Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Atelier Spinoza, "L. 58" (3) - question 3

Publié le 10 Octobre 2019, 09:26am

Catégories : #Philo (textes - corrigés)

Atelier Spinoza, "L. 58" (3) - question 3

   
Construire le plan
Courte introduction (petite problématisation et annonce des parties).
D’abord, on reprend et on approfondit la thèse de l’auteur, à savoir : 
___________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

 

Arguments :  _____________________________________________________________

___________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

Ensuite, on essaye de retrouver et d’exposer la thèse opposée à celle de l’auteur, à savoir :
___________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

Arguments :________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

____________________________________________________________________________

Enfin, on peut chercher à faire la critique de la thèse de l’auteur, à savoir :
___________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________


_Arguments :________________________________________________________________

_____________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

----

Question 3 (rédigée) : La liberté est-elle une illusion ?

On peut définir la liberté non seulement comme le fait de faire ce que l’on veut (liberté  de pouvoir), mais aussi et surtout comme le fait d’être à l’origine de nos propres actes, de déterminer notre volonté sans influence extérieure. Dans la vie quotidienne, nous avons l’impression d’être libres en ce sens, ou en tout cas nous n’avons pas conscience d’être déterminés par des causes extérieures, qui nous influenceraient à notre insu. Mais cette impression de liberté est-elle fiable ? La liberté n’est-elle pas en réalité une illusion ?  

Plan proposé : I/ Oui ; II/ Oui mais ; III/ Non (le « dégradé »).
I/ En première approche, les lois nous empêchent d’être libres (oui)
II/ Les lois sont les conditions négative de la liberté (oui mais c’est nécessaire)
III/ A certaines conditions, être libre et obéir aux lois sont une seule et même chose (non)

I/ La liberté est une illusion 
 Pour Spinoza, la liberté est une illusion car nous avons conscience de nos désirs et des  buts de nos actions mais nous ignorons les causes qui nous ont poussés à agir de cette manière. Spinoza est déterministe : il pense que tous les événements du monde – y compris les actions humaines – sont nécessairement causés par des événements antérieurs. Ainsi, notre sentiment de liberté est trompeur, nous ne pouvons pas nous y fier. Nous avons l’impression d’être à l’origine de nos désirs mais en réalité ça n’est pas le cas. 
 Par exemple, si je désire m’acheter un Iphone 10, c’est en réalité à cause des stratégies marketing d’Apple, mais aussi du conformisme, c-à-d de l’influence inconsciente que les autres et exercent sur moi. 

II/ La liberté est bien réelle : nous avons des preuves de l’existence de la liberté
 La preuve de l’existence de la liberté est que notre volonté a le pouvoir de s’opposer  à nos désirs. Par exemple, je peux faire usage de ma volonté pour arrêter de fumer alors que mon désir est de fumer. Kant nous propose une expérience de pensée pour mettre en évidence l’existence de la liberté. Imaginons que quelqu’un prétende qu’il est incapable de résister à « son penchant au plaisir » (ex : désir de manger du chocolat). Imaginons qu’on lui propose du chocolat, en lui mettant sous les yeux une potence et en le menaçant de pendaison s’il cède à son penchant. Il va de soi qu’il sera capable d’y résister et de contraindre son désir. Contrairement à ce qu’affirme Spinoza, l’être humain possède donc un libre-arbitre, c-à-d la
faculté de se déterminer librement et par lui seul, sans être influencé par des causes extérieures.  

III/ Quand bien même nous n’aurions pas de preuve de l’existence de la liberté, il serait nécessaire d’affirmer son existence car sans liberté pas de responsabilité 
La thèse de Spinoza est problématique. En effet, le déterminisme, en plus de remettre en cause l’existence de la liberté humaine, dissout toute responsabilité (= fait de pouvoir répondre de ses actes). En effet, puisque toutes nos actions sont causées par des éléments  extérieurs à nous et que nous ne contrôlons pas, nous ne pouvons pas être tenus responsables de nos actes. Cela pose un problème moral. Par exemple, un criminel ne pourra pas être  condamné pour son crime puisqu’il n’a pas agit librement, mais qu’il a été poussé à agir par quelque chose d’autre que lui, de manière non conforme à sa volonté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article