Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Amadeus : le talent est-il le fruit du travail où du génie ?" (exposé)

Publié le 18 Mai 2018, 08:48am

Catégories : #Philo & Cinéma, #Philo (exposés), #Ateliers audiovisuels

"Amadeus :  le talent est-il le fruit du travail où du génie ?" (exposé)

Proposition de traitement par Mlles Carla CAPACCI et Tiffany Nguyen, lycée Albert-Ier de Monaco, 1eL1, avril 2018.
 

Introduction
 Amadeus est un film de Milos Forman qui est sorti en 1984. L’histoire commence à Vienne, en novembre 1823. Au cœur de la nuit, un vieil homme égaré clame cette étonnante confession : "Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin !" Ce fantôme, c'est Antonio Salieri, jadis musicien réputé et compositeur officiel de la Cour.
Dès l'enfance, il s'était voué tout entier au service de Dieu, s'engageant à le célébrer par sa musique, au prix d'un incessant labeur. Pour prix de ses sacrifices innombrables, il réclamait la gloire éternelle. Son talent, reconnu par l'empereur mélomane Joseph II, valut durant quelques années à Salieri les plus hautes distinctions. Mais, en 1781, un jeune homme arrive à Vienne, précédé d'une flatteuse réputation. Wolfgang Amadeus Mozart est devenu le plus grand compositeur du siècle. Réalisant la menace que représente pour lui ce surdoué arrogant dont il admire le profond génie, Salieri tente de l'évincer. 
 A travers de film et les deux protagonistes de ce film nous allons aborder la problématique suivante : le talent est-il le fruit du travail où du génie ?


I. Qu’est-ce que c’est le talent ?
 Le mot talent vient du latin « talentum », à l’origine ce mot désignait un poids et une somme d’argent dans l’Antiquité Grec. Le mot talentum était aussi employé dans l’Evangile qui signifiait au sens figuré « état d’âme et « aptitude ».
 Dans l’ancien français et jusqu’au XVI ème siècle, le mot talent signifiait le « désir » et la « volonté ». Aujourd’hui dans le français moderne le talent désigne une aptitude particulière dans une activité. Par ailleurs, le talent peut être dans le domaine intellectuel ou artistique.
 La notion du talent est un terme qui est très difficile à définir car cette notion peut avoir diverses significations en fonction de la perception de la personne qui la définit, prenons comme exemple Montesquieu, celui-ci estime que le talent est je cite «un don que Dieu nous a fait en secret et que nous révélons sans le savoir» tandis que Flaubert lui, considère que « pour avoir du talent, il faut être convaincu qu’on en possède » et selon Alphonse Allais « il ne suffit pas d’avoir du talent, il faut savoir s’en servir ».


II. Salieri, le talent par le travail
1) La définition du travail
 Le mot travail vient du latin : tripalium c’est un appareil composé de trois pieux, il est utilisé comme instrument de torture pour punir les esclaves. Le travail désigne un effort physique ou intellectuel qui doit être effectué pour que l’on obtienne un résultat. Cependant si on se réfère au sens latin le travail que ce soit physique ou intellectuelle c’est un effort qui nous torture. On peut alors supposer que pour avoir le talent l’artiste doit donc souffrir.

2) L’importance du talent par le travail selon Friedrich Nietzsche
 Friedrich Nietzsche est un philosophe allemand du XIXème siècle.  En 1878, il publie une œuvre philosophique qui s’appelle Humain, trop humain, au chapitre IV « De l’âme des artistes et des écrivains » paragraphe 155 le philosophe écrit : « Les artistes ont quelque intérêt à ce qu’on croie à leurs intuitions subites, à leurs prétendues inspirations : comme si l’idée de l’œuvre d’art, du poème, la pensée fondamentale d’une philosophie tombaient du ciel tel un rayon de la grâce.
En vérité, l’imagination du bon artiste, ou penseur, ne cesse pas de produire, du bon, du médiocre et du mauvais, mais son jugement, extrêmement aiguisé et exercé, rejette, choisit, combine ; on voit ainsi aujourd’hui, par les Carnets de Beethoven, qu’il a composé ses plus magnifiques mélodies petit à petit, les tirant pour ainsi dire d’esquisses multiples. Quant à celui est moins sévère dans son choix et s’en remet volontiers à sa mémoire reproductrice, il pourra le cas échéant devenir un grand improvisateur, mais c’est un bas niveau que celui de l’improvisation artistique au regard de l’idée choisie avec peine et sérieux pour une œuvre. Tous les grands hommes étaient de grands travailleurs, infatigables quand il s’agissait d’inventer, mais aussi de rejeter, de trier, de remanier, d’arranger. ».

