Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Boky Hackel-Ward & Blake Ward : de l’inexistence des elfes au zeitgeist de la figure

Publié le 4 Juillet 2019, 23:25pm

Catégories : #ENTRETIENS avec FG

Boky Hackel-Ward & Blake Ward : de l’inexistence des elfes au zeitgeist de la figure

Losing myself in you (Boky Hackel-Ward)

L’une fait culmi­ner drame et tra­gé­die dans son tra­vail de la matière, l’autre est en quête abso­lue de ce qui se niche à l’intérieur de toute figure. Tous deux sont sculp­teurs, tra­vaillent côte  à côte dans leur ate­lier de Monaco et exposent ensemble, Entre deux, le résul­tat de leurs réflexions sur l’humaine condition.

Ren­con­trés à Cap d’Ail, ils ont joué le jeu du double entre­tien en répon­dant cha­cun sépa­ré­ment, en fran­çais ou en anglais (par­fois dans les deux langues), au ques­tion­naire qui leur était sou­mis par Fré­dé­ric Grolleau. 

Entre­tien :

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? What makes you get up in the mor­ning ?

Boky : Le fait de savoir que je peux vaincre l’ennemi de l’intérieur. Cela m’est venu à l’esprit comme un flash de nou­velles ! Un jour, j’ai réa­lisé que ce que je construi­sais, ma sculp­ture, mes idées, fai­saient une dif­fé­rence pour quelqu’un d’autre que Blake et moi. (The know­ledge that I can conquer the enemy within. It came to me like a news flash ! One day I rea­li­sed that what I was buil­ding, my sculp­ture, my ideas, made a dif­fe­rence to someone other than myself and Blake.)

Blake : Mon rêve d’enfant. (My child­hood dream)


Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ? What have become of your child­hood dreams?

B : Je les cherche sans arrêt, j’étais sûre de les avoir mis par içi… En fait, mes rêves d’enfants se maté­ria­lisent devant mes yeux tous les jours de ma vie.

Bl : Mes rêves d’enfance sont deve­nus ma vie. La ten­dance natu­relle des enfants à adop­ter un com­por­te­ment artis­tique a été encou­ra­gée et sou­te­nue chez moi par mes parents et mes frères et sœurs tout au long de ma vie, et ainsi j’ai vécu mon rêve. Je rêvais aussi d’être musi­cien, mais cela a cédé la place à la sculp­ture de la figure. Comme j’ étais inca­pable de trou­ver quelqu’un en Amé­rique du Nord qui pour­rait m’apprendre la sculp­ture clas­sique repré­sen­ta­tive, je  me suis mis à  apprendre le fran­çais pour me qua­li­fier pour un poste à Paris et trou­ver un pro­fes­seur à Paris. J’ai eu la chance de trou­ver un maître très sévère mais talen­tueux à qui j’ai pro­mis de trans­mettre l’ancienne méthode de sculp­ture qu’il avait si soi­gneu­se­ment et mathé­ma­ti­que­ment ensei­gnée.
(My child­hood dreams have become my life. The natu­ral incli­na­tion of chil­dren towards artis­tic beha­viour was encou­ra­ged and sup­por­ted by my parents and siblings throu­ghout my life, and thus I have lived my dream. I dreamt of being a musi­cian as well, but this gave way to sculp­ting the figure. When I was unable to find someone in North Ame­rica who could teach me repre­sen­ta­tio­nal clas­si­cal sculp­ture, I went about lear­ning French so that I could qua­lify for a posi­tion in Paris and find a pro­fes­sor in Paris. It was my good luck to find a very stern but talen­ted mas­ter to whom I pro­mi­sed to pass on the ancient method of sculp­ting that he so care­fully and mati­cusly taught.)


A quoi avez-vous renoncé ?  What did you give up ?

B : Tout a changé le jour ou j’ai appris que les elfes n’existent pas. J’étais en Suède et on est parti à 2 heures du matin cher­cher des « elks » [rennes, ndt]. J’avais com­pris qu’on allait cher­cher des « elfes «! J’ai grandi au Costa Rica, dans un monde magique. Je connais­sait les vol­cans, les mon­tagnes, les plages, la jungle….mais, au-delà, tout était à décou­vrir. Même si au Costa Rica je n’avais jamais vu d’elfe, pour­quoi pas dans la forêt pro­fonde en Suède ! Vous ima­gi­nez ma dés­illu­sion quand on a fina­le­ment trouvé les elks que mes cou­sins cher­chaient ! Tout à coup, j’ai dû mettre en ques­tion l’existence des uni­corns… enfin, une jour­née dif­fi­cile. Mais je n’ai pas renoncé au pou­voir d’une his­toire bien racon­tée. Les his­toires, par­fois, nous per­mettent de abor­der des thèmes dif­fi­ciles sans les évo­quer directement.

