Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Dinah Washington, "What a difference a day makes" (1959)

Publié le 29 Octobre 2019, 09:17am

Dinah Washington, "What a difference a day makes" (1959)

Dinah Washington (29 août 1924 – 14 décembre 1963) est une chanteuse américaine de blues, jazz et gospel. Elle est née à Tuscaloosa dans l'Alabama et a grandi à Chicago dans l'Illinois. Sa voix puissante et remplie d'émotion la firent surnommer Queen of the Blues (« reine du blues »).

Biographie

Elle commence adolescente à jouer du piano dans les églises de Chicago, remporte un concours de chant, se produit avec Fats Waller en 1942 et l'année suivante grâce à l'imprésario Joe Glaser est engagée par Lionel Hampton chez qui elle reste jusqu'en 1946. Elle enregistre des blues avec Lucky Thompson en 1945 puis signe en 1946 avec la firme Mercury. Sa notoriété grandit rapidement par ses prestations à l'Apollo theatre sur la 125e rue à Harlem. Le grand succès commercial de ses disques en fait une idole de la communauté noire et une personnalité qui compte dans la vie artistique de Harlem. Elle est propriétaire de plusieurs cabarets et dirige une agence de concerts. Au milieu des années 1950, la qualité de son chant et de ses interprétations, associée à un exceptionnel sens musical, séduisent de nombreux musiciens de jazz, parmi lesquels l’arrangeur Quincy Jones, les trompettistes Clifford Brown et Clark Terry, le saxophoniste Ben Webster, le grand pianiste Joe Zawinul ou encore le batteur Max Roach. En 1959 Dinah Washington enregistre le hit What a difference a day makes puis chante avec Brook Benton. Elle meurt prématurément en 1963 d'une overdose de somnifères et d'alcool au sommet de sa gloire.

Biographie
Elle commence adolescente à jouer du piano dans les églises de Chicago, remporte un concours de chant, se produit avec Fats Waller en 1942 et l'année suivante grâce à l'imprésario Joe Glaser est engagée par Lionel Hampton chez qui elle reste jusqu'en 1946. Elle enregistre des blues avec Lucky Thompson en 1945 puis signe en 1946 avec la firme Mercury. Sa notoriété grandit rapidement par ses prestations à l'Apollo theatre sur la 125e rue à Harlem. Le grand succès commercial de ses disques en fait une idole de la communauté noire et une personnalité qui compte dans la vie artistique de Harlem. Elle est propriétaire de plusieurs cabarets et dirige une agence de concerts. Au milieu des années 1950, la qualité de son chant et de ses interprétations, associée à un exceptionnel sens musical, séduisent de nombreux musiciens de jazz, parmi lesquels l’arrangeur Quincy Jones, les trompettistes Clifford Brown et Clark Terry, le saxophoniste Ben Webster, le grand pianiste Joe Zawinul ou encore le batteur Max Roach. En 1959 Dinah Washington enregistre le hit What a difference a day makes puis chante avec Brook Benton. Elle meurt prématurément en 1963 d'une overdose de somnifères et d'alcool au sommet de sa gloire.

Si la version de What a Diff'rence a Day Makes de Dinah Washington est la plus célèbre interprétation, le morceau n'a pourtant pas été imaginé pour la chanteuse américaine. Ce titre sorti en 1934 a été en effet écrit en espagnol par María Grever, une compositrice mexicaine. Le parolier Stanley Adams la traduit la même année en anglais pour Harry Roy & his Orchestra et fait sauter par la même occasion le "e" de "Difference".

C'est pourtant 25 ans plus tard que le morceau prend une nouvelle dimension avec l'interprétation de Dinah Washington. Pour cette version teintée de blues et de soul, l'artiste est accompagnée par une contrebasse tranquille et une batterie confortable, jouée ici avec des balais pour donner encore plus de douceur à ce titre transpirant la sérénité. Une délicatesse accentuée par les chœurs qui escortent en toute discrétion la voix puissante de Dinah Washington. Une interprétation chaleureuse qui permettra à ce titre de remporter un Grammy Award la même année dans la catégorie meilleure performance Rhythm & Blues.

 

 

'L'espoir est une chose avec des plumes, qui se perche dans l'âme et inlassablement chante un air sans paroles... Mauvaise devrait être la tempête qui pourrait décontenancer le petit oiseau' Emily Dickinson


What a difference a day makes
Quel différence peut faire un jour
Twenty-four little hours
Vingt-quatre petites heures
Brought the sun and the flowers
Ont aporté le soleil et les fleurs
Where there used to be rain
Là où il pleuvait avant

My yesterday was blue, dear
Mes jours passés étaient déprimants, mon chéri
Today I'm a part of you, dear
Aujourd'hui je suis une part de toi, mon chéri
My lonely nights are through, dear
Mes nuits de solitude ne sont que du passé, mon chéri
Since you said you were mine
Depuis que tu as dit que tu étais mien.

