Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Il nome della rosa è una serie TV" ("Le Nom de la rose" devient une série TV)

Publié le 3 Mars 2019, 11:34am

Catégories : #Echos d'Italie

"Il nome della rosa è una serie TV" ("Le Nom de la rose" devient une série TV)

La Reppublica - R. it/Serie

'Il nome della rosa' è una serie tv. Turturro: "Il Medioevo attualissimo di Eco"

In onda dal 4 marzo su Rai1 l'attesissima serie con l'attore nei panni di Guglielmo da Baskerville, Rupert Everett, Greta Scarano, Fabrizio Bentivoglio

di SILVIA FUMAROLA
28 febbraio 2019

La parola più usata è "attuale", anche se la storia è ambientata nel Medioevo. Perché Il nome della rosa, il libro di Umberto Eco diventato serie con la regia di Giacomo Battiato (dal 4 marzo su Rai1), contiene "infiniti temi  da esplorare" dice John Turturro "la filosofia, la politica, la repressione delle donne. Bisogna solo entrarci dentro".
Medioevo spettacolare e kolossal (26 milioni di euro), con Guglielmo da Baskerville che perde la curiosità del detective (Sean Connery nel film di Jean Jacques Annaud) e con Turturro diventa un intellettuale curioso,  un maestro di quelli che s'incontrano una volta nella vita. "Non esistono uomini come Guglielmo, lo è stato Eco per i suoi studenti" dice Turturro.

Il nome della rosa , la serie tv su Rai 1 - clip

Nella serie - come nel libro - è dotato di un'intelligenza e una capacità di osservazione fuori dal comune,  in grado di leggere la realtà come un libro aperto, affidandosi a un approccio scientifico e al proprio infallibile metodo deduttivo. Sebbene sia un uomo di fede del Medioevo, in contrasto col suo tempo, cerca sempre la spiegazione  più logica e razionale. La sua fama lo precede e per questo l'Abate gli affida l'indagine sui delitti nell'abbazia benedettina circondata dalle montagne innevate, dove avvengono una serie di delitti.
"Non avevo letto il libro" racconta Turturro "quando mi hanno proposto il progetto l'ho letto e riletto. L'ho trovato bellissimo. Ho scoperto un mondo straordinario. Il nome della rosa racconta un mondo pieno di elementi estremamente  attuali; è stata una grandissima esperienza. Sono rimasto commosso dalla riuscita e dalla grandiosità del progetto. Non ho visto il film di Annaud con Sean Connery, a casa da ragazzino avevo il pupazzo di James Bond".

Bentivoglio: come dice Papa Francesco, la povertà ci fa ancora arrossire

(...) Il nome della rosa made in Cinecittà è stato venduto in tutto il mondo, e andrà in onda sulla Bbc in prima serata. "L'impresa non è stata delle più semplici" confessa Battiato. "Il nome della rosa non è un romanzo, ma è un grande libro. C'è tutto, c'è la storia, la filosofia, si parla di amore, del ruolo della donna, di terrorismo e di conoscenza.  Il problema era trasformare tutto questo non in una lezione ma in azione. In immagini".  [...]

---
traduction :

Le Nom de la rose devient une série tv. Turturro: "Le Moyen Âge actuel d'Eco"
A l'antenne à partir du le 4 mars sur Rai 1 la série attendue avec l'acteur dans les pas de Guillaume de Baskerville, Rupert Everett, Greta Scarano et Fabrice Bentivoglio.

par SILVIA FUMAROLA
le 28 février 2019

Le mot qui revient le plus est "actuel", même si l'histoire se déroule pendant le Moyen Âge. Parce que Le Nom de la rose, le livre d'Umberto Eco devenu série TV sous la réalisation de Giacomo Battiato, depuis le 4 mars sur Rai 1, contient d'infinis sujets à explorer affirme John Turturro tels que "la philosophie, la politique, la répression des femmes".
Il suffit seulement, pour y avoir accès, d'entrer à l'intérieur de l'ouvrage. Un Moyen Âge spectaculaire et colossal (26 millions d'euros de budget), avec Guillaume de Baskerville qui perd la curiosité du détective (Sean Connery  dans le film de Jean Jacques Annaud) pour devenir avec Turturro un intellectuel curieux, un maître de ceux qu'on ne rencontre qu'une fois dans la vie. "IL n'existe pas d'hommes comme Guillaume, c' était Eco le pour ses étudiants" dit Turturro.

Le nom de la rose , la série tv sur Rai 1 clip

Dans la série - comme dans le livre - il est doué d'une intelligence et d'une capacité d'observation hors du commun, capable de lire la réalité comme un livre ouvert, en se fiant à une approche scientifique et une méthode déductive vraiment infaillible. Quoiqu'il soit un homme de foi du Moyen Âge, en contraste avec son temps, il recherche toujours l'explication la plus logique et rationnelle. Sa réputation le précède et c'est pour cela que l'abbé lui confie l'enquête sur des meurtres dans une abbaye bénédictine  entourée par les montagnes enneigées, où vient d'arriver toute une série de meurtres.
"Je n'avais pas lu le livre" raconte Turturro, "quand ils m'ont proposé le projet je l'ai lu et relu. Je l'ai trouvé très beau. J'ai découvert un monde extraordinaire. Le nom de la rose raconte un monde plein d'éléments extrêmement actuels. Cela a été une grande expérience. Je suis resté ému de la réussite et de la splendeur du projet. Je n'ai pas vu le film d'Annaud avec Sean Connery, dans ma maison de gamin j'avais la marionnette de James Bond."

Bentivoglio: comme dit le Pape Francesco, la pauvreté nous fait encore rougir.

(...) Ce Nom de la rose made in Cinecittà a été vendu dans le monde entier, et il sera diffusé sur la BBC en première partie de soirée. "L'entreprise n'a pas été des plus simples" reconnaît Battiato. "Le Nom de la rose n'est pas un roman mais un grand livre. Il y a tout, il y a l'histoire, la philosophie, on y parle d'amour, du rôle de la femme, du terrorisme et de la connaissance. Le problème était transformer tout ceci non sous forme de leçon mais d'action. En images." [...]

frederic grolleau

lire la suite de l'article en italien ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article