Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"L’appartamento" di Billy Wilder, Natale e Capodanno con Jack Lemmon e Shirley MacLaine (“La Garçonnière” de Billy Wilder, le Noël et le Jour de l’an avec Jack Lemmon et Shirley MacLaine)

Publié le 3 Décembre 2018, 17:38pm

Catégories : #Echos d'Italie, #Philo & Cinéma

"L’appartamento" di Billy Wilder, Natale e Capodanno con Jack Lemmon e Shirley MacLaine (“La Garçonnière” de Billy Wilder, le Noël et le Jour de l’an avec Jack Lemmon et Shirley MacLaine)

La Repub­blica/ R.it / Cinema

L’appartamento di Billy Wil­der, Natale e Capo­danno con Jack Lem­mon e Shir­ley MacLaine

Torna in sala la com­me­dia capo­la­voro del regista di ‘A qual­cuno piace caldo’, in ver­sione res­tau­rata.
Un viag­gio malin­co­nico e lucido nel mondo degli impie­gati anni Ses­santa di New York con una cop­pia stre­pi­tosa e un atto d’accusa al per­be­nismo della società americana

di CHIARA UGOLINI
02 dicembre 2018

Il 1° novembre 1959 la popo­la­zione di New York ammon­tava a 8.042.783. Met­ten­doli tutti dis­tesi uno dopo l’altro, cal­co­lando un’altezza media di 1,68 mt andreb­bero da Times Square fino alla per­ife­ria di Kara­chi in Pakis­tan. Conosco questi dati per­ché lavoro per una società di assi­cu­ra­zioni, la nos­tra sede cen­trale conta 31.259 impie­gati, un numero super­iore all’intera popo­la­zione di Nat­chez, Mis­sis­sippi”.
Ma di questi 31.259 ce ne sono quat­tro che ren­dono la vita vera­mente impos­si­bile a C. C. Bax­ter. Inizia così L’appartamento, la com­me­dia capo­la­voro di Billy Wil­der che firma un film che è allo stesso tempo un atto d’accusa alla società consu­mis­tica e puri­tana ame­ri­cana e una stre­pi­tosa para­bola di ribel­lione dell’uomo qua­lunque alla pre­po­tenza del potere. Res­tau­rato in 4K nel 2018, il film arriva nelle sale ita­liane gra­zie al pro­getto della Cine­teca di Bolo­gna per la dis­tri­bu­zione del clas­sici res­tau­rati, Il Cinema Ritro­vato. Al cinema. a par­tire da lunedì, un’occasione per rive­dere nella magia del grande schermo quel bianco e nero così potente.

C.C. Bax­ter è Jack Lem­mon, gio­vane impie­gato di una grande azienda assi­cu­ra­trice che spera di far car­riera, è affi­da­bile, spesso lavora fino a tardi e sogna una pro­mo­zione ma la sua dedi­zione e il suo impe­gno non sono la strada giusta, è il suo pic­colo ma confor­te­vole appar­ta­mento da sca­polo (“niente di stra­va­gante, inten­dia­moci, ma confor­te­vole”) a pochi passi da Cen­tral Park la chiave, let­te­ral­mente, per la sua sca­lata sociale.
Uno dopo l’altro col­le­ghi più in alto nella scala gerar­chica gli chie­dono di pres­tar loro l’appartamento per poterci por­tare le ragazze conos­ciute in un bar o al cen­tra­lino dell’azienda fin­ché la tresca viene sco­perta dal capo del per­so­nale e… da lui stesso sfruttata.

Ricordo molto, molto bene come è nato L’appartamento — rac­con­tava il regista ame­ri­cano di ori­gini polacche, arri­vato a Hol­ly­wood nel ’33 per sfug­gire a Hit­ler — Vidi Breve incon­tro di David Lean, e nel film Tre­vor Howard era il pro­ta­go­nista. Un uomo spo­sato ha una rela­zione con una donna spo­sata, e usa l’appartamento di un com­pa­gno per i suoi scopi sessuali.

Sono sempre stato convinto che l’amico di Tre­vor Howard, che appare solo in una o due pic­cole scene e che torna a casa e si getta sul letto caldo che gli amanti hanno appena las­ciato, potesse essere un per­so­nag­gio molto inter­es­sante. Presi qualche appunto, e anni dopo, dopo aver finito A qual­cuno piace caldo, vole­vamo fare un altro film con Jack Lem­mon. Mi capitò tra le mani quella nota, e ci met­temmo a par­lare del per­so­nag­gio, inco­min­ciammo la strut­tura, attac­cammo con i tre atti, gli altri per­so­naggi; e ela­bo­rammo lo schema, e quando avemmo abbas­tanza mate­riale allora lo pas­sammo a Mr. Lem­mon e a Wal­ter Mirisch e alla Uni­ted Artists”.
A questo spunto si aggiunse poi un fatto di cro­naca di quell’epoca, un agente che aveva una rela­zione con una cliente venne ucciso dal marito della donna, ma ciò che colpì Wil­der e il suo cos­ce­neg­gia­tore I.A.L. Dia­mond era che lui stava usando l’appartamento di uno dei suoi sot­to­posti all’agenzia. […]


tra­duc­tion : 

