Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Atelier Spinoza, "L. 58" (2) - texte à trous, question 2

Publié le 10 Octobre 2019, 09:12am

Catégories : #Philo (textes - corrigés)

Atelier Spinoza, "L. 58" (2) - texte à trous, question 2

Question 2
(a) « (...) elle continuera nécessairement de se mouvoir après l’arrêt de l’impulsion  externe » (l. 4-5)

1° Situer le passage 
Ce passage se situe.......................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................  

2° Reformulation / explication des termes importants
L’impulsion externe désigne........................................................................................................  
.......................................................................................................................................................
Spinoza affirme que......................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.............................................................................................., et ce de manière nécessaire, au
sens où ........................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................  

3° Car (explication / justification)
On peut expliquer cela par le fait.................................................................................................. 
.................................................................................................................. Il s’agit d’une loi de
la nature :.......................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
C’est un mouvement nécessaire car..............................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................  

4° Par exemple,.............................................................................................................................

5° Donc (conséquence, implication)
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................  

 (b) « (...) les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les
déterminent » (l. 11-12) 

 
1° Situer le passage
Ce passage se situe....................................................................................................................... 
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
A travers ces mots, il nous formule ...................  

2° Reformulation / explication des termes importants
On peut reformuler sa thèse comme suit :..................................................................................... 
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
Pour clarifier ce point, on peut utiliser le repère cause / fin. En effet,..........................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
......................................................................................................................................................
En résumé, ................................................................................................................... 

3° Car (explication / justification)
On peut expliquer cela par le fait que........................................................................................ 
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................
La preuve en est que.................................................................................................................... 
....................................................................................................................................................... 
4° Par exemple,............................................................................................................................. 
.......................................................................................................................................................
.......................................................................................................................................................  
5° Donc (conséquence, implication)
La conséquence de cette affirmation est majeure :....................................................................... 
.......................................................................................................................................................
....................................................................................................................................................... 
......................................................................................................................................................
Nous sommes comme .......................................................... 
 

-------

Question 2
(a) « (...) elle continuera nécessairement de se mouvoir après l’arrêt de l’impulsion 
externe » (l. 4-5)

1° Situer le passage 
Ce passage se situe au début du texte, au moment où Spinoza développer une expérience de pensée pour préparer le lecteur à comprendre sa thèse.  

2° Reformulation / explication des termes importants
L’impulsion externe désigne la poussée initiale qui a mis la pierre en mouvement. Spinoza  affirme que même après la disparition de cette poussée initiale, la pierre continuera quand même de dévaler la pente, et ce de manière nécessaire, au sens où son mouvement ne peut ne pas s’arrêter, il ne peut pas ne pas continuer (attention repère). 

3° Car (explication / justification)
On peut expliquer cela par le fait que la pierre est en train de dévaler une pente, qui l’entraîne  et lui fait gagner de la vitesse. Il s’agit d’une loi de la nature, liée à la gravitation universelle / pesanteur et à la conservation de l’énergie mécanique : l’énergie potentielle de pesanteur se convertit en énergie cinétique. C’est un mouvement nécessaire car n’importe quel objet va se rapprocher du sol. On pourrait répéter l’expérience à l’infini, et on observerait toujours la même chose, il ne pourrait pas en être autrement. 

4° Par exemple, si je lâche mon stylo, il va nécessairement tomber.

5° Donc (conséquence, implication)
Tous les événements de l’univers sont soumis à des lois et causés par des évènements  précédents, tout n’est qu’un enchaînement nécessaire de causes et d’effets. On appelle cela le déterminisme. Spinoza affirme que l’homme n’échappe pas à ce déterminisme, qu’il est lui aussi soumis à la nécessité 

(b) « (...) les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les
déterminent » (l. 11-12) 

1° Situer le passage 
Ce passage se situe juste après le moment où Spinoza a formulé l’analogie entre la pierre et l’homme, pour nous faire comprendre que l’être humain et la pierre sont exactement dans la même situation. A travers ces mots, il nous formule sa thèse.  

2° Reformulation / explication des termes importants 
On peut reformuler sa thèse comme suit : les êtres humains ont l’impression d’être à l’origine de leurs désirs, alors qu’en réalité leurs désirs sont causés et provoqués par des éléments qu’ils ignorent et qui leur échappent. Pour clarifier ce point, on peut utiliser le repère cause / fin. En effet, quand nous agissons, nous savons « pour-quoi » nous agissons, puisque nous agissons dans un but précis dont nous avons conscience (fin). Mais nous ignorons « pourquoi » c-à-d pour quelle raison nous agissons ainsi (cause). Nous ne savons pas ce qui nous y a poussés. En résumé, nous sommes conscients des fins mais ignorants des causes de nos actions. 

3° Car (explication / justification)
On peut expliquer cela par le fait que nous avons un inconscient, c-à-d que nous n’avons pas  conscience de tout ce qui se passe dans notre esprit, ni de la manière dont notre corps influence parfois notre esprit. Nos désirs, contrairement à notre volonté, nous échappent, nous ne les contrôlons pas. La preuve en est que notre raison et notre volonté désapprouvent certains de nos désirs ! (ex : je désire fumer mais je veux arrêter de fumer).  

4° Par exemple, parfois nous sommes déprimés et nous désirons nous enfermer chez nous, rester dans la solitude. Mais c’est peut-être simplement parce que nous manquons de magnésium ou de sérotonine.   Par exemple (autre possibilité), si je désire m’acheter un Iphone 10, c’est en réalité à cause du conformisme, c-à-d de l’influence inconscience que les autres et le marketing exercent sur moi. 

