Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


L’arte di Hugo Pratt. Non solo Corto Maltese (“L’art d’Hugo Pratt. Et pas seulement Corto Maltese”)

Publié le 4 Octobre 2017, 06:41am

Catégories : #Echos d'Italie, #BD

L’arte di Hugo Pratt. Non solo Corto Maltese (“L’art d’Hugo Pratt. Et pas seulement Corto Maltese”)

La Repub­blica

L’arte di Hugo Pratt. Non solo Corto Mal­tese : in viag­gio con “Repub­blica” alla ricerca di tutti i mari navi­gati con la fantasia

Da domani e ogni sabato con il nos­tro gior­nale le opere del grande autore e dise­gna­tore. Un’occasione unica per ricor­dare i novant’anni dalla nas­cita e i cin­quanta del suo per­so­nag­gio più famoso

01 set­tembre 2017
di LUCA RAFFAELLI

Tutto Pratt. Quello di Corto Mal­tese, degli Scor­pioni del deserto e delle altre sto­rie scritte e dise­gnate da lui. O dei per­so­naggi di un epi­so­dio solo, come Mor­gano il Saint-Exupery de L’ultimo volo, omag­gio allo scrit­tore  del Pic­colo Prin­cipe, una delle tante sua pas­sioni let­te­ra­rie. C’è questo e molto di più — oltre ai fumetti, anche romanzi scritti — nella nuova inizia­tiva di Repub­blica : L’arte di Hugo Pratt, trenta uscite con le opere del grande dise­gna­tore, papà di Corto Mal­tese.
In edi­cola col nos­tro gior­nale, a par­tire da domani: un viag­gio lungo oltre sei mesi, un appun­ta­mento alla set­ti­mana da ora e fino al 24 marzo 2018.

Si comin­cia, e non poteva essere altri­menti, con Una bal­lata del Mare Salato, in cui com­pare per la prima volta Corto Mal­tese : 208 pagine in cui l’avventura è mis­tero, conos­cenza, pas­sione e cres­cita.  In cui inganno e disin­ganno si rin­cor­rono. In cui i momenti di feli­cità sono sempre avvolti da un’aura di malin­co­nia. Per­ché nei fumetti di Pratt, anche se non si dice espli­ci­ta­mente, si avverte il pas­sag­gio del tempo, lo scor­rere della vita. Le avven­ture cam­biano per­sone e per­so­naggi, così come i viaggi.
E Corto viag­gerà tanto, nelle sue avven­ture suc­ces­sive, quelle che ven­gono divise pro­prio a seconda del loro ambiente geo­gra­fico. Se la Bal­lata è ambien­tata in Mela­ne­sia, nelle isole a nord dell’Australia, poi insieme a lui andremo nella Guyana fran­cese, sopra il Bra­sile, per poi scen­dere a Bahia.
E poi Ame­rica Cen­trale, Vene­zuela, Perù, e final­mente Vene­zia, in quell’episodio inti­to­lato L’angelo della fines­tra d’Oriente che vede Corto Mal­tese coin­volto nella tra­ge­dia della Prima guerra mon­diale.
E ancora Sto­ne­henge, in Inghil­terra, per rivi­vere il mito cel­tico in un’atmosfera sha­kes­pea­riana prima di spos­tarsi in Africa con le avven­ture etio­piche.
E poi Corto conti­nuerà a viag­giare inces­san­te­mente per­ché lui non ha una casa dove rifu­giarsi, né beni per­so­nali da control­lare. E quando qual­cuno gli chiede cosa potrà fare con la ric­chezza di un tesoro, lui ris­ponde di voler­sela spen­dere con i tanti amici e amiche che ha in tutto il mondo. (…)
___
tra­duc­tion:
La Répu­blique

L’art d’Hugo Pratt. Et pas seule­ment Corto Mal­tese : en voyage avec La Répu­blique à la recherche de toutes les mers expé­ri­men­tées avec l’imagination.
A par­tir de demain et chaque samedi avec notre jour­nal les oeuvres du grand auteur et des­si­na­teur. Une occa­sion unique pour rap­pe­ler les quatre-vingt-dix ans de sa nais­sance et les cin­quante ans de son per­son­nage le plus célèbre.

publié le : 01 sep­tembre 2017
par LUCA RAFFAELLI

Tout Pratt. Celui de Corto Mal­tese, des Scor­pions du désert et des autres his­toires écrites et des­si­nées par lui. Ou des per­son­nages d’un seul épi­sode comme Mor­gan ou le Saint-Exupery du Der­nier vol, hom­mage à l’écrivain du Petit Prince, l’une des ses cen­taines d’autres pas­sions lit­té­raires. Il y aussi et sur­tout, au-delà des bandes des­si­nées et des romans écrits, ce qui est appa­raît dans la nou­velle ini­tia­tive de La Répu­blique : l’art d’Hugo Pratt, trente paru­tions des oeuvres du grand des­si­na­teur, le père de Corto Mal­tese.
En kiosque avec notre jour­nal, à par­tir de demain : un voyage le long de plus de six mois, un rendez-vous par semaine de main­te­nant jusqu’au 24 mars 2018.

On com­mence, et il ne pou­vait pas être autre­ment, avec La Bal­lade de la Mer Salée, où appa­raît pour la pre­mière fois Corto Mal­tese : 208 pages dans les­quelles l’aventure est mys­tère, connais­sance, pas­sion et tout en déve­lop­pe­ment. Où dupe­rie et dés­illu­sion se pour­suivent. Où les moments de bon­heur sont tou­jours enve­lop­pés par une aura de mélan­co­lie. Parce que dans les bandes des­si­nées de Pratt, même s’il ne le déclare pas expli­ci­te­ment, sont mis en avant le pas­sage du temps, le cours de la vie même.
Les aven­tures changent per­sonnes et per­son­nages, comme les voyages. Et Corto voya­gera beau­coup, dans ses aven­tures sui­vantes, qui sont répar­ties en fonc­tion de leur milieu géo­gra­phique. Si la Bal­lade se déroule en Méla­né­sie, dans les îles au nord de l’Australie nous irons après avec lui dans la Guyane fran­çaise, au-dessus du Bré­sil, pour des­cendre ensuite à Bahia. Et puis l’Amérique cen­trale, le Vene­zuela, le Pérou et fina­le­ment Venise, dans l’épisode inti­tulé L’Ange à la fenêtre d’Orient, qui voit Corto Mal­tese impli­qué dans la tra­gé­die de la pre­mière guerre mon­diale.
Et encore Sto­ne­henge, en Angle­terre, pour revivre le mythe cel­tique dans une atmo­sphère sha­kes­pea­rienne avant de se dépla­cer en Afrique avec les aven­tures éthio­piennes. Et Corto conti­nuera de voya­ger sans cesse parce qu’il n’a pas de mai­son où se réfu­gier, ni de biens per­son­nels à gérer. Et quand quelqu’un lui demande ce qu’il pour­rait faire avec la richesse d’un tré­sor, il répond vou­loir le dépen­ser avec les nom­breux amis et amies qu’il a dans le monde entier. (…)

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en ita­lien ici

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article