Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


La bellezza e l’effimero. Milano rievoca l’esistenza “segreta” di Toulouse-Lautrec (La beauté et l’éphémère. Milan évoque l’existence “secrète” de Toulouse-Lautrec)

Publié le 17 Octobre 2017, 08:34am

Catégories : #Echos d'Italie

 

La Repub­blica

La bel­lezza e l’effimero. Milano rie­voca l’esistenza “segreta” di Toulouse-Lautrec

C’è tutto “Il mondo fug­ge­vole”, la tumul­tuosa fin de siecle vis­suta dal pit­tore bohé­mien, nella grande mono­gra­fica di Palazzo Reale. Oltre 200 opere tra dise­gni, dipinti e car­tel­loni rac­con­tano l’arte pro­vo­ca­to­ria e rea­lis­tica, sin­tesi estrema di forma, colore e movimento

La diret­trice del museo Toulouse-Lautrec di Albi, Danielle Devynck, durante l’anteprima della mos­tra [La direc­trice du musée Toulouse-Lautrec d’Albi, Danielle Devynck, pen­dant l’avant-première de l’exposition, ndt ]

 

di VALENTINA TOSONI

16 ottobre 2017

Sempre e dovunque anche il brutto ha i suoi aspetti affas­ci­nanti; è ecci­tante sco­prirli là dove nes­suno prima li ha notati”. Così sos­te­neva Henry de Toulouse-Lautrec (1864 –1901), raf­fi­nato e stre­pi­toso cro­nista per imma­gini della vita bohé­mien di fine Otto­cento, della Parigi not­turna dei cafè-chantan di cui era assi­duo fre­quen­ta­tore che, suo mal­grado, di brut­tezza e disar­mo­nia se ne inten­deva.  Ora Palazzo Reale a Milano lo cele­bra con una ricca mos­tra dal titolo “Tou­louse — Lau­trec. Il mondo fug­ge­vole”, che rimarrà aperta fino al 18 feb­braio 2018.
Oltre 200 opere, tra cui 35 dipinti, più lito­gra­fie, acque­forti e tutti i 22 mani­festi rea­liz­zati dall’artista.  Pro­ven­gono in gran parte dal Musée Toulouse-Lautrec di Albi, la cui diret­trice Danielle Devynch è cura­trice della ras­se­gna insieme a Clau­dia Zevi, e da altri impor­tanti musei e col­le­zioni inter­na­zio­nali, come la Tate Gal­lery di Lon­dra, la Natio­nal Gal­lery of Art di Washing­ton, il Museo Pus­kin di Mosca, il Museum of Fine Arts di Hous­ton, il Museu de Arte di San Paolo, la Biblio­theque Natio­nale de France di Parigi.

Era nelle oscure atmos­fere della vita not­turna che Toulouse-Lautrec si muo­veva per trarre ispi­ra­zione, immor­ta­lare i suoi sog­getti pre­fe­riti e sco­vare aspetti a volte tor­bidi a volte sem­pli­ce­mente inat­tesi, che nes­suno prima di lui aveva rac­con­tato con accer­tata veri­di­cità.
In que­gli ambienti di luci sof­fuse e ombre si rifu­giava per rius­cire a miti­gare la defor­mità che fin da pic­colo lo accom­pa­gnava. Nacque infatti con una rara malat­tia conge­nita, dovuta alla consan­gui­neità dei geni­tori, che osta­co­lava la cres­cita degli arti infe­riori. A ausa di una dege­ne­ra­zione ossea, all’età di 14 anni gli si frat­tu­ra­rono le gambe e fu sempre cos­tretto a muo­versi con l’ausilio di bas­toni.
Di ori­gini nobili ere­ditò dal padre il conte Alphonse de Toulouse-Lautrec, la pas­sione per il dise­gno, ma dopo un’educazione clas­sica, maturò un segno gra­fico sicuro e pro­vo­ca­to­rio con cui creò imma­gini moderne e di estremo rea­lismo  che fanno ormai parte del nos­tro imma­gi­na­rio. Allog­giò nel quar­tiere di Mont­martre in rue d’Ambroise, la via dei post­ri­boli e divenne ospite fisso del “Mou­lin Rouge”, del “Mou­lin de La Galette” e di altri locali.  Amava ritrarre attrici, can­tanti e bal­le­rine di can can, che con le sue emble­ma­tiche affiche, dai colori accessi in cam­pi­ture piatte, dalle inqua­dra­ture ori­gi­nali, in parte ispi­rate dalle stampe giap­po­nesi, ren­deva ancor più popo­lari. Tra queste ricor­diamo Jane Avril e poi Yvette Guil­bert, che furono anche sue compagne. […]