5° Donc (conséquence, implication)
La conséquence de cette affirmation est majeure : la liberté est une illusion. Nous avons  l’impression, d’être libres, mais nous ne le sommes pas réellement car nos désirs sont déterminés à notre insu car des causes que nous ignorons. Nous sommes comme des robots, des pantins. 

NB : Repère : cause / fin (= deux manières de répondre à la question « pourquoi » ?). 
1° « Pourquoi « ? Cause = raison d’être d’une chose. La cause produit son effet, ce dont elle 
est la cause. 
2° « Pour-quoi « ? Fin = but, finalité.
Ex : cause de l’existence de Socrate = ses parents. Fin de l’existence de Socrate = être 
philosophe.

----

Question 2 rédigée

2. a. « elle continuera nécessairement de se mouvoir après l’arrêt de l’impulsion
externe » 

Dans un premier temps, Spinoza annonce sa thèse, et pour mieux préparer le lecteur à la comprendre, il formule une expérience de pensée. / Il s’agit d’imaginer ce que pourrait penser une pierre (en admettant qu’elle ait une conscience) lorsqu’elle est en train de dévaler une pente sous l’effet d’une cause extérieure (un coup de pied, ou un vent très violent par exemple). Spinoza va montrer que la pierre, si elle est consciente de son mouvement, mais qu’elle ignore ce qui l’a poussé, pensera être elle-même la cause de ce mouvement, simplement parce qu’elle le désire. Par conséquent elle pensera être libre de désirer bouger, mais ce ne sera qu’une illusion. / En effet, il est certain que si on donne une impulsion à la pierre, elle ne pourra pas s’arrêter en vol, ou s’immobiliser quand elle le désire. Sa trajectoire est définie « nécessairement » par la force de l’impulsion qu’on lui a donnée. Une fois que la pierre a reçu l’impulsion, elle ne peut donc pas arrêter son mouvement, même si elle le voulait. On dira donc que la pierre est déterminée à poursuivre sa trajectoire, au sens où elle n’aurait pas pu agir autrement. / C’est ce déterminisme qui nous permet, par exemple, de repérer des lois physiques (comme la loi de la gravité) et de prévoir certains phénomènes avec certitude. L’ingénieur en bâtiment utilise par exemple ces lois physiques nécessaires pour concevoir les plans et construire des habitations solides. 

Repère : nécessaire / contingent
Nécessaire désigne ce qui ne peut pas ne pas être.

Contingent désigne ce qui existe, mais qui aurait pu être autrement.
Vocabulaire : déterminisme / être déterminé
Déterminisme : doctrine philosophique selon laquelle tous les éléments de l’univers (et en particulier les actions humaines) découlent de causes qui entraînent nécessairement les mêmes effets dans les mêmes conditions. Il n’y a donc ni hasard ni liberté.
Etre déterminé, ce n’est donc pas en ce sens être résolu à faire qqch. Cela signifie plutôt que toutes nos actions pourraient être expliquées par un ensemble de causes, de telle sorte que nous n’aurions pas pu agir autrement (prévisibles).
 
2. b. « (...) les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les 
déterminent » (l. 11-12)
 

La deuxième étape du raisonnement de Spinoza va consister à faire une analogie (c'est-à-dire montrer une égalité de rapport) entre le cas de cette pierre et celui de l’homme. De même que la pierre pense désirer librement rouler (alors qu’en vérité elle est déterminée à accomplir ce mouvement par l’action d’une cause extérieure), de même les hommes pensent accomplir librement leurs désirs, alors qu’ils sont en vérité déterminés à accomplir ces désirs  par l’action d’une cause extérieure. Cette illusion provient du fait que ni la pierre ni les  hommes ne sont conscient de cette cause. C’est pour cela que Spinoza affirme : « les hommes
sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. » Précisons cela : la  plupart du temps nous avons le sentiment que nos goûts, nos désirs, nos choix ne relèvent que de nous. Contrairement aux autres phénomènes physiques, les actions des hommes ne pourraient donc pas être expliquées ni prévues, parce qu’elles auraient toujours pu arriver autrement si l’individu l’avait voulu. C’est ce qu’on appelle le libre arbitre, c'est-à-dire la capacité de faire des choix, d’affirmer ou de nier, sans aucune autre raison que parce qu’on l’a voulu.
Or, contre l’hypothèse d’un libre arbitre, Spinoza soutient la doctrine philosophique du déterminisme, c'est-à-dire qu’il soutient qu’il n’y a qu’une apparence de liberté, mais pas de liberté réelle. Afin d’illustrer cela, Spinoza prend plusieurs exemples : le nourrisson, le jeune garçon, l’ivrogne, le bavard et le fou. Ainsi, la faim est la cause extérieure qui détermine nécessairement le nourrisson à désirer le lait ; la colère est la cause extérieure (c'est-à-dire indépendante de sa volonté) qui détermine le jeune garçon à désirer se venger ; l’alcool est la cause extérieure qui détermine l’ivrogne à désirer trop parler ; la folie est la cause extérieure qui détermine les actions du fou ; le caractère détermine le bavard à trop parler. Spinoza utilise ces exemples parce qu’ils sont plus parlants, mais en vérité le déterminisme concerne toutes les actions humaines. 
 
 
  
  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article