On comprend que d’après cet extrait que selon le philosophe allemand que c’est seulement avec « peine et sérieux » que l’artiste parvient à mettre en forme ses plus magnifiques compositions mais aussi dans cet extrait nous pouvons voir que Friedrich Nietzsche fait descendre l’artiste dit génie de son piédestal en rappelant que celui-ci produit aussi « du médiocre et du mauvais ».

3) Le talent s’obtient par l’acharnement et la détermination
 Le psychologue Anders Ericsson de l’université de Floride a montré que bien jouer de la musique relevait surtout du nombre d’heures de pratique. Ainsi a-t-il remarqué avec ses collègues qu’à l’âge de 20 ans, les meilleurs étudiants du département de musique de l’université de Floride avaient accumulé pas moins de 10.000 heures de répétition, contre 8.000 pour les élèves jugés bons mais pas excellents et 5.000 heures pour les moins performants.
Le journaliste Malcolm Gladwell  en tire les mêmes conclusion dans son livre Outliers publié en 2008 je cite : « La pratique, ce n’est pas ce que vous faites une fois que vous êtes bon, mais ce que vous faites pour devenir bon. ». Nous pouvons comprendre qui ce qui sépare les meilleurs des bons c’est l’acharnement au travail et la détermination


4) Salieri est la représentation parfait du talent par le travail
 Dans la scène que nous venons de voir, Salieri prend du temps pour composé sa partition : il la travaille et la retravaille jusqu’à qu’il soit parfait pour le donner à l’empereur Joseph II afin qu’il  puisse la jouer. Cette scène reflète parfaitement ce que Friedrich Nietzsche a voulut nous faire comprendre c’est-à-dire un travail avec « peine et sérieux » et le fait qu’il prend son temps pour bien composé sa partition souligne ce que Malcolm Gladwell a écrit dans son livre c’est-à-dire l’acharnement et la détermination.

De plus nous pouvons ajouter que cette scène illustre bien la définition de la torture que nous venons de faire précédemment, car nous constatons bien que Salieri écrit sa partition en étant torturer car il veut que sa partition soit parfaite cela est autant plus souligné lorsque l’empereur Joseph  II essaye tant bien que mal de jouer parfaitement la partition que Salieri a composé. Dans cette scène on peut donc voir que Salieri et l’empereur Joseph II sont torturés : l’un car il veut que sa partition soit parfaite, l’autre veut jouer parfaitement la partition.   

    
III. Mozart, le talent par le génie
1) La définition du génie selon Kant
 Emmanuel Kant est un philosophe allemand du XVIIIème siècle. Il publie en 1790 la Critique de la faculté de juger, dans le livre II, au paragraphe 46 le philosophe écrit : « Le génie est le talent (don naturel), qui donne les règles à l’art. Puisque le talent, comme faculté productive innée de l’artiste, appartient lui-même à la nature, on pourrait s’exprimer ainsi : le génie est à la disposition innée de l’esprit (ingenium) par laquelle la nature donne les règles à l’art. […] le génie : est un talent, qui consiste à produire ce dont on ne saurait donner aucune règle déterminée ; il ne s’agit pas d’une aptitude à ce qui peut être appris d’après une règle quelconque ; il s’ensuit que l’originalité doit être sa première propriété, de plus le créateur ne peut expliquer scientifiquement comment il réalise son produit : il ne sait pas lui-même comment il trouve en lui les idées et il ne peut, ni concevoir à volonté ou suivant un plan de telles idées, ni communiquer aux autres des préceptes leur permettant de réaliser des produits semblables. ».

