Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Eminem a scuola, protesta dei genitori : « Raffica di volgarità » (Eminem à l’école, protestation des parents : “Rafale de vulgarité”)

Publié le 17 Octobre 2018, 13:28pm

Catégories : #Echos d'Italie

Eminem a scuola, protesta dei genitori : « Raffica di volgarità » (Eminem à l’école, protestation des parents : “Rafale de vulgarité”)


Corriere della Sera / Specttacoli

INGHILTERRA
Emi­nem a scuola, pro­testa dei geni­tori : « Raf­fica di vol­ga­rità »
Pro­testa per la proie­zione in classe del film del rap­per « 8 Mile», consi­de­rato vio­lento e diseducativo

di Giu­seppe Gae­tano
15 ottobre 2018

«8 Mile» è un film bio­gra­fico del 2002 sulle nume­rose dif­fi­coltà che ha dovuto affron­tare il celebre rap­per Emi­nem prima di affer­marsi come star inter­na­zio­nale.  Già sarebbe lecito chie­dersi cosa c’entri questa pel­li­cola con il corso di sto­ria della Sou­th­church High School di Sou­thend, nell’Essex, in cui è stata proiet­tata.  Ma a mandre su tutte le furie un gruppo di geni­tori è stato soprat­tutto il fatto che nel film venga pro­nun­ciata la parola «fuck» per ben 16 volte,  oltre a una serie di espres­sioni ger­gali crude, vio­lente e spesso a sfondo ses­suale. Conte­nuti consi­de­rati inap­pro­priati per degli alunni anche di 12 anni. 
Certo, non è che i ragazzi a quell’età non conos­cano certe espres­sioni o non seguano i feno­meni musi­cali contem­po­ra­nei; tanto più se si parla di un artista mon­diale, forse il miglior musi­cista hip hop di sempre.  Ma che a sdo­ga­narle sia un’istituzione sco­las­tica, non è andato giù a tutti. «Gli altri geni­tori per­met­tes­sero ai loro figli di ascol­tare ciò che vogliono, ma a casa loro — tuo­nano -; non in una scuola pub­blica, durante l’ora di storia».

 « I nos­tri ragazzi ris­chiano di essere influen­zati nega­ti­va­mente da questi testi che esalta il cri­mine e degra­dano le donne, è inac­cet­ta­bile» pro­testa in par­ti­co­lare un padre con il Daily Mail . L’uomo, che ha voluto res­tare ano­nimo, ha voluto ren­dersi contro per­so­nal­mente di ciò che è andato in onda: «Non potevo cre­dere a ciò che ho udito, ogni geni­tore dovrebbe indi­gnarsi che un docente esponga i pro­pri alunni a questo lin­guag­gio osceno — com­menta -.  Credo che la scuola debba scu­sarsi per non averci neanche avver­tito che aveva in pro­gramma tali inizia­tive». Anche al pre­side, Stuart Rey­nolds, non infor­mato dell’evento del suo inse­gnante, non è sem­brato pro­prio il caso :  «Di certo non per­met­tiamo ai nos­tri stu­denti di dire paro­lacce ed espri­mersi in certe maniere all’interno dell’istituto — ha dichia­rato -, sul resto pre­fe­risco ancora non espri­mermi».  Ed ha avviato la clas­sica «inda­gine interna» per far luce sul caso. Anzi, sul nuovo caso. Si, per­ché la scuola era già finita nel 2014 nel mirino dell’agenzia gover­na­tiva bri­tan­nica per l’istruzione, l’Ofsted,  che la giu­dicò «inade­guata»; e, all’ultima ispe­zione, nel 2016, i fun­zio­nari hanno confer­mato che la strut­tura, dal punto di vista edu­ca­tivo,  «richiede miglio­ra­menti e l’inserimento in unm sis­tema di misure spe­ciali». Questa idea del film di Emi­nem, potrebbe essere insomma la goc­cia che farà tra­boc­care il vaso e cos­tare defi­ni­ti­va­mente il posto a Ray­nolds,  in qua­lità di res­pon­sa­bile e refe­rente ultimo della formazione.