Bl : Rêver. J’ai tou­jours cru aux rêves, et j’ai vécu un rêve que j’ai honoré, nourri et pour­suivi avec pas­sion et aban­don. Je vou­drais  vous par­ler des choses dont j’ai rêvé, de l’espoir et de l’énergie qui ont été consa­crées à mon rêve, et de la déter­mi­na­tion qu’un rêve exige. Nous pen­sons sou­vent que les rêves sont des coquilles fra­giles qui se bri­se­ront si nous pla­çons le poids de nos espoirs en eux. Mais ce n’est pas le rêve qui échoue, c’est plu­tôt l’homme. On peut seule­ment choi­sir pour soi-même de suivre un rêve et ensuite d’être condamné à payer son prix. Car vous devez don­ner de vous-même tout ce que votre rêve exige
J’ai aban­donné ma mai­son et mon cœur, et je me suis retrouvé seule à côté de mon rêve, cher­chant refuge, où je deman­dais la cha­leur des autres. Seule­ment alors, pour me tour­ner et offrir hum­ble­ment ce récon­fort à mon rêve, sans pen­ser aux consé­quences, pour étan­cher une soif qui ne connaî­tra jamais la paix si sou­vent trou­vée par ceux qui choi­sissent de ne pas pour­suivre leur rêve. Je n’ai pas le droit de gar­der un cœur, une mai­son si pré­cieuse pour un sans-abri, et l’obturateur pour regar­der ce cœur souf­frir le même sort que ceux d’avant, consommé par mon rêve. Pardonnez-moi pour mon rêve, il n’a pas de conscience et laisse peu de place dans ma vie pour beau­coup de choses qui apportent tant à ceux qui choi­sissent de payer un prix dif­fé­rent, et de lais­ser les rêves seule­ment être rêvés. Si vous pou­vez trou­ver dans votre cœur une place pour moi, vous devez aussi trou­ver une place pour mon rêve.

(To Dream. I have always belie­ved in dreams, and live a dream that I have honou­red, nur­tu­red, and pur­sued with both pas­sion and abandon.To tell you of the things I have dreamt, of the hope and energy that has been dedi­ca­ted to my dream, and of the deter­mi­na­tion that a dream demands.We often think of dreams as fra­gile shells that will shat­ter should we place the weight of our hopes upon them. Yet it is not the dream that fails, but more, the man. One may only choose for ones’ self to fol­low a dream and then be bound to pay its’ price, for you must give of your­self all that your dream demands.
I have given up my home and of my heart, and have found myself alone beside my dream, see­king shel­ter, whe­rein I beg the warmth of others. Only then to turn and hum­bly offer that com­fort to my dream, without thought of conse­quence, in afrail attempt to quench a thirst that will never know the peace so often found by those who choose not to pur­sue their dream. I have no right to keep a heart, a home so pre­cious to a home­less man, and shut­ter to watch that heart suf­fer the same fate as those before, consu­med by mydream. For­give me for my dream, it has no conscience and leaves lit­tle place in my life for­many things that bring so much to those who choose to pay a dif­ferent price, and leave dreams only to be dreamt. If you can find in your heart a place for me you must find, as well, a place for my dream.)


D’où venez-vous ?  Where are you from ?

B : D’un monde loin­tain mais, de temps en temps, on trouve d’autres voya­geurs comme moi dans les parages.

Bl : Je suis né dans un petit vil­lage pas très loin du cercle arc­tique au Canada, fils d’un lutin de brousse,qui m’a appris à hono­rer la vie et, tout de même, à la ris­quer très pru­dem­ment. (I was born in a small vil­lage not too far away from the arc­tic circle in Canada, the son of a bush piolt, who taught me to honour life and then very care­fully risk it, all the same.)


Qu’avez-vous reçu en dot ? What did you receive in dowry ?

