Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


 "Peut-on obéir librement ?" (terminale technologique)

Publié le 19 Février 2019, 15:16pm

Catégories : #Philo (textes - corrigés)

 "Peut-on obéir librement ?" (terminale technologique)
 
 
On oppose souvent la liberté à l’obéissance. Celle-ci suppose qu’on se soumette à un autre ; celle-là implique que l’on agisse par soi-même, de sorte qu’il semble absurde de penser qu’on peut obéir librement.
Pourtant, s’il est vrai que nous sommes libres, n’est-ce pas non plus librement que nous obéissons ? Ou bien faudrait-il distinguer plusieurs formes d’obéissance ?
Nous pouvons donc nous demander à quelles conditions il serait possible d’obéir librement.
La liberté s’oppose-t-elle toujours à la contrainte ? N’obéit-on pas librement lorsqu’on suit sa raison ? La liberté n’implique-t-elle pas plutôt qu’on choisit toujours librement ?
 
L’obéissance semble s’opposer à la liberté dans la mesure où elle apparaît comme une contrainte, c’est-à-dire qu’elle s’oppose à ce que nous désirons faire directement ou indirectement. Aussi la liberté apparaît-elle comme l’absence de contraintes. Si par exemple je suis enchaîné au fond d’un cachot, il est clair que je suis contraint. Et on dira avec raison que je ne suis pas libre. Il en va de même si j’agis sous la menace. Elle est une contrainte mentale en ce sens où c’est l’appréhension d’un mal à venir qui me fait obéir. En ce sens, il n’y a aucune condition qui permet d’obéir librement. N’obéit-on pas librement aux lois ?
Les lois sont des obligations, c’est-à-dire qu’il semble que c’est librement qu’on y obéit parce qu’on estime qu’elles sont bonnes. Pourtant elles apparaissent nécessairement comme des contraintes lorsqu’elles sont accompagnées de la possibilité de sanctions ou de réparations en cas de transgressions. À l’inverse, le droit apparaît comme liberté dans la mesure où il ouvre une possibilité d’action. On nomme donc les droits des libertés, comme celui de travailler, de voyager, etc. On peut donc penser avec Hobbes dans le Léviathan(1651) que la loi s’oppose au droit comme la liberté à la contrainte. Obéir librement apparaît de prime abord impossible dans toutes les conditions.
Pourtant, il arrive qu’on résiste à la contrainte. Mieux ! Des hommes bravent le danger au nom même de la liberté comme la Révolutionfrançaise l’a montré. N’est-ce pas la preuve que même l’obéissance est libre ?
 
En effet, l’absence de contrainte ne suffit pas pour définir la liberté. Un ruisseau qui coule, un oiseau qui vole, un cheval qui court dans la prairie n’ont pas de contraintes. Pourtant, ils ne décident pas de ce qu’ils font. La liberté réside bien plutôt dans l’action qu’on décide. Or, lorsque nous suivons notre désir, nous ne choisissons pas vraiment. En effet, le désir ne dépend pas de nous. C’est bien plutôt lorsque nous agissons à partir de notre raison que nous sommes véritablement libres puisque la raison est ce qui définit l’homme. Qu’est-ce à dire ? C’est à moi-même que j’obéis, autrement dit, la liberté est autonomie au sens étymologique de se donner à soi-même sa propre loi.
D’un point de vue politique, être libre, c’est obéir à la loi qu’on s’est donnée et c’est pour cela qu’on peut dire avec Du contrat social (1762) de Rousseau qu’en république, les citoyens sont libres dans la mesure où ils décident en commun de la loi, à savoir d’une obligation qui s’applique à tous. Chacun alors agit en commun avec les autres ou au moins sans nuire aux autres et sans que les autres puissent lui nuire. À l’inverse, obéir au tyran qui nous menace, c’est être contraint puisqu’on obéit à un autre. Lorsque la loi n’est pas la même pour tous, il n’y a pas d’obéissance libre possible.
D’un point de vue moral, l’homme est libre lorsqu’il obéit à la loi de la raison, c’est-à-dire que ce qu’il veut peut l’être par tous les hommes. Et s’il y a bien obéissance, c’est que souvent notre désir va à l’encontre de notre raison d’où cette impression de contrainte. À l’inverse, qui n’obéit qu’à ses désirs y est soumis et ne peut que se sentir l’esclave de lui-même.
Cependant, lorsque nous allons à l’encontre de notre raison, lorsque nous transgressons des lois que nous approuvons, c’est bien nous qui le décidons sans quoi nous ne pourrions être jugés responsables, voire coupables. Dès lors, n’est-ce pas toujours qu’on obéit librement ?
 
C’est qu’au fond la liberté réside dans le choix, plus exactement dans l’autonomie du choix pour parler comme Sartre dans L’être et le néant (1943). Par là il faut entendre que notre choix n’est déterminé par aucune cause extérieure ou intérieure. La chose ou l’animal n’est pas libre en ce sens car l’un est déterminé par des causes extérieures et l’autre par son instinct.
Il est vrai que l’expérience morale nous montrant notre capacité à rejeter le désir au nom de la raison nous permet de savoir que nous sommes libres. Comme Kant l’illustre dans la Critique de la raison pratique (1788), si tout désir peut être vaincu par la peur de mourir, cette dernière peut être vaincue par l’exigence de faire le bien.
Reste que le criminel choisit tout aussi librement de faire le mal. Non pas d’ailleurs qu’il choisisse le mal pour le mal, mais il affirme la validité de son intérêt particulier contre l’universel. Il se choisit en tant que particulier contre l’universalité de la raison. Et le crime ne va pas sans risque. Il faut donc aussi vaincre la peur. Il y a donc là aussi un choix authentique. Même celui qui a peur et qui agit en fonction d’elle, choisit de se laisser dominer, car, il lui est toujours possible de décider de lutter jusqu’à la mort. Il est vrai qu’il y a des combats perdus d’avance. Mais que des hommes s’y engagent, qu’ils mettent plus haut leur liberté que leur vie, ne montre-t-il pas que le choix de la vie est également un choix ?
Dès lors, qu’on obéisse à la loi morale, à la loi juridique ou qu’on obéisse par peur, c’est toujours librement qu’on obéit. Seule la mauvaise foi, c’est-à-dire la décision de ne pas se penser comme libre, permet de choisir tout en prétendant avoir été contraint.
 
En un mot, il apparaissait contradictoire d’obéir librement. Toutefois, on a vu que la simple absence de contraintes sur quoi repose cette contradiction est insuffisante pour définir la liberté. Il est apparu alors possible d’obéir librement à la condition d’obéir à sa raison. Mais finalement, quelle que soit la condition, obéir, c’est choisir la règle qu’on se donne de sorte qu’on peut parce qu’il n’est pas possible autrement obéir librement.
 
source : http://laphilodeluxe.blogspot.com/2015/03/la-liberte-une-dissertation-terminale.html 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article