Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Indovina chi viene a cena ? La favola (ribelle) di Hollywood (“Devine qui vient dîner”. La fable, rebelle, d’Hollywood)

Publié le 27 Mai 2018, 16:18pm

Catégories : #Philo & Cinéma, #Echos d'Italie

"Indovina chi viene a cena ? La favola (ribelle) di Hollywood (“Devine qui vient dîner”. La fable, rebelle, d’Hollywood)


Corriere della Sera - La lettura
IL FILM VINCITORE DI DUEOSCAR NEL 1968
«Indo­vina chi viene a cena ?»
La favola (ribelle) di Hol­ly­wood
Cola­zione, pranzo e cena. Su «la Let­tura» #338, in edi­cola da dome­nica 20 a sabato 26 mag­gio, l’omaggio a tre clas­sici che sono anche spec­chi delle loro epoche : «Cola­zione da Tif­fany», «Il pranzo di Babette» e «Indo­vina chi viene a cena ?»
Ognuno di loro cele­bra quest’anno un anni­ver­sa­rio. Nel sup­ple­mento li rac­con­tano STEFANO BUCCI, SERGIO ROMANO MARCO VENTURA. In questo per­corso per imma­gini la sto­ria del film con Sid­ney Poitier

21 mag­gio 2018

Una scena del film con Sid­ney Poi­tier e Katha­rine Houghton

Tre anni­ver­sari clas­sici
Un invito… a fare cola­zione, pranzo e cena con tre clas­sici diven­tati di culto, che fes­teg­giano quest’anno i loro anniversari.

di IDA BOZZI

Si comin­cia con il rac­conto di Tru­man Capote Cola­zione da Tif­fany, che uscì nel 1958, sessant’anni fa, ispi­rando il film omo­nimo di Blake Edwards del 1961. Segue Il pranzo di Babette, tratto dal rac­conto di Karen Blixen, dive­nuto film per la regia di Gabriel Axel e vin­ci­tore dell’Oscar per il Miglior film stra­niero trent’anni fa, nel 1988. E per conclu­dere, Indo­vina chi viene a cena? di Stan­ley Kra­mer, che cinquant’anni fa, nel 1968, ottenne due Oscar per la Sce­neg­gia­tura ori­gi­nale e per l’interpretazione della pro­ta­go­nista,
Katha­rine Hep­burn. Quest’ultima pel­li­cola fece epoca in anni di conflitti raz­ziali e dram­ma­tiche tras­for­ma­zioni sociali.

Le ques­tioni raz­ziali in un film
Indo­vina chi viene a cena? ben inqua­dra il contesto sto­rico in cui apparve il film, una pel­li­cola che rac­con­tava e ris­pec­chiava, pur con toni hol­ly­woo­diani, le ques­tioni raz­ziali aperte negli Stati Uniti di que­gli anni. Erano i tempi in cui alla Corte Suprema entrava per la prima volta, nel 1967, un giu­dice nero, Thur­good Mar­shall, che aveva difeso la dese­gre­ga­zione nelle scuole pubbliche.

Ma erano anche gli anni in cui i conflitti raz­ziali rag­giun­ge­vano il culmine con l’assassinio del lea­der non vio­lento Mar­tin Luther King, il 4 aprile 1968.

Met­tere in scena una cop­pia mista, anche se appar­te­nente alla bor­ghe­sia medio-alta, doveva fare epoca: e infatti la sto­ria della fami­glia Dray­ton fece vin­cere allo sce­neg­gia­tore William Rose (e alla star Katha­rine Hep­burn) l’Oscar nel 1968. (sopra: una scena del film)

Un futuro dif­fi­cile per i matri­moni misti

Nel film, la gio­vane Joey Dray­ton (inter­pre­tata da Katha­rine Hough­ton), figlia di una fami­glia libe­ral della West Coast, annun­cia il pro­prio fidan­za­mento agli illu­mi­nati geni­tori, i signori Dray­ton : il fidan­zato è un affer­mato medico afroa­me­ri­cano, John Pren­tice (inter­pre­tato da Sid­ney Poitier).