B : La sen­si­bi­lité pour la musique, la poé­sie et l’art…. et la capa­cité de tra­duire cette sen­si­bi­lité d’un monde à un autre, comme on pour­rait tra­duire une poé­sie d’une langue à une autre. On m’a offert cinq langues sur un pla­teau d’argent et un grand amour pour les dia­logues qui se pro­duisent, même en silence, devant une œuvre d’art, ou bien les dia­logues racon­tés et enten­dus à la nais­sance d’une oeuvre d’art….apportés par les vents, même en silence….

Bl : Tout, la pos­si­bi­lité de for­ger mes rêves et la dis­ci­pline pour les suivre, le sou­tien pour être capable de résis­ter aux périodes de peur et de béné­fi­cier des temps d’abondance. La déter­mi­na­tion d’échouer et d’échouer à nou­veau sans lais­ser par­tir l’espoir, et la déter­mi­na­tion de payer le prix qui a été exigé par ces quelles res­sources je pou­vais trou­ver. (Eve­ry­thing, the oppor­tu­nity to forge my dreams and the dici­pline to fol­low them, the sup­port to be able to withs­tand the per­iods of sca­ricty and bene­fit from the times of abun­dance. The deter­mi­na­tion to fail and fail again without let­ting go of hope, and the deter­mi­na­tion to pay the price that was asked from what resourses I could find.)


Un petit plai­sir — quo­ti­dien ou non ?  A small plea­sure — daily or not ?

B : Je suis en train d’apprendre… le plai­sir et l’importance du silence dans mon quo­ti­dien. Ce vide entre deux rêves, qui fina­le­ment est le cata­ly­seur d’un dia­logue entre Blake et moi quand on crée une œuvre com­mune. Il ne nous faut pas d’explications.

Bl : Apprendre quelque chose de nou­veau qui va nour­rir l’imagination, ou ajou­ter à ma connais­sance du com­por­te­ment humain, phy­co­lo­gie, science et tech­no­lo­gie.  Je suis un accro des confé­rences TED [Les confé­rences TED sont une série de confé­rences orga­ni­sées au niveau inter­na­tio­nal par la fon­da­tion à but non lucra­tif nord-américaine The Sapling foun­da­tion, ndt ] et de documentaire.org [L’Association inter­na­tio­nale du docu­men­taire (IDA) se consacre à la construc­tion et au ser­vice d’une culture docu­men­taire flo­ris­sante, ndt ]. Médi­ta­tion quo­ti­dienne pour cal­mer l’esprit et célé­brer le moment. Quelques heures de diver­tis­se­ment gra­tuit livrées par Net­flix. (Learn some­thing new that will feed the ima­gi­na­tion, or add to my know­ledge of human beha­viour, phy­co­logy, science and tech­no­logy. I am a TED talk and documentary.org adi­cit. Daily medi­ta­tion to quiet the mind and cele­brate the moment. Some hours of mind­less enter­tainlment deli­ve­red by Netflics.)


Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres artistes/sculpteurs ?  What do you think of other artists / sculptors ?

B : Moi… l’art est un miroir. Je crée pour guérir.

Bl : J’admire tant d’artistes vivants et pas­sés. Et je me sens sou­vent ins­piré et impres­sionné par leur ima­gi­na­tion et leur com­pé­tence tech­nique. Ces maîtres nour­rissent mon désir et ma déter­mi­na­tion à pour­suivre, et à apprendre d’eux, même dans les cas où je n’aime pas vrai­ment leur pro­duc­tions artis­tiques. (I am in admi­ra­tion of so many artists both alive and past. And often and myself ins­pi­red and awed by their ima­gi­na­tion and tech­ni­cal com­pe­tence. These mas­ters feed my desire and set my deter­mi­na­tion to fol­low, and learn from them, even in the cases where I do not really like their art work.)


Quelle est la pre­mière image qui vous inter­pella ?  What is the first image that chal­len­ged you ?

B : Ça, c’est une bonne ques­tion.… le monde vu du ciel. Ma mère était pilote et j’ai passé beau­coup de temps à l’age de 4 ou 5 ans avec elle en avion. En matière d’art la Mag­da­lena de Dona­tello, et Lucre­tia de Rem­brandt sont des images qui me blessent encore main­te­nant. Puis j’ai trouvé une libé­ra­tion dans le tra­vail de Lau­rie Ander­son. J’aurais aimé jouer aux échecs avec Mar­cel Duchamps à Cadaqués.