La Gar­çon­nière de Billy Wil­der, le Noël et le Jour de l’an avec Jack Lem­mon et Shir­ley MacLaine

La comé­die chef-d’oeuvre du met­teur en scène de Cer­tains l’aiment chaud revient en salles en ver­sion res­tau­rée.
Un voyage mélan­co­lique et brillant dans le monde des employés des années soixante à New York avec un couple reten­tis­sant et une dénon­cia­tion de la pudi­bon­de­rie de la société américaine

par CHIARA UGOLINI
le 02 décembre 2018

Le 1er novembre 1959 la popu­la­tion de New York se mon­tait à 8.042.783 habi­tants. En les met­tant tous allon­gés les uns à la suite des autres, en cal­cu­lant une hau­teur moyenne de 1 mètre 68 pour­chaun, ils iraient de Times Square jusqu’à la la ban­lieue de Kara­chi au Pakis­tan. Je connais ces don­nées parce que je tra­vaille pour une société d’assurances, notre siège social compte 31 259 employés, un numéro supé­rieur à la popu­la­tion entière de Nat­chez, Mis­sis­sippi.“
Mais de ces 31 259 employés il en est quatre qui rendent la vie vrai­ment impos­sible à C. C. Bax­ter. Ainsi com­mence La Gar­çon­nière, la comé­die chef-d’oeuvre de Billy Wil­der qui signe là un film qui est en même temps une dénon­cia­tion de la société (puri­taine et de consom­ma­tion) des Etats-Unis. Ainsi qu’une para­bole reten­tis­sante de la rébel­lion d’un homme ordi­naire contre l’arrogance du pouvoir.

Res­tauré en 4K en 2018, le film arrive dans les salles ita­liennes grâce au pro­jet de dis­tri­bu­tion des clas­siques res­tau­rés de la Ciné­ma­thèque de Bologne, Le Cinéma Retrouvé. Au cinéma. A par­tir de lundi, une occa­sion pour revoir sur la magie du grand écran ce blanc et noir si puissant.

C.C. Bax­ter est Jack Lem­mon, jeune employé d’une grande compagnie d’assurance qui espère faire car­rière ; il est fiable, tra­vaille sou­vent jusqu’à tard et rêve d’une pro­mo­tion mais son dévoue­ment et son enga­ge­ment ne sont pas le bon che­min et son petit mais confor­table appar­te­ment de céli­ba­taire (“rien extra­va­gant, entendons-nous bien, mais confor­table”), à quelques pas de Cen­tral Park, est plu­tôt la clé, à la lettre, de son esca­lade sociale.
L’un après l’autre, ses col­lègues plus haut pla­cés dans l’échelle hié­rar­chique lui demandent en effet de leur prê­ter cet appar­te­ment pour pou­voir y emme­ner les filles ren­con­trées dans un bar ou au stan­dard de l’entreprise jusqu’à ce que le stra­ta­gème soit décou­vert par le chef du per­son­nel et… exploité par lui-même.

Je me rap­pelle bien, très bien même, com­ment La Gar­çon­nière est née — racon­tait le met­teur en scène amé­ri­cain d’origine polo­naises, venu à Hol­ly­wood en 33 pour échap­per à Hit­ler — Je vis Brève ren­contre de David Lean, film dans lequel Tre­vor Howard était le héros. Un homme marié y a une rela­tion avec une femme mariée, et il uti­lise l’appartement d’un cama­rade pour ses pro­jets sexuels. J’ai tou­jours été convaincu que l’ami de Tre­vor Howard, qui appa­raît seule­ment dans une ou deux petites scènes et qui revient à la mai­son se jeter sur le lit chaud qu’ils viennent à peine de lais­ser, pou­vait être un per­son­nage très inté­res­sant. J’ai pris quelques notes à ce sujet. Or, quelques années plus tard, après avoir fini Cer­tains l’aiment chaud, nous vou­lions faire un autre film avec Jack Lem­mon.
Ces notes me revinrent entre les mains, et nous nous mîmes à par­ler du per­son­nage, nous com­men­çâmes la struc­ture, nous reliâmes les autres per­son­nages avec les trois actes. Nous éla­bo­râmes le schéma, et quand nous eûmes assez de maté­riau, alors nous le trans­mîmes à Mr. Lem­mon, à Wal­ter Mirisch et au stu­dio Uni­ted Artists”. A ceci s’ajouta un fait divers de l’époque : un agent qu’il avait une rela­tion avec une cliente fut tué par le mari de la femme. Mais ce qui frappa Wil­der et son co-scénariste I.A.L. Dia­mond était que cet agent était en train d’utiliser un des appar­te­ments pro­priété de sa compagnie.” […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article