Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Le labyrinthe" (exposé) partie 2

Publié le 9 Avril 2018, 18:30pm

Catégories : #Philo & Cinéma, #Philo (exposés)

"Le labyrinthe" (exposé) partie 2

partie 2

 

III. Espoir et désir:

   Le travail des coureurs est de cartographier le labyrinthe afin den trouver une sortie, ou un indice de plus leur permettant de garder espoir de sen sortir un jour.

Voici « Le labyrinthe, plan terminé », malheureusement Minho et Alby ont déjà fini ce travail mais nont rien dit aux autres justement pour ne pas éteindre la flamme despoir quil leur reste après déjà trois ans denfermement.

   Le désir de voir la fin de ce dernier est en conséquence omniprésent. Ils recherchent leur liberté quils pensent, ou plutôt imaginent, être source de satisfaction, ils entretiennent avec elle une relation au manque puisquils en sont privés.

   Seulement, les blocards ne sont pas les seuls à entretenir cet espoir, WCKD leur ouvrent les portes du labyrinthe tous les jours et les empêchent de se faire tuer la nuit en les fermant; ils leurs envoient des provisions, deux antidotes aux piqures de griffeurs à larrivée de Térésa. Ces intentions tendent à montrer que lorganisation ne veut pas leur mort, cette dernière veut peut-être même les voir trouver la sortie. Les blocards sont donc utilisés comme des objets d’étude: des expériences réalisées sur des vers, des rats, des singes, ou des étudiants, dans des labyrinthes à leur échelle, ont permis de mettre en évidence différents micro-événements comme marcher droit devant soi, tourner à gauche, tourner à droite, décision aller à droite ou à gauche, retourner sur ses pas de son propre mouvement, le retour en un point déjà parcouru, etc., auxquelles sont attachées différentes réactions. Par exemple, dans le fait de retourner sur ses pas au bout d'un cul-de-sac, « l'être doit reconsidérer sa décision, rencontrer un micro-échec et le prendre en compte dans le bilan de son expérience ».

   « Tous les hommes désirent être heureux, y compris ceux qui iront jusqu’à se pendre » : les blocards désirant retrouver leur liberté se sont aventurés dans le labyrinthe en connaissant le danger quimpliquait cet acte, certains en sont morts avant de pouvoir atteindre leur but et ils connaissaient ce risque. Cest à la suite des micro-échecs rencontrés auparavant quils ont fait des micro-découvertes qui, mises bout à bout leurs ont permis de transformer leur désir en plaisir et ainsi d’être satisfaits et enfin libres. Cest à leur détermination et à leur unicité quils doivent leur victoire : le groupe est leur force puisquils sont tous dans, je cite, « la même galère ».

   Ce désir peut néanmoins être freiné par des doutes, des incertitudes liées à leur situation particulière (extrait : 1h03min5sc 1h5min10sc). Comme Thomas essaie de le montrer à Chuck, il faut toutefois garder espoir, car sans espoir tout est fini, sans ça on ne tient plus. Malheureusement trop despoir est également nocif, il faut veiller à ne pas tomber dans un refus de la réalité, comme par exemple Newt se convainquant dAlby et Minho ne seront pas coincés dans le labyrinthe au début du film, ou Chuck refusant dassister au bannissement de Ben, un blocard ayant été mortellement infecté, comme si cet événement navait jamais eu lieu.

 

 

Conclusion:

   En conclusion, avec le choix dun labyrinthe qui nest pas anodin, lauteur nous propose un personnage doté dun courage et dune curiosité plus forte que les autres, un personnage avec de vraies capacités de meneur. Thomas sinscrit ainsi dans la devise des Lumière « Sapere Aude », signifiant « ai le courage de te servir de ton propre entendement ».

 

lire la partie 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article