Bl : Mar­chel Duchamp « La Mariée » vu à New York en 1966. Les Marbres d’Elgin vus lors de ma pre­mière visite à Londres en 1972. (Mar­chel Duchamp “The Bride” seen in New York in 1966. The Elgin Marbles vie­wed on my first visit to Lon­don in 1972.)


Et votre pre­mière lec­ture ?  And your first reading ?

B : Le Livre de la Jungle, Le Petit Prince, Edgar Allen Poe, Lord Byron et Car­tas de Amor et Obras Ele­men­tales de Pablo Neruda, Les Vies des meilleurs peintres, sculp­teurs et archi­tectes de Vasari.

Bl : Il y a eu d’innombrables livres qui m’ont ins­piré et ensei­gné. L’un des pre­miers qui, je crois, m’a impres­sionné en termes de liberté d’imagination et d’originalité, est Un can­tique pour Lei­bo­witz  [roman de science-fiction post-apocalyptique de l’auteur amé­ri­cain Wal­ter M. Mil­ler, paru aux États-Unis en 1960 et publié en France en 1961]  que j’ai lu en 1969. Là a com­mencé mon amour pour la Science Fic­tion, m’inspirant à essayer de regar­der vers l’avenir. Le livre qui a le plus influencé mon art est Trans­gres­sions : les offenses de l’artd’Anthony Julius, 1ère édi­tion 2003. (There have been count­less books that have ins­pi­red and taught me, one of the first that, I believe impres­sed me in terms of ima­gi­na­tive licence and ori­gi­na­lity,  is A Can­ticle for Lei­bo­witz, which I read in 1969 and there began my love of Science Fic­tion, ins­pi­ring me to try to look into the future. The book that most signif­cantly influen­ced my art is “Trans­gres­sions: The Offences of Art” by Anthony Julius, 1st edi­tion 2003.)


Quel est le livre que vous aimez relire ? What is the book you like to read again?

B : -The Science of Being and the Art of Living [La Science de l’Etre et l’Art de Vivre, ndt]  de Maha­ri­shi Mahesh Yogi —  Silence : Lec­tures and Wri­tingsSilence: Confe­rences et écritsndt] by John Cage.

Bl : Un grand nombre d’entre eux, si seule­ment j’avais le temps, car il y a trop de nou­veaux livres sur ma liste d’attente. (A great many of them, if only I had the time, as there are too many new books on my wai­ting list.)


Quelles musiques écoutez-vous ?  What music do you lis­ten to ?

B : J’aime tout ! Mon­te­verdi, Bar­bara Strozzi, Brahms, Phil­lip Glass, Pat Matheny, Brian Eno, Jon Has­sel…. The Pla­teau of Mir­ror. John Cage et David Tudor. Schoen­berg, Jan Gar­ba­rek, même la bachata, le fla­menco et le reg­gae !….
Tout dépend de la journée.

Bl : Il est plus facile de men­tion­ner ce que je n’écoute pas : cer­tains longs opé­ras comme Wag­ner et le Free Jazz, que je ne sens pas avoir la com­pé­tence musi­cale de com­prendre et d’apprécier. (It is easier to men­tion what I do not lis­ten to : Some long Opera such as Wag­ner and Free Jazz, which I do not feel that I have the musi­cal com­pe­tance to unders­tand and the­reby appreciate.)


Quel film vous fait pleu­rer ?  Which movie makes you rain ?

B : At Eternity’s Gate [A la porte de l’éternité, ndt ]- Julian Schnable

Bl : Mon monde se déploie avec les his­toires mer­veilleuses et sen­sibles qui racontent, avec des émo­tions vives, même un petit frag­ment de notre condi­tion humaine. (My world rains with the many won­der­ful, sen­si­tive sto­ries that recount, with vivid emo­tion, even a small frag­ment of our human condition)


Quand vous vous regar­dez dans un miroir qui voyez-vous ? When you look in a mir­ror who do you see ?