What a difference a day makes
Quel différence peut faire un jour
There's a rainbow before me
Il y a un arc en ciel devant moi
Skies above can't be stormy
Les cieux ne peuvent être orageux
Since that moment of bliss,
Depuis ce moment de bonheur
That thrilling kiss
Ce baiser palpitant

It's heaven when you find romance on your menu
C'est le Paradis quand la romance est au menu
What a difference a day made
Quelle différence a pu créée juste un jour
And the difference is you
Et cette différence c'est toi

What a difference a day makes
Quel différence peut faire un jour
There's a rainbow before me
Il y a un arc en ciel devant moi
Skies above can't be stormy
Les cieux ne peuvent être orageux
Since that moment of bliss,
Depuis ce moment de bonheur
That thrilling kiss
Ce baiser palpitant

It's heaven when you find romance on your menu
C'est le Paradis quand la romance est au menu
What a difference a day made
Quelle différence a pu créée juste un jour
And the difference is you
Et cette différence c'est toi


Dinah Washington : la Diva méconnue
par Michel Friedling


Au Panthéon des divas du jazz et du blues, Dinah Washington est probablement l’une des plus grandes avec Billie Holiday, Sarah Vaughan et Ella Fitzgerald. Elle est certainement la plus méconnue. Et pourtant, elle fut surnommée de son vivant “The Queen of Blues”, la Reine du Blues, titre qu’elle revendiquait elle-même, grâce à sa voix puissante et riche, pénétrante et pleine d’émotion, d’une exceptionnelle sensualité. La vie et la discographie idéale de Dinah Washington par Concert Home.

Née Ruth Jones le 29 août 1924 à Tuscaloosa dans l’Alabama, Dinah Washington grandit à Chicago. Elle commence adolescente à jouer du piano dans les églises de Chicago, remporte un concours de chant, se produit avec Fats Waller en 1942. L’année suivante, elle est engagée par Lionel Hampton chez qui elle reste jusqu’en 1946.

En 1943, elle commence à enregistrer et sort “Evil Gal Blues”, son premier tube. Elle enregistre des blues avec Lucky Thompson en 1945 puis signe en 1946 avec la firme Mercury. Sa notoriété grandit rapidement par ses prestations à l’Apollo Theatre sur la 125e rue à Harlem. Elle devient très vite une personnalité qui compte dans la vie artistique de Harlem. Propriétaire de plusieurs cabarets, elle dirige également une agence de concerts.

Au milieu des années 1950, la qualité de son chant et de ses interprétations, associée à un exceptionnel sens musical, séduisent de nombreux musiciens de jazz, parmi lesquels l’arrangeur Quincy Jones, les trompettistes Clifford Brown et Clark Terry, le saxophoniste Ben Webster ou encore le batteur Max Roach. En 1955, elle publie de nombreuses chansons à succès sur les charts R & B, y compris “Baby, Get Lost”, “Trouble in Mind”, “You don’t know what love is” (arrangé par Quincy Jones), et une reprise de “Cold, Cold Heart” de Hank Williams. En 1958, elle enregistre un album live au Newport Jazz Festival.

What A Difference A Day Makes : le tube qui la propulse au sommet
Mais c’est en 1959 qu’elle rencontre véritablement le succès avec « What A Difference A Day Makes » qui remporte un Grammy Award. La chanson est son plus grand succès et l’album éponyme un succès commercial considérable, malgré quelques avis négatifs de la part de critiques jazz & blues, en raison d’un côté trop commercial reniant ses racines blues et d’une trop grande présence, selon eux, de cordes et de chœurs.

La Reine du Blues, amoureuse et aimée du public
Connue pour ses ballades et chansons d’amours mélancoliques, Dinah eut une vie sentimentale agitée avec sept mariages et six divorces, et plusieurs amants, dont Quincy Jones, son jeune arrangeur. Elle était par ailleurs connue pour être particulièrement exigeante dans la vie. Aimée du public qui l’appelle Queen of the Blues, elle meurt prématurément, au sommet de sa gloire, le 14 décembre 1963 à Detroit d’une overdose de somnifères et d’alcool.

La discothèque idéale par Concert Home
Dinah Washington a enregistré une vingtaine d’albums de son vivant. Pour découvrir Dinah, j’ai sélectionné six albums : Dinah Jams (1954) album live enregistré à Los Angeles avec des musiciens de premier plan, In the Land of Hi-Fi (1956), The Swingin’ Miss « D » (195), Dinah Washington Sings Bessie Smith (1957), What a Diff’rence a Day Makes! (1959), Back to the Blues (1963).

Dinah Jams (1954)
Enregistré à Los Angeles en studio mais devant un auditoire et en live, cet album met en scène une pléiade de musiciens remarquables qui tiennent autant que Dinah la tête d’affiche et lui volent parfois la vedette. Max Roach (batterie), Clifford Brown et Clark Terry (trompette), Harold Land (saxophoniste ténor), Richie Powell (piano) et Herb Geller (saxo alto) participent à la session.

Avec une très belle interprétation de grands classiques comme « Summertime », « I’ve got You under my skin », « «There’s no Greater Love » et une Dinah Washington en pleine forme et qui met en œuvre sans effort sa voix puissante à la fois sur les ballades («There’s no Greater Love » et « No More ») et dans les échanges avec les solistes, avec des jams prolongés («You Go To My Head » et « I’ll remember April»), cet album un très beau disque et probablement mon préféré.