On comprend que d’après cet extrait, selon le philosophe Emmanuel Kant, le génie possède un don innée qui est un cadeau de la nature.


2) L’influence du milieu où évolue l’artiste
 Cependant l’inspiration de l’artiste ne tombe pas du ciel et même si l’artiste est un génie comme le décrit le philosophe Kant, l’artiste doit avoir un contact réel avec l’imagination qui est indispensable tout au long de sa d’artiste avec la formation et l’ouverture de son esprit. En effet Mozart lui-même ne serait probablement resté un musicien talentueux, si son père, ne l’avait pas fait bénéficié d’une excellente éducation et rencontré l’élite de la musique européenne au cours de ses voyages. On peut alors en déduire que de nombreux facteurs comme l’éducation générale, formation musicale, rencontres, ambiance artistiques… interviennent donc dans l’éclosion et la manifestation du génie.
 Le génie peut donc venir d’un certain nombre de circonstances favorables que l’on peut essayer d’énumérer :
- La première est la précocité. C’est dans les premières années que le cerveau du bébé doit être sollicité pour s’approprier le langage musical. La complexité des connexions neurales élaborées à cette occasion accapare toute l’énergie de l’enfant. De telle sorte qu’il peut avoir d’importants retards sur l’acquisition d’autres fonctions physiques ou intellectuelles. On sait que le jeune Mozart a parlé très tard ; il était capable de lire une partition et jouer en mesure avant même de savoir lire ou compter.
- Pour une initiation précoce à la musique le rôle de la famille est évidemment essentiel. La plupart des grands musiciens ont reçu leurs premières leçons de leurs parents.
- un travail acharné, une puissante motivation et une grande force intérieure sont nécessaire au génie pour sans cesse se dépasser lui-même et dépasser les règles établies.
- L’ouverture au monde et de la curiosité lui permettant d’approfondir son art.
- La maturité qui vient avec l’âge et l’accumulation des expériences sont aussi des facteurs qui favorisent le génie

3) Mozart la représentation parfait du talent par le génie
 Dans la scène que nous venons de voir, Mozart depuis son plus jeune âge voyage dans tous les cours d’Europe pour montrer son talent et nous pouvons voir aussi que pour un enfant il sait parfaitement bien jouer du piano les yeux bandés. Cette scène souligne les facteurs qui font qui fait qu’il y a la manifestation du génie dans l’artiste.
 Dans cette seconde scène, nous observons que comme souligne la thèse de Emmanuel Kant, en effet Mozart ne peut expliquer scientifiquement comment il trouve en lui les idées aussi rapidement et cela comme on peut l’observer enrage Salieri car celui-ci à passer beaucoup de temps à composer sa partition tandis que Mozart le modifie et donne une meilleure version en quelque seconde. De plus nous pouvons ajouter qu’on voit très bien le contraste entre l’artiste génie et l’artiste qui travaille car on voit que l’artiste qui n’est pas un génie a du mal à suivre le génie.  

Conclusion
 Nous pouvons conclure qu’un artiste tel que Salieri son talent provient d’un travail constant et sans relâche tandis que Mozart est un génie, en effet il y a des circonstances qui fait qu’il a plus de facilité à avoir un talent pour la musique mais cela ne le dispense pas de travailler : cela demande beaucoup d’effort (95 % de travail et 5% s’inspiration) pour dépasser les règles traditionnelles et en inventer de nouvelles afin d’aboutir à une création à la fois originale et rigoureusement construite.
Mozart lui-même, qui semble produire des chefs-d’oeuvre du premier jet et sans efforts, écrit : « J’ai dû me donner bien du mal pour n’avoir plus, maintenant, à m’en donner. »

 

 
 
        

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article