B : C’est exac­te­ment ce que je demande à cette per­sonne qui me regarde… “Qui êtes-vous et qu’est-ce  que vous avez fait à Boky ? »

Bl : Après de nom­breuses années de médi­ta­tion, et beau­coup de thé­ra­pie, j’ai appris à regar­der la per­sonne à l’intérieur de l’homme dans le miroir. La psy­cho­lo­gie sous cet homme est deve­nue la base de la col­lec­tion de sculp­ture que j’ai com­mencé en 2011 et que Boky et moi avons co-créée depuis 2013. Nous incluons sou­vent une cita­tion de Carl Jung sur le mur des expo­si­tions : « Qui regarde dehors, rêve. Qui regarde à l’intérieur, se réveille.“
C’est un homme qui essaie de faire des miracles et qui a appris à défi­nir le suc­cès comme :« La capa­cité de pas­ser de l’échec à l’échec sans perte d’enthousiasme », Wins­ton Chur­chill. (After many years of medi­ta­tion, and a good deal of the­rapy, I have learnt to look for the per­son within the man in the mir­ror. The psy­cho­logy beneath that man has become the basis of the col­lec­tion of sculp­ture that I began in 2011 and that Boky and I have been co-creating since 2013. We often include a quote from Carl Jung on the wall of the exhi­bits: “Who looks out­side, dreams. Who look inside, awakes. He is a man trying to create miracles and has learnt to define suc­cess as“The abi­lity to move from fai­lure to fai­lure without loss of enthu­siasm.” Wins­ton Churchill.)


A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?  Who have you ever dared to write to ?

B : Je n’ai jamais eu peur d’écrire à quelqu’un.

Bl : Chaque lettre que j’écris à une gale­rie pour deman­der une expo­si­tion est une lutte. Au début de ma car­rière, j’ai en fait recou­vert mon mur de salle de bain avec chaque lettre de rejet que j’ai reçu, mon objec­tif était de rece­voir 101 lettres de refus. Aujourd’hui, je ne suis pas aussi cou­ra­geux et je com­mu­nique rare­ment avec les gale­ries sans un contact préa­lable ou une invi­ta­tion à poser ma can­di­da­ture. (Each let­ter I write to a gal­lery asking for repre­sen­ta­tion is a struggle. At the begin­ning of my career I actually pape­red my bathroom wall with every rejec­tion let­ter that I recei­ved, my objec­tive was to receive 101 let­ters of disap­point­ment. Today I am not so brave and now rarely contact gal­le­ries without an intro­duc­tion or invi­ta­tion to apply.)


Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?  Which city or place has myth value for you ?

B : Chi­chi­cas­te­nango au Guatemala.

Bl : Paris, Rome et Ephèse (Paris, Rome and Ephesus).


Quels sont les artistes et écri­vains dont vous vous sen­tez le plus proche ? Which artists do you feel clo­sest to?

B : Lau­rie Ander­son, John Cage, Mar­cel Duchamps, Ste­phen De Stae­bler, Gia­co­metti et Bar­bara Hepworth.

Bl : Les artistes en tête de ma liste ont changé avec le temps. Au début de ma car­rière artis­tique, les plus impor­tants, et ceux que je sen­tais très proches en tant que men­tors, étaient : Jean-Baptiste Car­peaux (1827–1875), Auguste Rodin (1840–1917), Aimé-Jules Dalou (1838 –1902), and Jean-Antoine Hou­don (1741 — 1828). Avec l’évolution de mon tra­vail, j’ai trouvé que les sculp­teurs énu­mé­rés ci-après étaient plus inté­res­sants pour moi bien que je ne suis pas sûr que je me sente plus proche d’eux : Henri-Robert-Marcel Duchamp, (1887, 1968), Louise Bour­geois (1911 — 2010) et Joseph Beuys (1921 — 1986). Une influence majeure, et le seul sculp­teur « moderne ou contem­po­rain » dont j’aurais pu être proche, est Ste­phan De Stae­bler (1933 — 2011). (The artists that top my list have chan­ged over time. Early in my artis­tic career, the most impor­tant, and those that I felt very close to as men­tors were :  Jean-Baptiste Car­peaux (1827–1875), Auguste Rodin (1840–1917), Aimé-Jules Dalou (1838 –1902), and Jean-Antoine Hou­don (1741 — 1828). With the evo­lu­tion in my work I found that the sculp­tors lis­ted below were more inter­es­ting to me although I am not sure that I feel clo­ser to them. Henri-Robert-Marcel Duchamp, (1887, 1968), Louise Bour­geois (1911 — 2010) and Joseph Beuys (1921 — 1986).
A major influence, and the only “modern or contem­po­rary” sculp­tor that I feel I could have been close to is, Ste­phan De Stae­bler (1933 — 2011).)