I geni­tori libe­ral si tro­vano a confron­tare le pro­prie idee aperte con la realtà pro­ble­ma­tica del matri­mo­nio misto: non per­ché i Dray­ton siano raz­zisti (almeno, non conscia­mente) ma per­ché temono per la feli­cità dei due futuri sposi. Infatti, seb­bene fos­sero da poco entrati in vigore negli Stati Uniti sia il Civil Rights Act (1964) sia il Voting Rights Act (1965), che ris­ta­bi­li­vano molti dei diritti fino a quel momento negati ai neri, all’epoca in cui fu girato il film, in molti Stati le unioni «inter­raz­ziali» erano ancora vie­tate: la sen­tenza che avrebbe cam­biato le cose sarebbe giunta pro­prio nel 1967. (Sopra: Hep­burn e Tracy in una scena del film)  […]


tra­duc­tion :
LE FILM QUI REMPORTE DEUX OSCAR EN 1968
“Devine qui vient dîner“
La fable, rebelle, d’Hollywood

Anni­ver­saire de trois clas­siques
Petit-déjeuner, déjeu­ner et dîner. Dans “La Lec­ture” #338, en kiosque depuis le dimanche 20 jusqu’au samedi 26 mai, l’hommage à trois clas­siques qui sont aussi le miroir de leur époque : “Petit-déjeuner chez Tif­fany”, “Le déjeu­ner de Babette” et “Devine qui vient dîner”. Cha­cun d’eux célèbre cette année un anni­ver­saire. Dans le sup­plé­ment, STEFANO BUCCI, SERGIO ROMANO et MARCOVENTURA les racontent. Par­cours en images de l’histoire du film avec Sid­ney Poitier.

Commencez-les avec le récit de Tru­man Capote “Petit déjeu­ner par Tif­fany”, qui sor­tit en 1958, il y a soixante ans, en ins­pi­rant le film homo­nyme de Blake Edwards en 1961. Suit “Le déjeu­ner de Babette”, tiré du récit de Karen Blixen, devenu film grâce au réa­li­sa­teur Gabriel Axel et gagnant de l’Oscar du film étran­ger il y a trente ans, en 1988. Et pour conclure, “Devine qui vient dîner ?” de Stan­ley Kra­mer qui, il y a cin­quante ans, en 1968, obtint deux Oscar pour le Scé­na­rio ori­gi­nal et pour l’interprétation de l’héroïne, Katha­rine Hep­burn.
Ce der­nièr film fit date en ces années de conflits raciaux et de dra­ma­tiques trans­for­ma­tions sociales.

Une invi­ta­tion… au petit-déjeuner, au déjeu­ner et au dîner avec trois clas­siques devenu cultes, qui fêtent cette année leurs anniversaires.

par IDA BOZZI
le 21 mai 2018

Une sène du film avec Sid­ney Poi­tier et Katha­rine Houghton

Le racisme dans un film
“Devine qui vient dîner” cadre bien le contexte his­to­rique dans lequel le film appa­rut, une oeuvre qui racon­tait et reflé­tait, avec des tona­li­tés fort hol­ly­woo­diennes, les pro­blèmes raciaux sou­le­vés aux Etat-Unis ces années-là. C’était les temps où un juge noir, Thur­good Mar­shall, qui avait défendu la désé­gré­ga­tion dans les écoles publiques, entrait pour la pre­mière fois, en 1967, à la Cour Suprême. Mais c’était aussi les années dans les­quelles les conflits raciaux attei­gnaient leur comble avec le meurtre du lea­der non violent Mar­tin Luther King le 4 avril 1968.
Mettre en scène un couple mixte, même s’il appar­te­nait à la  haute-moyenne bour­geoi­sie, devait faire date : et en effet l’histoire de la famille Dray­ton fit gagner au scé­na­riste William Roses (et à la star Katha­rine Hep­burn) l’Oscar en 1968. (ci-dessus : une scène du film).

Un futur dif­fi­cile pour les mariages mixtes
Dans le film, la jeune Joey Dray­ton (inter­prété par Katha­rine Hough­ton), fille d’une famille libé­rale de la Côte Ouest annonce ses propres fian­çailles à ses parents “éclai­rés”, les Dray­ton : le fiancé est un méde­cin afro-américain confirmé affirmé, John Pren­tice (inter­prété par Sid­ney Poi­tier). Les parents libé­raux se voient alors ame­nés à confron­ter leurs propres idées ouvertes à la réa­lité pro­blé­ma­tique du mariage mixte : non pas parce que les Dray­ton sont racistes (du moins, pas consciem­ment), mais parce qu’ils craignent pour le bon­heur des deux futurs époux.
En effet, quoiqu’ils fussent de peu entrés en vigueur aux États-Unis, le Civil Rights Act, en 1964, et le Voting Rights Act ( en 1965), réta­blis­saient beau­coup de droits jusqu’alors refu­sés aux Noirs. A l’époque où le film fut tourné, dans beau­coup d’États les unions “inter­ra­ciales” étaient encore inter­dites : la sen­tence qui avait vrai­ment changé les choses était arri­vée en 1967. (ci-dessus : Hep­burn et Tracy dans une scène du film) […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article