In the Land of Hi-Fi (1956)
Comme avec la plupart des disques de Dinah Washington, In the Land of Hi-Fi comprend un programme éclectique de ballades et de jams avec des musiciens exceptionnels. Encadré par le mélange d’arrangements et de tableaux à grand orchestre de Hal Mooney, Washington exprime parfaitement tendresse et passion à des titres comme « I’ve Got A Crush On You» et « Say It Isn’t So», “Our Love Is Here To Stay” et “If I Were A Bell.”

“There’ll Be A Jubilee » fait ressortir son influence gospel sur un ensemble qui swingue particulièrement tandis que le magnifique boléro “Let Me Love You” et le lounge mambo “Nothing Ever Changes My Love For You”, aux influences latines complètent ce magnifique tableau de son talent. Avec la contribution du saxophoniste Cannonball Adderley et du pianiste Junior Mance, In the Land of Hi-Fi est un très bel album parmi ceux qu’elle a enregistrés avec le label EmArcy dans les années 50.

The Swingin’ Miss « D » (1956)
Dinah Washington est accompagnée par un orchestre dirigé par Quincy Jones sur cet album de 1957. Les arrangements sont écrits principalement par Quincy Jones sur des standards de Cole Porter, George Gershwin et Duke Ellington. L’album est dans la philosophie des albums de Frank Sinatra de la même période, notamment parce que les arrangements de Jones ont été fortement influencés par Billy May et Nelson Riddle.

Des titres qui swinguent comme « Makin’ Whoopee », « Caravan », « Perdido », « Is you is or is You ain’t my Baby » et d’autres somptueusement sensuels et romantiques comme « I’ll close my Eyes », « You’re crying » ou « Every time you say goodbye ».

Un album incontournable où Dinah exprime sa sensualité, sa joie et son talent avec enthousiasme, entourée par un Quincy Jones en pleine forme.

Dinah Washington Sings Bessie Smith (1957)
Dotée d’une voix forte et belle et d’un phrasé très précis, Dinah Washington a traduit l’esprit de Bessie Smith mieux encore que Billie Holiday, la plus célèbre disciple de Smith. Pour son album hommage, Washington a évité les chansons les plus connues de Smith et a choisi les chansons ses plus provocantes telles que “Send Me to the electric Chair,” “Jailhouse Blues,” and “You’ve Been a Good Ole Wagon. »

Dinah Washington joue avec le phrasé de Bettie Smith et revient à des racines gospel tandis que l’accompagnement par Eddie Chamblee et son orchestre donne une tonalité Dixieland à l’ensemble. Réédité à plusieurs reprises (parfois sous le titre The Bessie Smith Songbook), « Dinah Washington chante Bessie Smith » est un équilibre parfait entre hommage et œuvre personnelle authentique.

Un très bel album où Dinah est enjouée et facétieuse, dans un esprit très New Orleans et qui donne envie de bouger.

What a Difference a Day Makes! (1959)
Un des albums les plus illustres de l’histoire de la musique vocale, What a Diff’rence a Day! a propulsé Dinah dans la catégorie des stars universelles tout en la soumettant à la critique des puristes du jazz. Ces derniers lui reprochent en effet de devenir avec cet album une chanteuse de variétés. Le label Mercury décide en effet de l’entourer d’un ensemble à cordes et de choeurs vocaux dans l’esprit des succès radiophoniques du moment.

Leur présence n’efface pas tout le talent vocal de Dinah qui développe émotion et sensualité de façon très personnelle. Les arrangements sont efficaces et l’ensemble fonctionne parfaitement. La plupart des chansons sont des standards («I Remember You», « I Thought About You», «Cry Me a River», «Manhattan», «Time After Time»), mais ils sont transcendés par Dinah Washington. Le titre « What A Diff’rence A Day Makes” qui entre au top des charts n’est pas la meilleure chanson de l’album. Son interprétation de Cry Me a River est en revanche tout à fait convaincante.

Au bilan, un album tout en douceur, finalement assez guimauve et un peu répétitif, avec des cordes et des choeurs un peu envahissants mais qui vous transporte sur la 5ème avenue un soir de Noël dans les années cinquante. Probablement pas le meilleur album de Dinah Washington mais un album incontournable pour une soirée romantique…

Back to the Blues (1963)
Avant son hit de 1959 “What a Difference a Day Rakes”, presque tous les enregistrements de Dinah Washington (peu importe le style) intéressaient les amateurs de blues et de jazz.

La plupart des enregistrements de Washington pour Mercury et Roulette durant les quatre années qui suivent et qui furent les dernières de sa vie furent commerciaux et sans souffle, avec des arrangements de cordes omniprésents et Washington se parodiant presque.

« Back to the Blues » qui sort en 1963 fait figure d’exception. Dinah Washington, entourée par un big band jazz revient à ses racines blues et met en valeur son talent inimitable.

source : https://concert-home.com/dinah-washington-la-diva-meconnue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article