Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


Biancaneve e Cenerentola da vietare? Da Bell a Knightly classici « sessisti » (Blanche-Neige et Cendrillon à interdire ? De Bell à Knightly, des classiques “sexistes”)

Publié le 21 Octobre 2018, 15:31pm

Catégories : #Echos d'Italie

Biancaneve e Cenerentola da vietare? Da Bell a Knightly classici « sessisti » (Blanche-Neige et Cendrillon à interdire ? De Bell à Knightly, des classiques “sexistes”)

Cor­riere della Sera

LA POLEMICA
Bian­ca­neve e Cene­ren­tola da vie­tare? Da Bell a Knightly clas­sici «sessisti»

di Monica Ricci Sar­gen­tini
19 ottobre 2018

I grandi clas­sici della Dis­ney finis­cono sul banco degli impu­tati per una rap­pre­sen­ta­zione smi­nuente delle donne in cui le pro­ta­go­niste sono spesso orfane di madre con padre ris­po­sato a una megera (vedi Cene­ren­tola) o attac­cate da una donna gelosa (vedi Bian­ca­neve), comunque tutte alla fine tro­vano il ris­catto e la sal­vezza in un gio­vane aitante.

Quel bacio senza consenso
L’ultima favola nel mirino è Bian­ca­neve con quel bacio che ris­ve­glierà la prin­ci­pessa avve­le­nata dalla strega cat­tiva. All’attrice Kris­ten Bell, che ha pres­tato la sua voce alla prin­ci­pessa Anna in Fro­zen, quel gesto non piace:  «Trovo biz­zarro che lui la baci senza prima chie­dere il per­messo. Non è una cosa che si può fare» ha dichia­rato alla rivista Parents.  Bell non arriva a proi­bire la visione di una favola che ha fatto sognare gene­ra­zioni di bam­bine e bam­bini ma mette in guar­dia le sue figlie Lin­coln, 5 anni, e Delta, 3 anni:  «Ogni volta che chiudo il libro guardo le mie bam­bine e chiedo: “Non pen­sate che sia strano che Bian­ca­neve non abbia chiesto alla vec­chia strega per­ché doveva man­giare la mela?  O dove l’aveva presa? Io non pren­de­rei mai del cibo da un estra­neo e voi?».

Le cri­tiche
Non è la prima volta che la ques­tione del consenso viene sol­le­vata. L’anno scorso la socio­loga fem­mi­nista giap­po­nese Kazue Muta aveva accu­sato il film della Dis­ney, che è del 1937,  «di per­pe­tuare atti ses­suali osceni su un part­ner incons­cio». «Voi pen­se­rete che sto rovi­nando le nostre fan­ta­sie ma questo tipo di sto­rie pro­muo­vono la vio­lenza ses­suale e dob­biamo esserne consa­pe­voli».  E in Gran Bre­ta­gna la scrit­trice Sarah Hall, pren­dendo spunto dal movi­mento #MeToo, aveva chiesto che la Bella Addor­men­tata non fosse più letta a scuola «per­ché inco­rag­gia com­por­ta­menti ses­suali non appro­priati».  E lo scorso aprile Amnesty Inter­na­tio­nal cana­dese aveva lan­ciato un video contro le moles­tie ses­suali dal titolo: Niente consenso, niente favola in cui il prin­cipe si appro­fitta di Bian­ca­neve. […]

tra­duc­tion :

La polé­mique
Blanche-Neige et Cen­drillon à inter­dire? De Bell à Knightly, des clas­siques “sexistes”

par Monica Ricci Sar­gen­tini
19 octobre 2018

Les grands clas­siques de Dis­ney finissent sur le banc des accu­sés pour une repré­sen­ta­tion mes­quine des femmes dans laquelle les héroïnes sont sou­vent orphe­lines de mère avec un père rema­rié à une mégère (voyez Cen­drillon), ou atta­quées par une femme jalouse (voyez Blanche-Neige), toutes à la fin trouvent de toute façon le rachat et le salut grâce à un jeune homme vigoureux.

Ce bai­ser sans consen­te­ment
La der­nière fable en vue est Blanche-Neige avec ce bai­ser qui réveillera la prin­cesse empoi­son­née par la méchante sor­cière. Ce geste ne plaît pas à l’actrice Kris­ten Bell, qui a prêté sa voix à la prin­cesse Anna dans Fro­zen : “Je trouve bizarre qu’il l’embrasse sans deman­der en pre­mier la per­mis­sion. Ce n’est pas une chose qu’on peut faire” a-t-elle déclaré au maga­zine “Parents”. Bell n’arrive pas inter­dire le vision­nage d’une fable qui a fait rêver des géné­ra­tions de fillettes et d’enfants mais elle met en garde ses enfants Lin­coln, 5 ans et Delta, 3 ans : “Chaque fois que je ferme le livre je regarde mes bam­bins et je leur demande : “Vous ne pen­sez pas qu’il soit étrange que Blanche-Neige n’ait pas demandé à la vieille sor­cière pour­quoi elle devait man­ger la pomme ? Et où elle l’avait prise? Pour ma part, je ne pren­drais jamais de la nour­ri­ture d’un étran­ger, et vous ?”

Les cri­tiques
Ce n’est pas la pre­mière fois que la ques­tion du consen­te­ment est sou­le­vée. L’an der­nier, la socio­logue fémi­niste japo­naise Kazue Muta a accusé le film de Dis­ney, qui date de 1937, “de per­pé­tuer des actes sexuels obs­cènes sur un par­te­naire incons­cient”. “Vous pen­se­rez que je suis en train d’abîmer nos ima­gi­na­tions  mais ce type d’histoires pro­meut la vio­lence sexuelle et nous devons en être conscients”.Et en Grande-Bretagne, l’écrivaine Sarah Hall, s’inspirant du mou­ve­ment #MeToo, a demandé que La Belle au Bois dor­mant ne soit plus lue à l’école “parce que l’histoire encou­ra­ge­rait des com­por­te­ments sexuels inap­pro­priés”. En avril der­nier, l’Amnesty Inter­na­tio­nal cana­dien a ainsi lancé une vidéo contre les vexa­tions sexuelles liées au titre : aucun consen­te­ment, aucune fable dans laquelle le prince abuse de Blanche-Neige. […]

fre­de­ric grolleau

lire le texte en italien 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article