Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


“Pink Floyd, le visioni della generazione che reinterpretava il mondo” (Pink Floyd, les visions de la génération qui réinterprétait le monde)

Publié le 16 Septembre 2017, 13:20pm

Catégories : #Echos d'Italie

“Pink Floyd, le visioni della generazione che reinterpretava il mondo” (Pink Floyd, les visions de la génération qui réinterprétait le monde)

 

La Repub­blica — Musica

Pink Floyd, le visioni della gene­ra­zione che rein­ter­pre­tava il mondo

Da oggi in edi­cola con ‘Repub­blica’ tutti i dischi della band che ha tras­ci­nato la musica in una nuova dimen­sione e rac­con­tato una delle più grandi avven­ture cultu­rali dei tempi moderni dagli anni Ses­santa a oggi

Pub­bli­cato il 12 set­tembre 2017
di GINO CASTALDO

Più passa il tempo più la sto­ria dei Pink Floyd cresce di sta­tura, va oltre i confini di una sequenza di dischi, per quanto belli e impor­tanti pos­sano essere, supera di slan­cio le orbite consuete,  sem­bra diven­tare un monu­mento impe­ri­turo alla più grande uto­pia col­ti­vata dalla musica popo­lare del secolo scorso :  rein­ter­pre­tare il mondo, se pos­si­bile cam­biarlo, o quanto meno contri­buire a ren­derlo più bello, più accet­ta­bile, più degno di essere vis­suto. Forse questa idea non ce l’avevano così chiara quando hanno iniziato, cinquant’anni fa,  con quelle prime saet­tanti visioni impresse dalla geniale fol­lia di Syd Bar­rett, ma non è escluso che, in fondo ai suoi vele­nosi trip psi­che­de­lici, il gio­vane artista possa aver intra­visto qual­cosa del genere.
E poi i tempi erano quelli, infuo­cati, avven­tu­rosi, ci si sen­tiva sup­por­tati da un’intera gene­ra­zione che cor­reva veloce intorno al cam­bia­mento. A cos’altro pen­sava Bar­rett quando inventò il titolo del primo atto :  The piper at the gates of dawn ? Quei can­celli dell’alba sem­bra­vano una fines­tra da aprire su un mondo del tutto nuovo.
Nel 1967 non era dif­fi­cile imbat­tersi in ragazzi dall’aria tra­so­gnata che vede­vano la realtà in contro­luce, con altri occhi. I Pink Floyd ebbero il merito di for­nire a questa gene­ra­zione di gio­vani esplo­ra­tori,
un’adeguata colonna sonora, scan­dita da dischi memo­ra­bili, colonne sonore sot­tili e devianti come More, album sempre più ambi­ziosi, sempre più tor­men­tati dal ricordo del genio di Syd Bar­rett che ave­vano abban­do­nato poco dopo l’uscita  di quel primo disco, fin­ché arri­va­rono a super­are ogni bar­riera e ogni limite sti­lis­tico rea­liz­zando Atom earth mother, Meddle, opere, visioni com­plesse, lun­ghe suite che allar­ga­vano i confini di quello che fino a quel momento erano stati i limiti della musica popolare.  (…)

—-

tra­duc­tion :

Repub­blica — Musique

Pink Floyd, les visions de la géné­ra­tion qui réin­ter­pré­tait le monde

Aujourd’hui en kiosque avec la Répu­blique tous les disques du groupe qui a expulsé la musique dans une nou­velle dimen­sion et qui a raconté une des plus grandes aven­tures cultu­relles des temps modernes depuis les ans soixante jusqu’à ce jour

Publié le 12 sep­tembre 2017
par GINO CASTALDO

Plus le temps passe et plus l’histoire des Pink Floyd gagne en force, elle va au-delà des fron­tières d’une série de disques, aussi beaux et impor­tants puissent-ils être, elle dépasse dans son élan les orbites cou­tu­mières,  elle semble deve­nir un monu­ment impé­ris­sable à la plus grande uto­pie culti­vée par la musique popu­laire du siècle der­nier : réin­ter­pré­ter le monde, si pos­sible le chan­ger ou à tout le moins contri­buer à le rendre plus beau, plus accep­table, plus digne d’être vécu. Peut-être qu’ils n’avaient pas cette idée aussi claire quand ils ont com­mencé, il y a cin­quante ans, avec ces pre­mières visions éblouis­santes gra­vées par la folie géniale de Syd Bar­rett, mais il n’est pas exclu que, au bout de ses trip psy­ché­dé­liques veni­meux, le jeune artiste puisse avoir aperçu quelque chose de ce genre.
Et puis ces temps étaient ceux, incan­des­cents, aven­tu­reux, où il se sen­tait sou­tenu par une géné­ra­tion entière qui se pré­ci­pi­tait vers le chan­ge­ment. À quoi d’autre pen­sait Bar­rett quand il inventa le titre de l’acte pre­mier : The Piper At The Gates Of Dawn [« Le joueur de flûte aux portes de l’aube » ou « Le chant aux portes de l’aube » ndt ] ?

Ces grilles de l’aube sem­blaient une fenêtres à ouvrir sur un tout nou­veau monde. En 1967 il n’était pas dif­fi­cile de ren­con­trer des gar­çons à l’air rêveur qui voyaient la réa­lité en contre-jour, avec d’autres yeux. Les Pink Floyd eurent le mérite de four­nir à cette géné­ra­tion de boy-scouts une mélo­die pro­por­tion­née, scan­dée par des disques mémo­rables, des mélo­dies fines et déviantes comme More [“Davan­tage”, ndt], album de plus en plus  ambi­tieux et tour­menté de plus en plus par le sou­ve­nir du génie de Syd Bar­rett, qu’ils avaient aban­donné peu après la sor­tie de ce pre­mier disque, tant ils arri­vèrent à dépas­ser chaque bar­rière et chaque limite sty­lis­tique, notam­ment en réa­li­sant Atom earth mother,Meddle, oeuvres et visions com­plexes, longues suites qui élar­gis­saient les fron­tières de ce qui avait été jusque là les limites de la musique populaire. (…)

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en ita­lien ici

Commenter cet article