—–
tra­duc­tion:

Cor­riere della Sera / Spectacles

Angle­terre
Emi­nem à l’école, pro­tes­ta­tion des parents : “Rafale de vul­ga­rité“
Pro­tes­ta­tion pour la pro­jec­tion en classe du film du rap­peur “8 Mile”, consi­déré comme violent et mau­vais pour l’éducation

par Giu­seppe Gae­tano
le 15 octobre 2018

8 Mile ” est un film auto­bio­gra­phique de 2002 sur les mul­tiples dif­fi­cul­tés qu’a dû affron­ter le célèbre rap­peur Emi­nem avant de pou­voir s’affirmer en tant que star inter­na­tio­nale.  Il serait déjà per­mis de se deman­der quel rap­port a ce film avec le cours d’histoire de la Sou­th­church High School de Sou­thend, dans l’Essex, au cours duquel elle a été pro­je­tée. Mais, au-delà d’une série d’expressions argo­tiques crues, vio­lentes et sou­vent à carac­tère sexuel c’est sur­tout le fait que le mot “fuck” soit bien pro­noncé 16 fois dans le film qui a déclen­ché la furie dans un groupe des parents. Un contenu consi­déré au moins comme inap­pro­prié pour des élèves de 12 ans. Il n’est pas cer­tain que les gar­çons, à cet âge, ne connaissent pas cer­taines de ces expres­sions ou ne suivent pas les phé­no­mènes contem­po­rains musi­caux ; d’autant plus si l’on parle d’un artiste à la renom­mée mon­diale, voire du meilleur musi­cien hip hop de tous les temps. L’objet de la contro­verse est tou­te­fois qu’il s’agit ici non pas de n’importe quel lieu mais d’une ins­ti­tu­tion sco­laire. “Les autres parents — tonnent-ils — peuvent per­mettre à leurs fils d’écouter ce qu’ils veulent, mais chez eux ; pas dans une école publique, durant l’heure du cours d’histoire.”“Nos gar­çons risquent d’être influen­cés par ces textes néga­tifs qui exaltent le crime et dégradent les femmes, ce qui est inac­cep­table” pro­teste en par­ti­cu­lier un père dans le Daily Mail.

L’homme, qui a voulu res­ter ano­nyme, a voulu se rendre compte per­son­nel­le­ment de ce qui a été dif­fusé : “Je ne pou­vais pas croire à ce que j’ai entendu, chaque parent devrait s’indigner qu’un pro­fes­seur expose les propres élèves à ce lan­gage obs­cène — commente-t-il.  “Je crois que l’école doit aussi s’excuser pour ne nous avoir pas non plus aver­tis qu’elle avait prévu de telles ini­tia­tives.” Mais pour le pro­vi­seur, Stuart Rey­nolds, non ren­sei­gné pas sur ce pro­jet orga­nisé par son pro­fes­seur, ce n’est pas vrai­ment le cas : ” nous ne per­met­tons cer­tai­ne­ment pas à nos étu­diants de dire de gros mots et de s’exprimer de cer­taines manières à l’intérieur de l’institut — a-t-il déclaré — ne pré­fé­rant pas s’exprimer encore sur le reste. Et il a lancé la clas­sique “enquête interne” pour faire toute la lumière sur le cas. Ou mieux, sur ce nou­veau cas.
Parce que l’école était déjà en 2014 dans le viseur de l’agence gou­ver­ne­men­tale bri­tan­nique pour l’instruction, l’Ofsted, qui la jugée “inadé­quate”; et parce que lors la der­nière ins­pec­tion, en 2016, les membres de l’Ofsted ont confirmé que la struc­ture, du point de vue édu­ca­tif, “deman­dait des amé­lio­ra­tions et l’insertion d’un sys­tème de mesures spé­ciales” Ce pro­jet édu­ca­tif autour du film d’Eminem pour­rait être enfin la goutte qui fait débor­der le vase et coû­ter défi­ni­ti­ve­ment sa place à Ray­nolds, en qua­lité de res­pon­sable et de pre­mier réfé­rent de la formation.

fre­de­ric grolleau

lire le texte en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article