—-

tra­duc­tion:

La Répu­blique

La beauté et l’éphémère. Milan évoque l’existence “secrète” de Toulouse-Lautrec

Il y a tout “le monde fugi­tif”, la tumul­tueuse fin de siecle vécue par le peintre bohé­mien dans la grande mono­gra­phie du Palazzo Reale [Palais Royal de Milan, à par­tir du 17 octobre 2017, ndt].
Plus de 200 oeuvres entre des­sins, pein­tures et affiches racontent son art pro­vo­cant et réa­liste, syn­thèse extrême de la forme, de la  cou­leur et du mouvement.

par VALENTINA TOSONI
le 16 octobre 2017

Tou­jours et par­tout le laid a aussi ses aspects fas­ci­nants ; il est exci­tant de les décou­vrir là où per­sonne ne les a remar­qués en pre­mier.” C’est ce que sou­te­nait Henry de Toulouse-Lautrec (1864 –1901), chro­ni­queur raf­finé et génial des images de la vie de bohème de la fin du Dix-neuvième siècle, du Paris noc­turne des cafés chan­tants dont il était l’habitué assidu et dont, mal­gré lui, il connais­sait la lai­deur et la dis­so­nance.
Aujourd’hui, le Pal­lazo Reale de Milan le célèbre avec une riche expo­si­tion inti­tu­lée “Tou­louse — Lau­trec. Le monde fugi­tif”, qui res­tera ouverte jusqu’au 18 février 2018. Plus de 200 oeuvres dont 35 pein­tures, plus des litho­gra­phies, des eaux-fortes et l’ensemble des 22 affiches réa­li­sées par l’artiste. Elles viennent en grande par­tie du Musée Toulouse-Lautrec d’Albi, où la direc­trice Danielle Devynch est conser­va­trice de la col­lec­tion avec Clau­dia Zevi, et d’autres impor­tants musées et col­lec­tions inter­na­tio­nales comme la Tate Gal­lery de Londres, la Natio­nal Gal­lery of Art de Washing­ton, le musée Pous­khine de Mous­cou, le musée des beaux-arts de Hous­ton, le musée d’art de San Paolo, la Biblio­theque Natio­nale de France de Paris.

C’était dans les atmo­sphères obs­cures de la vie de nuit que Toulouse-Lautrec se dépla­çait afin de trou­ver ins­pi­ra­tion, immor­ta­li­ser ses sujets pré­fé­rés et déni­cher des aspects par­fois troubles par­fois sim­ple­ment inat­ten­dus, que per­sonne avant lui n’avait raconté avec un tel accent véri­dique. En ces milieux de lumières dif­fuses et d’ombres il se réfu­giait pour réus­sir à adou­cir la dif­for­mité qui l’accompagnait depuis petit. Il naquit en effet avec une mala­die congé­ni­tale rare, due à la consan­gui­nité de ses parents, qui contra­riait la crois­sance de ses membres infé­rieurs. À cause d’une dégé­né­res­cence osseuse, à l’âge de 14 ans ses jambes se frac­tu­rèrent et il fut tou­jours contraint de se dépla­cer à l’aide de cannes.

D’origines nobles, il hérita du père, le comte Alphonse de Toulouse-Lautrec, la pas­sion pour le des­sin mais après une édu­ca­tion clas­sique, il mûrit un signe gra­phique sûr et pro­vo­cant avec lequel il créa des images modernes et d’un extrême réa­lisme qui font désor­mais par­tie de notre ima­gi­naire. Il logea dans le quar­tier de Mont­martre dans la rue d’Ambroise, la rue des lupa­nars et il devint l’hôte fixe du “Mou­lin Rouge”, du “Mou­lin de la Galette” et autres lieux. Il aimait repré­sen­ter actrices, chan­teurs et dan­seuses du Can-Can, qu’il ren­dait encore plus popu­laires avec ses affiches emblé­ma­tiques, aux cou­leurs ren­dues en fonds plats et ses per­son­nages ori­gi­naux ins­pi­rés en par­tie des estampes japo­naises. Grâce à celles-ci nous nous rap­pe­lons Jane Avril puis Yvette Guil­bert, qui furent aussi ses compagnes. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en ita­lien ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article