Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Doctor Strange : Du temps ou comment trouver un sens à l’existence" (exposé)

Publié le 16 Mai 2018, 20:44pm

Catégories : #Philo (exposés)

"Doctor Strange : Du temps ou comment trouver un sens à l’existence" (exposé)

proposition de traitement par Mlle Cassie Rossi, Lycée Albert-Ier de Monaco,TS4, mai 2018.

 

Présentation 

Doctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utilisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le Marvel Cinematic Universe.

Dès le début du film le thème principal est annoncé le temps et l’existence notamment à travers la vie du docteur, aisée et par la diversité de montres qu’il possède (photo).

 

Problématique : Comment trouver un sens à l’existence ?

Plan :

-L’existence a-t-elle un sens ?

-Le temps est-il une réalité objective ?

-Le sens de l’existence se trouve-t-il hors du temps ?

 

  1. L’existence a-t-elle un sens ?

Existence : Saint Thomas forme « existentia » sur le verbe existere

C’est le fait d’être. Elle se distingue de l’essence qui désigne ce qu’une chose est. Le propre de l’existence est d’être fini, limitée dans le temps. L’existence s’oppose à la mort. Le temps, lui, désigne une période qui s’écoule entre deux événements. Il se caractérise par le changement et l’irréversibilité (on ne peut remonter le temps sauf dans fiction). Le fait pour l’homme de savoir que son existence est finie (contraire d’infini) l’invite à méditer sur le sens de l’existence.

  • SARTRE- c’est à nous de créer le sens de notre existence

« L’existence précède l’essence », cela indique qu’aucun absolu ne peut définir l’homme ou orienter sa conduite. L’existence elle-même est d’abord « absurde », dénuée de sens, puisqu’aucune transcendance ne la justifie.

C’est l’homme lui-même qui, en choisissant sa conduite, donne sens à sa propre existence. « L’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait », SARTRE

C’est en réalisant mon projet dans la temporalité qui est le fond même de mon existence que je peux donner du sens à cette dernière.

Lorsqu’il arrive à Kamar-Taj, Strange souhaite trouver un remède pour ses mains mais il va découvrir bien plus de choses et la possibilité de se reconstruire  et de retrouver un but à sa vie ; le sens de son existence

Extrait 1 : la découverte du multivers, « qui êtes-vous au sein de ce vaste multivers ? »

 

  1. Le temps est-il une réalité objective ?
  • Le temps objectif et le temps subjectif

« qu’est- ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus » Saint Augustin, Les Confessions, 398 après J-C

C’est une notion évidente mais en réalité difficile à expliquer

D’un côté, le sens commun affirme l’existence du temps comme réalité évidente et objective, mais d’un autre côté, une analyse logique montre que le temps n’existe pas à proprement parler : le passé n’est plus, le futur n’est pas encore et le présent n’est qu’un instant, un point de passage entre ce qui n’est pas encore et ce qui n’est plus, que l’on peut diviser infiniment.

La saisie de la nature du temps est donc une difficulté que la pensée n’arrive pas à résoudre. Sa résolution passe alors par un changement de perspective sur le temps lui-même : le temps mesuré ne correspond pas au mouvement des choses elles-mêmes, mais se situe plutôt à l’intérieur de l’esprit de l’homme. Ainsi, ce n’est que pour un esprit humain qu’il est possible de parler de temps.

Doctor Strange a la capacité de manipuler le temps grâce à l’œil d’agamoto ; de modifier les probabilités temporelles. On se trouve ici dans une fiction d’où l’absence de caractère d’irréversibilité du temps le temps est alors quelque chose de pleinement subjectif.

«  Ces trois sortes de temps existent dans notre esprit et je ne les vois pas ailleurs. Le présent du passé c’est la mémoire ; le présent du présent c’est l’intuition directe ; le présent de l’avenir c’est l’attente. » Saint Augustin, Les confessions, 398 après J-C

    • La notion de durée

Lorsque l’on s’interroge sur la nature du temps, il importe donc de distinguer le temps qui s’écoule objectivement du temps vécu subjectivement

KANT- le temps est une forme a priori de la sensibilité

Le temps est comme l’espace, le cadre a priori de toute expérience possible, et donc une condition de notre connaissance : tout phénomène m’apparait immédiatement comme avant, pendant, ou après un autre. L’idée du temps ne peut donc être construite par une accumulation d’expériences partielles, c’est au contraire l’expérience qui s’inscrit dans un temps préalablement constitué.