Qu’aimeriez-vous rece­voir pour votre anni­ver­saire ?

B : Du temps… une cen­taine d’années encore et des jour­nées plus longues.

Bl : Un spec­tacle de musée. (A museum show.)


Que défendez-vous ?
B : Les droits de l’Homme, des femmes, des enfants, des ani­maux. Je défends la justice.

Bl : Quelle ques­tion inté­res­sante !  Je défends la “figure”. Notre espèce, depuis la période du Paléo­li­thique infé­rieur (2.500.000 — 200.000 AEC– Avant l’ère com­mune), a déve­loppé le com­por­te­ment sym­bo­lique, qui désigne le fait de sculp­ter une repré­sen­ta­tion de la figure humaine. Avec cette his­toire comme fon­de­ment, un des objec­tifs de mon tra­vail est de faire avan­cer la figure dans le 21ème siècle, de créer une manière de repré­sen­ter la figure qui est une repré­sen­ta­tion phy­sique exacte, tout en étant aussi ori­gi­nale que pos­sible et de notre temps.
La repré­sen­ta­tion « moderne » et « contem­po­raine » de la sculp­ture figu­ra­tive a abs­trait la figure et l’idée de la figure ad infi­ni­tum. J’ai choisi de créer une approche dif­fé­rente, d’abord en ne repré­sen­tant qu’une figure « par­tielle », qui exige que le spec­ta­teur com­plète l’image, puis en ouvrant la figure pour inci­ter le spec­ta­teur à regar­der à l’intérieur. Ainsi, le public sera confronté à une repré­sen­ta­tion de la figure qui, je crois, reflète notre société d’aujourd’hui. À cette fin, je tente d’aider à l’évolution de la figure en y incluant les aspects psy­cho­lo­giques et phi­lo­so­phiques de notre temps : une sorte de “zeit­geist” [Le Zeit­geist [ˈʦaɪ̯tˌɡaɪ̯st] est une notion emprun­tée à la phi­lo­so­phie alle­mande signi­fiant lit­té­ra­le­ment « l’esprit du temps », au sens d’« esprit de l’époque », uti­li­sée notam­ment dans la phi­lo­so­phie de l’histoire et la psy­cho­lo­gie, ndt]

(What an inter­es­ting ques­tion ! I am defen­ding the “figure”. Our spe­cies, since the Lower Paleo­li­thic per­iod (2,500,000 — 200,000 BCE), has been invol­ved in sym­bo­lic beha­viour, which includes, sculp­ting a repre­sen­ta­tion of the human figure. With this his­tory as a foun­da­tion, one of the objec­tives of my work is to advance the figure into the 21st cen­tury, to create a man­ner of repre­sen­ting the figure that is an accu­rate phy­si­cal repre­sen­ta­tion, while being as ori­gi­nal as pos­sible and of our time.
The “modern” and “contem­po­rary” repre­sen­ta­tion of figu­ra­tive sculp­ture abs­trac­ted the figure and the idea of the figure ad infi­ni­tum. I choose to create a dif­ferent approach, first, by por­traying only a “par­tial” figure, that requires the vie­wer to com­plete the image, and then ope­ning the figure to incite the vie­wer to look within. Thus, the audience will be pre­sen­ted with a repre­sen­ta­tion of the figure that I believe reflects our society today. To this end I attempt to assist in the evo­lu­tion of the figure to include the psy­cho­lo­gi­cal and phi­lo­so­phi­cal aspects of our time and zeitgeist.)


Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
B : Je trouve que c’est assez néga­tif, en fait. Bien sûr, il y a le roman­tisme de l’amour négligé comme étant la seule et unique vérité dans l’amour. Je trouve que l’amour peut aussi être intense quand on le voit sous une lumière posi­tive, comme par exemple, satis­faire les besoins de l’autre, phy­si­que­ment et émo­tion­nel­le­ment. Essayons de chan­ger la phrase. Que je ne don­ner pas ce que j’ai à quelqu’un qui le veut mène à la seule conclu­sion pos­sible que je ne l’aime pas, en fait, car je ne suis pas inté­res­sée par ce par­tage. En don­nant à quelqu’un qui peut nous le refu­ser, nous ris­quons beau­coup. Cherchons-nous à être recon­nus ? Sommes-nous aimés ? Sommes-nous recon­nus ? Sommes-nous remar­qués ? Existons-nous ? Il y a cette hor­rible ques­tion qui nous hante éter­nel­le­ment : « Est-ce que tu m’aimes? » Et si nous n’étions pas dési­rés de la même façon que nous dési­rons l’autre ? L’amour est bien plus que le roman­tisme dans le sui­cide ! Pour­tant, dans mon tra­vail, il y a le drame et la tra­gé­die. C’est une drôle de dicho­to­mie… Il va fal­loir que j’y réfléchisse !

