le départ à la carrière solo de sa chanteuse emblématique, « Mama » Cass Elliot, qui réenregistre la chanson pour un 45 tours signé « Cass Elliot with The Mamas & the Papas », qui se hisse en deuxième place des charts américains, et en onzième en Grande-Bretagne.

L'Amérique de papa
Cette version de Dream a Little Dream of Me ne serait peut-être pas entrée à ce point dans l'histoire sans la destinée de Cass Elliot, qui mène une carrière fructueuse de neuf albums en six ans, jusqu'à sa mort en 1974, peu avant ses 33 ans - arrêt cardiaque dans son sommeil, sans doute provoqué par les régimes amaigrissants qu'elle s'imposait. Sa version de Dream a Little Dream of Me, à la fois enflammée et proche, incarne superbement les ambiguïtés de son époque, fleur bleue et déjà désenchantée, éprise de changement et indéfectiblement ancrée dans l'Amérique de papa. Paradoxe : cette chanson de 1931 va devenir un des symboles de l'époque aux cheveux longs et aux vestes à franges...
C'est alors qu'elle commence à parcourir le monde, enregistrée par la Norvégienne Sissel Kyrkjebo, par l'Égyptienne Youssra, par la chanteuse tchèque Lucie Bila sous le titre Hv?zdy jako hv?zdy... et par la Française Enzo Enzo qui en fait un de ses premiers gros succès, en 1990, dans une adaptation cosignée avec Brice Homs, Les Yeux ouverts (« Ce souvenir, je te l'rends/ Des souvenirs, tu sais, j'en ai tellement/ Puisqu'on repart toujours à zéro/ Pas la peine de s'charger trop »). Et quand, au printemps 2007, Sylvie Vartan décide de revenir sur les chansons qui ont illuminé ses propres années 1960 pour son album Nouvelle vague, elle choisit, outre des chansons des Rolling Stones, des Beatles, de Richard Anthony ou de Françoise Hardy, de chanter Les Yeux ouverts d'Enzo Enzo, tout en affirmant vouloir faire référence à « Mama » Cass Elliot - par un curieux effet de reconstruction de la mémoire, deux contextes culturels se télescopent.
Mais, d'ailleurs, dans la bande originale du film Le Diable s'habille en Prada, en 2006, n'entend-on pas le groupe britannique The Beautiful South chanter en français Les Yeux ouverts, quelques années après avoir enregistré la version originale Dream a Little Dream of Me ? C'est la destinée des grands standards, capables de prendre les couleurs de cent univers différents sans jamais perdre leurs qualités foncières. Ainsi cette vieille chanson a-t-elle été enregistrée par les séducteurs Dean Martin, Robert Mitchum et Mel Tormé, par l'empereur de la musique de cocktail Henry Mancini en 1969, par Miss Piggy dans un film du Muppet Show, par la blueswoman white trash Candye Kane en 1997, par le crooner Tony Bennett en duo avec la chanteuse KD Lang en 2002, par Michael Bublé en 2005, par Arielle Dombasle en 2006, par la nostalgique Diana Krall et son magnifique aîné en jazz Hank Jones en 2007... Tout récemment encore, ce printemps, Pete Doherty, le dernier enfant terrible du rock anglais, et Carl Barat, son ancien complice au sein des Libertines, célèbrent leurs retrouvailles sur scène à Londres en chantant Dream a Little Dream of Me.

bertrand dicale

source : 

https://www.lefigaro.fr/2007/07/30/03004-20070730ARTWWW90305-dream_a_little_dream_of_me_trois_quarts_de_siecle_en_tete.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article