BERGSON- le temps est ce qui échappe à toute mesure

Bergson oppose un temps objectivé- celui de la science qui, se mesurant, est découpé en fragments quantifiables- à ce qui, dans la conscience, constitue la durée. En tant que sujet conscient, le temps est toujours vécu par l’homme sur le mode de la durée. C’est pourquoi l’attente et l’ennui rendent le temps long, tandis que les moments de joie et de bonheur semblent toujours très courts.

Dans Doctor strange on constate ce temps subjectif avec la montre gravée : »seul le temps peut dire à quel point je t’aime » le temps est assimilé à l’émotion au bonheur il s’agit de durée donc qui fait penser au temps subjectif cependant la montre elle est objective.

Temps : continuité indéfinie, milieu où se déroule la succession des évènements et des phénomènes, les changements, mouvements et leur représentation dans la conscience.

Réalité : ce qui est réel ; ce qui existe effectivement par opposition à ce qui est fictif, imaginaire ou illusoire.

Objectif : est objectif ce qui est rationnel, envisagé du point de vue universel de la raison, dissociée des intérêts du sujet. Une démarche objective s’efforce de ne tenir compte, dans la réalité, que des traits généraux reconnaissables par tous. (Le critère de l’objectivité peut être l’universalité.)

  1. Le sens de l’existence se trouve-t-il hors du temps ?

- la conscience de la mort : le fait que l’homme a conscience du temps inscrit son existence dans une temporalité marquée par la naissance et la mort à venir. La conscience du temps produit donc en l’homme l’idée que la mort approche. En effet, savoir que le temps passe, et qu’il est irréversible, fait de la mort la destination de tout homme.

- l’impuissance face au temps : nous sommes soumis au temps, qui nous emporte. Nous vivons dans le temps, mais cela signifie d’abord notre incapacité à nous en extraire, à lui échapper. Dans une scène du film, Strange doit retirer une balle située dans le crane d’un patient, une opération délicate et il va s’interrompre pour dire à un assistant de couvrir sa montre pour arrêter son tic-tac, bien sûr il s’agit de gagner en concentration mais on peut aussi penser qu’il s’agit de connoter l’aspect tragique du temps qui nous emporte donc Strange souhaite le faire taire pour sauver son patient.

- l’horizon de la mort, le caractère temporaire de toute présence ont suscité depuis longtemps un « désir d’éternité ». L’éternité désignant l’absence de toute dégradation, Platon désigne le temps comme « image mobile de l’éternité »     =>    cela laisse penser que c’est seulement hors du temps que le salut peut être trouvé ; idée défendue par Kaecilius qui veut faire venir la dimension noire ( au-delà du temps) pour que la Terre n’ait pas à mourir.

Extrait 2 : kaecilius, l’humanité aspire à la vie éternelle et Dormamu serait le sauveur des mondes

=> Il faut vivre chaque instant comme s’il devait recommencer indéfiniment : l’éternel retour de Nietzsche, Le Gai Savoir ; croit en  une vision cyclique de l’Univers. Dans le texte, un « démon » proposerait de soumettre l’homme à l’éternel retour ; dans Doctor Strange, le personnage qui contrôle le temps va créer une boucle temporelle pour sauver la Terre de la Dimension noire

Extrait 3 : Dormamu assimile cette épreuve à une souffrance, revivre le même instant n’est bien que si on en est conscient et donc qu’on réfléchisse sur nos actes

- il faut se libérer de la crainte de la mort : cela permet d’apprécier pleinement la vie. En effet, craindre la mort au cours de son existence, c’est aussi craindre constamment son arrivée. Se libérer de cette crainte que la mort arrive trop tôt permet à l’homme d’apprécier pleinement la seule chose qu’il possède vraiment : la vie. Dans Doctor Strange, le personnage de l’Ancien puise dans l’énergie de la dimension noire pour survivre jusqu’à ce qu’elle y renonce.

Extrait 4 : mort de l’Ancien. Seule la mort donne un sens à la vie

 

conclusion

l’homme doit donc apprendre à apprécier pleinement la vie. Or, sa capacité à se projeter vers l’avenir lui permet justement de donner sens à son existence. Le futur est donc une dimension temporelle essentielle : c’est en se projetant vers des futurs possibles que l’homme construit son existence.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article