(I find it quite nega­tive, in fact. Of course, there is the roman­ti­cism of dere­lict love being the one and only truth in love. I find love can be just as intense when seen in a posi­tive light, such as ful­filling each other’s needs, phy­si­cally and emo­tio­nally. Let’s try tur­ning the sen­tence around. I won’t give what I have to someone who wants it leads to the only pos­sible conclu­sion that I do, in fact, not love them, as I am not inter­es­ted in sha­ring. In giving to someone who may refuse us we risk a lot. Are we see­king recog­ni­tion ? Are we loved ? Are we reco­gni­zed ? Are we noti­ced ? Do we exist ? There is that hor­rible ques­tion eter­nally loo­ming over our heads: ”Do you love me ?”. What if we are not desi­red in the same way that we desire the other ? Love is so much more than the roman­ti­cism in sui­cide ! Still, in my work, there is drama and tra­gedy. It’s a funny dicho­tomy… I’m going to have to think about that !)

Bl : La contem­pla­tion de cette phrase m’amène à une par­tie de mon tra­vail que je ne com­prends pas entiè­re­ment mais que j’accepte comme vraie. Je n’aime pas prendre pos­ses­sion de ma sculp­ture, ma pièce pré­fé­rée est celle sur laquelle je tra­vaille en ce moment, et une fois ter­mi­née, elle sera rem­pla­cée par la sui­vante sur laquelle je tra­vaille. Je sens rare­ment que le tra­vail est à moi, bien que je puisse le créer pour moi-même, une fois ter­miné, je ne veux pas le gar­der ou le pos­sé­der. Je crois qu’il vaut mieux lais­ser ça à quelqu’un d’autre, quelqu’un qui l’apprécie. Il y a un sens d’humilité dans cette atti­tude que j’aime en moi, bien qu’elle conduise à la ten­dance auto­des­truc­trice que j’ai de don­ner le fruit de mon tra­vail. J’ai du mal à gar­der le tra­vail que je crée, et j’ai beau­coup de plai­sir à m’en sépa­rer, peut-être cela reflète-t-il les émo­tions para­doxales aux­quelles Lacan fait référence.

(Contem­pla­tion of this phrase brings me to a part of my work that I do not enti­rely unders­tand but accept as true. I do not like to take owner­ship of my sculp­ture, my favou­rite piece is the one that I am wor­king on at the moment, and once fini­shed will be repla­ced by the next one I am wor­king on. I rarely feel that the work is mine, although I might create it for myself, once com­plete I do not wish to keep it or own it. I believe that it is best left with someone else, someone who shows appre­cia­tion for it. There is a sense of humi­lity within this atti­tude that I like in myself, although it leads to the self-destructive ten­dency that I have of giving the work away. I struggle with kee­ping the work that I create, and take great joy in par­ting with it, per­haps this mir­rors the para­doxi­cal emo­tions that Lacan is refer­ring to.)

Que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?
B : Pas grand chose….

Bl : …

Quelle ques­tion ai-je oublié de vous poser ?
B : Les chefs d’État souf­frant de l’effet autruche ou d’un état men­tal Nor­malcy Bias, , bénéficieraient-ils, dans un pays confronté à un désastre finan­cier immi­nent, des conseils d’un Gestalt-thérapeute ? Non. (Would the heads of state suf­fe­ring from the Ostrich Effect or a men­tal state of Nor­malcy Bias, in a coun­try facing immi­nent finan­cial disas­ter, bene­fit from a Ges­talt the­ra­pist? No.)

Bl : Quel conseil donneriez-vous à un jeune ? Dites la vérité chaque fois que vous le pou­vez. (What one piece of advice would you give a young per­son ? Speak the truth whe­ne­ver you pos­sible can.)

Pro­pos recueillis et tra­duits par fre­de­ric grol­leau pour lelitteraire.com le 5 juillet 2019.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article